AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754820590
Éditeur : Futuropolis (08/03/2018)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 28 notes)
Résumé :
"Profession du père" est le roman le plus secret et le plus autobiographique du reporter de guerre Sorj Chalandon. Ici, il s'agit de raconter une guerre sournoise contre la peur du père, et la quête d'une paix intime face au chagrin et à l'amertume d'une relation manquée.

Sébastien Gnaedig a déjà raconté la faiblesse des hommes et la province lasse et perverse. Il nous invite ici dans l'intime de ce trio familial délétère, accroché au fil de la mémoir... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  17 juillet 2018
23 avril 2011. Au crématorium de Lyon, Émile et sa maman se recueillent devant le cercueil d'André, père et mari de ces derniers, avant l'incinération. Aucune effusion, aucune larme. Personne à part eux dans cette immense salle vide...
Septembre 1959. Émile n'a jamais su réellement la profession de son père. Aussi, lorsqu'il a fallu remplir la fiche de renseignement à l'école, ce dernier lui disait de noter aussi bien fonctionnaire, agent secret que sans profession. L'année d'après, le petit garçon apprit, par une bien étrange circonstance, qu'il était à l'origine des Compagnons de la Chanson. En effet, sa maman s'étant rendue à l'un de leurs concerts avec une amie, trouva porte close lorsqu'elle rentra. Elle dut alors passer la nuit sur le palier, Émile ne devant en aucun cas lui ouvrir, quelques baffes le dissuadant ouvertement. C'est alors que son père lui expliqua que c'était lui qui eut l'idée de cet ensemble vocal mais sa voix étant trop brillante et supérieure aux autres, il dut quitter le groupe, non sans avoir, au préalable, conseillé à Édith Piaf d'assister à l'un de leurs galas. L'année suivante, André, alors agent secret, se met en tête d'assassiner De Gaulle, entraînant son fils dans son délire...

Émile Choulans, alias Sorj Chalandon, a connu une enfance et une adolescence pour le moins mouvementées et assez terribles. Entre les histoires aussi incroyables qu'improbables que lui racontait son père, pour ne pas dire des affabulations, et les coups ou les menaces qu'il recevait, le petit Émile a vécu sous le joug d'un père tyrannique, paranoïaque, violent, mythomane et schizophrène. Une violence aussi bien physique que psychologique dont Émile et sa maman faisaient les frais. Tantôt agent secret, tantôt en contact avec l'OAS ou encore anti-gaulliste qui veut renverser le Général, André Choulans entrainera son fils dans ses délires. Adapté du roman éponyme de Sorj Chalandon, cet album émeut tout autant qu'il agace ou perturbe. La tension est palpable, le climat sournois. Au stylo plume spécial et tout en noir et blanc, ce récit importe non sur la forme mais sur le fond, Sébastien Gnaedig reconnaissant n'être pas un grand dessinateur. Cette adaptation, à la narration linéaire et au ton d'une grande justesse, est bouleversant et poignant.
Une plongée très personnelle et un peu folle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
Bazart
  08 août 2018
"Dans ma ville de Lyon, Sébastien a interrogé les fantômes et les rues. Il s'est emparé de mon histoire. »
Sorj Chalandon, l'auteur de Mon traitre ou , le jour d'avant, on adore ce qu'il fait mais on avait hélas raté à sa sortie son roman probablement le plus personnel et le plus autobiographique.
L'occasion de se rattraper avec cette adaptation de Sébastien Gnaedig. était donc idéale d'autant que l'adaptation est aussi brillante que fascinante ...
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          210
andras
  27 août 2018
De passage au Musée de la BD d'Angoulême (qui, soit-dit en passant m'a beaucoup déçu – je parle du Musée, pas de la ville qui, elle, est superbe), j'ai acheté cette BD pour l'offrir et – est-ce condamnable ? – je l'ai lue avant d'en faire le cadeau. J'avais déjà lu le roman de Sorj Chalandon et ce fut un plaisir de retrouver cette histoire racontée graphiquement, dans un style très épuré. Pour ma part, je n'ai pas trouvé que le dessin apportait un "plus" à cette histoire (dans laquelle un enfant est contraint par son père – et sans aucun secours de la part de sa mère – à participer à son délire paranoïaque). Mais au moins il y reste fidèle et j'espère que, par ce biais, d'autres lecteurs découvriront la merveilleuse plume de Sorj Chalandon.
Commenter  J’apprécie          112
chocoladdict
  30 juin 2018
Après Bonjour Tristesse, voilà entre mes mains une nouvelle adaptation d'un roman, Profession du père de Sorj Chalandon. de cet auteur, j'ai lu Mon traitre, le jour d'avant, je sais qu'il a vécu à Lyon, qu'il a écrit longtemps pour le journal Libération mais étrangement j'ai raté son roman probablement le plus personnel et le plus autobiographique. J'ai saisi l'occasion de me rattraper avec cette adaptation de Sébastien Gnaedig.
Je ne me doutais pas en me plongeant dans cette histoire qu'elle était aussi terrible et quand quelques jours plus tard, mon fils m'a demandé si un enfant aime toujours ses parents, je n'ai pas pu m'empêcher de lui parler de ce livre ( j'ai piqué au vif sa curiosité et le soir même je le trouve allongé dans son lit, la bande dessinée entre les mains).
Dans une interview, Sorj Chalendon a raconté qu'il a enfin osé parler de son enfance et de la violence de son père quand ce dernier est décédé. Or la bande dessinée s'ouvre sur une scène d'enterrement où les seuls présents sont la mère et le fils avant de revenir sur les débuts de cette histoire aussi déchirante que dérangeante.
A la question « profession du père », le jeune garçon, Emile, ne sait pas quoi répondre. Son père, affabulateur hors pair, se dit à tour de rôle : agent secret, chanteur du groupe des compagnons de la chanson, footballeur, parachutiste, ami puis ennemi du Général de Gaulle.
Son père a beau le maltraiter, le rabaisser sans cesse, le frapper, Emile n'a de cesse de chercher son amour, d'essayer de se fondre dans le décor de cet appartement triste, de tenter de ne pas le décevoir une autre fois. Je me suis demandée comment on arrive à se construire après une telle enfance et comment l'auteur a réussi à être père un jour (il a 3 filles) après avoir vécu tant d'années avec ce modèle de père sous les yeux.
Ce père, je l'ai haï même s'il est fou (peut-on tout pardonner à quelqu'un sous prétexte qu'il est malade ?) mais peut-être que j'ai encore plus haï cette mère qui n'agit pas. Terrorisée, elle devient complice de son mari dont elle excuse toujours les comportements d'un « tu connais ton père ».
J'ai été touchée par cet enfant qui veut croire aux délires de son père jusqu'à ce qu'il comprenne en grandissant, par cet enfant qui semble toujours animé – même faiblement -par l'espoir d'un futur plus gai, plus libre (l'appartement, le trio familial ressemblent vite à une prison). J'ai été touchée par cet adulte qui fait le deuil de parents aimant sans rancoeur. A-il trouvé la force d'avancer dans l'amour de la famille qu'il a choisi , qu'il a « construite » ? Il faudrait poser la question à l'intéressé.
Le dessin en noir et blanc de Sébastien Gnaedig révèle aussi bien le côté plombant du quotidien d'Emile, la violence que le côté burlesque des aventures dans lesquelles le père entraîne son fils.
Maintenant que j'ai refermé cette bd, j'ai vraiment envie de lire le roman, Profession du père, de Sorj Chalendon.
Lien : http://www.chocoladdict.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ninaalu
  05 avril 2018
Ce roman graphique est inspiré du livre homonyme de Sorj Chalandon, que je n'ai pas lu, mais dont j'avais entendu beaucoup de bien. L'histoire est celle d'Émile, 12 ans, dont le père l'embarque dans de sombres histoires d'espions français et de tentatives d'assassinat du Général de Gaulle. On comprend bien vite que son père est désoeuvré et malade et qu'il invente toutes ces histoires. Elles sont en plus des prétextes pour faire faire n'importe quoi à son fils (des tags révolutionnaires à l'école, à la surveillance d'immeubles en passant par de la musculation en pleine nuit.)
Si son fils ne comprends pas ou s'il refuse, il est battu. Et cela arrive souvent. Sa mère prend parfois sa défense, mais elle a abandonné toute espoir d'une vie meilleure. Sa phrase fétiche : « Tu connais ton père« . Ce qui revient à dire tout et son contraire et surtout à l'excuser sans réagir. Que ce soit pour sa violence ou ses propos fantasques. Comment se construire en tant que personne dans un climat pareil ? Surtout lorsqu'on est un enfant un peu crédule et qu'on embarque des camarades dans sa chute. À l'âge adulte, Émile s'éloigne tandis que son père s'enfonce peu à peu dans la folie, et que sa mère ne réagit toujours pas, fidèle ménagère sans voix.
J'ai beaucoup aimé ce récit, et les dessins simples en noir et blanc. L'auteur n'en fait pas trop dans la description de la violence, mais nous plonge parfaitement dans cette vie rythmée par les mensonges d'un pervers-narcissique. L'ouvrage est assez conséquent pour ne pas simplement survoler l'histoire. C'est une BD juste et très intéressante dont on attend le dénouement le coeur battant.
Lien : https://ninaalu.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (2)
ActuaBD   12 juillet 2018
A la mort de son père, Emile se remémore son enfance à Lyon, entre un père brutal et une mère impuissante à le protéger. L’adaptation magistrale d’une tragédie familiale.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LeJournaldeQuebec   16 avril 2018
Alors que la bande dessinée puise depuis plusieurs années déjà dans la littérature, aucune adaptation n’a réussi à ce jour à surpasser l’extraordinaire Rapport de Brodeck de Manu Larcenet d’après Philippe Claudel. Profession du père risque bien de changer la donne.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
BazartBazart   07 août 2018
En écrivant Profession du père, je n’avais en tête que mon visage d’enfant. Malgré le masque d’Émile, je ne pouvais m’empêcher de plaquer mes traits sur chaque mot. Croyant m’éloigner de mon enfance, j’y replongeais. Comme Émile, je n’ai jamais su la profession de mon père. Comme lui, j’ai eu une famille qui confondait mensonge et vérité. Comme lui, ce chaos m’a laissé sans socle, sans amour, sans mémoire. […]

Difficile, de montrer un enfant battu. Trop de réalisme le violenterait une deuxième fois. Alors Sébastien Gnaedig a choisi la pudeur. Tout est là. Désarroi, chagrin, pitié, terreur. Mais tout cela gagne en légèreté. Dans ma ville de Lyon, Sébastien a interrogé les fantômes et les rues. Il s’est emparé de mon histoire. » Sorj Chalandon in préface de l'album
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
NinaaluNinaalu   05 avril 2018
Qu’est-ce que ça peut leur foutre, ma profession ? Écris la vérité : agent secret. Ce sera dit. Et je les emmerde.
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Sébastien Gnaedig (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sébastien Gnaedig
Sébastien Gnaedig & Sorj Chalandon en interview pour planetebd.com
autres livres classés : violences familialesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3263 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre