AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques sur Jours de juin (18)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
livreclem
  11 août 2015
Je dévore les livres de Julia Glass. Ce sont toujours des bons romans d'été qui mettent en scène très souvent une famille.
Ici on retrouve un père et ses trois fils qui font fassent au décès de leur femme ou mère. Des années après, l'aîné qui a quitté l'Ecosse pour les Etats_unis, raconte sa relation avec son père et les années sida qui ont emporté pas mal de ses amis.
Tendre, drôle, touchant : tous les ingrédients sont réunis pour passer un agréable moment.
Je vous conseille cette auteure si vous ne la connaissez pas :)
Commenter  J’apprécie          200
missmolko1
  06 décembre 2011
Avant de commencer ce livre, j'avais lu de très bonnes critiques dessus. J'étais donc très heureuse de le trouver à la bibliothèque.
J'ai aimé ce roman mais sans plus :
- Déjà parce que la mort est omniprésente dans ce livre ce qui donne une atmosphère un peu pesante et triste.
- Je rejoins les avis précédents qui disaient que la première partie n'est pas très utile au roman, c'est également mon avis.
- et dernièrement, j'ai eu beaucoup de mal a m'attacher aux personnages sauf peut-être à Fenno.

Commenter  J’apprécie          190
cmpf
  10 février 2019


J'ai lu ce livre après avoir entendue une collègue l'encenser. Je ne serai pas aussi élogieuse mais j'ai passé un bon moment.

Voilà trois étapes, en juin, dans la vie d'une famille écossaise les McLeod. La première étape c'est pour Paul, sexagénaire, la perte de son épouse. Il décide de partir pour la première fois en voyage organisé en Grèce. S'entrelacent alors les moments forts de ce voyage et les réminiscences de la vie de Paul, la rencontre de sa femme, les enfants, trois garçons, son travail de directeur au sein du journal fondé par son grand-père…
La seconde est vue par l'aîné de enfants, un jeune homme brillant qui est allé faire ses études aux USA et a finit par ouvrir une librairie à New York. Homosexuel il est environné d'amis malades ou succombant au sida. Sa famille a beaucoup de mal à se faire une idée juste de sa vie. A la mort du père parti vivre une partie de l'année dans une île grecque, les trois frères et les épouses des deux autres se retrouvent dans la maison de leur enfance.
La troisième partie beaucoup plus courte et à mon sens la moins intéressante met en relation divers personnages rencontrés au fil de cette histoire.

L'analyse des relations au sein d'une famille est vraiment le point fort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
VALENTYNE
  16 juin 2019
Genre : un pavé intimiste où il y a pas beaucoup d'action mais qui sait rester captivant.

Dans la première partie, le personnage principal est Paul, la soixantaine. Il est écossais et part en voyage organisé en Grèce. C'est la première fois qu'il voyage depuis la mort de sa femme (décédée d'un cancer en quelques mois). C'est l'occasion pour lui de revenir sur sa jeunesse, la rencontre avec sa femme, la naissance de leurs trois garçons : Fenno, puis des jumeaux Dennis et David.
C'est une personne attachante mais très réservée : il n'a jamais réussi à comprendre les désirs de sa femme, ni réellement accepté l'homosexualité de son fils aîné. Il raconte comment son fils est devenu un étranger pour lui, se demande s'il pourrait retomber amoureux un jour ...

La deuxième partie a lieu 6 ans après : le narrateur est Fenno, le fils de Paul. Lui  et ses frères se retrouvent pour les obsèques de Paul.
C'est la partie la plus longue et la plus intéressante : une réunion de famille où chacun se souvient, avec toutes les distorsions que peut amener la mémoire d'un même fait. Dennis et David sont tous les deux mariés, l'un père de famille avec d'adorables petites filles. Il s'agit aussi pour Fenno d'essayer de mettre des mots sur son homosexualité et le sida qui décime le milieux des ses amis : vivre diminué jusqu'à la phase terminale ou précipiter la fin de vie ? Il décortique ses relation avec son ami Mal, critique littéraire, et Tony un talentueux photographe très mystérieux.

La troisième partie a lieu encore 5 ans après et met en scène principalement Fern, une jeune femme enceinte de 5 mois : elle a été invitée à un weekend de trois jours chez un ancien amant, Tony l'ami de Fenno . Elle se sent coupable ...on ne saura qu'à la toute fin la raison de sa culpabilité...Là aussi les discussions, l'observation des personnages est hypnotisante : tout ce monde se croise, se dévoile ...ou pas...

Un grand roman de personnages tous plus convaincants les uns que les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
kathel
  11 juillet 2015
J'ai choisi Jours de juin parmi les romans de Julia Glass un peu au hasard, parce que je voulais découvrir cette plume dont j'avais souvent entendu parler. Ceci est son premier roman ? J'en suis fort étonnée, parce que ce bon gros pavé brassant plein de thèmes contemporains de société est vraiment très maîtrisé. J'ai trouvé parfaite la structure en trois parties inégales, la seconde qui est aussi la plus longue (et la seule écrite à la première personne) est celle qui tourne autour de Fenno, le membre le plus séduisant de la famille McLeod.
Parlons un peu de cette famille : Paul, le père, vient de perdre sa femme et part en voyage organisé dans les îles grecques. Malgré son récent malheur, la tonalité n'est pas trop mélancolique, et ses compagnons de voyage offrent des portraits qu'on imagine croqués à partir de rencontres réelles, tant ils respirent l'authenticité ! C'est le premier de ces trois mois de juin, celui où Paul rêve de changer peut-être de vie…
Six ans plus tard, son fils Fenno rentre en Ecosse alors qu'il n'y est pas revenu depuis de longues années. C'est l'occasion de comprendre mieux les liens tissés dans la famille, entre les trois frères, rien de dramatique ni d'irrémédiable, des éloignements comme dans toutes les familles… La vie bien réglée de Fenno, libraire à Greenwich Village, prend un tournant, voire même plusieurs tournants très importants, juste à ce moment-là
La troisième partie, le troisième mois de juin, centré sur Fern, une femme peintre, permettra de faire le point quelques années plus tard.
C'est un régal de lire sous la plume de Julia Glass les relations familiales, ou celles des différents couples du roman, tant elle réussit à pointer les comportements, à analyser les situations, sans jamais perdre de son empathie pour chacun. La mémoire familiale, la façon dont chacun voit et imagine les autres un peu perdus de vue, la paternité et la maternité, sont au coeur de ce roman.
Julia Glass, un nom à noter et à retenir, je crois que ses autres livres méritent d'être lus aussi, et qu'on retrouve même dans l'un d'entre eux des personnages de ce Jours de juin : je m'en réjouis d'avance !
Lien : https://lettresexpres.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Chiwi
  02 décembre 2012
A travers un roman en trois parties on suit l'histoire d'une famille. Tout d'abord on va en Grèce avec Paul McLeod qui vient de perdre sa femme et qui voyage pour oublier. Il va durant ce voyage tomber amoureux d'une jeune américaine. Puis on se retrouve avec Fenno, fils de Paul, qui revient en Ecosse pour les funérailles de son père. On finit avec Fern, la jeune américaine du début, amie d'un ex amant de Fenno.
 
J'ai bien aimé l'alternance entre le présent et le passé dans le récit des personnages. Cela donne ne profondeur et évite au récit une narration trop linéaire et chronologique. La division en trois partie permet de voir l'évolution des personnages notamment de Fenno et aussi d'avoir des points de vue différents sur les personnages en fonction des conversation ou des objets découverts.
J'ai trouvé au ton du roman une certaine tristesse mais aussi un optimisme, une croyance dans la vie.
Commenter  J’apprécie          40
GoodBooksGoodFriends
  24 juin 2019
❤ Coup de coeur ❤
.
A-t-on besoin de connaître vraiment quelqu'un de sa famille pour l'aimer ? Quand sait-on qu'on est arrivé là où l'on doit être ? Notre terre d'accueil est-elle celle d'où l'on vient ou celle où l'on se sent chez soi ?
Dans cet admirable roman à trois voix, Julia Glass tente de répondre à ces questions et à bien d'autres. La voix la plus importante de ce triptyque est celle de Fenno, écossais émigré à New-York, frère aîné de jumeaux, fils de parents peu expansifs, homosexuel au coeur des années Sida, peinant à trouver sa place dans la cellule familiale comme dans sa vie sociale.
Fenno, à la différence de son père Paul, qui prend la parole en premier dans ce roman, m'a inspiré une sympathie immédiate et une grande affection. Ce personnage complexe, son sentiment de rejet, son impression de n'appartenir à aucun groupe, est à mes yeux un des plus beaux personnages de fiction qu'il m'ait été donné de lire.
Fenno apparait dans les trois volets du triptyque là où les deux autres narrateurs n'apparaissent que dans deux. Son volet est le plus important du roman et les deux autres l'encadrent comme pour le mettre en valeur.
Dans un moment difficile pour lui, l'occasion de faire le point sur sa vie et de regarder vers l'avenir, Fenno se remémore sa relation avec Mal, et avec la mère de celui-ci Lucinda. Ces deux personnages sont également magnifiques et je n'ai pu m'empêcher de penser qu'ils n'étaient pas assez exploités (jusqu'à ce que j'apprenne que j'allais les retrouver prochainement dans La nuit des lucioles...), tout en étant consciente que ce n'était pas leur histoire mais celle de Fenno.
La sublime écriture de Julia Glass nous plonge dans cette histoire, dans le New-York des années 1990, dans cette atmosphère délétère pour la communauté homosexuelle, baignant entre peur de mourir et désir de vivre, elle nous balade en Ecosse le temps de vacances, de funérailles ou de visites à la famille, elle nous fait pleurer ou sourire d'attendrissement, et espérer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aifelle
  12 août 2012
Paul, Fenno, David, Dennis, Mal, Fern et les autres ... toute une galerie de personnages dont je vais avoir du mal à me séparer après plus de six cents pages passées en leur compagnie.

Ce roman choral se divise en trois parties distinctes, dont la plus importante est consacrée à Fenno, le fils aîné de la famille McLeod, installé à New-York, un océan n'étant pas de trop entre sa famille et lui.

Dans la première partie, Paul, son père, veuf récent, participe à une croisière en Grèce. A travers lui, nous allons faire connaissance avec la famille, Maureen l'épouse disparue, les trois fils, la maison écossaise, l'élevage de collies. Comment vont-ils tous recomposer leurs relations sans elle ?

Lien : http://legoutdeslivres.canal..
Commenter  J’apprécie          30
SabrinaTrublet
  20 octobre 2018
Dans la famille écossaise Mc Leod il y a Paul, le père.
Parti en voyage en Grèce après le décès de sa femmes.
Puis il y ses fils, Fenno l'aîné et les jumeaux Dennis et David.
Au décès de Paul les fils se retrouvent pour les obsèques et décider du lieu « d'épandage » des cendres et de la répartition du patrimoine.
En Grèce ? Ou en Ecosse ?

Mais ce roman est avant tout la vie de cette famille sur des décennies avec le récit de Fenno alternant ses jeunes années familiales avec sa vie d'homme gay exilé à New York .
Sa relation avec Mal, cet ami mourant du sida.
Son acquisition de sa librairie et sa passion pour les oiseaux.
Son amour pour ses nièces et l'incroyable demande de son frère et sa belle-soeur...

J'ai beaucoup aimé ce livre ! Vraiment beaucoup.
J'ai eu l'impression de vivre un moment dans cette famille avec ses hauts et ses bas, ses doutes et ses certitudes, ses bonheurs et ses malheurs.
Un livre dont il vous teste quelque chose après sa lecture.
Commenter  J’apprécie          20
biancaf
  25 avril 2015
Comme j'aime cette écrivaine ! Roman chorale par excellence, les destins se scellent au fil des jours.
Commenter  J’apprécie          20


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1186 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre