AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782352878148
300 pages
Archipoche (14/10/2015)
4.42/5   31 notes
Résumé :
Aucune vie n'est sans espoir... Mère d'accueil, Cathy se voit confier Donna, 10 ans. La petite fille brisée mettra longtemps à révéler l'horreur de ce que sa famille lui a fait subir : battue, humiliée, elle a été réduite à l'esclavage par sa mère et ses frères. Il faudra toute la patience de Cathy pour lui permettre de se libérer de ce cauchemar.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,42

sur 31 notes
5
5 avis
4
4 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

LydiaB
  20 août 2021
Je connaissais les livres témoignages de Torey Hayden mais pas ceux de Cathy Glass. Leur point commun est que leurs deux narratrices aident les enfants maltraités. Cathy Glass nous fait découvrir les familles d'accueil et les joies et les peines de ce sacerdoce. Car si elles sont importantes, vitales, pour les enfants victimes de mauvais traitements, il n'en reste pas moins qu'il y a tout un parcours du combattant derrière.
Dans ce livre, on lui confie Donna, une fillette de dix ans, d'une grande tristesse. Elle ne s'ouvre que très peu, saccage sa chambre… Cathy va découvrir au fur et à mesure tout ce que l'enfant a subi de la part de sa mère avec qui elle est toujours en contact…
Evidemment, je suis sortie de cette lecture à la fois vidée et révoltée. Comment peut-on faire subir un tel calvaire à sa propre fille ? J'ai souvent eu la larme à l'oeil.
Lien : https://promenadesculturelle..
Commenter  J’apprécie          530
Khalya
  03 décembre 2017
La famille de Donna est vraiment horrible et Cathy va aller de découvertes en découvertes, chacune pire que la précédente alors qu'elle pense à chaque fois que la mère de Donna a touché le fond.
Personnellement, je ne comprends pas que cette femme soit non seulement en liberté mais qu'on l'autorise à avoir des contacts avec sa fille qu'elle se plaît à détruire psychologiquement à défaut de pouvoir le faire de nouveau physiquement. La place de cette femme est en taule, ou à la rigueur dans un hôpital psychiatrique parce qu'avoir une telle haine pour une petite fille est révélateur de problèmes mentaux, aux cas où l'état de sa maison et son comportement autodestructeur n'auraient pas mis la puce à l'oreille des autorités.
Même s'il n'y a pas encore eu d'audience définitive devant le juge, je n'arrive pas non plus à comprendre qu'on laisse cette femme en contact avec Donna, trois fois par semaine, surtout quand on voit les crises de violence de la fillette à chacun des retours de ces « séances », actes de violence qui montre tout le désarroi de la gamine.
Le dilemme pour Cathy est énorme car elle doit sans cesse penser à la meilleure manière d'aider Donna mais aussi protéger ses propres enfants et surtout sa fille, Paula, âgée de 6 ans.
A travers de l'histoire de Donna, Cathy nous parle des obligations qui pèsent sur les familles d'accueil : départ en vacances, sorties, privation d'argent de poche, tout doit être accepté par l'assistante sociale. La mère d'accueil doit aussi écrire un journal où elle doit raconter tout ce que fait l'enfant qui lui est confié et ce journal est consulté régulièrement par l'assistante sociale qui le signe pour montrer qu'elle en a eu connaissance. A se demander si les mères d'accueil ne sont pas vues comme de simples employées de garderies. Elles semblent avoir les mains liées pour tout mais doivent gérer les tensions et les difficultés des enfants au quotidien. Si je trouve bien qu'il y ait un suivi pour éviter les dérives que l'on a pu constater dans certaines familles d'accueil, je trouve que là c'est un peu exagéré. Pas étonnant qu'ils aient autant de mal à trouver des familles prêtes à accueillir des cas difficiles quand on voit toutes les contraintes qu'on leur impose.
Cathy a gardé contact avec Donna après que celle-ci, qui est métisse, ait été confiée définitivement à une femme ayant la même couleur de peau qu'elle (décision prise car la fillette avait un gros problème d'acceptation de sa couleur), et nous donne des nouvelles pour qu'on puisse voir comment elle a évolué en grandissant. Elle nous donne aussi des nouvelles de la famille de la fillette.
Ainsi l'histoire ne se termine pas de façon abrupte, comme parfois pour ce genre de témoignage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Flo76300
  13 octobre 2017
c'est un livre vraiment poignant et c'est dans des cas comme celui-ci qu'on se dit que certaines personnes ne devraient pas avoir d'enfant, car si c'est pour les traiter de la sorte alors autant ne pas en avoir. La mère de Donna la traite en véritable esclave et l'humilie en lui disant qu'elle est sale et qu'elle devrait se nettoyer la peau car la petite Donna est métisse. En plus de sa mère la mère est maltraitée par sa soeur et ses deux jeunes frères. Heureusement tout se termine bien pour Donna qui trouve une famille d'adoption aimante et qui lui fait en quelque sorte oublié son passé.
le livre est intéressant et triste, j'ai failli pleurer à plusieurs passages alors que je n'ai pas la larme facile.
Commenter  J’apprécie          35
cecile13
  16 janvier 2016
Cathy Glass est famille d'accueil. Elle s'occupe d'enfants maltraités, violés et négligées par leur famille. Elle fait de son mieux pour aider ces pauvres malheureux en leur inculquant l'amour et le respect et leur démontrant que pas tout le monde est méchant. Dans ce livre, elle évoque le cas d'une petite fille maltraitée par sa mère et ses frères. Ce témoignage est vraiment révoltant. Comment peut-on faire autant de mal à une enfant ?
Commenter  J’apprécie          40
avanalou
  30 janvier 2021
Un roman touchant où on se prend vite d'affection pour la petit Donna.
Resume:Cathy Glass, mère d'accueil, est désemparée devant cette petite fille qu'on vient de lui confier : Donna semble porter sur ses épaules toute la tristesse du monde. le regard vide, elle ne dit pas un mot.
Lorsqu'enfin elle s'exprime, elle révèle une vie de souffre-douleur. Sa mère la bat, l'humilie, la traite en esclave et boit l'argent des allocations.
Cathy saura-t-elle redonner à Donna l'estime de soi et faire sortir toute la colère qui semble près de l'étouffer ?
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Rika972Rika972   06 mai 2016
Les mots peuvent être violents, mais les regards peuvent l'être aussi. Il y a un proverbe qui dit qu'une image vaut mille mots.
Commenter  J’apprécie          50
Rika972Rika972   06 mai 2016
C'est pas grave qu'il y ait pas beaucoup de monde. L'important, c'est qu'il y ait les gens qu'on aime.
Commenter  J’apprécie          10

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1234 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..