AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Émilie Gleason (Autre)Adeline Rapon (Autre)
EAN : 9782493213044
128 pages
NOUVEL ATTILA (20/05/2022)
3.18/5   11 notes
Résumé :
Une BD futuriste conçue par une photographe et une dessinatrice, sur un monde où l’épilation serait interdite ! Les trois tenancières d’un salon de coiffure new âge enseignent à leur clientèle de nouvelles coupes et des modes surprenantes, pour dissiper les habitudes, préjugés et drames du passé.

Que lire après Ebourrifant.e.sVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Emilie Gleason et Adeline Rapon en ont dans la culotte. Les deux artistes partagent des points communs certes. Mais elle partage une vision de la femme dans la société moderne assez singulière. Pour elle, les femmes doivent garder leurs poils. Elles s'affichent avec ces poils voyants et les revendiques que cela soit à travers des écrits, des photos... Alors pourquoi ne pas aller plus loin avec un autre support populaire? L'éditeur le Nouvel Attila leur a proposé voilà un an de réaliser une bd sur ce thème qui leur tient à coeur. Beaucoup dirons que le poil est vraiment un sujet trivial et superficiel et pourtant. L'impératif de ne pas avoir des poils que l'on impose aux femmes est une vraie contrainte du quotidien. Et surtout c'est un vrai bussiness rentable pour les industriels. A force de dire qu'une belle femme doit être mince, maquillé, porter des chaussures à talon... on est arrivé à créer un idéal qui a besoin de consommer pour tendre à la normalité. le poil n'échappe pas à la règle car il faut acheter des rasoirs, de la cire, prendre des rendez-vous chez l'esthéticienne. Si tu ne suis pas l'impératif, tu seras ostracisé. Au début, c'était la moustache, les dessous de bras, les jambes et cela va jusqu'au vagin. Il faut que le corps de la femme soit glabre comme une petite fille. Pour qui et pourquoi s'infliger ça? Pour plaire à ces messieurs qui adorent les pornos et pour intégrer des communautés. La différence créé l'exclusion. Les deux amis racontent en dernière partie le pourquoi de leur livre et une réflexion historique sur la suppression de la visibilité du poil. Elles espèrent secrètement que dans un futur très lointain, 2061 les femmes laisseront plus de liberté à leur corps. D'ailleurs, l'épilation est interdite. Alors elles imaginent un salon de coiffure "Faut tif hair". On ne coiffe pas les les cheveux mais les poils sous les bras, les jambes et le vagin. Et aussi bien les messieurs que les dames, par contre le tarif va être différent. Adeline Rapon a intégré quelques unes de ces photographies. L'idée est originale et c'est amusant à lire. On sent les convictions féministes. Toutefois, la lecture se fait très rapidement. On aurait aimé en avoir plus à lire et des récits un peu plus long pour que cela soit amusant. le petit hic repose sur le graphisme assez atypique qui risque de repousser plus d'une lectrice. On est à l'opposé du dessin classique même si l'on voit le respect des proportions, des perspectives. Déroger à des règles même en bande dessinée dérange. Quelque chose me dit que malgré ça, les acheteuses seront au rendez-vous. Néanmoins, l'angle écologique n'a pas été abordé. Et si garder ces poils, c'était aussi une façon de protéger la nature?
Commenter  J’apprécie          00
Et si dans le futur, les poils redevenaient à la mode?
C'est le parti pris d'Ebourrifant.e.s.
Si on allait chez l'esthéticienne non pour se faire épiler mais pour sublimer ses poils, ceux de ses mollets, de ses aisselles ou autre.
Dans ce salon de beauté, se croisent des hommes et des femmes qui acceptent leur pilosité et veulent la garder et l'entretenir.
Une idée avant-gardiste qui germe déjà chez quelques femmes qui s'affichent dans nos rues avec des aisselles non épilées. Elles sont aujourd'hui regardées comme des ovnis mais qu'en sera-t-il plus tard ?
Cette petite BD est complètement déjantée. Les dialogues sont piquants, directs et assez drôles, parfois un peu crus…
Des photos complètent les illustrations et rendent réalistes les délires poilus de la dessinatrice.
J'ai moins accroché avec le graphisme qui ne correspond pas à mon goût.
Cette BD est complétée par un grand nombre de pages questions /réponses aux auteures sur le pourquoi de cet ouvrage, un peu de militantisme finalement.
Pourquoi que 3 étoiles : Parce que j'aurai souhaité des scénettes plus longues, une BD plus longue (et seulement 2 pages explicatives à la fin) et aussi parce que j'adhère peu à ce style de graphisme. Mais l'idée est intéressante et le mix photo/ dessins innovant.
Je remercie Babélio et Nouvel Attila pour cette découverte.
Commenter  J’apprécie          20
Une très chouette petite BD qui se déguste comme un bonbon... mais attention un bonbon qui pique !
Une bd poil à gratter (sans mauvais jeu de mots) qui fait sourire autant que réfléchir sur notre rapport au poil et aborde à travers ce sujet des questions bien plus vastes. Si la thématique semble au premier abord triviale voire superficielle, elle est pourtant symptomatique de phénomènes de société majeurs.
Féminisme, violence, consentement et liberté sont donc au coeur de ce livre et du salon de coiffure "Faut tif hair". Un salon dont on pousserait bien les portes avant 2061 ;)
Mention spéciale pour la conversation fort instructive entre l'autrice et l'illustratrice à la fin du livre.
Commenter  J’apprécie          40
C'est un bd très futuriste et originale. Les images sont très drôles.
C'est un livre militant et féministe et j'adore !! Elles dénoncent les tabous des poils avec beaucoup d'humour et d'auto dérision. Elles souhaitent que ça devient "normal" et "banal" d'avoir des poils dans la société. C'est vraiment un bd sympa à lire, j'ai passé un super moment en compagnie de ces trois drôles de dames.
Ce livre permet de dissiper les préjugés et mettre en l'image les pratiques du présent et du passé.
Commenter  J’apprécie          20


Videos de Émilie Gleason (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Émilie Gleason
Elene Usdin nous raconte comment elle a imaginé et réalisé sa toute première bande dessinée, René·e au bois dormant.
Cet épisode a été préparé par Sonia Déchamps Introduction : Sonia Déchamps Avec : Elene Usdin Réalisation : Sonia Déchamps Musique : Sparky Dessins : Emilie Gleason. Ce podcast a été réalisé en partenariat avec le Service Nouvelle Génération de la Bibliothèque publique d'information.
autres livres classés : pilositéVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (27) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5163 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}