AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266296274
272 pages
Éditeur : Pocket (05/03/2020)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.91/5 (sur 335 notes)
Résumé :
Anna a peur – de la foule, du bruit, de rouler sur l’autoroute, ou encore des pommes de terre qui ont germé… Et elle est enceinte de son deuxième enfant. Pour affronter cette nouvelle grossesse, elle décide d’aller voir une psy.
Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d’humour des morceaux de vie. L’occasion aussi, pour elle, de replonger dans le pays de son enfance, l’Italie, auquel elle a été arrachée petite ainsi qu’à sa nonna chérie.
C’est to... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (149) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  13 mai 2019
Ciao bella ou bien encore bella ciao, nous avons presque tous en tête le rythme caliente de O bella ciao, bellaciao, bella ciao, ciao, ciao, voici donc un roman rafraîchissant, simple (très, trop?), mais sans haute voltige littéraire.
Anna, femme moderne, mariée, mère de deux jeunes enfants entreprend une thérapie pour tenter d'exorciser ses démons et surtout ses peurs. C'est que la Anna, elle a peur d'à peu près tout. Pas de bisous non non pitié, ça grouille de bactéries et bonjour la gastro après, on oublie la piscine, faudrait pas mourir d'un cancer des pieds. Hypochondriaque jusqu'au bout des ongles, rien n'est simple pour Anna.
Une psychologue qui commence avec les fameux « hum-hum » et finira par s'attacher à ce brin de femme qui se livre et se délivre au fil des séances de ses petits et gros chagrins, quelques fleurs par ci par là de bons souvenirs, de jolis rêves et projets (un blog, un roman).
Anna est aussi une grande nostalgique de son premier amour : l'Italie. Je pensais que la photo de couverture représentait les cinque terre mais non, il s'agit du très beau village de Positano sur la baie almafitaine (à voir absolument, une des plus belles régions italiennes à mon sens).
J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce roman. le style d'abord. C'est un peu écrit comme ça parle. C'est très (trop) léger. Et le trop léger devient parfois très lourd si vous me suivez. L'humour traverse ce roman. Il en fera rire certains, sourire d'autres. Pour ma part, je l'ai trouvé tendre mais aussi niais, enfantin, trop facile, répétitif ou lourd.
L'héroïne devient néanmoins attachante au fur et à mesure même si j'aurai préféré la sentir plus italienne cette Anna, y lire plus d'anecdotes sur ce beau pays. Les références à Grimaldi et Ferrante m'ont aussi un peu dérangée.
Pour finir, non, ciao bella ne m'a pas donné envie de parler avec les mains, de rire de tout ou d'enfourner une énorme assiette de spaghettis al dente.
Un roman rafraîchissant sans être du développement personnel, un peu feelgood, un peu léger, un premier roman qui trouvera son public je n'en doute pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9711
La_Bibliotheque_de_Juju
  20 mars 2019
Anna va chez la psy.
Elle lui raconte sa vie. Cette tristesse qu'elle cache à grands coups de colère. Son fils. Puis sa fille. Ses origines, sa belle Italie. Son père, violent. Sa mère, victime peut-être. Elle se raconte et nous offre sa vie sur un plateau.
Nous sommes dans le cabinet du psy et on écoute Anna. D'une oreille attentive. Parfois émue, souvent amusée. Car Anna n'a pas la langue dans sa poche. Elle se raconte avec un naturel désarmant et beaucoup d'entre nous se retrouveront dans le portrait de cette maman moderne.
La thérapie et ces dialogues enlevés durera plusieurs années, le temps de suivre Anna et ses colères jusqu'au bout.
Je ne connaissais que très peu Serena Giuliano, honte à moi ! Ne la suivant pas spécialement sur ses réseaux sociaux, j'ai pu lire son livre sans aucun à priori. J'ai découvert une sacrément jolie personne. Avec une voix. Qui porte. Et qui a de belles choses à dire.
Elle évoque les réseaux sociaux, sa vie de maman, l'amour, le racisme ordinaire, le sexime ambiant, les séries télé, la maternité ... Toutes ces choses qui vont sa vie, qui font notre vie. Avec une plume alerte, énergique, vivante et surtout sans prétention.
Elle offre à lire un beau portrait de femme. le sien. On est entre roman et autobiographie. Elle offre un livre où chacun peut se reconnaître et arrive pourtant à rester unique. Preuve d'un vrai talent. Beaucoup de sujets évoqués, une nana de son temps pour qui la journée de la femme n'est pas que l'occasion d'un bouquet de roses …
Un ton, une plume, une ardeur de vivre …
J'aime souvent parler de famille ici et j'ai trouvé ici un nouveau membre de cette belle famille de coeur. Qui se nourrit d'une certaine forme de sincérité, qui peut faire pleurer de rire ou d'émotion. Car on est souvent entre les deux dans ce joli livre …Comme dans nos vies …
Le livre est maintenant dans toutes les librairies et je lui prédis un joli succès au vu de la belle notoriété qui entoure Serena sur la toile (oui, je me suis quand même renseigné). Mais au-delà de l'image, il y a celle qui existe vraiment, tellement sincère et pleine de sa vérité.
Bienvenue Séréna Giuliano parmi ces plumes qui rendent plus belle la vie des gens ! Simplement, juste en se racontant. Et ça, ce n'est pas donné à tout le monde …
Ciao Bella ! Viva a te e ti auguro tanta felicità!
(Ce passage a été gentiment traduit par Google Traduction, pas la peine de venir me dire que ça ne veut rien dire !)

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          816
Nastie92
  28 mars 2019
Ce livre n'est pas de la haute littérature. Ce n'est pas une oeuvre extraordinaire et incontournable.
Ce livre n'est, à mon avis, pas un roman. C'est plutôt une suite de minuscules chapitres, dont le fil conducteur est la succession des séances d'Anna chez la psy, fil conducteur assez léger.
Maizalors... késako ?
Ciao Bella, c'est le journal intime d'une névrosée qui se soigne, une succession de petites chroniques qui racontent la vie d'Anna.
La structure se répète tout au long de l'ouvrage : un dialogue avec la psy suivi d'une histoire actuelle ou de souvenirs d'autrefois.
Certains passages sont drôles, très drôles, et j'ai ri de bon coeur. À d'autres moments, j'ai été touchée, et l'ensemble a donné une lecture agréable, légère et vite avalée. Un peu trop vite, peut-être.
Je ne connaissais pas du tout Serena Giuliano et je remercie l'éditeur le cherche midi pour l'envoi de ce livre, ainsi que Babelio pour la rencontre avec l'auteur.
J'y ai fait la connaissance d'une jeune femme charmante et simple, et ce moment partagé fut bien agréable.
J'ai compris les motivations qui l'ont conduite, après le succès de son blog, à écrire ce livre.
J'ai eu la surprise de découvrir qu'être italienne ne signifiait pas forcément être ultra exubérante, même si les textes assez pétulants de Ciao bella le laissaient présager. Disons que Serena Giuliano est italienne... à l'écrit, et plus réservée à l'oral !
En tout cas, sa timidité sincère était très touchante.
Au vu de l'engouement général que j'ai constaté lors de la rencontre, et des critiques dithyrambiques que j'ai lues, je me dis que je ne suis pas la cible idéale de ce genre de livre : question de génération, d'habitudes ou tout simplement de goûts ?
Je ne suis aucun blog, et cet ouvrage assez proche de cette forme de communication est sans doute fait pour d'autres lectrices. Car si ma lecture a été agréable, ça ne fait pas pour autant de Ciao bella le coup de coeur que beaucoup décrivent.
Très bien fait, Ciao bella n'est pas le livre du siècle, n'exagérons rien ; je lui prédis toutefois un beau succès. Succès mérité, car je lui reconnais de belles qualités.
Il m'a souvent fait rire, émue parfois, et beaucoup de mamans se retrouveront dans ce que raconte Anna, dont les histoires sont quelquefois universelles.
Sans oublier ce délicieux parfum d'Italie !
Ciao bella, ciao Anna, evviva l'Italia!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4313
stokely
  12 mars 2019
Quel bonheur que cette lecture surtout que de mon côté dernièrement cela n'a pas été la folie niveau lecture!
J'ai aimé suivre Anna dans son journal, ses séances avec sa psy, sa folie, son humour. Je l'ai suivi avec bonheur durant les différents étapes de sa vie ses amitiés, le retour à son pays d'enfance étant également d'origine méditerranéenne j'ai retrouvée beaucoup de similitudes avec mon vécu concernant notamment la nourriture, la convivialité etc...
Pour une fois j'ai même volontairement ralenti ma lecture pour ne pas finir ce livre trop rapidement et il est aussi drôle qu'émouvant.
Un style direct sans fioritures ou Anna écrit son journal comme si elle parlait à sa meilleure amie ce qui ne fait que renforcée l'empathie et la proximité que l'on peut ressentir pour elle

Une très belle lecture et vivement la rencontre avec Serena dans les locaux de Babelio!
Commenter  J’apprécie          400
Cetsak
  28 mars 2019
C est toujours plus compliqué, pour moi, de faire la critique d un livre que je n ai pas vraiment apprécié ... qui plus est quand il s agit d un premier roman donc aucun point de comparaison.
Bon allez, je me lance quand même !
Ce qui m a attirée vers ce roman, d abord, c est sa couverture et toute la symbolique qu elle représente. Un bel iceberg plutôt original du fait qu il soit verdoyant dans sa partie émergée. Une couverture, donc, qui colle parfaitement à l histoire : une jeune femme, Anna, enceinte de son 2ème enfant, se retrouve face à une psychologue car victime de terribles angoisses ... le moment est venu, pour elle, d affronter ses blessures d enfance, la partie sombre et immergée de l iceberg ...
Alors voilà, je me suis accrochée jusqu à la fin mais non, rien à faire je n ai pas réussi à rentrer dans l histoire ! Sans doute l écriture un style « parlé » qui justement ne me « parle » pas ! l'héroïne aussi que j ai trouvé trop stéréotypée : la jeune mère « hyper-branchée » et  « connectée », blogueuse des temps modernes. Un goût de « too much » pour moi ! Il m a manqué, je pense, une ptite dose de sensibilité et une pointe de profondeur ..
Par ailleurs, j ai apprécié les références à l Italie, son pays natal et surtout la relation fusionnelle d Ana avec sa grand-mère, sa Nonna. Là, de ce point de vue, j ai senti une belle émotion.
Ce roman, c est aussi dans le franc-parlé, beaucoup d humour mais, à mon sens toujours, un peu trop répétitif et parfois « lourd » ...
Alors peut-être que ce roman, qui fleure bon les parfums italiens, n a pas su émoustiller mes papilles car un peu trop épicé à mon goût ... peut-être ...
Enfin voilà, une critique quelque peu négative dans ce flot d avis plutôt positifs mais ce n'est que mon ressenti. D'ailleurs pour terminer, tout de même, sur une note positive, j ai apprécié particulièrement les remerciements de l auteure. Remerciements teintés de sincérité et de sensibilité. Ils m ont touché et ils cachent certainement une belle personne ... ciao Serena !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          287
Citations et extraits (102) Voir plus Ajouter une citation
CbcqtCbcqt   17 mai 2020
C’est calmement et presque en chuchotant, pour ne pas réveiller les enfants, que je lui demande quelle est ma plus grande chance, selon lui.
D’avoir un mari qui cuisine ou plutôt d’être avec quelqu’un qui accepte de vivre avec une personne comme moi, bourrée d’angoisses, de peurs, d’anxiété ?
Qu’il soit capable de laver le sol ou qu’il sache trouver les mots pour calmer mes crises quasi quotidiennes ?
Qu’il n’attende pas de moi que je lui repasse son linge ou qu’il soit le seul homme en qui j’arrive à avoir un minimum confiance parce qu’il me respecte, me soutient et m’aime pour ce que je suis ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CbcqtCbcqt   17 mai 2020
Je n’ai pas souvenir que mon père se soit assis par terre avec ma sœur ou moi. Il faut croire que les petits-enfants sont une façon de se racheter, ou du moins d’essayer. Un mauvais parent peut devenir un très bon grand-parent. Ma mère a réussi l’examen avec brio, par exemple. Mon père s’y efforce.
C’est bancal, maladroit, mais il essaie. Hier, il a voulu donner le biberon à Mia. Il n’avait aucune idée de comment s’y prendre. Je lui ai fait remarquer que c’était étrange pour quelqu’un qui avait deux bras et deux filles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CbcqtCbcqt   17 mai 2020
Je respire, tente de me calmer pour ne surtout pas pleurer. Puis j’ajoute que, ma véritable chance, c’est d’avoir trouvé un mari en tout point différent de mon propre père.
Commenter  J’apprécie          20
CbcqtCbcqt   17 mai 2020
- Eh bien, rien, c’est tout, je rêve de tsunamis. Vous n’êtes pas censée me dire ce que ça représente ? Que ça vient de mon enfance bla-bla-bla ? D’ailleurs, est-ce qu’il y a une seule chose que les psys ne justifient pas par : « ça remonte sûrement à votre enfance » ? Est-ce que c’est la base de tout ?
- Oui, l’enfance joue un rôle primordial dans notre vie adulte. Elle est le sens de notre existence. Si celui-ci n’est pas stable, tout le reste risque de s’écrouler tôt ou tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CbcqtCbcqt   17 mai 2020
Alors c’est un napolitain que je décide de lui répondre parce que, si ce dialecte peut être doux et chantant, il peut aussi être agressif, vulgaire et violent, et j’ai justement besoin de la seconde version pour donner le parfait impact à mes mots, la juste intonation à mes sentiments.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Serena Giuliano (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serena Giuliano
L'émission intégrale : https://www.web-tv-culture.com/emission/serena-giuliano-ciao-bella-51520.html
Voir pour la première fois son nom dans la vitrine d?une librairie, voilà un rêve concrétisé par Serena Giuliano. Un rêve à la fois enthousiasmant et vertigineux que cette jeune femme d?origine italienne vit avec reconnaissance et jubilation. Arrivée en France à l?adolescence, Serena Giuliano a toujours cherché à conserver cette double culture. Si les livres arrivent tardivement dans sa vie, elle goûte très vite à la valse des mots et des phrases et écrit des billets personnels. Internet devient dès lors un formidable outil et elle créé son propre blog, consacré à la maternité, cherchant à démystifier la mère parfaite et à déculpabiliser ainsi toutes celles qui angoissent et doutent d?être à la hauteur face à leur enfant. Par ce blog, Serena Giuliano laisse entrevoir son appétence pour l?écriture. Ses proches et ceux qui la suivent sur Internet l?incitent à écrire davantage et voilà comment nait ce roman, librement inspiré de la vie de la jeune Serena. Ici, à travers les confidences qu?elle fait à sa psy pendant une dizaine d?années, nous allons suivre une jeune trentenaire, Anna, fragilisée par une maternité compliquée, hantée par un secret de famille, vivant mal son déracinement. Dans ce joli roman à la fois lumineux et profond, on parle de la famille, de la mort, des peurs qui pourrissent l?existence, du mal-être. On évoque aussi l?amour, l?amitié, la résilience. Jouant habilement avec la légèreté et l?émotion, sachant nous faire sourire tout en glissant au fil des pages de vrais moments intenses, Serena Giuliano démontre un réel talent d?écriture, menant habilement son intrigue, façonnant des personnages attachants, abordant avec pudeur des sujets dans lesquels chacun pourra se retrouver. Par la bouche d?Anna, son héroïne, qui nous raconte son histoire, Serena Giuliano possède un ton bien particulier, tout en justesse, qui ne laisse pas indifférent. « Ciao Bella », le premier roman de Serena Giuliano est publié au Cherche-midi.
+ Lire la suite
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15948 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..