AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de meelly


meelly
  16 août 2012
Madeleine est une jeune bretonne de seize ans. Elle partage son quotidien entre son village natal Moermel qu'elle rejoint chaque fin de semaine pour y retrouver ses parents qui tiennent l'épicerie du village ; et Rennes, la capitale bretonne dans laquelle elle travaille comme femme de chambre à l'Hôtel des Ducs. Nous sommes en 1940, et le destin va mettre sur son chemin un officier de la Wehrmarcht, virtuose du piano. Il s'appelle Joseph Schimmer, il va la choisir comme tourneuse de pages. Madeleine ne connaît rien à la musique, mais elle accepte et une relation très forte se noue entre eux. Lorsqu'il la quitte pour partir en tournée, Madeleine a peur qu'il ne revienne pas. Et ses pires craintes vont se faire jour : Joseph ne revient pas, abandonnant Madeleine, et, mais il ne le sait pas, l'enfant qu'elle porte. À la libération il ne fait pas bon avoir « frayé avec l'ennemi » et Madeleine va subir l'humiliation de la tonte sur la place publique. Dès lors, elle n'aura de cesse de fuir avec sa petite fille Anne. À la recherche de sa vraie mère, à la recherche de son identité...

MON AVIS : Ce livre est d'une beauté et d'une violence à couper le souffle. Valentine Goby possède une écriture particulière : ses mots claquent, percutent, incisent. Elle ne nous cache rien des tourments de Madeleine, de ses pensées. le climat des années d'occupation et le Rennes de l'époque (ma ville !) sont particulièrement bien dépeints. Tellement bien, qu'à la lecture de ce récit, je n'ai eu aucun mal à me transposer dans cette histoire et à me demander quel comportement aurait été le mien au cours de cette sombre période.

La violence est partout dans cette histoire, elle est dans les gestes, dans les mots. Elle s'incruste jusque dans l'incarnation même de la petite Anne puisque' elle est pour Madeleine une réminiscence perpétuelle de ce qui est considéré comme un crime par les français de l'époque, plus encore que la croix gammée qui lui a été tatouée sur le sein. Lorsqu'elle voit sa fille, il est impossible pour Madeleine d'oublier qu'elle a commis l'irréparable, l'inavouable : avoir aimé un allemand. L'ambivalence de Madeleine qui aime et déteste à la fois sa fille m'a paru cruelle et bouleversante.

Mais ce que j'ai aimé par-dessus tout dans ce livre c'est qu'il n'y a pas que ce lien de filiation qui unit Madeleine et Anne, il y a aussi cette quête d'identité, obsessionnelle, omniprésente. Valentine Goby, en offrant trois scénarios de fins possibles, propose au lecteur différentes réponses à cette quête, et j'ai trouvé cette ouverture particulièrement intéressante : chaque lecteur peut alors choisir quel point final il souhaite mettre à cette histoire en fonction de ce qu'il est, de ce qu'il a vécu. Un très joli roman à lire pour ne pas oublier.
Lien : http://www.meellylit.com/
Commenter  J’apprécie          40



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (3)voir plus