AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,87

sur 874 notes

Critiques filtrées sur 2 étoiles  
Ziliz
  02 juin 2020
JE PENSE [avec effroi qu'il pourrait arriver le pire à mes enfants],
DONC JE SUIS [la plus inquiète des mères, alors sûrement la plus aimante].
Vraie angoisse mâtinée de mauvaise foi et de fausse modestie ?

'Ciao Bella', c'est l'histoire d'une jeune maman qui doutait, qui paniquait, qui crise-d'angoissait et qui allait voir une psy pour apprendre à vivre avec toutes ces entraves, voire à s'en libérer.
Elle a découvert qu'elle aimait écrire, a donc ouvert un blog, et avec leurs petits pouces levés bien haut, ses milliers d'abonné(e)s l'ont convaincue qu'elle avait du talent. Une éditrice l'a remarquée et a proposé de la publier. Sans doute davantage pour son potentiel commercial, que pour la qualité de sa prose et de ses réflexions.
Une auteur célèbre de romans qui font du bien à l'âme (celle qui dit que demain est un autre jour, et que ta vie recommence là) est devenue son mentor, sa grande amie, à la vie à la mort de leurs carrières...
En route pour l'aventure, les salons, les dédicaces, les plateaux TV, et au diable les fâcheux qui trouvent ça pas terrible et s'étonnent d'un tel succès. Ils sont jaloux, sûrement, ça ne peut pas être autre chose.

La jeune femme a ainsi pu quitter son job 'merdique' (c'est elle qui le dit) d'employée de banque - un poste où elle avait le temps d'écrire (qui a dit que c'étaient les fonctionnaires qui faisaient des trucs persos sur leur temps de travail ?)...
A elle la belle vie, elle va pouvoir satisfaire ses péchés mignons, aller siroter des mojitos avec ses copines, acheter des godasses "qui coûtent un rein" (sic).
Je ne sais plus si j'ai précisé qu'elle utilisait des expressions très originales et "à mourir de rire" ? 🤨🤔😕


D'autres blogueuses ont connu un parcours identique. Et la conversion est rarement heureuse.
Gare au lecteur qui a accepté par erreur l'invitation.
Certaines ont beau être de grandes lectrices, avoir suivi des études de lettres, elles perdent singulièrement leurs exigences littéraires et leur discernement quand elles passent de l'autre côté. Bah, une mini-gloire éphémère mérite bien quelques concessions. C'est un peu comme la téléréalité : ça peut valoir le coup de tenter, ça flatte l'ego, et certaines tomberont un peu moins vite dans l'oubli.

Voilà comment je vois ce livre.
Déjà vu, lourd, exagéré, démago - mais censé être drôle et décomplexant.
Avec une famille dysfonctionnelle, un père violent, joueur.
Et aussi : des saveurs italiennes et une grand-mère géniale, dedans - ça marche fort, ça. D'ailleurs mon petit oeil jeté sur la 3e de couv me dit que la suite sera centrée sur la formidable aïeule restée au pays. Succès commercial assuré.

On tombe de haut quand on s'attendait, au vu du titre, à de la bonne littérature italienne contemporaine - enfin c'est ainsi que je considère Silvia Avallone, Niccolò Ammaniti, Elsa Ferrante...

Sinon, si on veut lire des préoccupations élevées, enlevées et constructives de femmes qui doutent du cumul des mandats (maman + compagne + femme active), on peut se tourner vers Amandine Dhée ('La femme brouillon', 'A mains nues') et Carole Fives ('Tenir jusqu'à l'aube').
Je préfère l'autodérision sobre, sans outrance, réfléchie, qui ne prend pas le lecteur pour un crétin avec une accumulation de poncifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5318
Cetsak
  28 mars 2019
C est toujours plus compliqué, pour moi, de faire la critique d un livre que je n ai pas vraiment apprécié ... qui plus est quand il s agit d un premier roman donc aucun point de comparaison.
Bon allez, je me lance quand même !
Ce qui m a attirée vers ce roman, d abord, c est sa couverture et toute la symbolique qu elle représente. Un bel iceberg plutôt original du fait qu il soit verdoyant dans sa partie émergée. Une couverture, donc, qui colle parfaitement à l histoire : une jeune femme, Anna, enceinte de son 2ème enfant, se retrouve face à une psychologue car victime de terribles angoisses ... le moment est venu, pour elle, d affronter ses blessures d enfance, la partie sombre et immergée de l iceberg ...
Alors voilà, je me suis accrochée jusqu à la fin mais non, rien à faire je n ai pas réussi à rentrer dans l histoire ! Sans doute l écriture un style « parlé » qui justement ne me « parle » pas ! l'héroïne aussi que j ai trouvé trop stéréotypée : la jeune mère « hyper-branchée » et  « connectée », blogueuse des temps modernes. Un goût de « too much » pour moi ! Il m a manqué, je pense, une ptite dose de sensibilité et une pointe de profondeur ..
Par ailleurs, j ai apprécié les références à l Italie, son pays natal et surtout la relation fusionnelle d Ana avec sa grand-mère, sa Nonna. Là, de ce point de vue, j ai senti une belle émotion.
Ce roman, c est aussi dans le franc-parlé, beaucoup d humour mais, à mon sens toujours, un peu trop répétitif et parfois « lourd » ...
Alors peut-être que ce roman, qui fleure bon les parfums italiens, n a pas su émoustiller mes papilles car un peu trop épicé à mon goût ... peut-être ...
Enfin voilà, une critique quelque peu négative dans ce flot d avis plutôt positifs mais ce n'est que mon ressenti. D'ailleurs pour terminer, tout de même, sur une note positive, j ai apprécié particulièrement les remerciements de l auteure. Remerciements teintés de sincérité et de sensibilité. Ils m ont touché et ils cachent certainement une belle personne ... ciao Serena !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          297
Marti94
  22 mars 2019
« Ciao Bella » est le premier roman de Serena Giuliano. L'auteure est italienne, vit en France et écrit en français. Son livre ressemble à un journal, celui de ses rendez-vous avec son psy. Car elle en a besoin. A 28 ans la narratrice est une éternelle angoissée. Ses peurs et surtout celle de devenir mère pour la deuxième fois la mettent dans un état de stress qui l'empêche de décolérer.
Pourtant, elle a un mari, du travail, des amies et une famille. Vu comme ça on se demande ce qui lui arrive.
En fait, c'est un roman très autobiographique pour ce qui est de la partie professionnelle et qui permet à l'auteure de raconter comment lui est venue l'idée de créer son blog autour de la maternité et d'en faire la promotion.
C'est très à la mode et on peut dire que c'est gentil. Rien de bien original, on retrouve tous les stéréotypes de la femme moderne hyper angoissée. Les propos sont assez convenus voir parfois d'une grande banalité. Je reste affligée par certains passages.
Ce qui est surprenant, c'est que seule la narratrice a des angoisses. Elle a un mari gentil, des enfants gentils, une grand-mère gentille et pour trouver une raison à ses malheurs un père qui battait sa mère mais à qui elle va pardonner. C'est cousu de fil blanc et ça m'a vite agacée alors que le début était plutôt sympathique.
J'avais choisi ce livre pour son titre qui m'évoque la chanson « Bella ciao » évidemment, mais ce livre ne m'a pas donné envie de chanter.
Au final, c'est un roman plein de bonnes intentions mais pas tellement réussi. Quand je pense que Serena Giuliano fait référence à Elena Ferrante, elle aussi napolitaine, on est loin même très loin de ses qualités littéraires.

Lu en mars 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
lettres_et_caracteres
  26 juin 2020
Je veux bien être bon public et ne pas bouder les succès commerciaux mais je crois que je viens de croiser la route du livre le plus survendu de l'année.

Avec Ciao Bella je m'attendais évidemment à une lecture légère et sans prétention mais tout de même pas insipide à ce point. On dirait un article de Biba du genre "10 raisons qui prouvent que VOUS êtes extraordinaire !" étalé sur 200 pages : aucune imagination et une écriture qui se veut aussi finement drôle qu'une boîte à rires.

J'imagine que ce roman parlera davantage aux abonnées du blog de Serena. A celles et ceux qui la suivent déjà depuis quelques années. Je peux comprendre que de cette connivence est née l'envie d'en savoir plus sur leur influenceuse préférée. J'imagine que ça peut être touchant de la voir se livrer comme elle le fait dans cette autofiction. Mais pour une lectrice comme moi qui n'a jamais lu son blog, n'a même jamais entendu parlé d'elle avant le succès fulgurant de ce roman, l'intérêt pour son histoire est limité voire inexistant.

