AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782848931159
656 pages
Éditeur : Les Deux Terres (16/05/2012)
3.8/5   49 notes
Résumé :
Dans une ancienne ferme près de Boston, Percy, soixante-dix ans, passe sa retraite à lire, à regarder de vieux films et à nager dans son étang en tenue d’Adam. Il n’apprécie que les visites de Robert, son cher petit-fils étudiant en médecine. Cette paisible routine est compromise lorsqu’il permet à une école maternelle d’occuper sa grange. À mesure qu’élèves, parents et professeurs assiègent son refuge, il remet en question la vie solitaire qu’il mène depuis la mort... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 49 notes
5
7 avis
4
7 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
1 avis

michemuche
  01 janvier 2021
Les joies sont elles éphémères ?
Voilà la question que Percy Darling aurait pu se poser à la fin du roman de Julia Glass. Percival Darling un septuagénaire savoure sa vie tranquille entre lecture, course à pied et baignade dans l'étang près de sa vieille grange.
Cette image idyllique de la retraite c'était avant l'installation de l'école maternelle dans la vieille grange réaménagée en salle de classe.
La venue d'enfants, d'enseignants et autres éléments perturbateurs ont de quoi agacer le vieux monsieur bougon et sarcastique, même si monsieur Darling ne le dit pas, toute cette jeunesse d'esprit va donner à Percy et à sa vieille maison une certaine renaissance.
J'ai trouvé le roman de Julia Glass " les joies éphémères de Percy Darling" admirablement écrit. Des sujets intéressants comme l'homosexualité, l'écologie, ou l'immigration des thèmes pas faciles à traiter dans une Amérique sclérosée. Les personnages de Julia Glass répondent à ce que nous voudrions voir et entendre dans une société dite civilisée.
Je finis l'année 2020 avec un petit bijou.
bonne année à vous .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7313
isanne
  29 mars 2020
Matlock : bourgade résidentielle aisée proche de Boston.
Percy Darling : soixante-dix ans, y réside depuis cinquante ans environ, veuf depuis de longues années, il y mène une retraite désormais rythmée par ses courses à pied quotidiennes et ses séances de natation dans le lac jouxtant son jardin, tout aussi régulières.
Clover et Trudy : les deux filles de Percy, il les a élevées, seul. Clover excentrique et séparée de son mari mère de deux ados qui vivent chez leur père, jeune femme qui manque pour le moins de stabilité dans la vie. A l'opposé, Trudy devenue une cancérologue réputée et respectée, que son engagement professionnel accapare et tout en retenue quand il s'agit d'échanger avec son père.
Un petit fils, Robert, brillant étudiant, fils de Trudy et Douglas, que Percy adore.
Voilà, vous avez, rapidement présentés, les "ingrédients" principaux de ce roman. D'autres personnages, tout aussi attachants et hauts en couleurs, vont apparaître au fil des pages, et former cette communauté dont les échanges et les rapports sociaux , les idéaux et les engagements personnels, les blessures de la vie et les décisions prises vont venir étayer le récit.
C'est ce que j'appelle un roman "douillet" dans lequel on a plaisir à savoir que l'on se glissera, à nouveau, dès que la journée le permettra, comme on le ferait dans un vieux pull tellement porté mais tellement moelleux qu'il est devenu comme une seconde peau.
En ces temps troublés, j'ai aimé retrouver la compagnie de ces personnages, découvrir les trajectoires de leurs vies déterminées par leurs choix et leur besoin d'idéal, et leur désir d'échapper aux morsures de l'existence.
J'ai eu besoin de l'humour, parfois cynique, de Percy, figure centrale de ce microcosme humain, tel un arbre gigantesque et solide qui étale ses ramifications comme autant de points d'ancrage des destinées de chacun.
Dommage d'avoir tourné la dernière page et d'avoir dû quitter toutes ces vies...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          275
spleen
  14 août 2021
Percy Darling est un homme de 70 ans, solitaire et plutôt bougon qui vit seul dans sa vieille maison dans une petite ville près de Boston , accroché au souvenir de sa femme morte de nombreuses années auparavant , entouré de ses livres, évitant sa voisine et se baignant nu dans l'étang qui borde sa propriété.
La seule personnage qui a grâce à ses yeux est son petit fils Robert, étudiant en médecine qui vient le voir régulièrement.
L'édifice se fissure lorsqu'il accepte d'héberger dans sa grange , une école maternelle ...
Fort bien construit, ce roman en apparence gentillet dans ses premières pages aborde à travers ses personnages de nombreuses thématiques de notre temps : le couple, l'amour à tout âge, le militantisme et ses dérives, l'immigration et l'intégration , l'homosexualité, la maladie , laissant à chacun la parole avec son point de vue. Cela donne une vraie dimension à ces hommes et ces femmes qui essaient d'être heureux , de donner un sens à leur vie et qui souvent se trompent pour mieux se relever .
Un livre attachant qui offre une certaine image d'une frange de la société américaine , et qui s'éloigne de celle que l'on ressent parfois dans d'autres romans américains faite de violence et d'intolérance .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Nadael
  22 mai 2012
Percy Darling a soixante-dix ans lorsqu'on le rencontre. Ancien bibliothécaire, la lecture est toujours sa passion, adepte de la course à pied, il fait régulièrement son jogging autour de son « domaine », et il aime se baigner nu dans son étang par tous les temps. Veuf depuis des années, il mène une vie plutôt tranquille et solitaire. Sa maison et son arbre séculaire le rassurent, les fréquentes visites de son petit-fils Robert – qui étudie la médecine à Harvard – lui apportent un peu de gaieté. Chaque recoin de sa propriété lui rappelle son épouse Poppy, le lien qui les lie semble indéfectible. Percy vit dans ses souvenirs... jusqu'au jour où une école maternelle s'implante dans sa grange.
Les habitudes du vieil homme vont très vite être bousculées. Enfants, instituteurs, parents entrent sur son territoire, animant ce lieu de joyeux rires et bavardages. Lui, qui jusqu'ici s'était retranché dans une bulle, certe confortable mais triste, commence à aller vers les gens, s'ouvrir à eux, les écouter aussi. Sa famille – il a deux filles – se resserre autour de lui. Il se sent plus utile, plus important. Il comprend mieux sa place – de chef de lignée –, de patriarche, et se rend compte qu'il est un soutien pour les siens. Percy se sent si bien que le sentiment amoureux naît à nouveau en lui.
Julia Glass est une conteuse (comme Irving), elle réussit à enchevêtrer les histoires de chaque personnage (nombreux), plante merveilleusement le décor, l'ambiance, nous embarque avec elle dans son voyage. Elle aborde toutes sortes de sujets : la vieillesse, la jeunesse, la nostalgie, la maladie – le cancer, ses traitements, les réactions des proches – , l'homosexualité, les sans-papiers, l'amour à tout âge, l'infidélité, les secrets de famille, les rapports parents-enfants...
Un roman intense qu'on ne lâche pas, les personnages évoluant autour de Percy Darling sont terriblement attachants : Sarah, la femme dont il tombe amoureux, mère d'un petit Rico se bat contre le cancer, soignée par la fille ainée de Percy – Trudy – chirurgienne; Clover, la cadette s'occupe ardemment de l'école maternelle mais est fragilisée par un divorce et l'absence de ses enfants ; Robert, le petit-fils préféré de Percy n'est peut-être pas aussi lisse et parfait qu'on croit ; Ira, l'instituteur homosexuel semble avoir trouvé sa place aux Fées et Follets – nom de la maternelle – après bien des péripéties ; Anthony, son compagnon avocat, ne rêve que d'une chose, l'épouser ; Celestino, le jardinier guatémaltèque qui doit se cacher, et bien d'autres... Julia Glass fait ainsi vivre tout une petite communauté sous sa plume, et c'est un grand bonheur de lecture. Si vous avez aimé Jours de juin, vous aimerez son dernier roman, c'est certain.
Lien : http://lesmotsdelafin.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
keisha
  09 juin 2012
Si on se délecte des bons gros romans qui se lisent tranquillement mais sans faiblir, les histoires avec un personnage central, ici Percy Darling, (qui après des années de veuvage soupire encore après son épouse Poppy, mais verra encore son coeur battre amoureusement), mais où plein d'autres personnages, famille, amis, voisins, gravitent autour, lancez-vous sans crainte! Il se passe toujours quelque événement, les sentiments sont dévoilés, de jolies réflexions émaillent la narration, et il se dégage un charme extrêmement prenant, tel qu'on quitte à regret tout ce petit monde du Massachusetts, réclamant encore, encore...

"Je regardais mes filles et mes petits-enfants sous un autre angle, mieux ajusté, comme si je pouvais littéralement les voir au milieu des générations suivantes, comme si nous étions sur une estrade en gradins."

"Les autres mères faisaient des tartes démentes; la sienne savait exactement où les acheter."
Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
Commenter  J’apprécie          141

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
michemuchemichemuche   25 décembre 2020
Ce que j'aime dans les livres, c'est ce qu'il renferment ; ils contiennent du savoir comme un pichet contient de l'eau, comme une robe contient le mystère d'un corps de femme exquis.
Commenter  J’apprécie          272
isanneisanne   26 mars 2020
Ce que j'aime dans les livres, c'est ce qu'ils renferment ; ils contiennent du savoir comme un pichet contient de l'eau, comme une robe contient le mystère d'un corps de femme exquis. Leur matérialité est importante - ne me parlez pas de conserver les livres sous forme d'octets ! - mais ils ne doivent pas inspirer un culte fétichiste.
Commenter  J’apprécie          130
NadaelNadael   22 mai 2012
 Maintenant qu'on sait qu'on est d'accord sur la fin de l'histoire – et pour le début, on n'a pas de quoi se plaindre ? – il ne nous reste plus que le milieu à découvrir. (…) Le milieu, c'est là qu'il y a la garniture, la confiture, la crème anglaise, la farce de la dinde. L'escalope dans la tranche de lard.
Commenter  J’apprécie          100
NadaelNadael   22 mai 2012
(…) il s'écoulait parfois des semaines sans que je m'aperçoive consciemment de la ressemblance entre la mère et la fille, puis elle refaisait surface, et j'éprouvais brusquement un tourbillon d'émotions vertigineux : le soulagement de la présence dans l'absence (de voir que ma femme avait laissé quelque chose derrière elle), mêlé à la tristesse de l'absence de la présence (de savoir que mes filles seraient toujours là pour me rappeler que leur mère avait disparu). 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
NadaelNadael   22 mai 2012
Ce que j'aime dans les livres c'est ce qu'ils renferment ; ils contiennent du savoir comme un pichet contient de l'eau, comme une robe contient le mystère d'un corps de femme exquis. Leur matérialité est important – ne me parlez pas de conserver les livres sous forme d'octets ! – mais ils ne doivent pas inspirer un culte fétichiste.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Julia Glass (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julia Glass

La chronique de Gérard Collard - Refaire le monde
Si vous aimez lire, si vous êtes gourmet, si vous êtes gourmand... le livre que Gérard Collard vous présente aujourd'hui dans sa chronique, est pour vous!!! le libraire de Saint-Maur-des Fossé a choisi de vous parler du livre de Julia Glass "Refaire le monde" aux éditions J'ai Lu. Un roman qui se dévore... Regardez... La présentation du livre "Refaire le monde" par l'éditeur : Pâtissière à Greenwich Village, Greenie se consacre tout entière à son jeune fils et à son métier, tandis que son mari plonge dans la mélancolie. Lorsque le truculent gouverneur du Nouveau-Mexique, conquis par un gâteau à la noix de coco, lui propose de devenir chef cuisinière de sa résidence, elle accepte, par ambition autant que par désespoir, et part vers l'Ouest, bouleversant ainsi la vie de toute la famille... Vous pouvez commander "Refaire le monde" sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1222 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..