AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226320032
224 pages
Albin Michel (04/05/2016)
3.6/5   10 notes
Résumé :
Je selfie donc je suis. Au bout de ma perche, au bord d’une falaise, devant la Joconde ou les chutes du Niagara, auprès de mon acteur préféré… Et sur les clichés que je poste aussitôt sur le net, c’est : moi, et moi, et moi…
Crise de narcissisme aigu ? Symptôme d’un égoïsme surdimensionné ? Jeu quelque peu névrotique avec son image ?
L’auteur, en philosophe et en psychanalyste, y voit l’indice d’une modification radicale de notre perception du temps et... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique

Ecran, Ô mon bel écran, dis-moi qui je suis

Elsa Godart s'attaque au « stade du selfie », nouveau stade d'évolution de l'être humain (pris dans sa plus large acceptation possible de l'individu à l'ensemble de la société), qui vient après le « stade du miroir » qui permet à l'enfant de se découvrir et donc de se construire.

On passe d'une image à une autre de celle du miroir à cette de l'écran, et pourtant, rien n'est aussi simple, au contraire.

A travers sept révolutions liées au selfie (révolution technologique, humaine, moïque [donc d'identité de soi et des autres], sociale et culturelle, érotique, pathologique et esthétique), Elsa Godart dresse un état de l'individu et de la société à travers l'usage et l'abus du selfie, nouvelle idole virtuelle et pourtant tellement présente dans les relations entres les personnes.

Le constat le plus cruel établi par Elsa Godart est celui, une fois de plus, de la disparition du langage, fondement même de la construction de soi et des relations aux autres, au profit d'une image, passée du statut d'icône au statut d'idole, dont la caractéristique fondamentale n'est pas la sincérité.

Elle en arrive à la conclusion que le stade du selfie exige que l'on repense la société dans son ensemble et surtout du point de vue éthique, sans oublier de nous questionner sur notre propre relation au selfie (attrait narcissique, besoin de s'exposer, d'être reconnu, quête identitaire, cure de notre pathos, de notre rapport à la mort aussi, à l'eros et au corps à travers la recherche de la satisfaction de nos désirs de manière immédiate…). Elle note d'ailleurs que le selfie inscrit l'être, le sujet, dans un présent immédiat (disparition de la temporalité) et proche de nous à travers l'écran (disparition de l'espace). le soi a perdu en dimensions…

Autant de questions à traiter pour parvenir à faire cohabiter le nouveau sujet (nous) avec ses « moi » identitaires : moi conscient, moi inconscient et moi virtuel pour créer un soi digital qui puisse cohabiter avec l'autre et ne pas rester dans la dépendance à l'autre, ce qu'Elsa Godart nomme l'altrisme.


Lien : http://wp.me/p2X8E2-Gi
Commenter  J’apprécie          20

Un essai stimulant sur ce que révèle notre rapport au selfie, sur différents plans : est-ce pathologique ? Ou au contraire porteur de nouvelles voies artistiques ? Quelles sont les conséquences sur notre représentation de soi, des autres, du monde, et sur nos relations ? Ne faut-il pas accepter cette révolution - nous n'avons plus le choix - et construire un "humanisme numérique" ?

Commenter  J’apprécie          20

Un livre très actuel qui permet de remettre en perspective la mode du selfie qui envahit nos vies.

Finalement la question du selfie est presque un prétexte pour s'intéresser à l'évolution de notre société. le narcissisme est très révélateur d'un individualisme forcené forgé par le repli sur soi devant un monde qui se délite.

Une lecture qui permet de prendre du recul sur une pratique devenue banale.

Commenter  J’apprécie          10

Un essai sur les évolutions que le Net et nos connexions entrainent sur nos mode de vie et de penser. Tout (j'exagère, mais pas tant) est dans le titre, qui percute et semble promettre de ratisser large. Je m'attendais à de la psychologie, voire une études de moeurs. J'ai trouvé de la philo pure et dure, universitaire, psychanalytique. Quelques fulgurances, beaucoup de sauce autour et des envolées difficiles à suivre - en tout cas pour moi, lectrice lambda...

Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation

(…) le selfie est questionnement identitaire, expression d’un corps métamorphosé qui échappe inlassablement à la saisie objective de son auteur. Le selfie se présente comme une tentative de réponse aux troubles que constitue la représentation de soi. Cette mise en scène du corps est aussi révélatrice des manques du sujet, ou de ce que nous pourrions appeler ces "ratages". Dans sa difficulté à exister, son impossibilité à affirmer sa singularité, le sujet se disloque, s’éparpille, se perd lui-même. L’acte selfique vient alors, en quelque sorte, rassembler le sujet morcelé, éclaté, l’écran se substituant au cadre contenant capable de le maintenir dans sa position. Cela passe par le corps. Un corps chosifié, réduit à sa pure représentation, tout entier dédié à la jouissance narcissique et au self-ego.

Commenter  J’apprécie          50

(…) ce n’est plus la réalité qui inspire l’appareil photo mais l’appareil photo-téléphone-connecté qui la crée et la restitue par l’image. Ce n’est plus l’oeil de l’homme qui tente de rendre compte de sa vision du réel ; mais l’oeil de la camera, de la technique, qui organise la vue et réinvente le réel qui va avec.

Commenter  J’apprécie          60

Il y a dans le fait de publier un selfie sur les réseaux sociaux quelque chose de l’ordre de l’exhibition et du voyeurisme : l’auteur du selfie s’exhibe dans le but d’être vu, d’être perçu, amenant son public, celui à qui s’adresse ce selfie, à jouer le rôle du voyeur. Un comportement qui favorise et alimente le fantasme. Et c’est peut-être là l’une des perversions les plus caractéristiques de notre société hypermoderne : la substitution du fantasme à l’imaginaire, illustrée par cette recherche continue du rapport exhibition/voyeurisme.

Commenter  J’apprécie          30

Ô selfie magique, dis-moi que je suis la plus belle… Mes mille amis Facebook, assurez-moi ce matin que mon existence est bien réelle par vos like à répétition." À cause de ce besoin de reconnaissance, nous avons perdu une liberté : celle qui consiste à être librement nous-mêmes sans chercher à plaire par peur de décevoir ou d’être rejetés ; d’être disliked, comme nous serions disqualifiés dans ce théâtre des représentations.

Commenter  J’apprécie          40

Notre démocratie est malade de son hyperindividualisme, ce qui se traduit par un vide politique ; notre société est malade de son hyperindividualisme, ce qui se traduit par un profond sentiment d’isolement ; notre intériorité est malade de son hyperindividualisme, ce qui se traduit par une désubjectivation dont le selfie est la représentation emblématique.

Commenter  J’apprécie          40

Videos de Elsa Godart (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Godart
Robert Maggiori Laurence Joseph Elsa Godart Florence Askénazy L'écran est à la fois ce qui fait obstacle, empêche de voir, et ce qui focalise le regard, permet de voir. Dans tous les cas, il est toutefois une interposition, une médiation, un « voile » intercalé entre la réalité et le « corps voyant » : de fait, la pomme dont je vois l'image projetée sur l'écran – du cinéma, de la télévision, de la tablette, du smartphone – n'a aucun goût, ni sucré ni acidulé. Aussi, depuis longtemps, parle-t-on des «dangers» qu'il y a à prendre l'ombre pour la proie, à ne percevoir la réalité qu'au travers des images, en allant jusqu'à dire que les addictions aux écrans sont comme des mutilations de notre rapport au monde. Ces dangers sont-ils réels, et de quel ordre ? Sont-ils supérieurs à ceux que fait courir aux enfants et adolescent(e)s le constant usage des réseaux sociaux, aux risques qu'ils soient confrontés là à des photos, des images, des sollicitations, des échanges qui violent leur sensibilité, les entraînent subrepticement à des comportements nuisibles, auto-destructeurs, ou encore les piègent dans des stratégies de cyberbullying, de harcèlement ? Les enfants sont-ils les victimes désignées de la «face sombre» des réseaux sociaux ? de quels droits protecteurs bénéficient-ils ?
+ Lire la suite
autres livres classés : selfieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
393 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre