AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791035203450
176 pages
Editions Thierry Magnier (26/08/2020)
4.04/5   247 notes
Résumé :
Camille est née sans bras. Avant son déménagement cela ne posait de problème à personne mais dans ce nouveau collège, le regard des autres ne la quitte plus. C’est vrai qu’elle FFT90JO%¨§
avec sa bouche et ses pieds d’une rare dextérité. Quand ils la voient nager comme un poisson, ses camarades n’en croient pas leurs yeux. Enfin, acceptée, l’enthousiasme de Camille l’anguille va gagner Halis, cet élève que l’on chahute à cause de son poids.

Une... >Voir plus
Que lire après L'anguilleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (156) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 247 notes
Dans sa chambre, Camille, 11 ans et demie, farfouille dans toutes ses affaires pour trouver la tenue qui lui conviendrait le mieux pour sa nouvelle rentrée. Déjà que la rentrée de sixième était une sacrée aventure, en faire une nouvelle en janvier dans une nouvelle ville, ça la stresse un peu !. Jamais elle n'avait encore quitté Farjevol où elle est née et c'est avec une immense peine qu'il a fallu dire au revoir à tous ses amis. Elle ressent presque déjà les paires d'yeux qui vont se poser sur elle dès qu'elle va faire son entrée. Elle voudrait tant, dans ces moments-là, pouvoir s'enfermer dans une coquille... Ah oui, j'ai oublié de vous dire : Camille est née sans bras..
Halis, lui, de son côté, se réjouit presque d'avoir une nouvelle dans sa classe. Devenu le bouc émissaire d'un bon nombre de ses camarades, le garçon en a marre de toutes ses remarques. Des surnoms par-ci, des quolibets par-là... Il espère bien que la nouvelle que son prof a qualifiée de "différente", "en situation de handicap", prenne sa place de bouc émissaire. Pourquoi pas après tout... Parce que Halis, dans sa peau d'obèse qui lui pèse, en a marre des patapouf, bouboule, gras-du-bide...

Que l'on soit petit, gros ou maigre, que l'on ait des grands pieds, de longues oreilles, l'on a tous une différence que les autres remarquent. Pour Camille, c'est son absence de bras, et elle intrigue beaucoup ses camarades de classe. Une épreuve qu'elle devra surmonter, elle qui, jusqu'alors, avait toujours évolué dans un monde où l'on ne la remarquait plus vraiment. Pour Halis, ce sont ses kilos en trop qui font de lui la cible des moqueries. Une situation qui va rapprocher les deux adolescents d'autant que chacun possède un don et chacun aura l'occasion de dévoiler les trésors qu'il recèle. Valentine Goby s'inspire de son précédent roman, "Murène" où l'on suivait François qui, du jour au lendemain, se trouve amputé de ses bras. Ce roman jeunesse montre combien la différence fait peur, intrigue et qu'il faut aller, évidemment, au delà des préjugés. Un roman intelligent, réaliste, qui aborde tout en légèreté un sujet grave...
Commenter  J’apprécie          908
Ce petit roman jeunesse, c'est le livre petite soeur de Murène.
C'est un livre pour faire comprendre la différence de chacun aux jeunes lecteurs.
C'est un livre solaire...
On ressort de cette lecture avec un sourire sur les lèvres et un peu d'espoir en l'humanité.
Camille, on n'a qu'une envie, la serrer dans nos bras pour lui dire merci d'être celle qu'elle est...
Commenter  J’apprécie          623
L'histoire de Camille, cette fille née sans bras qui doit se faire une place dans un nouveau collège, aurait pu être poignante. Mais Valentine Goby en a fait le récit solaire de la manière dont une différence peut être profondément libératrice pour celles et ceux qui ont du mal à entrer dans le moule. Autrement dit… pour chacun, ou presque ! Mais tout particulièrement pour le timide Halis qui n'attendait que cette rencontre pour révéler les qualités cachées (vous n'en saurez évidemment pas plus) sous son imposante enveloppe corporelle…

Voilà une invitation bienvenue à surmonter nos clichés sur le handicap en nous posant d'excellentes questions : qu'est-ce que cela signifie exactement ? Et qu'est-ce que cela ne signifie pas ? Pourquoi cela heurte-t-il beaucoup de gens ? Une perche que mon aîné, 12 ans, a volontiers saisie, réalisant ce qu'implique de vivre avec un membre en moins, mais aussi ce que des êtres différents parviennent à accomplir. Et surtout, pourquoi leur existence devrait être considérée comme une chance.

J'ai trouvé l'intrigue un peu rapide, certains personnages ne font qu'une apparition furtive et le dénouement semblera frustrant à certain.e.s lecteur.ice.s. Ce texte n'en reste pas moins une lecture agréable, portée par la plume vive et incarnée de Valentine Goby – qui fait d'ailleurs discrètement gaiement incursion ici et là, nous dévoilant son état d'esprit à certains moments-clés de l'intrigue. le message est résolument optimiste. Il donne envie de croire aux pouvoirs de l'entraide, de la tolérance et des passions communes (aux rang desquelles la lecture figure bien sûr en bonne place). Et de célébrer nos différences !
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
Commenter  J’apprécie          480
Quand j'était enfant, mes parents achetaient chaque année le calendrier des APBP (Artistes Peignant de la Bouche et du Pied). C'est pratique, un calendrier, près d'un gros téléphone gris en bakélite.
Quand on le recevait en décembre, j'admirais les douze peintures. Et, aussi curieuse que mal à l'aise (donc un peu en cachette), je regardais également les artistes sans bras au travail, sur la brochure qui accompagnait.
Depuis, j'ai connu des gens 'comme eux' qui réalisent des trucs incroyables, mais comme dirait l'autre, ça n'empêche pas certains d'être très c*ns... C'est une autre histoire.
Enfin pas tout à fait parce que dans cet ouvrage pour pré-ados, on a ce schéma des gentils 'handicapés' (une jeune fille sans bras et son camarade obèse) moqués par un petit caïd.
.
C'est donc une histoire assez formatée sur le collège que nous livre ici Valentine Goby.
Je n'ai pas d'exemple en tête, mais je suis sûre qu'on peut aborder le thème de la différence (des différences, et des minorités) sans tomber à ce point dans les clichés et les bons sentiments.
J'ai survolé les trente dernières pages, concernant la préparation d'un spectacle atypique autour de mangas (au secours).
Commenter  J’apprécie          405
« Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, on va parler d'un roman jeunesse que j'ai découvert grâce à Ichirin-no-Hana, gloire à elle ! le roman s'appelle L'anguille et il est signé Valentine Goby.

Or donc Halis, élève de sixième, apprend qu'une nouvelle va intégrer sa classe, et que ladite nouvelle est handicapée. Il se réjouit lâchement : avec un peu de chance, on se moquer de quelqu'un d'autre que lui, qui est en surpoids…

Or donc Camille a déménagé, a quitté tous ses copains, sa belle région ensoleillée pour l'Île-de-France avec la météo qu'on lui connaît. Elle intègre donc un nouveau collège et ce qu'elle craignait arrive : elle est dévisagée par tous les élèves...

J'ai adoré lire ce roman ! Camile et Halis sont tellement attachants ! La première parce qu'elle forme une petite flamme de vie joyeuse et positive, le second parce qu'il est lucide sur ce qu'il éprouve et qu'il va sortir de sa coquille.

-Moi, un truc m'a agacée, c'est quand la narratrice prend la parole. Ca me sort de l'histoire. Je comprends bien que le procédé veut créer une ambiance « je raconte et je suis là avec vous », mais ça n'a pas fonctionné sur moi.

-Sans doute que ça marche quand tu as l'âge requis, Méchante Déidamie…

-Mais traite-moi de vieille, tant que t'y es ! … Remarque, j'm'en fiche, j'ai jamais été jeune, les jeunes me gonflaient déjà quand j'avais leur âge. Plus de respect, ma bonne dame.

-Bref ! La personnalité de Camille éclaire ce roman ! Et si vous craignez les discours trop didactiques sur « comment il faut être avec les personnes en situation de handicap », abandonnez toute appréhension. Oui, le roman aborde le sujet, mais l'intègre si bien à l'intrigue que vous ne sentirez pas autre chose que de l'intérêt.

J'ai également beaucoup aimé les arrières-plans du roman, qui ancrent le texte dans la culture et la réalité.

-Moi, l'autre chose qui m'a frustrée, c'est qu'on ne connaît pas la conclusion de la grande aventure.

-La grande aventure ?

-Oui ! je ne peux pas en dire plus, sinon, je divulgâche ! Camille et Halis réalisent un Grand Projet. Et on ne sait pas ce qu'il devient, on ne sait pas comment il est reçu en haut lieu. Et je trouve ça dommage ! Je suis frustrée !

Du coup, j'ai dû imaginer moi-même deux épilogues alternatifs pour terminer cette partie de l'histoire. le petit personnel, de nos jours… je veux dire : les écrivains d'aujourd'hui, ne m'en parlez pas, il est de plus en plus difficile de se faire servir une histoire bien achevée.

-Quoi qu'il en soit, j'ai adoré ce roman, que j'ai trouvé joyeux, instructif, positif, plein de fraîcheur : je vous le recommande vivement, ainsi qu'à vos enfants si vous en avez. Pour ma part, je compte bien lire Murène après L'anguille. »
Commenter  J’apprécie          315

Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
Des fois être noir, c'est un handicap. Toutes les têtes se tournent vers lui. Abdoulaye fixe son cahier. -Qu'est-ce que tu veux dire, abdoulaye ? demande le prof. -On n'est pas considéré pareil que les autres. comme s'il nous manquait des choses. Pas des bras, ou des yeux, ou des parties du corps. Certains pensent qu'on n'est pas aussi intelligents, aussi bien que les Blancs, et du coup c'est plus dur de trouver du travail. Ou de louer un appartement. Parce qu'on est noir. -Moi, ma mère, ajoute Maryline, ellle dit que son patron ne veut pas qu'elle devienne chef au bureau parce que c'est une femme. Il pense qu'elle est moins capable qu'un homme. Qu'elle a moins de cerveau. Est-ce que c'est un handicap, d'être une femme ? -Ben t'imagines, ajoute Léna, si tu es noir ET que tu es une femme...
Commenter  J’apprécie          00
Donc, tu es différente, dit Léna, mais pas handicapée ?- Handicapé ça veut dire qu'il te manque quelque chose. Je trouve qu'il ne me manque rien. Et on dit pas handicapé, en fait. On dit : en situation de handicap.- C'est pareil.- Pas vraiment. Je sais pas comment expliquer... Ce n'est pas la "personne" qui est handicapée. C'est le corps "dans certaines situations". Par exemple moi à l'escalade. Mais des fois, vous êtes vous-mêmes en situation de handicap. Devant des baguettes.
Commenter  J’apprécie          00
-" Donc, tu es différente, dit Léna, mais pas handicapée ?- Handicapé ça veut dire qu'il te manque quelque chose. Je trouve qu'il ne me manque rien. Et on dit pas handicapé, en fait. On dit : en situation de handicap.- C'est pareil.- Pas vraiment. Je sais pas comment expliquer... Ce n'est pas la "personne" qui est handicapée. C'est le corps "dans certaines situations".
Commenter  J’apprécie          00
Mère et fille ne voient pas du tout les choses de la même façon. L'inconnu, c'est une jungle, selon sa mère: une promesse d'aventure; l'inconnu, c'est une jungle, aux yeux de Camille : un territoire hostile."
Commenter  J’apprécie          00
Mère et fille ne voient pas du tout les choses de la même façon. L'inconnu, c'est une jungle, selon sa mère: une promesse d'aventure; l'inconnu, c'est une jungle, aux yeux de Camille : un territoire hostile.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Valentine Goby (75) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valentine Goby
Valentine Goby, romancière, raconte sa pratique intuitive de l'écriture, les recherches qu'elle effectue, le long travail de réécriture. Valentine Goby est maître de conférences à Sciences Po en littérature et ateliers d'écriture de 2013 à 2016, conseillère littéraire pour le festival du livre de Metz depuis 2016, et chroniqueuse pour le journal La Croix de septembre 2016 à janvier 2017. Outre ses 13 publications en littérature générale, elle écrit une oeuvre importante pour la jeunesse.
Sommaire 00:00 Comment travaillez-vous sur un roman ? 01:52 Effectuez-vous beaucoup de recherches ? 06:27 Réécrivez-vous beaucoup ? 09:44 Construisez-vous la structure au préalable ? 14:05 Quel serait votre conseil aux écrivains débutants ?
Réalisé le 28/02/2023 aux Artisans de la Fiction avec l'aide de la librairie Vivement Dimanche. Questions : Lionel Tran. Caméra : Amoreena Winkler. Montage : Ryu Randoin.
Remerciements à Maya Flandin de la Librairie Vivement Dimanche et Valentine Goby.
QUI SOMMES-NOUS ? Les Artisans de la Fiction sont des ateliers d'écriture situés à Lyon. Nous prônons un apprentissage artisanal des techniques d'écriture et avons pour objectif de rendre nos élèves autonomes dans l'aboutissement de leurs histoires. Pour cela nous nous concentrons sur l'apprentissage et la transmission des techniques de base de la narration en nous inspirant du creative writing anglophone. Nos élèves apprennent en priorité à maîtriser : la structure de l'intrigue, les principes de la fiction, la construction de ses personnages… Nous proposons également des journées d'initiation pour vous essayer au creative writing et découvrir si cet apprentissage de l'écriture de fiction est fait pour vous. Retrouvez tous nos stages d'écriture sur notre site : http://www.artisansdelafiction.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : handicapVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus


Lecteurs (621) Voir plus



Quiz Voir plus

Une preuve d'amour

Pourquoi les éleves croient-ils que Fantine est une mère horrible ?

Parce que elle se vend au homme
Parce que elle pas sa fille

8 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Une preuve d'amour de Valentine GobyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..