AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0725BNRKH
Éditeur : (03/05/2017)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Un brouhaha incessant monte vers le ciel, cri de haine de l'intelligentsia et du marché noir qui s'entremêlent et se rejettent. Des millions de bottes foulent les pavés de misère, écrasantes et la démarche amère. Le cuir grince, le cliquetis des armes résonne, et les turbines aux bruits de pâles entêtants soufflent leur air chaud.
Au coeur de ce spectacle désolant, un homme se fraie un chemin lentement. Il se confond avec la foule qui noircit les rues de Céta... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Wolkaiw
  28 janvier 2018
Une très belle découverte que ce roman de Cyberpunk, une claque dans la figure dont je me souviendrai longtemps. Je n'avais jusqu'à présent jamais eu l'occasion de lire le moindre livre appartenant à ce genre, c'est maintenant chose faite et j'en suis ravie ! Assurément, ce livre fait partie de ceux que j'aurai envie de relire dans quelques années, notamment quand je posséderai des bagages plus solides en la matière.
Pesant, angoissant, malsain, l'auteur dépeint un univers très sombre dans lequel une frange de la population évolue, tentant de survivre aux affres du temps et ses ravages. Une société qui agonise entre misère et famine, entre marché noir et corruption. Nous sommes dans les années 2100 et le tableau que l'on peut dresser de cette époque n'a rien de glorieux, bien au contraire. le roman s'ouvre sur un sinistre constat de ce qu'est devenu la planète ; un monde ravagé par la bêtise humaine, par son égoïste suintant par tous les pores de la peau. Ce portrait, très noir, transpire de vérité mais surtout témoigne de la violence qui sévit au XXIIème siècle, de la dureté de la vie quotidienne.
Prendre le temps de lire cette histoire me semble nécessaire afin de la savourer pleinement. Saisir tous les enjeux dont il est question nécessite une certaine concentration, surtout pour celles et ceux qui ne sont pas adeptes du genre. Je me suis posée, dans des endroits calmes et tranquilles pour lire ce livre, me familiariser avec son environnement mais aussi profiter pleinement de la plume de l'auteur. À certains moments, ou plutôt à la lecture de certains mots, un sourire est apparu sur mes lèvres, notamment avec les nombres nonante et septante qui m'ont rappelé mes origines belges. Je dois avouer qu'au fur et à mesure, je me suis sentie imprégnée de l'univers presque dangereux décrit par l'auteur, découvrant avec crainte et admiration les ressorts d'un monde imaginaire sombre et déroutant.
Economie et politique ne semblent pas faire bon ménage, le lecteur l'apprendra au fil des pages en même temps qu'il tentera de cerner tous les rouages de la machine en marche. le premier chapitre va servir de bases et poser le contexte de l'histoire, il nous amène progressivement à prendre conscience de la destruction et du chaos, de l'hypocrisie des dirigeants... le monde se relève lentement et douloureusement d'un immense bouleversement qu'il n'avait pas vu venir...La technologie ainsi que l'industrie agroalimentaire vont jouer un rôle déterminant au sein de l'histoire, moteurs de la reconstruction et instigateurs des pires intrigues. le ton est cinglant dès le début, nous imprégnant de l'atmosphère plutôt lourde qui va régner en maître tout le temps de la lecture. Tout est sombre, très sombre, mais jamais on ne tombe dans le pathos, tout est maîtrisé avec justesse.
Rire a-t-il encore un sens dans cette société qui se consume peu à peu ? Une fracture de plus en plus nette s'opère entre ce que l'on appelle et haut mais aussi le bas de la ville, c'est à la fois symbolique mais aussi tristement véridique. Deux mondes qui ne se côtoient qu'à de rares occasions, vivant côte à côte mais loin l'un de l'autre. Une sorte de rupture sociale semble donc déchirer le monde mais elle est loin d'être la seule. Il s'agit d'un univers Cyberpunk, ce qui implique bien évidemment des éléments de science-fiction, en ce sens la technologie va occuper une place très importante dans l'histoire, opérant par la même occasion une scission entre les humains et ceux que l'on peut appeler des robots. La façon dont tous deux vont cohabiter est intéressante, comme si l'homme avait besoin de la technologie pour vivre là où celle-ci tente à s'émanciper de plus en plus, gagnant en autonomie ; engendrant méfiance et mesure de sécurité pour limiter les pouvoirs du virtuel.
Cyborgs, robots, IA, quelle est la place de l'homme dans un monde où la machine semble dominer ? Dans lequel celle-ci occupe une place prépondérante ? C'est là qu'intervient Blank, le personnage principal de l'histoire, un homme fascinant, d'un cynisme à tout épreuve, c'est le moins que l'on puisse dire. Vivace et intriguant, je pense que nous ne sommes pas censés nous attacher à lui, mais je dois bien avouer que son fidèle NXS, un petit robot, va apporter une certaine touche d'originalité au duo qui provoque presque l'attachement. Bien que dépourvu de capacités humaines, le petit être numérique n'en demeure pas moins un fidèle mais surtout indispensable compagnon. J'ai énormément apprécié suivre leurs péripéties et évolutions respectives, j'admire surtout le talent de l'auteur de faire de Blank un personnage sur lequel on place des espoirs, en qui l'on a envie de croire... À la croisé des technologies, Blank incarne l'entre-deux, pas totalement robot, mais pas entièrement humain non plus, un mélange détonant qui fascine et dérange.
Une histoire qui dresse un terrible constat et nous fait prendre conscience de ce qui nous entoure, de tout ce qui semble régir la société. À travers l'histoire de Blank qui évolue dans un monde apocalyptique dans lequel la moindre opportunité est bonne à saisir – au diable l'éthique -, ce livre dresse une critique acerbe de la société, loin d'être superficielle, est elle profonde mais surtout crédible, plus que tout, elle est cohérente. Si je n'avais le droit qu'à un seul mot pour décrire cela, je choisirais l'adjectif percutante! Ce livre interroge l'homme, l'humain, sur ce qu'il est réellement. Est-il maître de son destin ou en a-t-il seulement l'illusion ? La violence des affrontements et la misère qui frappe les plus démunis nous aveuglent au point d'être dupes quant aux manipulations, stratégies et manigances de certains, nous en oublions notre capacité à émettre une critique, à réfléchir et observer le monde avec du recul.
Tout de suite après avoir terminé cette lecture, j'ai ressenti le besoin urgent, presque oppressant, d'en parler à la première personne que j'allais croiser. Je voulais parler de ce livre, donner envie de le lire, de découvrir tout ce dont il regorge tant j'ai été captivée de bout en bout par ce récit. La plume de l'auteur est juste incroyable et d'une grande fluidité, j'ai été absorbée par chacun des mots, comme happée au sein d'une superbe spirale dont je ne voulais pas voir la fin. CPU m'a clairement donné envie de lire d'autres livres de ce genre, Ayrton Glenet signe ici une superbe réussite, plus encore, un uppercut littéraire qui m'a estomaquée. Parvenir, dans un univers aussi riche et dense, à poser toute une réflexion sur le prix de la vie, sur le monde qui nous entoure en général, sans jamais tomber dans quelque chose de too-much, je ne peux qu'apprécier et admirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : robotsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1546 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre