AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791035203450
176 pages
Thierry Magnier (26/08/2020)
4.16/5   170 notes
Résumé :
Camille est née sans bras. Avant son déménagement cela ne posait de problème à personne mais dans ce nouveau collège, le regard des autres ne la quitte plus. C’est vrai qu’elle est impressionnante avec sa bouche et ses pieds d’une rare dextérité. Quand ils la voient nager comme un poisson, ses camarades n’en croient pas leurs yeux. Enfin, acceptée, l’enthousiasme de Camille l’anguille va gagner Halis, cet élève que l’on chahute à cause de son poids.

U... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (102) Voir plus Ajouter une critique
4,16

sur 170 notes
5
45 avis
4
28 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

marina53
  04 novembre 2020
Dans sa chambre, Camille, 11 ans et demie, farfouille dans toutes ses affaires pour trouver la tenue qui lui conviendrait le mieux pour sa nouvelle rentrée. Déjà que la rentrée de sixième était une sacrée aventure, en faire une nouvelle en janvier dans une nouvelle ville, ça la stresse un peu !. Jamais elle n'avait encore quitté Farjevol où elle est née et c'est avec une immense peine qu'il a fallu dire au revoir à tous ses amis. Elle ressent presque déjà les paires d'yeux qui vont se poser sur elle dès qu'elle va faire son entrée. Elle voudrait tant, dans ces moments-là, pouvoir s'enfermer dans une coquille... Ah oui, j'ai oublié de vous dire : Camille est née sans bras..
Halis, lui, de son côté, se réjouit presque d'avoir une nouvelle dans sa classe. Devenu le bouc émissaire d'un bon nombre de ses camarades, le garçon en a marre de toutes ses remarques. Des surnoms par-ci, des quolibets par-là... Il espère bien que la nouvelle que son prof a qualifiée de "différente", "en situation de handicap", prenne sa place de bouc émissaire. Pourquoi pas après tout... Parce que Halis, dans sa peau d'obèse qui lui pèse, en a marre des patapouf, bouboule, gras-du-bide...
Que l'on soit petit, gros ou maigre, que l'on ait des grands pieds, de longues oreilles, l'on a tous une différence que les autres remarquent. Pour Camille, c'est son absence de bras, et elle intrigue beaucoup ses camarades de classe. Une épreuve qu'elle devra surmonter, elle qui, jusqu'alors, avait toujours évolué dans un monde où l'on ne la remarquait plus vraiment. Pour Halis, ce sont ses kilos en trop qui font de lui la cible des moqueries. Une situation qui va rapprocher les deux adolescents d'autant que chacun possède un don et chacun aura l'occasion de dévoiler les trésors qu'il recèle. Valentine Goby s'inspire de son précédent roman, "Murène" où l'on suivait François qui, du jour au lendemain, se trouve amputé de ses bras. Ce roman jeunesse montre combien la différence fait peur, intrigue et qu'il faut aller, évidemment, au delà des préjugés. Un roman intelligent, réaliste, qui aborde tout en légèreté un sujet grave...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          828
NathalC
  24 octobre 2020
Ce petit roman jeunesse, c'est le livre petite soeur de Murène.
C'est un livre pour faire comprendre la différence de chacun aux jeunes lecteurs.
C'est un livre solaire...
On ressort de cette lecture avec un sourire sur les lèvres et un peu d'espoir en l'humanité.
Camille, on n'a qu'une envie, la serrer dans nos bras pour lui dire merci d'être celle qu'elle est...
Commenter  J’apprécie          613
ordinary_reader
  14 janvier 2021
Lu à la fin du mois de décembre.
Un roman destiné à un public adolescent, qui se veut être une adaptation "allégée" de Murène, publié par la même autrice en 2019. (NB : j'avais eu le plaisir d'écouter Valentine Goby, lors d'une rencontre littéraire dans ma région).
Halis, un élève solitaire de 6ème, souffre d'un handicap visible et invisible à la fois, qui "pèse" sur lui autant psychologiquement que physiquement, lui valant quotidiennement sarcasmes et quolibets. Camille, quant à elle, est née seulement "différente" comme elle s'acharne à le répéter aux élèves de son nouveau collège, au sein duquel elle tente de se faire une place. Ces deux-là vont vite se rapprocher, se reconnaître mutuellement à travers leur singularité, leurs angoisses et leur courage...
Si L'anguille reprend le thème du handicap physique, similaire à celui développé dans Murène (les causes étant en revanche différentes chez les protagonistes), la comparaison pourrait s'arrêter là car il s'agit avant tout d'une histoire d'amitié à hauteur d'ados, de combat et de solidarité conjointe (contre les préjugés, le harcèlement, la discrimination), ainsi qu'une jolie histoire de résilience.
Un récit fortement incarné et sans pathos aucun, servi par une écriture juste, lumineuse et positive !
(conseillé à partir de 10 ans)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          419
Ileauxtresors
  21 juin 2021
L'histoire de Camille, cette fille née sans bras qui doit se faire une place dans un nouveau collège, aurait pu être poignante. Mais Valentine Goby en a fait le récit solaire de la manière dont une différence peut être profondément libératrice pour celles et ceux qui ont du mal à entrer dans le moule. Autrement dit… pour chacun, ou presque ! Mais tout particulièrement pour le timide Halis qui n'attendait que cette rencontre pour révéler les qualités cachées (vous n'en saurez évidemment pas plus) sous son imposante enveloppe corporelle…
Voilà une invitation bienvenue à surmonter nos clichés sur le handicap en nous posant d'excellentes questions : qu'est-ce que cela signifie exactement ? Et qu'est-ce que cela ne signifie pas ? Pourquoi cela heurte-t-il beaucoup de gens ? Une perche que mon aîné, 12 ans, a volontiers saisie, réalisant ce qu'implique de vivre avec un membre en moins, mais aussi ce que des êtres différents parviennent à accomplir. Et surtout, pourquoi leur existence devrait être considérée comme une chance.
J'ai trouvé l'intrigue un peu rapide, certains personnages ne font qu'une apparition furtive et le dénouement semblera frustrant à certain.e.s lecteur.ice.s. Ce texte n'en reste pas moins une lecture agréable, portée par la plume vive et incarnée de Valentine Goby – qui fait d'ailleurs discrètement gaiement incursion ici et là, nous dévoilant son état d'esprit à certains moments-clés de l'intrigue. le message est résolument optimiste. Il donne envie de croire aux pouvoirs de l'entraide, de la tolérance et des passions communes (aux rang desquelles la lecture figure bien sûr en bonne place). Et de célébrer nos différences !
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Ziliz
  27 mars 2022
Quand j'était enfant, mes parents achetaient chaque année le calendrier des APBP (Artistes Peignant de la Bouche et du Pied). C'est pratique, un calendrier, près d'un gros téléphone gris en bakélite.
Quand on le recevait en décembre, j'admirais les douze peintures. Et, aussi curieuse que mal à l'aise (donc un peu en cachette), je regardais également les artistes sans bras au travail, sur la brochure qui accompagnait.
Depuis, j'ai connu des gens 'comme eux' qui réalisent des trucs incroyables, mais comme dirait l'autre, ça n'empêche pas certains d'être très c*ns... C'est une autre histoire.
Enfin pas tout à fait parce que dans cet ouvrage pour pré-ados, on a ce schéma des gentils 'handicapés' (une jeune fille sans bras et son camarade obèse) moqués par un petit caïd.
.
C'est donc une histoire assez formatée sur le collège que nous livre ici Valentine Goby.
Je n'ai pas d'exemple en tête, mais je suis sûre qu'on peut aborder le thème de la différence (des différences, et des minorités) sans tomber à ce point dans les clichés et les bons sentiments.
J'ai survolé les trente dernières pages, concernant la préparation d'un spectacle atypique autour de mangas (au secours).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          395

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
NathalCNathalC   22 octobre 2020
- Donc, tu es différente, dit Léna, mais pas handicapée ?
- Handicapé ça veut dire qu'il te manque quelque chose. Je trouve qu'il ne me manque rien. Et on dit pas handicapé, en fait. On dit : en situation de handicap.
- C'est pareil.
- Pas vraiment. Je sais pas comment expliquer... Ce n'est pas la "personne" qui est handicapée. C'est le corps "dans certaines situations". Par exemple moi à l'escalade. Mais des fois, vous êtes vous-mêmes en situation de handicap. Devant des baguettes chinoises, tiens, pour Aurélien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
ZilizZiliz   24 mars 2022
[ une classe de 6e, au Louvre ]
- Mais... elles sont toutes à poil, ces sculptures ! s'exclame Abdoulaye.
- En effet... pourquoi, à votre avis ? demande le guide.
- C'est une fête de nudistes, ricane Arthur.
Le guide soupire.
- Ce sont des dieux... presque tous. Et les dieux ont des corps parfaits. Sculpter des dieux permet aux artistes de montrer leur talent. Faire ressortir les côtes, les muscles, le mouvement de leurs corps magnifiquement proportionnés, voyez cette précision, on croit pouvoir les toucher rien qu'à les regarder, ces sculptures !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ASAIASAI   31 mars 2021
On ne va pas se laisser dicter ce qu'on a le droit de faire, hein ! On y va ensemble. Comme au ping-pong. Comme au Club des Dragons. On fait équipe. Regarde Abdoulaye, il est tout maigre, il lui manque du gras. Regarde Lilian, elle a trop de jambes. Regarde Elias, il est minus. Et Aurélie a de grandes oreilles. Et Sacha n'a pas de cou. Et Nassima a de grosses fesses. Et monsieur Vignon n'a pas de cheveux. Tout le monde a trop ou pas assez de quelque chose, en fait. Y en a, même, ça se voit pas de l'extérieur. Tiens par exemple, Zac, il a pas assez de coeur.
Elle a raison. La CPE continue de s'éventer derrière eux, elle n'a rien entendu de leur conversation. Elle a trop de dents, pense Halis. On s'en fout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
IleauxtresorsIleauxtresors   20 juin 2021
Elle s’applique à disparaître, à imiter les autres, joue comme eux aux cartes, au Uno, comme aux au baccalauréat pendant les récrés, comme eux partage son goûter. Mais même quand elle croit faire « comme eux », elle reste à part, tout à fait unique : elle tient ses cartes entre ses orteils, écrit un stylo entre ses orteils, mange des biscuits entre ses orteils. Ils la regardent, ils la regardent, ils la regardent, ils n’arrêtent pas de la REGARDER !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
NathalCNathalC   21 octobre 2020
Mais je ne suis pas handicapée. Je suis différente. On est tous différents, les cheveux, les yeux, la taille, la voix, disons que je suis un peu plus différente.
Commenter  J’apprécie          380

Videos de Valentine Goby (64) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valentine Goby
Le festival Livres dans la Boucle organise « le Prix de l'Homme debout », un prix d'écriture et expression orale, sur un thème cher à Victor Hugo (né à Besançon !). Ce prix te permettra d'exprimer par écrit tes idées sur un sujet et de les présenter oralement devant un jury.
Valentine Goby sera la marraine de cette première édition ! Dans cette vidéo, elle te donne des conseils pour rédiger ton texte.
Plus d'informations ici https://www.livresdanslaboucle.fr/le-...
autres livres classés : handicapVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Une preuve d'amour

Pourquoi les éleves croient-ils que Fantine est une mère horrible ?

Parce que elle se vend au homme
Parce que elle pas sa fille

8 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Une preuve d'amour de Valentine GobyCréer un quiz sur ce livre

.. ..