AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782916402161
240 pages
Éditeur : Materia scritta (01/11/2014)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Nuits roses : série d'attentats à la pudeur perpétrés dans les conservatoires de l'Au-delà et de l'En-deçà des Monts. Suite de pulvérisations d'images conventionnelles et farouches de l'île exécutées par des activistes sur zones sensibles.

A travers trente créations écrites et graphiques, CorsErotica compose une symphonie aphrodisiaque à géographie commune. Des scènes voluptueuses ou salaces, sensuelles ou crues, des personnages à jeux de games, à fét... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
araucaria
  28 février 2015
Autant le dire tout de suite la lecture de livres érotiques n'est pas ma tasse de thé. Bien souvent ces textes m'ennuient prodigieusement! Mais là, le contact avec ce livre se fait différemment car il s'agit d'un livre d'art. Un beau livre qui mêle des résonnances textuelles et des échos graphiques. Ecrivains et artistes plasticiens dialoguent pour offrir ce bel album coloré et richement imagé. Se mélangent ici textes, poésies, photos, dessins, de tous les styles. On peut lire les productions de Claire Cecchini, Patrizia Gattaceca, François-Xavier Luciani, Gilles Zerlini... et on découvre les oeuvres d'Agnès Accorsi, Laetitia Carlotti, Linda Calderon, Jeanne de Petriconi... Des écrivains et des artistes aux talents multiples... Je ne suis pas sensible de la même manière à tous les styles, mais je salue quand même le travail réalisé et admire ce beau livre, fruit de ces rencontres.
Commenter  J’apprécie          460
Arbousier
  07 janvier 2015
Il faudrait attendre les textes masculins pour apprécier cet ouvrage collectif, c'est exactement les critiques plus haut qui m'ont donné envie de lire ce livre. Des textes de niveau variable, certains confondant erotique et sale, c'est dommage, d'autres très réussis. Dommage que cet ouvrage ne soit pas demeurer une idée originale consistant de n'y éditer que des femmes, on perçoit une incohérence à y insérer des hommes. C'est dommage car on perçoit que ce n'est pas dans un souci d'harmonie mais dans un souci d'équilibre, et l'équilibre n'y est plus.
Commenter  J’apprécie          71

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
araucariaaraucaria   17 décembre 2014
Du voyage de Mérimée en Corse, durant l'été 1839, on connaît ses Notes d'un voyage en Corse sur l'état du patrimoine architectural de l'île. On ne méconnaît pas non plus la fascination qu'il conçut pour les moeurs farouches de villageois belliqueux dont il fit la trame de Colomba, son chef-d'oeuvre. Ce que l'on sait moins, c'est qu'il se prit de passion pour la fille de son héroïne dont il dit dans une lettre qu'elle était "belle comme les amours, avec des cheveux qui tombent à terre, trente-deux perles dans la bouche... On la nomme la Morgana et elle est vraiment fée, car je suis ensorcelé..." Dominique Giudicelli - photographies de Jonathan Robertson "Psyché"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ecrivain-fxlecrivain-fxl   14 décembre 2018
Il ne suffit pas d’être laide pour perdurer dans le métier de caboulotte, savoir travailler le mépris d’un homme pour mieux le dépouiller est un talent précieux.
Le client qui vient dans mes murs tuer l’ennui avant d’aller dormir esquisse un sourire rapide dès qu’il découvre mon allure négligée : tenues vaguement échancrées aux couleurs lasses, boucles d’oreille à trois anneaux, cheveux décolorés ; il se sent maître des lieux. Ma totale disponibilité ne lui coûtera qu’un verre ou deux tout au plus calcule-t-il. Qui s’attarde sur un paillasson ?
Chacun d’eux paye pour imposer une virilité dédouanée du devoir de bander. Ils ne le savent pas encore. Pas à ce stade. Le stade auquel je fais allusion est délimité par le comptoir, les tabourets inconfortables, le portemanteau, le tableau d’un ton rose où se découpe la silhouette en ombre chinoise d’une danseuse nue.
Chacun justifie sa présence par l’expression « passer par là ». Mais c’est où ce là ? La Corse ? Bastia ? L’angle de la place du marché, ventre de la ville entre port de commerce où grincent les cargos et vieux port où claquent les drisses ?
Passer, la nuit, par là, et faire mine d’ignorer ce que signifie la lanterne jaune posée au-dessus des trois mots : « Aux Trois Anneaux », enseigne craquelée qui coiffe le porche. Drôle de hasard sensible à l’invite de la porte ouverte comme aux promesses de la tenture qu’il faut écarter.
Non, tout le monde le sait : on ne passe jamais par inadvertance ; on vient à moi…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
araucariaaraucaria   17 décembre 2014
Attends il n'est pas l'heure encore
D'inventer nos nuits
Je te veux au grand jour
Je te veux à corps perdu.
Patrizia Gattaceca, adaptation française Dumenica Verdoni
Illustrations : Jeanne de Petriconi "Jardin des délices"
Commenter  J’apprécie          81

Lire un extrait
autres livres classés : Corse (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Dominique Giudicelli (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
898 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre