AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782756027081
56 pages
Éditeur : Delcourt (17/10/2012)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Pour raison d'Etat, Isabelle de France épouse Edouard II, roi d'Angleterre, homosexuel notoire.
Intelligente, calculatrice et déterminée, elle conduira avec son amant, Roger Mortimer, la révolte des barons anglais, provoquant la chute de son époux honni ainsi que l'avènement de son fils aîné, Edouard III.
La postérité fera d'elle la Louve de France...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  20 décembre 2012
Voilà une collection, nouvelle de cette année, qui fait un peu parler d'elle : Les Reines de Sang, chez Delcourt ! Après Aliénor, c'est au tour d'Isabelle de France, fille de Philippe IV le Bel, reine d'Angleterre, la Louve de France, de voir sa vie adaptée en bande dessinée.
Saluons tout d'abord la bonne initiative de la part de Delcourt, qui surfe sur une nouvelle vague de féminisme relatif et d'intérêts historiques (pensons à la série débutante Sorcières chez Soleil qui vise un peu les mêmes thématiques que ces Reines de Sang).
Dès le début de cette histoire, on peut rapidement constater la relative facilité des choix scénaristiques, avec du grand classique (les références aux Rois Maudits, aux Templiers, etc. sont légion), toutefois, au moins, ce scénario à quatre mains (oeuvre de Thierry Gloris et de sa femme, Marie Gloris) fait son boulot avec un enchaînement connu des événements, mais également quelques scènes-clés, dont notamment une cérémonie d'hommage particulièrement réussie, que je crois pouvoir tout bonnement qualifiée de parfaite en tout point ! Malheureusement, face à ces bons côtés, l'intrigue prend un tournant tragique et s'accélère radicalement sans parvenir à me convaincre à la toute fin. de plus, les deux auteurs abusent, selon moi, de scènes tendancieuses : d'allusions un peu coquines au départ, on passe très rapidement à des situations carrément obscènes dont l'intérêt historique et/ou fictionnel (notamment le chapelet d'Edouard II…) m'échappe complètement. Voyeurisme et racolage habituels ont l'air de s'être sérieusement immiscés dans le scénario.
Ajoutons à cela, à la volée, des situations franchement caricaturales pour une royauté qui ne peut vivre sa vie quotidienne sans se sentir obligé de jouer des scènes dignes d'une tragédie grecque (la scène où le futur Edouard III joue devant son grand-père était une très bonne idée, mais vite gâchée par la caricature de personnalité attribué à Philippe IV le Bel), ainsi qu'une façon de parler, un langage, attribué au roi Philippe IV le Bel et à sa fille Isabelle notamment, qui correspond bien plus à la cour de Louis XIV ou à la bourgeoisie du XIXe siècle qu'à la monarchie du XIVe, surtout quand ces personnages sont en privé : le décalage est franchement bizarre, mais j'imagine que ça passe mieux et que ça parle davantage au lecteur dit « standard » ; et enfin, certains personnages, justement, apparaissent assez souvent, mais ne sont que très peu développés et sont, du même coup, bloqués dans un schéma de personnalité très strict : Philippe le Bel et sa belle-fille Blanche de Bourgogne en sont deux parfaits exemples.
On peut toutefois s'enorgueillir de bons graphismes en général, mais parfois discutables ; je crois même pouvoir distinguer au moins trois styles juxtaposés au gré des scènes, et pourtant nous avons là affaire à un seul et même dessinateur ! En effet, le style de couverture, un peu grossier, mais plutôt agréable, revient assez souvent ; le style de la page de titre, très gracieux et qui met en valeur la féminité d'Isabelle, apparaît pour quelques rares scènes où il s'agit bien de mettre en lumière les traits de la Louve de France ; enfin, ces deux aspects sont, de temps en temps, gâchés par l'apparition d'un style nettement moins racoleur, celui qui illustre la quatrième de couverture, c'est-à-dire un dessin aux traits franchement grossiers, rondouillards et péjoratifs au possible. de là à dire que le dessinateur a tout simplement voulu retranscrire, de manière particulièrement nette, des directives strictes sur comment présenter la reine Isabelle et que cela donne un aspect vraiment subjectif à l'affaire, il n'y a qu'un pas…
Pour finir, on peut regretter – et surtout ceux, néophytes, qui ne connaissent ou ne connaissaient pas l'histoire d'Isabelle de France et la découvrent avec cet album – de voir l'intrigue du deuxième tome dévoilée dès le quatrième de couverture du présent tome un…
Au terme de cette critique très revendicatrice, j'ai bien conscience de cracher un peu dans la soupe devant cette jolie bande dessinée, mais finalement, peut-être suis-je trop blasé de voir ce genre d'histoires dans l'Histoire, de voir toujours les mêmes thèmes repris inlassablement sans choquer personne, de voir ces "filons" historiques exploités jusqu'à la moelle sans franchement innover, de voir toujours des scènes racoleuses sans aucun intérêt direct pour l'intrigue… peut-être est-ce moi qui ne comprend rien à rien. Ça doit être ça, oui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
boudicca
  19 décembre 2012
En cette année 2012 voilà que Delcourt inaugure le lancement d'une toute nouvelle collection consacrée aux « Reines de sang », ces femmes qui marquèrent durablement l'histoire de l'Europe du Moyen Age et passèrent à la postérité. Deux séries ont ainsi d'ores et déjà vu le jour : la première dédiée à la célèbre Aliénor d'Aquitaine et la seconde à Isabelle de France à laquelle seront consacrés deux volumes. Fille du roi de France Philippe IV le Bel et reine d'Angleterre de part son mariage avec Édouard II, celle dont le tempérament implacable et violent lui valut le surnom de « Louve de France » est un personnage extrêmement captivant que j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir dans ce premier album. Il est certes difficile de ne pas penser à la fameuse série des « Rois maudits » de Maurice Druon, dont les concepteurs de la bande-dessinée confessent d'ailleurs s'être beaucoup inspirés, mais Thierry et Marie Gloris disposent d'assez de matière pour proposer une version bien à eux, pour le moment davantage centrée sur la vie intime d'Isabelle et ses déboires avec sa famille que sur son influence politique.
Tout au long de ce premier album, ce sont ainsi les membres de l'entourage direct de la reine qui sont avant tout mis en avant : Philippe IV le Bel qui n'hésite pas à sacrifier sa fille au nom de la politique, le roi anglais Édouard II dont les penchants homosexuels sont ici très soulignés, le futur Édouard III encore enfant mais déjà bien décidé à faire triompher l'Angleterre sur la France, Roger Mortimer, dont on devine l'affection naissante qu'il éprouve pour la reine... le portrait réalisé par les auteurs de cette souveraine implacable est à mon sens plutôt réussi, ni trop complaisant, ni trop noir : le lecteur découvre une femme fière, humiliée par son mari et bien décidée à purger la royauté de tous ceux qui oseraient se mettre en travers de son chemin. Les graphismes quant à eux sont, dans l'ensemble, très réussis, même si on pourrait parfois regretter le manque de naturel de certaines expressions du visage des personnages. Rien de très grave cela dit, d'autant plus que les couleurs sont, pour leur part, parfaitement utilisées et parviennent sans mal à nous plonger efficacement dans l'ambiance de cette Angleterre du début du XIVe siècle.
Ce premier album du diptyque consacré à Isabelle de France devrait donc ravir tant les amateurs d'histoire que de bande-dessinée et l'on peut saluer l'initiative de la maison d'édition Delcourt qui met ici à l'honneur ces femmes au destin passionnant. A quand le second volume?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
tchouk-tchouk-nougat
  20 septembre 2014
De tout temps les femmes ont marqué L Histoire, même au moyen age où l'eur place n'est guère à envier. C'est le cas d'Isabelle de France, devenue reine d'Angleterre. Pour raison politique évidemment. Il en a résulté un mariage où même le respect entre époux était absent. Edouard II d'Angleterre a la réputation d'être un homosexuel et le seul désir qu'il fait naitre chez Isabelle est celui de la vengeance.
Ce premier tome nous offre un apperçu de ce qu'à pu être le calvaire de cette reine. Comment le dégout et la haine de son époux sont nés est amenera à la suite des évenements (ce n'est pas dévoiler l'intrigue du tome 2 de dire quelle prendra un amant et renversera Edouard II pour mettre son fils sur le trone d'Angleterre puisque, pour ceux qui ne connaissent pas cette partie d'Histoire, cette fin est déjà avouée en 4e de couverture)
Je trouve que les auteurs arrivent à nous donner une version très humaine de cette reine. Avilie et humiliée par son mari on comprend aisement le cheminement que sa rancoeur. Elle reste pour autant plutot simple, ni ambitieuse ni cruelle. Attachée aux valeurs qui ont du la bercer toute son enfance. Une mère qui veille sur son enfant, une louve de France.
Les dessins sont de belles factures et nous embarquent facilement dans les ambiances du XIVe siècle. J'aime particulièrement le crayonné (de style différent que le reste de l'album) ornant la page de titre qui donne une autre image d'Isabelle de France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
ManonReal
  25 mai 2019
Encore un personnage des Rois Maudits à l'honneur! après une bd sur Philippe le Bel, je découvre avec plaisir celle consacrée à sa fille Isabelle, dit La Louve de France. Dans ce premier album, la malédiction des Templiers et la fin des Capétiens est décrite à travers son point de vue, alternant sa vie politique et sa vie personnelle, à la fois morne et difficile. Mariée au roi d'Angleterre Edouard II, l'autoritaire Isabelle ne se sent pas aimée et tente de le faire savoir. Elle se sent condamnée dans cette place de reine figée qui doit se contenter de donner des héritiers à la couronne anglaise et ne comprend pas l'attitude de ses belles-soeurs, Marguerite, Jeanne et Blanche qui rendent leurs époux "cocus comme des manants".
Les personnages sont bien dessinés, Isabelle est parfois un peu trop rigide dans son comportement mais cela n'empêche pas de conserver une bonne narration.
Commenter  J’apprécie          100
Vexiana
  23 janvier 2017
Dans la série des reines de sang, voici donc Isabelle, la Louve de France.
Après Frédégonde et Tseu-Hi, Isabelle est la 3e personnalité dont je découvre l'adaptation de la vie dans cette série de BD et je dois dire que, comparativement, c'est celle qui y a le moins sa place, ne la trouvant, pour le moment, ni ambitieuse, ni cruelle, ni sanguinaire.
Je dois dire que j'ai été touchée par le portrait qui nous est donné d'une femme humiliée, mal aimée, enfermée dans le rôle et l'honneur et qui tente de rester digne et à la hauteur de sa charge, tiraillée entre d'un côté son pays natal et son père et, de l'autre, son pays d'adoption, son époux et son fils.
Digne malgré les outrages, elle se sent d'autant plus outrée face à l'inconduite de ses belles-soeurs pourtant mieux mariées qu'elle.
L'histoire est bien connue, elle a fait l'objet de nombreux romans et d'adaptation cinématographique. Pour lui donner une originalité, les auteurs ont appuyé le côté sexuel de l'histoire en forçant le détail...ce n'est pas dérangeant mais je trouve que c'est racoleur sans être pour autant nécessaire, L Histoire se suffisant à elle même.
Le dessin est bon mais parfois un peu inégal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (4)
BDSphere   12 février 2013
(...) Isabelle est une femme meurtrie par la raison d’Etat. Homosexuel notoire, Edouard la délaisse pour l’amour de ses courtisans. Tandis que ce dernier se prépare à renouveler le serment d’allégeance à son suzerain le roi de France, Isabelle offre à ses trois belles sœurs de somptueuses aumônières. (...)
Lire la critique sur le site : BDSphere
ActuaBD   08 novembre 2012
Avec leur solide bagage historique, Thierry et Marie Gloris peignent un Moyen-Âge saisissant. […] D’une précision souvent époustouflante, [Calderon] réussit un travail d’orfèvre, notamment lors de gros plans impressionnants de réalisme.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   05 novembre 2012
Malgré quelques défauts, voilà un premier volet plaisant et plutôt bien mené qu'il serait dommage de bouder.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   22 octobre 2012
Thierry et Marie Gloris nous donnent ici une belle leçon d'histoire, une grande histoire passionnante avec une femme, une reine forte de la grande histoire.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   05 janvier 2013
- Hi hi hi ! Le baron était rond comme un tonneau. Et c’est à ce moment-là qu’il me sortit son vit ! Que Dieu m’en soit témoin ! Il l’avait si long que j’aurais pu m’en servir comme gourdin pour chasser les marauds ! Mais si mollasson qu’il aurait fait passer une anguille pour une masse d’armes. Hi, hi, hi !
- Et ensuite, Béatrice… Que s’est-il passé ?!
- La décence ne m’autorise pas à en dire plus…
- Mais si, raconte !
- Qu’avez-vous fait ?
- Après deux baisers, il s’est effondré de fatigue ! Il a ronflé pire que le sonneur de cloches. J’ai dû me débrouiller toute seule.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
boudiccaboudicca   27 décembre 2012
Je compte sur vous, ma fille, pour tenir votre rôle sur cet échiquier fragile. Quels que soient les vices de votre époux, il faut vous sacrifier pour le bonheur de tous.
-Je ne le sais que trop, mon père. La femme que je suis est depuis longtemps éteinte sous les atours d'une reine austère.
Commenter  J’apprécie          130
Dionysos89Dionysos89   14 janvier 2013
Moi, Jacques de Molay, Grand Maître de l’ordre du Temple, je te maudis, roi Philippe IV le Bel, jusqu’à la treizième génération de ta race. Dieu sait qui a tort, qui a péché. Dieu vengera ma mort.

Commenter  J’apprécie          190
Dionysos89Dionysos89   22 décembre 2012
- Qu’est-ce que j’y peux, moi, si ton mari est laid comme un crapaud et impuissant ?
- Moi, au moins, j’ai une excuse. Toi, tu n’en as aucune !
- Si ! Hormis pour discourir, Charles ne sait pas se servir de sa langue !

Commenter  J’apprécie          140
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   22 janvier 2017
-Calmez-vous mon époux. Mon père ne remet en aucune façon votre dignité en cause.
-Taisez-vous femme! Que connaissez-vous à l'honneur et à la politique?! Votre sexe n'est bon qu'à enfanter et à palabrer.
Commenter  J’apprécie          120

Lire un extrait
Videos de Thierry Gloris (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Gloris
Wild West, tome 1
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2021 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre