AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 978B07M964TM5
88 pages
Ex Aequo (20/12/2018)
4.9/5   5 notes
Résumé :
"Jack Kerouac entre ciel et enfer" revisite les dernières semaines de la vie de Kerouac alors qu'il est revenu vivre chez sa mère en Floride.

L'écrivain est fatigué, usé par ses errances et excès (alcool, drogues). Il fait le bilan de sa vie, des femmes qu'il a aimées, des "potes fabuleux" qu'il a connus. Son roman emblématique "Sur la route" a acquis une notoriété considérable et Jack ne l'a pas supporté. En effet ses fans lui demandaient de jouer le... >Voir plus
Que lire après Jack Kerouac : Entre ciel et enferVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Connaissez-vous Jack Kerouac ?
Sûrement me direz-vous, ou peut-être pas, tout dépendant de votre âge ou milieu culturel.
Pour ma part, je le connaissais vaguement, je n'ai jamais lu son oeuvre à fond. Lorsque Pierre Glénat m'a invitée à lire sa pièce de théâtre, j'ai accepté avec plaisir. Une pièce de théâtre c'est le meilleur moyen pour susciter mon intérêt.
Je me suis plongée dans les articles le concernant et lu des pans de son histoire mais aussi celle de la génération qui a précédé la période hippie, la ‘'beat génération''.
La pièce m'a laissée nostalgique. J'aurais aimé connaître le garnement, j'ai l'impression que nos chemins se seraient croisés à cette époque, si j'avais vécu dans cette communauté franco-américaine.
Le Jack Kerouac de la pièce est sûrement très proche de celui qui a foulé les routes du continent nord-américain. La relation avec sa mère est très plausible, j'ai récité les dialogues à haute voix et je les ai ressentis au plus profond de mon être.
Jack appelé Ti-Jean est l'enfant de Léo-Alcide Kirouac(Kerouac) et de Gabrielle-Ange Lévesque de la Côte Sud au Québec. Ils se sont mariés dans cette communauté franco-américaine des États-Unis. Plus d'un million de Québécois ont immigré là-bas pour aller travailler dans les manufactures.
L'héritage québécois de Jack Kerouac est un élément important, même si certains détracteurs disent que les Québécois mettent trop d'emphase sur ce point. Saviez-vous que son ouvrage ‘'On the road'' (Sur la route) a d'abord été écrit en français du Québec. On a découvert des manuscrits après sa mort. Jack n'a pas appris l'anglais avant de fréquenter l'école. le milieu franco-américain de l'époque gardait ses racines : religion catholique et langue. Voilà en résumé le côté historique !

Pour vous parler de la pièce maintenant, elle s'adresse à un public français européen, ce n'est pas une critique mais une réalité. Lorsqu'un film américain sort en version française, il y a souvent une version européenne et une version québécoise ou nord-américaine. Dans le cas de Jack Kerouac, si la pièce était jouée ici, il faudrait définitivement la mettre à la saveur québécoise.
La pièce se déroule dans les derniers mois de vie de l'auteur, diminué physiquement et moralement. Il demeure chez sa mère avec sa conjointe Stella.
Les scènes se succèdent à l'intérieur, dans les différentes pièces de la maison d'enfance de Jack. Dans l'une des scènes, on rencontre la fan Jane, qui a parcouru des kilomètres de route. pour venir voir de ses yeux le personnage de roman. La plupart des gens voulaient rencontrer celui décrit dans les livres, l'intrépide aventurier. Jack n'en a que faire et n'eut été de sa mère hospitalière, cette Jane se serait vite retrouvée derrière une porte close.
Une autre scène intéressante est celle du journaliste qui veut à tout prix rencontrer notre auteur mais Jack ne veut pas discuter de ce qui ferait vendre le journal. Ça se termine de manière décevante.
Une rencontre avec un prêtre nous montre la profondeur de l'être et les tourments dans lequel Kerouac est plongé. le prêtre se veut des plus rassurants et lui révèle que sa poésie est un cadeau d'en haut pour le rapprocher de Dieu. Jack, à sa grande surprise, trouve l'ecclésiaste très ouvert.
Mes scènes préférées se déroulent entre la mère et le fils. Elle connaît son Jack par coeur et lui dit qu'il se compare trop aux autres, qu'il aime souffrir à outrance, investi de ce complexe de sacrifice. J'ajoute qu'il est sous l'emprise inconsciente de ce jansénisme catholique nord-américain qui persiste dans les mentalités encore aujourd'hui. Les conversations entre Gabrielle-Ange et son Ti-Jean sont plus que plausibles. Ce fils qui a mal grandi, la perte brusque de son frère, alors qu'il n'avait que 4 ans le hante et le paralyse jusqu'aux derniers jours de son existence.
Carolyn, la femme de son meilleur ami Neal le secoue, elle lui explique comment elle souffrait lorsque lui et son mari partaient pour leurs longs voyages la laissant seule. Elle lui laisse un cadeau lui permettant de s'évader de son triste quotidien.
Son frère Gérard descend vers lui pour l'aider à se pardonner. La conversation vient calmer son mal-être. Il est finalement assez en paix pour partir vers ce paradis décrit par son frère. Un paradis où il se dit qu'il a le droit d'entrer.
La mère ne reverra pas son fils en vie. Il s'est éteint sans elle…
C'était la première fois que je lisais un texte de Pierre Glénat. La justesse des répliques et la profondeur des personnages m'incite à découvrir cet auteur davantage.

Commenter  J’apprécie          61
Voici une agréable et intense plongée litteraire estivale avec Jack Kerouac entre ciel et terre, pièce de théâtre écrite par Pierre Glénat et éditée chez Éditions Ex Æquo.
Jack Kerouak, l'auteur de « Sur la route », né en mars 1922, aurait cent un ans. j'avais lu, il y a longtemps dejà, " Sur la route" mais j'avais préféré ses nombreuses poésies découvertes dans Mexico City blues Gallimard et Poèmes édités chez Seghers.

"Plutôt dans le sable du désert,
Assis les jambes croisées, au midi-
lézard, sous un abri en
Planches, dans le Dii Go
Désert, à l'ouest de L.A.,
Ou même au Chihucha, secs
Zachatakies, haut Guadalajara,
- absence de fantômes
ne me font pas roi"

Ses peintures également ne laissent pas indifférents." Kerouac était issu d'une famille de canadiens-français passée aux États-Unis au tournant du XXème siècle. Son père lui disait toujours de se rappeler qu'à la source, il était breton. Son grand-père était un gentilhomme qui avait combattu aux côtés de Montcalm au XVIIIème." le voyage de Kerouac en Bretagne est intéressant à découvrir également.
En septembre 1957 "Sur la route" trouve son éditeur. ( le manuscrit a été dactylographié en 1951 sur un rouleau de feuilles collées les unes aux autres pour former un rouleau de 37 mètres de longueur. Son texte défile sans virgule, ni chapitre. Il écrit sous l'influence de la musique jazz qu'il écoute en boucle. Radio France)
Le 24 octobre 1969, on enterrait au cimetière catholique de Lowell, petite ville industrielle du Massachussetts, Jack Kerouac, 47 ans.
Depuis quelque temps, il n'était plus que l'ombre de lui-même, revenu auprès de sa mère. C'est de cette période que Pierre Glénat nous parle : une vie construite de rencontres différentes, de souvenirs de ses anciens amis ou connaissances. Il converse avec sa mère Gabrielle qui l'aura soutenu tout au long de sa vie.
L'écriture de Pierre Glénat qui revisite les derniers instants de l'écrivain est directe, efficace et pleine d'émotion et me fait penser à la littérature de l'instant mise en place par Kerouac lui-même. Pierre Glénat compose une fresque réaliste de Kerouac grâce aux dialogues du bilan de sa vie intense, ses réussites, ses échecs, ses regrets...
Jack Kerouac, entre ciel et enfer est une interrogation entre la fragilité et la liberté de l'être humain. Toutes questions que nous pouvons nous poser nous mêmes pour nous, nos enfants ou les jeunes en quête de sens ou certaines personnes qui désirent et décident de changer de vie. Un grand merci à Pierre Glénat qui m'aura permis une redécouverte différente de cet auteur mythique. Une très belle lecture si on veut aprofondir un peu plus encore un instant fort de Jack Kerouac.

Commenter  J’apprécie          11
Une plongée émouvante dans l'âme tourmentée de Jack Kerouac : Jack Kerouac, entre ciel et enfer.

Jack Kerouac, entre ciel et enfer, la pièce de théâtre écrite par Pierre Glénat et parue aux éditions Ex Aequo, offre une expérience théâtrale émouvante et introspective. À travers une intrigue fictive et imaginative, la pièce explore les derniers jours de la vie de l'écrivain emblématique Jack Kerouac, icône de la beat generation, alors qu'il fait face à ses démons intérieurs et au souvenir de son frère disparu, Gérard, auquel il consacrera un livre (Visions de Gérard, paru en 1963).
Pierre Glénat réussit à créer un portrait saisissant de Kerouac, capturant avec finesse la complexité de son esprit tourmenté et son insatiable soif de liberté. Les dialogues dévoilent les réflexions introspectives de Kerouac, alors qu'il fait le bilan de sa vie tumultueuse, ses réussites, ses échecs, ses regrets... On ressent la solitude de l'écrivain, qui s'est installé chez sa mère en Floride. Les moments où Kerouac se remémore ses amis et où son frère Gérard lui apparaît sont des instants d'une grande intensité émotionnelle.

Jack Kerouac, entre ciel et enfer est bien plus qu'une simple biographie théâtrale imaginaire ; c'est une exploration profonde de la condition humaine, de la fragilité de l'existence et de la quête de sens. La pièce nous invite à nous interroger sur notre propre héritage, nos relations avec autrui et notre rapport à l'art.
Commenter  J’apprécie          31
Pierre Glénat, homme de théâtre et de lettres, aborde la dernière période de l'écrivain Jack Kerouac, le chantre de la « Beat generation », comme s'il l'avait approché et connu tellement ses propos nous font ressentir les derniers espoirs et les colères ultimes de cet auteur qui a marqué son époque.
Dans sa pièce de théâtre, Pierre Glénat nous fait vivre avec intensité la période de déchéance de l'écrivain auprès de sa mère, après une vie riche et dissolue à la fois, une vie d'errance et de débauche sexuelle, d'abus d'alcool et d'amphétamines. Jack est conscient d'avoir connu son heure de gloire un peu tardive et qu'il laisse une oeuvre littéraire. Sans doute sa seule véritable compensation car il n'a pas su mesurer l'amour de ses proches, ni les aimer lui-même. de même que le dévouement à son chevet de sa troisième femme, Stella.
On assiste à ses derniers échanges avec sa mère, à son éloignement de la société, au travers de son rejet d'une fan et d'un journaliste qui lui rendent visite, à son repentir pour Carolyne, la femme de son ami Neal Cassidy, dont il a aussi été l'amant. On s'étonne de sa rencontre avec un prêtre pour comprendre l'au-delà et approcher la rédemption, la méditation ayant aussi été une recherche au cours de ses voyages de hasard.
Un texte riche en sentiments livrés par petites touches et en confessions sur la vie de Jack Kerouac pendant son introspection et sa descente irréversible aux enfers.
Un beau témoignage sur la route d'une meilleure compréhension de ce beatnik des temps modernes.
Commenter  J’apprécie          21
En lisant cette pièce, j'ai oublié que je n'étais qu'une simple lectrice assise chez moi. Dès les premières pages, l'auteur m'a offert un siège au Théâtre. L'écriture de Pierre Glénat, fluide et poétique, nous emporte et nous plonge dans les derniers jours de Jack Kérouac. On entendrait presque les mouvements des acteurs sur scène, leurs respirations, leurs émotions. On se surprend à vouloir secouer Kérouac, le réconforter, lui enlever sa bouteille de whisky afin qu'il puisse se remettre à l'écriture.
Cette courte pièce de théâtre est un voyage dans le passé et m'a plongé dans cette période tourmentée de la vie de Kérouac tout en me dévoilant les moments clefs de la vie de ce grand auteur : ses écrits, ses rencontres, ses croyances, ses blessures…
Ce 8 clos n'en est pas vraiment un puisqu'il pousse les murs afin de nous faire voyager et réfléchir sur notre rapport au succès, aux personnes qui nous sont chères.
J'ai découvert en Kérouac un personnage complexe qui s'isole et s'enferme dans une triste solitude. Entre sa bouteille et sa maman, il navigue parmi ses souvenirs tout en acceptant sa proche fin de vie.
Sa mère est comme sa dernière porte vers le monde extérieur. C'est elle qui, par son hospitalité et sa volonté à sauver son fils qui se détruit par la drogue et l'alcool, l'incite à accepter les quelques visites qu'il a encore. Mais, que ce soit face à une fan, un prêtre, ou la femme de son meilleur ami maintenant décédé, Kérouac reste muré dans ses tourments.
Les dialogues nous embarquent dans cette tragique période, et soulignent le mal-être de cet auteur renommé au moment du bilan de sa vie.
Forcément, cela ne nous laisse pas indifférents. Une chose est sûre, maintenant que je viens de dévorer cette pièce de théâtre, j'ai hâte de découvrir les autres écrits de Pierre Glénat.
Commenter  J’apprécie          00


Livres les plus populaires de la semaine Voir plus

Lecteurs (6) Voir plus



Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
1288 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..