J'étais venue lire une romancière avec du pep's, de la répartie, un humour fin et je me retrouve avec une blogueuse bien en peine de transformer une non histoire taillée pour un billet d'humeur en un roman. On m'avait vendu un coin d'Italie et des émotions qui s'expriment avec les mains, je n'ai trouvé qu'un quotidien sans exotisme pavé de bons sentiments, d'une morale simpliste et de messages puérils.

Mais Serena a du succès, beaucoup de succès même, alors je m'incline. Si son roman peut faire du bien à certains, s'il peut leur procurer des émotions simples alors il a raison d'exister. Je ne partage pas cet engouement, je peine même à le comprendre mais je le respecte.
Et sinon, si vous êtes aussi inculte que moi, sachez que Serena Giuliano tient un blog à succès qui s'appelle Wondermum en a ras la cape et que grâce à lui et à ses très fidèles lecteurs, elle est aujourd'hui une romancière à succès. C'est cette ascension qui est au coeur de son premier roman Ciao Bella . Ça et puis toutes les séances avec la Wonderpsy qui transformeront Serena (Anna dans le roman) en femme épanouie et sûre de son talent et de ses capacités. Amen !


Lien : https://www.lettres-et-carac..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lunatic57
  03 juin 2019
J'ai commencé ce roman sans même avoir lu la 4ème de couverture. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. J'ai d'abord été surprise par la brièveté des « chapitres ». Quelques pages, quelques bribes de souvenirs, d'anecdotes qu'Anna confie à sa psy. J'ai vite été lassée par la succession de chapitres sans véritable lien, les mois et années qui passent. Je suis vraiment restée hermétique à son écriture. Alors oui, il y a quelques touches d'humour, de sensibilité et d'émotion, mais cela n'a pas suffit à m'attraper. J'ai même du mal à qualifier l'ensemble de roman. Difficile de vraiment définir ce que j'ai ressenti à la lecture de ce texte. L'auteur semble mélanger les souvenirs autobiographiques et passages de fiction, c'est assez déstabilisant.

Vous l'aurez compris, je n'ai pas du tout aimé ce titre. Mais nul doute que d'autres lecteurs sauront y trouver du positif. Il n'était pas pour moi simplement.
Commenter  J’apprécie          61
Irenoux
  01 mai 2019
Anna est une angoissée de la vie. Un rien la stresse, alors la venue de son deuxième enfant, n'en parlons pas. Elle décide de se faire aider par une psy et nous suivons leurs échanges, le parcours d'Anna de son Italie natale à l'Est de la France.
Difficile de croire que ce roman n'est pas autobiographique tant la vie d'Anna est proche de celle de l'auteur, ou en tout cas de ce qu'elle montre sur les réseaux sociaux. Immigrée, aidée par une voisine pour l'apprentissage du français, mariée à un maghrébin, deux enfants, écrit un blog, puis un bouquin, puis deux, rencontre Virginie Grimaldi, part week-end à Biarritz et j'en passe. Si l'on suit Serena sur Facebook ou sur Instagram on a une légère impression de déjà vu. Pire : de réchauffé lorsqu'on se rend compte qu'il y a des passages entiers du blog. Bref, ça se lit facilement, ça prend pas la tête, mais il n'y a pas de réelle histoire avec une trame bien construite et un dénouement. Vous l'aurez deviné, je ne le recommande pas forcément. Non seulement je suis déçue par ce bouquin, mais je le suis aussi par la communauté bookstagram qui n'en a fait que des éloges. Un peu d'objectivité la prochaine fois ne ferait pas de mal s'il vous plaît.... même si vous avez reçu le livre gratos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
RevigBreizh
  09 avril 2019
Est-ce Serena ou bien est-ce Anna qui écrit ? Est-ce la même personne ? Il fallait bien que je trouve une question pour tenter de m'intéresser à ce texte…
Si vous vouliez de la littérature, passez votre chemin.
C'est d'un blog qu'il s'agit, maquillé (légèrement) en roman.

OK, c'est souvent assez drôle. Mais au bout d'un moment, cet humour devient lassant.
Beaucoup des personnages sont absolument inconsistants, en particulier le mari, la psy ou la mère de l'héroïne.
Tout est trop appuyé, rien n'est vraiment subtil.
Je n'y crois pas à ces angoisses farfelues, je n'y crois pas à cette réconciliation si facile, je n'y crois pas à ces amitiés complètement merveilleuses, je n'y crois pas… Désolé.
Commenter  J’apprécie          40
Elizzzz
  18 avril 2019
Mi fiction mi journal intime.
Quand on connait un peu la blogueuse c'est en fait une autobiographie modifiée
Ça se lit vite facilement et en entier mais je reste sur ma faim ....

Commenter  J’apprécie          30
Aurelie3594
  29 août 2020
Il n'est pas facile de rédiger une chronique ou une critique sur un livre qui nous a déçu. J'aurai adoré aimer et défendre ce livre mais ce ne sera pas le cas. On le sait, écrire et plus encore, écrire un roman complet est difficile et c'est un tour de force en soi. Etre publié est un challenge également. Etre lu une fois le livre édité en est un aussi.
Tenir un blog et lui trouver une audience n'est pas évident non plus et demande du travail et une bonne part de chance aussi.

Serena Giuliano a réussi tout cela. Elle est blogueuse et maintenant auteure vivant de ses écrits et de son activité sur internet.

Ciao Bella est son premier roman et comporte à mon avis plusieurs défauts:
- on dit souvent que l'on injecte beaucoup de soi dans un roman, et plus encore dans le premier. Ce roman est présenté comme une fiction mais l'auteur n'a aucune distance avec sa narratrice. Même parcours de vie, mêmes aspirations, même schéma familial, même métier, même trajectoire professionnelle, mêmes rencontres. A tel point que l'on peut se demander si l'auteur et la narratrice ne sont pas une seule et même personne.
- le quatrième de couverture est trompeur: le roman est présenté comme une histoire familiale qui se déploit sous nos yeux, une plongée dans l'Italie de son enfance, etc... En fait ce que l'on nous raconte, c'est une jeune femme abimée par la vie car il y a réellement eu des évènements tragiques dans sa vie qui réalise une success story sur internet et les réseaux sociaux. Cela pourrait être palpitant si elle avait du surmonter un certain nombre d''épreuve et suivre le parcours du héros mais non, ici il n'y a pas la moindre difficulté, tout se passe sans accro
- le début était prometteur. le procédé narratif: quelques lignes de dialogue avec la psy puis un flashback ou un évènement de vie donnait du peps au roman mais finit rapidement par lasser. Les premiers évènements présentés étaient tragiques et émouvants mais seront vite dépassés et laissés de côté alors que c'est précisément cela qu'il aurait fallu raconter: le combat d'un couple face à la grande prématurité puis cette même famille qui aborde une nouvelle grossesse. Mais non, ce ne sera pas le propos du livre.
- le propos n'est pas littéraire non plus. Les dialogues rendent bien mais la narration est telle du langage parlé et ne me convient pas
Finalement cette success story de blogueuse m'a fortement déprimée et j'ai eu beaucoup de mal à terminer ce livre.

Sa rédaction a peut être fait du bien à l'auteur, j'ai senti une réel sincérité et une envie de bien faire mais peut être que le format du témoignage aurait mieux convenu. Maintenant que cette histoire est écrite, peut être se sentira-t-elle plus libre de raconter une vraie histoire de fiction dans son prochain roman avec une écriture plus libérée de son histoire personnelle et un recul plus important d'avec les personnages.

Rendez vous raté donc pour moi avec ce livre. En revanche, si vous souhaitez lire un bon roman sur la psychanalyse, je vous conseille Mensonges sur le divan de Irvin D. Yalom.
Pour une découverte de la sensualité de l'Italie et de sa cuisine: La Cucina de Lily Prior
Enfin, si vous souhaitez découvrir la littérature italienne, Elena Ferrante et Cristina Comencini sont des auteures très recommandables :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Lalectrice2187
  01 mai 2019
Personnellement je n'ai pas du tout apprécié ce livre. J'ai ri un peu, ici et là mais je n'ai rien ressenti. Aucune émotion, aucune authenticité. Pour moi il ne s'agit pas d'un roman mais d'une suite de mini chapitres, de mots qui tentent de combler le vide.
J'apprécie beaucoup la blogueuse alors je lirai sûrement son 2ème roman si elle en écrit un autre... Mais je ne suis pas du tout convaincue par celui-ci.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17032 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre