AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072713491
176 pages
Éditeur : Gallimard (15/06/2017)
3.62/5   13 notes
Résumé :
"Il y avait foule autour de Bouhoussou, ce soir-là. Pas que des jeunes de sa génération, ou des gamins un peu curieux, mais des adultes de la génération juste avant la leur. Les temps changeaient décidément. C'était à qui l'étreindrait le plus fort et le plus longtemps. Ce qu'on appelait un peu abusivement "jouer avec les seins". Mavoungou ne put supporter la scène qui se déroulait sous ses yeux."

Captive du cercle de ses soupirants, captive de la tra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
aouatef79
  27 janvier 2021
"L'or des femmes"est un roman de l'écrivaine congolaise
Mambou Aimée Gnali .Ce récit a pour cadre le Congo .Les principaux protagonistes sont les jeunes Mavoungou et la jeune Bouhoussou .Ils appartiennent tous les deux à la tribu Vili .A travers leur histoire , l'auteure nous révèle ce que subit et endure la femme africaine .Cette dernière est liée , ligotée, enchaînée par la tradition dans une société phallocrate .Aucune liberté fusse-t-elle la plus minime ne lui est accordée .Elle croule "la pauvre femme africaine"sous le poids des traditions .Ces dernières sont toutes en faveur de l' homme que tient à ce que ces traditions soient éternelles car toutes sont à sa faveur .
Pour nous faire observer les problèmes rencontrés par la
femme vili , l 'auteur le fait par le récit d 'amour entre deux jeunes : .Mavoungou et Bouhoussou .Mavoungou est un jeune homme qui fréquente l'école de la mission .Il est beau et bien éduqué .Il a toujours protégé la jeune
fille .Cette dernière est très belle .Elle est respectueuse
des aînés .
Avec le temps , une attirance réciproque était née entre
les deux jeunes .La jeune fille est subjuguée par le
charme et les bonnes manières de Mavoungou .C 'est le
grand amour entre-eux .Ils sont promis l 'un à l 'autre .
C'est le rêve idéal des deux jeunes ! le jeune homme vu
des faibles moyens doit travailler et s 'équiper pour se
marier .Cela prendra du temps .Mais le père de la jeune
fille ne peut attendre .Se présente alors à ce dernier un
homme âgé polygame mais ayant une situation florissante et fort estimé par la population .Il demande à se marier avec la fille . le père accepte l 'offre . le rêve des deux jeunes tombe à l 'eau .Une grande frustration pour eux .
Que reste-t-il aux deux jeunes pour sortir d 'une telle
situation ?




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          574
Hamisoitil
  12 février 2018
Remarquablement bien écrit par la plume de Mambou Aimée Gnali, on découvre une histoire d'amour hors du commun et surtout très instructive sur les us et coutumes ancestraux qui se révèlent au fil des pages. Vili, un peuple parmi tant d'autres au Congo sera mis à l'honneur dans ce roman avec pour sujet : la condition des jeunes filles nubiles, donc en phase de se marier, par les rites, en passant par la polygamie... En clair, sur les mariages arrangés.
Mavoungou, la vingtaine, est amoureux de la belle Bouhoussou depuis l'enfance et espère qu'elle devienne sa femme, dans un futur proche. Sauf que dans certains pays en Afrique, notamment dans celui-ci, il y a des règles, des traditions qui existent depuis la nuit des temps, à ne surtout pas bannir... Et quand les anciens parlent, souvent considérés comme la sagesse incarnée, il faut écouter et suivre les conseils.
Tous les deux s'aiment et vivent un amour discret, passionné et bouillant quand ils se retrouvent, en essayant de ne pas franchir les limites, que dès les premières pages, j'ai su que cette histoire allait me plaire. Malgré tout, Mavoungou, personnage fort et tellement touchant de cette histoire, se perd dans les bras de sa maîtresse, car, oui, il reste avant tout un homme aux besoins charnels. Tout s'écroule autour de lui quand il apprend que Bouhoussou est destinée à un autre homme... Homme très âgé, de la noblesse africaine et polygame, en plus. Mavoungou se rend compte qu'il ne fait pas du tout le poids face à cet homme au niveau du porte-feuille, du coup, ne peut rien faire et doit rester en retrait, voire s'effacer, et l'oublier tout simplement.
Quant à elle, justement, découvre ce qu'est l'or des femmes... une fois enfermée dans sa case, où toute jeune fille passant par là, est mise en quarantaine pour apprendre à être l'épouse idéale, entre ménages, cuisine et j'en passe, tandis que l'homme reste libre comme l'air. Son sort est scellé.
Pour ma part, j'ai adoré Mavoungou, son caractère et sa détermination. Il fait partie de cette nouvelle génération après le passage colonial, où il a pu évoluer parmi les blancs, aller à l'école, avoir un diplôme, un métier... mais avec les traditions bien ancrées en lui. Et pourtant pour elle, il est prêt à tout, à la voir en cachette malgré son mariage forcé, à continuer à l'aimer malgré tout.
C'est terriblement beau, touchant, captivant et dur à la fois, car plus on avance, plus on espère pour eux.
Et même si l'auteure n'a pas vraiment approfondi le sujet ou en tout cas, a fait le choix de ne pas l'approfondir, elle l'aborde tout en finesse, seulement dans les contours, et met en avant cette difficulté à aller au-delà de cette coutume et les croyances ancestrales, pour avoir le droit de choisir pour soi.
Tous les deux vont-ils réussir à se retrouver ? À braver les interdits pour enfin être ensemble ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Gangoueus
  20 mai 2016
Mavoungou est le personnage central de ce roman. On ne sait pas trop dans quelle ville on est. Ce pourrait être Pointe-Noire. le lecteur n'a pas vraiment de repères temporels. du moins, je ne les ai pas clairement identifiés. Donc, il y a plusieurs manières d'aborder ce roman. En supposant que la pratique du Tchikoumbi soit obsolète et qu'elle n'aurait pas survécu à la période coloniale. C'est mon hypothèse de départ en abordant le roman de Mambou Aimée Gnali. Une approche serait celle d'une pratique encore développée, comme je viens de l'apprendre après ma lecture, en discutant avec mon épouse qui a longtemps vécu à Pointe-Noire. Bon, le tchikoumbi, puisque je perçois l'agacement de certains lecteurs est une pratique d'initiation des femmes à la vie maritale. Pendant plusieurs mois, des classes d'âge femmes pubères sont mises en quarantaine.
C'est le cas d'une jeune fille de bonne famille, Bouhoussou. Mavoungou a longtemps protégé, durant son enfance, cette jeune femme et il s'en est finalement épris.

Ce roman est une remarquable occasion pour l'écrivaine congolaise de sonder tous les contours des alliances matrimoniales en Afrique centrale et particulièrement chez les Vili. Alors que Mavoungou, jeune travailleur veut faire valoir ses prétentions auprès de la famille de Bouhoussou, cependant la jeune femme a déjà été promise à un notable dans le cadre d'une alliance familiale. Quelle va être la réaction des protagonistes ? La question du mariage arrangé a déjà été traitée, ressassée en littérature. Il me paraissait captivant de voir son traitement dans un contexte congolais où les femmes ont vu de nombreuses pratiques du même acabit être renversées, laissant à la femme congolaise de nombreuses libertés. Il y a donc une forme d'anachronisme dans le traitement de ce sujet, comme si l'auteure souhaitait ré-explorer des pratiques aujourd'hui désuètes.
En analysant le propos de l'auteur, on est en droit de remettre en cause certaines certitudes.
« Dans nos us et coutumes, il s'agit d'un acte visant à perpétuer la famille, à travers une alliance entre familles qui se connaissent et s'apprécient. Il s'agit de pérenniser des liens. C'est d'ailleurs pourquoi nombre d'entre nous ont plusieurs, que nous ne connaissions même pas avant de nous engager. Mais nous connaissons leurs familles et savons d'où elles viennent. Ce qu'elles valent. C'est cela qui est important. Qui donne du poids à une union. » P.57 L'or des femmes - Ed. Gallimard
Parole délicieuse d'un père à son fils. En soi, rien d'exceptionnel. Cela s'est vu ailleurs. Juste rappel que dans ces sociétés africaines, le groupe, le clan prime sur les élans individuels.
« L'honneur de la femme ne tient qu'au bon vouloir de l'homme » P.80 L'or des femmes - Ed. Gallimard
Propos cinglants. Mais à la lecture du récit de Joseph Mwantuali*, Tu le diras à ma mère, il reflète une triste réalité : une phallocratie qui file de beaux jours en Afrique centrale. En tout cas dans cette société coloniale, les femmes existent par et pour les hommes. Il n'y a d'ailleurs pas dans le propos de Mambou Aimée Gnali une volonté de déconstruire un modèle établi. Même Mavoungou, personnage central de cette romance possède une femme refuge et défouloir en laquelle il déverse l'expression de sa frustration. Nzinga.
La figure de Mavoungou est intéressante par le fait que celui-ci est assez commun et basique dans ces choix d'homme. Il est un homme bantou dépossédé du fruit de sa passion. Cependant, il ne se sent pas investi du devoir de déconstruire un modèle social. Il veut juste de profiter du fruit défendu dès que l'opportunité se présente.
Je suis quelque peu indécis quant à ce que je dois retenir de ce roman. Pour plusieurs raisons : La première est que je ressors de cette lecture sans en savoir plus sur le tchikoumbi. La seconde se situe au niveau des nombreuses pistes ouvertes par l'auteure comme la question de la traite négrière et de l'enrichissement d'une certaine élite Vili et son impact sur l'évolution des moeurs. Ces points sont abordés sans vraiment être approfondis. Une troisième raison réside surtout dans l'ambiguïté du positionnement de Mambou Aimée Gnali sur la question des alliances matrimoniales.

Lien : http://gangoueus.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Nuageuse
  26 janvier 2019
Un roman sur les traditions Vili, peuple se trouvant au Congo.
Bouhousso est une adolescente de 15 ans, soumise aux rites de l'initiation des filles nubiles. Elle va se marier avec un homme polygame plus âgé qu'elle. Elle était déjà sa promise avant sa naissance. Et elle sera malheureuse lors de cette union...
Puis il y a Mavoungou, adolescent lui aussi de 15 ans, amoureux d'elle depuis leur enfance. Il ne supporte pas ce mariage évidemment.
J'ai été déçue du manque d'intrigue de ce roman.
Du déjà vu en somme.
Commenter  J’apprécie          120
dianab
  23 septembre 2017
Chez les Vilis, au Congo, la jeunesse est écrasé sous le poids des traditions.
Comment changer le statut de la femme vili, qui doit subir des attouchements de la part de tous ses prétendants lors de son rite de passage après les premières lunes?
Est-ce que Bouhousou et Mavoungou feront triompher l' amour?
Comment les jeunes hommes peuvent-ils faire face à l'or des femmes?
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
aouatef79aouatef79   25 janvier 2021
C'est au cours de ces récréations nocturnes où se mêlaient garçons et filles , qu'elle avait fait la connaissance d'un jeune de six ou sept ans plus âgé qu'elle qui l'avait prise sous son aile et la défendait envers et contre tous .Elle était subjuguée par le charme et les bonnes manières du jeune homme .
Commenter  J’apprécie          210
aouatef79aouatef79   24 janvier 2021
Bouhoussou,la première fille de Bouanga ,était connue de toute la ville à la fois pour sa beauté ,son dynamisme et son respect des aînés ,qu 'ils soient ou non de sa famille .Elle tenait sa beauté de Socko,sa mère,à qui elle ressemblait comme une sœur .Même taille moyenne ,plutôt élancée, même visage rond aux grands yeux ronds de biche noirs ,même sourire éclatant .
Commenter  J’apprécie          150
aouatef79aouatef79   26 janvier 2021
Mavoungou, c'était son nom ,était en fait un lointain parent de la branche paternelle .Il était alors élève à la mission .Beau , racé,toujours souriant et plein de tendresse à son endroit .Une
attirance réciproque était née entre eux. Mais il n'en parlait
jamais et la traitait toujours en petite fille qu'il s'obligeait à
protéger .
Commenter  J’apprécie          140
aouatef79aouatef79   23 janvier 2021
Qui était-elle exactement ? Comment s’appelait-elle ? En l'enterrant vive ,on avait enterré jus qu 'au souvenir de son nom .Parce que les liens du sang ,sont plus forts que tout ,la famille à laquelle elle appartenait savait tout de même qu 'elle avait été une des leurs .
Commenter  J’apprécie          162
HamisoitilHamisoitil   12 février 2018
Le mariage n'est pas un jeu. Dans nos us et coutumes, il s'agit là d'un acte visant à perpétuer la famille, à travers une alliance entre familles qui se connaissent et s’apprécient. Il s'agit de pérenniser des liens. C'est d'ailleurs pourquoi la plupart d'entre nous ont plusieurs femmes, que le plus souvent nous ne connaissions même pas avant de nous engager. Mais nous connaissons leurs familles et savons d'où elles viennent. Ce qu'elles valent. C'est cela qui est important. Qui donne le poids à une union.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : littérature congolaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Mambou Aimée Gnali (1) Voir plus