AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Danielle Charron (Traducteur)
EAN : 9782221105672
306 pages
Éditeur : Robert Laffont (20/01/2006)
Résumé :

Pourquoi Certaines personnes font-elles des choix judicieux alors que d'autres s'enfoncent toujours dans la mauvaise direction ? Pourquoi les meilleures décisions ne sont pas forcément prises par ceux qui ont le plus gros QI ou possèdent le plus d'informations ? Malcolm Gladwell décortique le processus de la prise de décision et affirme que l'intuition, bien employée, est meilleure conseillère que de longues études ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Femi
  12 août 2012
Un livre très intéressant, bien documenté et fascinant sur l'art du balayage superficiel dont beaucoup de gens se méfient mais qui finalement n'est que le résultat de l'expérience. Simplement, on ne s'en rend pas compte, cela semble irrationnel et c'est pour cela qu'on a tendance à s'en méfier. L'auteur rapporte de nombreuses expériences, de la psychologie sociale, de faits divers, etc...pour expliquer l'intuition et comment s'en servir à bon escient.
Commenter  J’apprécie          180
Cyelle
  07 septembre 2017
L'intuition, celle que l'on perçoit, celle qui te fait prendre un choix plutôt qu'un autre sans pouvoir dire pourquoi. Rien de magique, nous dit l'auteur. Ce n'est qu'une perception inconsciente qui s'exprime par un autre canal que la raison. le balayage superficiel, il le nomme. Celui qu'on utilise lorsqu'on rencontre quelqu'un. En quelques minutes nous nous sommes fait une opinion.
Par un étayage scientifique et expérimental, l'auteur délivre sa pensée et les rouages de l'intuition dans notre quotidien et aussi dans le milieu professionnel, notamment dans le marketing. Certains développements sont longs et des allers-retours entre les chapitres apportent parfois de la confusion.
Peut-être noyée par la densité d'expériences et de données, j'ai perdu l'intérêt porté au sujet. J'attendais une approche plus centrée sur l'individu et sa capacité à identifier et développer cet atout.
Commenter  J’apprécie          80
Bruno_Cm
  18 juin 2015
Ce livre est intéressant.
Il met l'accent au travers des exemples de la vie quotidienne (ou presque) des phénomène surprenant, étonnant, de l'intuition. Des insights qui viennent d'on ne sait où, d'une source inconsciente inaccessible, a priori.
Il invite aussi à se méfier de cette intuition spontanée qui peut être trompeuse, dans certaines situations, notamment de stress intense. Nos décisions sont alors tout à fait injustes, impertinentes et notre conscient en plus cherche à les justifier !
Les exemples de bavures policières sont assez significatifs et effrayants.
Plus légers les exemples de l'artiste musical Kenna, la bagarre pepsi-coca et les chaises high-tech qu'on aime ne pas aimer ou qu'on n'a pas envie d'aimer.
Alors, oui, l'intuition dépend des connaissances préalables, de l'entraînement, de la routine, de la régularité et donc plus on est expert ès quelque chose, plus on a de chance d'avoir des intuitions fulgurantes dans ce quelque chose. Au fond, rien de secret.
Cette dualité en nous est toutefois toujours une question passionnante, qui est-on et qu'est ce qui est vrai... Ce livre donne des pistes de réponse.
Ce livre encore est assez court, les exemples sont parlants et on ne s'ennuie pas du tout. Quand on le lit on a l'impression d'entendre une voix et on a des images claires d'un documentaire télévisuel bien fait de vulgarisation scientifique. C'est plaisant. Je n'ai pas mal vécu les répétitions que les critiques faites à ce livres pointent, elles sont presque nécessaire à la bonne compréhension, surtout si vous n'avez pas les moyens de lire l'ouvrage d'une traite.
Je ne parle pas ici de la reconnaissance des visage, et notamment d'Ekman, ce livre-ci en parle de façon brève, renvoie à plein d'ouvrages et études, mais la possibilité d'un "autisme temporaire" pose pas mal de questions et intrigue.
Ce livre est un livre scientifique dans le sens où il offre des références bibliographiques (livres, articles, études...) fournies et même des liens vers des sites internet de tests divers.
Bref, je vais faire une conclusion un peu déviée qui semble ne pas avoir de rapport a priori (a priori seulement) : si on dépassait le côté marketing basique et qu'on utilisait les outils du marketing à des fins utiles, pour réellement faire avancer les gens, les relations entre les gens, on s'en porterait peut-être mieux et on passerait à côté de moins de valeureuses personnes, de valeureux objets, de valeureuses connaissances, de moins de valeurS, quoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VampCruci
  26 août 2013
J'ai trouvé le sujet du livre très intéressant, avec des anecdotes croustillantes, qui m'ont rappelé certaines anecdotes en cours de marketing. Mais malheureusement j'ai trouvé la construction de l'oeuvre complètement déroutante, et énervante, comme une manche de ping-pong interminable qui n'en finit plus en allers-retours et rappels des mêmes propos.
Commenter  J’apprécie          00
sam-sam
  30 mars 2014
Très intéressant, très documenté, accessible, bien expliqué, des anecdotes, des exemples concrets. Mais certains développements sont trop longs, on finit par sauter des passages. Dommage...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
FemiFemi   12 août 2012
Le balayage superficiel n'est pas un don étrange. C'est un faculté on ne peut plus humaine. On l'utilise à chaque nouvelle rencontre, lorsque l'on doit comprendre quelque chose en un clin d'oeil ou que l'on se trouve dans une situation inhabituelle. Si on y a d'abord recours par nécessité, on finit par s'y fier parce que c'est une méthode très efficace, qui donne d'excellents résultats.
Commenter  J’apprécie          60
Bruno_CmBruno_Cm   19 juin 2015
(Visualisez le visage de Marilyn Monroe. Voilà, vous venez de solliciter votre gyrus fusiforme.) En revanche lorsqu'ils regardaient des objets, [les sujets d'une expérience de Schultz] utilisaient une partie moins puissante et plus primitive de leur cerveau : le gyrus temporal inférieur. C'est parce que le gyrus fusiforme est beaucoup plus évolué que le gyrus temporal qu'on est capable de reconnaître une camarade de l'école secondaire qu'on n'a pas vue depuis quarante ans, et que l'on a des difficultés à repérer sa valise sur le tapis roulant de l'aéroport. [...] qu'ils regardent des visages ou des objets, les sujets autistes, pour leur part, ne sollicitent que leur gyrus temporal inférieur. Sur le plan neurologique, un visage n'est donc pour eux rien d'autre qu'un objet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   19 juin 2015
Lorsqu'une personne tente d'expliquer son raisonnement, il ne faut pas accepter son interprétation les yeux fermés, et encore moins si celle-ci a rapport avec l'inconscient. Cela nous semble évident en ce qui concerne, par exemple, les relations amoureuses et certains processus d'apprentissage. On sait qu'il est impossible de décrire rationnellement la personne dont on tombe amoureux. Chacun a bien des préférences, un idéal, et les rendez-vous servent à mettre à l'épreuve ses théories. On sait aussi qu'il est plus facile d'apprendre à jouer un golf ou au tennis en reproduisant les gestes d'un expert qu'en se contentant de suivre ses instructions verbales.
Mais, pour d'autres domaines de la pensée, on refuse d'admettre le mystère de l'inconscient, avec pour résultat qu'on ne se méfie pas assez de la capacité du conscient à échafauder des histoires. En réalité, on exige parfois des explications alors qu'il n'y en a pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_CmBruno_Cm   19 juin 2015
... on tient pour acquis qu'une émotion est d'abord et avant tout une expérience intérieure qui éventuellement se reflétera sur le visage. On croit que le visage exprime le résidu de l'émotion. Les recherches ci-dessus démontrent pourtant que l'émotion progresse également dans le sens opposé et qu'elle peut commencer sur le visage. Celui-ci n'est pas le tableau d'affichage des sentiments profonds. C'est leur associé à part entière dans le processus affectif. Voilà une considération qui a d'énormes implications pour l'interprétation des sentiments, motivations et émotions d'autrui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FemiFemi   12 août 2012
Trop souvent l'être humain accepte d'emblée ses premières impressions, car il lui semble quasi impossible de maîtriser ce qui surgit de son inconscient. Alors qu'au contraire il peut agir sur le contexte de sa compréhension immédiate et, ce faisant, sur son intuition. C'est ainsi qu'on évite de faire des erreurs à la guerre, dans un service des urgences ou dans une voiture de patrouille.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Malcolm Gladwell (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Malcolm Gladwell
Malcolm Gladwell "Outliers" (en anglais)
Dans la catégorie : Savoir et connaissanceVoir plus
>Psychologie>Processus mentaux conscients, intelligence>Savoir et connaissance (23)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
315 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre