AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2364742625
Éditeur : Thierry Magnier (15/05/2013)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Lecture imposée : Les Misérables. Ce jour-là dans la classe, le débat s’amorce autour du personnage de Fantine : est-elle une mauvaise mère pour avoir abandonné sa fille Cosette, ou au contraire une mère exemplaire qui se sacrifie pour la sauver ? La discussion est animée, les avis divergent, quand tout à coup Abdou se lève et quitte la classe. Il ne revient pas au collège durant quelques jours. Quand Sonia le croise en ville et l’interroge sur son absence, elle déc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
trust_me
  05 décembre 2013
Fantine a abandonné Causette (vous savez, dans Les Misérables). Est-ce pour autant une mauvaise mère ? Certains élèves pensent qu'elle n'avait pas le choix. D'autres au contraire estiment que si elle n'était pas capable de s'occuper d'une enfant, elle aurait mieux fait de ne pas en avoir. le débat est houleux et le prof de français à du mal à tenir ses troupes. Pour Simon « abandonner son enfant, c'est dégueulasse ». Pour Sonia, « elle aurait mieux fait de pas naître Cosette. » Soudain, Abdou se lève en renversant sa chaise et déclare : « Ce qu'elle fait Fantine, c'est une preuve d'amour. » Tout le monde se tourne vers lui. Abdou, arrivé depuis peu dans la classe et dont personne ne sait rien. Abdou qui jamais ne prend la parole. Pour Sonia, sa réaction a forcément un lien avec son histoire personnelle et les circonstances vont l'amener à découvrir qu'elle a malheureusement raison…
Valentine Goby met en scène des gamins quelque peu cabossés avec la sensibilité qui la caractérise. La situation d'Abdou est compliquée et présentée sans fard mais sans non plus en rajouter des tonnes, sans jamais chercher à nous tirer des larmes. Sonia a elle aussi une vie difficile mais elle ne se plaint pas. Allez savoir pourquoi, j'aime beaucoup l'image de son père, un homme qui a dû l'élever seul : « Mon père m'a baignée. Nourrie. Coiffée. Acheté des robes. Consolée. Soigné la varicelle avec un bout de coton trempé dans un liquide bleu, bouton par bouton, pendant huit jours. Il m'a raconté des histoires le soir pendant des années. […] Il a été, il est, mon père et ma mère depuis tellement longtemps, et ça m'étonnerait pas que dans son ventre il sente la même douleur que Jean Valjean, si je devais partir. Quand je partirai. »
Il est aussi question dans ce texte d'amitié, d'entraide et d'amour. La fin est positive, il y a une note d'espoir, mais rien n'est réglé pour autant. Valentine Goby évite de nous faire croire que les miracles existent. On finit par quitter les personnages à regret et on se dit qu'il va vite falloir fait découvrir ce petit roman à des élèves de 5ème-4ème parce qu'il y a de très fortes chances qu'ils le trouvent formidable.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Syl
  14 février 2015
Sonia est la narratrice de l'histoire.
« Les Misérables » de Victor Hugo font débat dans une classe de collégiens. Afin de comprendre les personnages, le professeur pose des questions sur Fantine. « Est-ce que Fantine a été une bonne mère en abandonnant sa fille Cosette ? » Avant d'approfondir le sujet, les réponses fusent dans un charivari d'objections.
« – Moi je dis qu'abandonner son enfant, c'est dégueulasse.
- Sérieux, ça se fait pas, laisser sa fille comme ça…
- Fantine, les Thénardier elle les connaît même pas, sûr qu'elle abandonne sa fille. Si elle l'aimait vraiment, elle l'aurait gardée avec elle. Ma mère elle est comme Fantine, seule avec moi, elle travaille aussi mais elle m'a pas placé chez les Thénardier. »
Sonia regarde tous ses camarades prendre part de façon unanime et remarque que seul Abdou ne participe pas. Plongé dans un silence, absorbé par une feuille blanche, il est ailleurs. Ou peut-être pas… Nerveusement sous le bureau, ses jambes tressautent ; Abdou est une pelote de nerfs.
Le professeur continue sur cet abandon, en incitant les élèves à plus de réflexions…
« – Je disais donc, reprend le prof, on congédie Fantine. Que fait-elle alors pour gagner sa vie ?
Je lève la main :
- Elle vend ses cheveux.
- C'est tout ?
- Et ses dents.
- C'est tout ?
- Elle a fait la… comment vous dites…
Des rires au fond de la classe. Je rougis, et je murmure :
- … la prostituée. »
Mais lorsque Abdou explose en disant que l'acte de Fantine est une preuve d'amour, Sonia pressent que l'histoire de Fantine pourrait bien être celle de la mère d'Abdou.
Difficile de sonder ce camarade ! Abdou s'échappe de la classe et disparaît pour quelques jours. Malade ? C'est l'excuse qu'il donne.
Curieuse, déjà un peu amoureuse de ce mystérieux garçon, Sonia va essayer de l'apprivoiser et de l'aider. Abdou est une âme soeur.
Lorsque je tourne la dernière page de ce livre, je me demande comment l'auteur a fait pour écrire autant d'émotions, d'images, de parfums, dans ce tout petit roman. La plume, la voix, elle l'a laisse à Sonia la conteuse, une jeune fille courageuse et réfléchie, qui, très tôt, a eu aussi sa part de peines. Moins meurtrie que le jeune Malien, élevée par un père aimant, elle va l'aider à se construire, se réconcilier avec son histoire de déraciné, d'orphelin, et lui offrir une belle amitié nuancée de sentiments amoureux.
Une mère qui abandonne son enfant n'est pas forcément une mauvaise mère. Abdou Traoré sait que cela peut être une preuve d'amour d'une abnégation absolue. Sans papier, sans famille, sans argent, Mariama a eu la force de laisser son fils aux services sociaux et de partir. Il aimerait tant le lui dire !
Abdou et Sonia ont identifié leur Fantine, Valjean et Javert…
L'amour décliné sur toutes ses facettes ; ce roman est très beau. Il est écrit avec finesse, générosité, et malgré le sujet dur, déchirant, j'ai ressenti de la douceur. Abdou charrie la violence de son pays, les miasmes de la rue, le désespoir et l'espérance de sa mère. Sonia paraît aussi légère qu'un char à voile qui s'enfuit dans le vent, elle a une odeur iodée, elle est la fille qui regarde l'océan, libre et heureuse. Ils forment un beau duo, fort et confiant.
Ce livre est à recommander, je vous souhaite une bonne lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Pauline1987
  26 mars 2017
Sonia vit seule avec son père. Sa mère est décédée quand elle avait trois ans. Abdou, lui, est arrivé dans son école en plein milieu de l'année. Un jour, il quitte le cours de Français suite à une discussion sur Fantine, ce personnage de Victor Hugo qui fait le choix de laisser sa fille Cosette chez les Thénardier pendant qu'elle vend ses cheveux, ses dents et son corps pour lui envoyer de l'argent. Intriguée et inquiète, Sonia veut retrouver son camarade, en apprendre plus sur lui et l'aider s'il en a besoin. Ce roman fait écho à sa propre existence, c'est certain. D'ailleurs, en ce qui la concerne elle, son père ne ressemble-t-il pas beaucoup à Jean Valjean ? Sa meilleure amie, Nathalie, ne voit pas trop pourquoi Sonia s'intéresse à quelqu'un qu'elles connaissent à peine. Mais l'amitié et la solidarité sont plus forts que toutes les interrogations.
Une preuve d'amour est un roman de Valentine Goby paru pour la première fois en 2013 et réédité en 2017. Aux éditions Thierry Magnier, il lie donc l'histoire des personnages à un monument de la littérature. Cela met en avant l'incroyable pouvoir qu'ont les livres d'aider tout un chacun de ses réflexions, dans ses choix et dans son épanouissement. Cela rend également le chef d'oeuvre Les Misérables extrêmement séduisant, accessible voire nécessaire. Grâce à lui, Abdou accède au pardon et Sonia réalise tout ce que son père fait pour elle ainsi que la force de leur relation. La plume est évidemment envoûtante. L'ouvrage qu'elle a composé est court mais d'une grande richesse. Qui touche. Profondément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lapetitefadette
  29 juillet 2014
Ce jour-là en cours de français, la leçon porte sur Les Misérables de Victor Hugo et le débat s'amorce à propos de Fantine : est-elle une mauvaise mère qui a abandonné Cosette ? ou bien est-elle au contraire une mère exemplaire qui se sacrifie pour son enfant ? La discussion est vive dans la classe. tous les élèves ne sont du même avis. Sonia repère Abdou dont le comportement l'intrigue et d'autant plus que brusquement il se lève et quitte la classe et disparaît pendant plusieurs jours. Lorsqu'elle le retrouve, elle va peu à peu comprendre que le roman fait écho à des choses vécues. Sonia le comprend d'autant mieux que pour elle aussi ce roman n'est pas anodin.
Un sympathique roman sur l'importance des parents. Mais un sentiment de déjà lu.
Commenter  J’apprécie          50
flolunaire
  24 septembre 2014
Comment par la découverte de l'héroine de Hugo, Fantine, une jeune fille va s'ouvrir à un élève de sa classe qui demeure toujours silencieux. S'entrouvrent devant elle les chemins des clandestins mais aussi des premières amours.
Un joli roman jeunesse qui traite avec dynamisme et sentiment du problème des clandestins et de ces destins voilés qui cherchent un bonheur souvent cher payé.
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
JangelisJangelis   24 janvier 2017
Mon père se penchait tous les quarts d’heure par dessus la rambarde, demandait si tout allait bien, si on avait froid, si on s'ennuyait. Il ne fallait pas descendre se mettre entre nous, mon père l'a compris. Il était là, mais à distance.
Commenter  J’apprécie          40
SylSyl   12 février 2015
"- Je disais donc, reprend le prof, on congédie Fantine. Que fait-elle alors pour gagner sa vie ?
Je lève la main :
- Elle vend ses cheveux.
- C'est tout ?
- Et ses dents.
- C'est tout ?
- Elle a fait la... comment vous dites...
Des rires au fond de la classe. Je rougis, et je murmure :
- ... la prostituée."
Commenter  J’apprécie          20
SylSyl   12 février 2015
"- Moi je dis qu'abandonner son enfant, c'est dégueulasse.
- Sérieux, ça se fait pas, laisser sa fille comme ça...
- Fantine, les Thénardier elle les connaît même pas, sûr qu'elle abandonne sa fille. Si elle l'aimait vraiment, elle l'aurait gardée avec elle. Ma mère elle est comme Fantine, seule avec moi, elle travaille aussi mais elle m'a pas placé chez les Thénardier."
Commenter  J’apprécie          10
DocBirdDocBird   09 février 2014
Ce qui te manque pas, c'est comme si ça n'existait pas.
Je comprends qu'on ne voit que ce qui nous intéresse. Le reste, ça se fond dans le décor, ça devient Phalène Sillonnée, invisible. On a des yeux égoïstes.
Commenter  J’apprécie          20
LesPapotisdeSophieLesPapotisdeSophie   23 août 2013
Tout d'un coup, je sais pourquoi je cherche Abdou. Fantine, c'est sa mère. Jean Valjean c'est mon père. Et personne, où quasi, ne croit que c'est possible.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Valentine Goby (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valentine Goby
Chronique de Pascale Frey sur onlalu à propos de l'ouvrage "Un paquebot dans les arbres", de Valentine Goby, paru aux éditions Actes Sud en août 2016.
autres livres classés : sans-papiersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Une preuve d'amour

Pourquoi les éleves croient-ils que Fantine est une mère horrible ?

Parce que elle se vend au homme
Parce que elle pas sa fille

8 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Une preuve d'amour de Valentine GobyCréer un quiz sur ce livre
.. ..