AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alice Seelow (Traducteur)
ISBN : 2226180168
Éditeur : Albin Michel (27/02/2008)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 384 notes)
Résumé :
Découvrons un peu plus l’histoire américaine avec « Rebelles » où l'intrigue se déroule dans les riches quartiers de Manhattan en 1899.
Elizabeth s'apprête à y épouser Henry, le plus beau parti de la ville pour sauver sa famille de la ruine mais tout les deux se préparent à un mariage sans amour. Dans l'ombre, la rivale d'Elizabeth, Pénélope, la maîtresse éconduite d'Henry prépare sa revanche. Car derrière les sourires trompeurs, dans des décors sublimes, par... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (103) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  21 juin 2012
Rebelles est le premier tome de la saga Luxe d'Anna Godbersen et je dois dire que c'est un prometteur.
On suit le destin de jeunes gens de la haute société américaine de la fin du 19ème siècle. Potins, manigances et coup bas sont au rendez vous.
Roman idéal pour les filles avec l'évocation des belles robes, coiffures et des bals qui nous transporte dans une autre époque et nous font rêver! le mariage arrangé par les parents pour préserver le rang de la famille un peu moins mais bon...
Le personnage d'Elizabeth est au premier plan et je dois dire qu'elle est très attachante et je pense la plus honnête dans l'histoire contrairement à Penelope que j'ai aimé détester.
Petits bémols (ou conseils devrais-je dire pour les futurs lecteurs) munissez-vous d'un papier et crayon car pour retenir tous les noms au départ, c'est pas évident. Dès les premières pages, l'auteure nous présente tous les personnages (en très peu de pages) qui auront tous un rôle important au fil du roman.
Et puis je n'aime pas les romans qui commencent par la fin. La d'emblée on assiste aux funérailles d'Elizabeth, puis le roman revient en arrière pour nous faire vivre ses derniers jours.
La fin n'en reste pas moins surprenante et un dernier rebondissement auquel on ne s'attend pas arrive, je n'en dit pas plus....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
Alwenn
  02 février 2009
J'ai hésité à intituler mon billet « Dirty Sexy Money », en référence à la nouvelle série de Canal que j'ai découvert il y a quelques semaines et que j'ai beaucoup appréciée. L'histoire d'une des familles les plus riches de New York, les Darling, qui vivent dans le l'opulence et le luxe. Une série mordante et sarcastique à prendre au 2ème degré, sur la duuure vie des riches (et où ma préférence va à Brian Darling, le prêtre… Enfin, bref, je m'égare déjà…)
Luxe, c'est d'ailleurs le titre original de ce roman américain, traduit par Rebelles en français. On note d'ailleurs un bandeau d'un joli rose girly qui nous annonce que c'est LE livre « insolent et glamour » que « les filles s'arrachent aux USA ». Les filles. Parce qu'il s'agit bien de ça : un roman pour filles. Ados ou ados attardées comme moi.
Rebelles est donc à mon sens un Dirty Sexy Money dont l'intrigue se joue à Manhattan, en 1899 au tournant du siècle. Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont pleins aux as et leur vie n'est que luxe, calme et volupté. Enfin, en apparence. Si tout semble lisse, comme peut l'exiger toute société mondaine qui se respecte, les ongles s'aiguisent en réalité dans l'ombre, et les perfidies se trament dans les recoins obscurs des grandes demeures new yorkaises.
Pour être honnête, ce roman est absolument bourré de défauts… que je me permets de lister, parce qu'ils sont trop gros pour qu'on puisse passer à côté :
- En premier lieu, les personnages principaux manquent d'étoffe et sont souvent à l'extrême limite de la caricature : Elizabeth est froide et fade, Pénélope est l'incarnation parfaite de l'odieuse méchante que l'on déteste d'emblée et à qui l'on ne souhaite que du mal (vous savez, c'est par exemple l'Elisa de Candy ou la Lavinia de Princesse Sarah… Ces petites pestes que l'on déteste parce qu'elles martyrisent la douce héroïne…), Henry est le vil et impénitent séducteur etc, etc. Seule peut-être la vive et effrontée Diana tire son épingle du jeu et offre un personnage plus nuancé.
- Il n'y a absolument aucun fonds ou vraisemblance historique dans la société américaine qui est décrite : a-t-on déjà vu des filles de bonne famille glisser des billets dans les mains de jeunes inconnus pour se faire vilement séduire dans les vestiaires ou fumer en cachette ? Les femmes portaient-elles des robes à décolleté vertigineux toute la sainte journée ? Conduisaient-elles elles-mêmes des Phaétons comme des Fangio en jupe ? Je vous dis, ce sont les Darling que l'on a costumé à la mode du XIXème siècle et que l'on fait évoluer dans un décor tendance et suranné.
- Il y a tout au long du roman des poncifs dignes des romans Harlequins (que je n'ai jamais lus, mais c'est tout à fait l'image que je m'en fais… ^^), comme par exemple la riche héritière prête à se damner pour un flirt dans le foin avec son rude mais ô combien sexy palefrenier…
- le style est scandaleusement mauvais (à moins que ce ne soit le résultat de la traduction, mais j'en doute…). On a ainsi pléthore de descriptions absolument inutiles sur la couleur et la matière des robes de ces demoiselles, le bois des parquets ou le tissu des bergères, l'étoffe des rideaux ou la couleur des chevaux. Etc. Etc. C'est tellement empesé que ça frise le ridicule. Ou qu'on a l'impression de lire le mauvais remake d'une description vestimentaire du catalogue de la Redoute, agrémenté d'un article de Maisons et Jardins :
« Avec sa tenue en faille noire au décolleté carré, à la taille ajustée et sa jupe volantée, elle semblait particulièrement menue à côté de Buck (…). Ils étaient seuls dans le grand salon aux fauteuils français recouverts de soie à rayures bleues et blanches, sous son plafond de huit mètres de haut. »
Et quand ce n'est pas ça, ce sont des répliques de dialogues cultissimement kitsch comme : « Vous avez l'air d'un prolo, Henry. » :) ) Fallait penser à la sortir quand même, celle-là, hein ?
- L'intrigue est cousue de fils blancs et même avec la fièvre de cheval qui me terrasse depuis deux jours, et ma toute petite capacité de concentration, on voit tout de suite de quoi il en retourne et comment les choses vont évoluer. C'en est presque trop facile.
Bon. Ça fait beaucoup tout ça, je vous l'accorde.
Et là, vous vous dites : « Ben, tiens, elle a dû oublier de rectifier la note qu'elle octroie au bouquin. Il y a un incompatible 4/5 qui s'affiche. »… Eh bien non ! J'ai bien mis, et je maintiens, un 4/5. Car je dois humblement l'avouer, bien que bourré des défauts les plus rédhibitoires, j'ai passé un très agréable moment avec ce livre.
C'est une lecture tout à fait divertissante, où les méchants sont vraiment méchants, les gentils, vraiment gentils, les laissés-pour-compte vraiment pathétiques et les histoires d'amour soooo romantic !
Je me suis laissée bercer par le rythme du roman, volontairement « too much » pour me délecter de ces histoires de gosses de riches qui n'ont de préoccupations que l'argent et l'amour. Finalement, à sa mesure, c'est très Sex, Drugs and Rock'n Roll. Les Darling, vous dis-je. Les Darling.
Bon, ok, il faut peut-être se dire qu'on lit ce roman avec seulement 2 neurones de connectés. Mais quand on l'a fait, c'est vraiment stimulant de suivre l'histoire de Diana, Elizabeth, Pénélope, Henry et Will. Chaque chapitre s'ouvre sur un billet « manuscrit » ou un extrait de magazine people de l'époque et on déborde vraiment d'envie de lire la suite. D'ailleurs, je crois qu'il y a un deuxième tome en préparation et oui, j'ose avouer que je connecterai de nouveau seulement deux neurones pour savoir si la méchante Pénélope obtiendra gain de cause… (naaaan, spa possible, mais c'est bon d'essayer de se faire peur…)
Et comme quoi, il m'est arrivé quelque chose que je ne croyais pas possible : trouver un roman mauvais et prendre cependant beaucoup de plaisir à le découvrir. Parce que les poncifs, c'est bon aussi pour le coeur : ça le conforte dans des images sécurisantes… Vanitas vanitatum, et omnia vanitas…

Lien : http://fabulabovarya.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
zazane
  26 mai 2011
Les photos de couverture de cette saga sont tout simplement somptueuses ! Je dois bien l'avouer c'est ce qui m'a attirer en premier lieu.
Ce roman est le premier d'une saga dont il existe trois tomes pour le moment. Tout commence avec un flash back lors d'un enterrement où il est assez difficile de situer les personnages tant ils sont nombreux et encore inconnu. Cette difficulté passée, on entre assez rapidement dans le roman qui se lit rapidement notamment à cause de la fluidité du style de l'auteur qui a tenter un style à la Jane Austen, sans égaler la célèbre romancière (ce que l'on peut aisément pardonné à l'auteur qui ma foi, ne s'en sort pas si mal !).
Bien que les personnages soit quelques peu caricaturaux, on réussit tout de même à s'attacher à ce petit monde. On retrouve bien sur le duo de soeurs, qui nous rappelle les célèbres duo de soeurs de Jane d'orgueil et préjugés ou encore de raisons et sentiments. Notre héroïne est l'archétype parfait de la jeune fille de bonne famille raisonnable en toutes choses, sage et tiraillée par ses devoirs, alors que sa soeur plus jeune est elle déraisonnable, rebelle et quelque peu éprise de liberté. On retrouve aussi la méchante, traîtresse, parfaite manipulatrice et imbue de sa petite personne… La seule originalité de l'intrigue résulterait peut être de l'histoire d'amour de notre héroïne avec un serviteur, encore que !
Bien que je sois très critique, je dois admettre que j'ai passé un bons moments de lecture.. J'ai tenté le second tome mais me suis bien vite lasser… D'après moi ce premier tome se suffit largement à lui même ! le style de l'auteur reste cependant agréable… Contrairement, aux nombreux avis positifs que j'ai trouvé sur la blogosphère, je n'ai personnellement pas du tout aimé les petites introductions présentes entre les chapitres et ne les ai pas trouvé à propos… Bien que certains extraits du manuel de la femme parfaite de la bourgeoisie ou encore de journaux mondais m'ait arrachés plusieurs sourires !
Autres petits points négatif, et non des moindres, les personnages masculins, bien que nombreux, m'ont totalement laissé de marbres… Aucun n'a, à mes yeux, le charme du prince charmant, tant attendu dans ce genre de littérature… Là où Jane Austen excelle, Anne Godbersen nous livre un récit soigné et bien écrit mais qui pèche en ressemblant que trop au série télévisée à la Gossip Girl et autres navets du genre … Dommages l'idée de base me semblait bonne… mais je me suis quelque peu ennuyée et le charme n'a pas opéré sur moi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Loucy
  12 janvier 2013
Séduite en premier lieu par la magnifique couverture de ce premier tome – et des tomes qui suivront – j'ai ensuite été conquise par l'histoire. Nous voici à New-York dans la fin des années 1890, nous suivons les aventures de la bonne société new-yorkaise et plus particulièrement des soeurs Holland. Elizabeth, qui est censée être un des personnages principaux, est enterrée dans le premier chapitre, nous commençons même par cela. Nous retournons ensuite dans le passé pour comprendre ce qu'il s'est passé pour cette jeune femme dont l'avenir semblait si prometteur.
« le matin du 4 Octobre 1899, Élizabeth Adora Holland, fille aînée de feu Mr. Edward Holland et de sa veuve, Louisa Gansevoort Holland, a quitté ce bas monde. Ses funérailles seront célébrées demain dimanche 8 octobre à dix heures du matin, en l'église épiscopale Grace, 800 Broadway, Manhattan » Rubrique nécrologique de The New-York News of the world gazette, Samedi 7 Octobre 1899
Les personnages inventés par Anna Godbersen sont vraiment intéressants, complexes, recherchés. J'ai adoré Diana Holland qui est pleine de vie, surprenante, en avance sur son temps. Autre grand intérêt de la narration, les avancées faites grâce aux extraits d'articles de journaux, cela donne une touche réelle à ce récit et nous plonge complètement dans la société de cette fin XIXe siècle. L'alternance de point de vue à chaque chapitre permet d'éviter de se lasser tout en suivant plusieurs histoires, même si je dois avouer que lorsqu'il s'agissait de Lina, cela m'agaçait assez vite ! Si les histoires sont loin d'être compliquées ou originales, on se laisse charmées avec plaisir. de nombreux clichés sont bien entendu présents, comme souvent dans les romans « fifilles » mais ça ne gêne pas tellement la lecture puisque généralement compensés par des évènements ou des personnages (souvent Diana à vrai dire). Les personnes masculins cependant sont peu développés et on ne les connaît que superficiellement. J'ai aimé l'évolution d'Henri, si au début il avait tendance à m'agacer, au fur et à mesure je l'ai apprécié davantage. En bref, j'ai aimé le style d'Anna Godbersen qui m'a complètement emmenée dans son univers, j'ai dévoré ce premier tome – tout comme les suivants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
CyrielF
  04 avril 2012
J'ai été séduite par ce livre dès la seconde où je l'ai vu dans la librairie. Une couverture splendide et une quatrième mystérieuse juste ce qu'il faut, que demander de plus ? le récit s'ouvre sur un enterrement et présente immédiatement tous les personnages qui vont évoluer dans le roman. Je dois avour que j'ai du relire plusieurs fois le prologue pour bien situer tout le monde : en effet, tous les protagonistes et personnages secondaires sont balancés en 6 pages, si bien que j'ai eu beaucoup de mal à m'y retrouver. J'ai réussi à mettre ce petit inconvénient de côté et j'ai continué ma lecture. On retrouve donc tout ce beau monde qui nous plonge directement dans le quotidien de la jeunesse dorée de la fin du XIXe siècle. le cadre m'a beaucoup plu, à chemin entre Gossip Girl et Orgueil de Préjugés, et le style d'Anna Godbersen est si fluide que les 453 pages se lisent presque d'une traite.
L'intrigue de fond est banale : Elizabeth Holland, jeune fille exemplaire issue d'une famille influente du gratin New Yorkais, se voit promise à Henry, meilleur parti de Manhattan, afin de sauver sa famille de la faillite. Evidemment, Elizabeth est amoureuse d'un autre jeune homme qui ne fait pas partie de sa classe sociale, leur idylle est donc impossible à afficher au grand jour. Les histoires d'amour impossibles et de manipulation s'entrecroisent, car à ce triangle amoureux viennent s'ajouter de nombreux personnages secondaires qui ont tous un rôle primordial à jouer et des intérêts personnels par rapport au mariage de nos deux protagonistes.
J'ai trouvé les personnages très stéréotypés : la jeune fille de bonne famille toujours sage et écoutant ses parents, la petite soeur rebelle et rêveuse qui ne se sent pas à sa place, le jeune homme que toutes les filles veulent épouser, la méchante manipulatrice prête à tout pour arriver à ses fins, et même le domestique épris de la belle. Caricaturaux, oui, mais ils n'en restent pas moins intéressants. J'ai pris du plaisir à voir évoluer ces personnages et à suivre leurs aventures. Comme ils sont tous différents, il est aisé de réussir à s'identifier au moins à l'un d'entre eux.
On sent cependant bien que Rebelles sert d'introduction aux autres tomes de la série : j'ai eu l'impression de seulement survoler les aventures de chaque personnage ainsi que leur psychologie. Je me suis donc empressée d'acheter les deux tomes suivants, mais ma lecture s'est essouflée à la moitié du troisième volume.
J'ai tout de même beaucoup apprécié ce premier opus, à mettre entre les mains de toutes celles qui recherchent une lecture légère et qui sont avides d'histoires d'amour et de personnages torturés ;)
Lien : http://tetedelitote.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Citations & extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
StellabloggeuseStellabloggeuse   02 octobre 2012
Il la fixa intensément dans les yeux, de son regard vif et malin, réprimant un sourire. Puis il se pencha davantage et appuya ses lèvres de carmin contre les siennes. « C’est exactement ça », pensa Diana. C’était exactement ça : la sensation qu’elle recherchait. Elle vous traversait le corps jusqu’aux orteils et les faisait frétiller, juste un peu. Henry éloigna son visage. Il lui fit un clin d’œil, coiffa son chapeau et entra dans le vestibule sans autre forme de procès.
-Mesdames, je me suis apparemment perdu sur le chemin du vestiaire à la porte, l’entendit dire Diana.
Il y avait un rire dans sa voix et elle comprit que, tout en s’adressant à Claire et Elizabeth, il était complice avec elle. Ils partageaient un secret
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PlumelinePlumeline   03 avril 2011
« Le matin du 4 Octobre 1899, Élizabeth Adora Holland, fille aînée de feu Mr. Edward Holland et de sa veuve, Louisa Gansevoort Holland, a quitté ce bas monde. Ses funérailles seront célébrées demain dimanche 8 octobre à dix heures du matin, en l’église épiscopale Grace, 800 Broadway, Manhattan » Rubrique nécrologique de The New-York News of the world gazette, Samedi 7 Octobre 1899
Commenter  J’apprécie          40
mimialibabamimialibaba   22 mai 2013
Quand il se pencha plus près d'elle pour reprendre son chapeau, elle sentit son souffle chaud dans son oreille. Pendant un moment, le silence régna.

p.129
Commenter  J’apprécie          110
ju-s-tineju-s-tine   29 janvier 2014
Dans le noir, fuyez les garçons :
De jolies choses ils vous diront,
Puis saigner votre cœur ils feront.
Mais dans le parc, cherchez les garçons :
Ces gentlemen vous aimeront.
Commenter  J’apprécie          80
PlumelinePlumeline   03 avril 2011
Elle ne pouvait apaiser sa rage qui s’était déchainée en elle. Elle s’approcha du canapé où Robber se prélassait et le souleva dans ses bras. malgré les petits aboiements contrariés du boston terrien, elle le retint de force contre elle.
- Par n’importe quel moyen, Buckie, nous devons y arriver. Je ne supporterais pas de perdre. Je préférerais voir Elizabeth morte que mariée à mon Henry »
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Anna Godbersen (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anna Godbersen
J'ai commencé à lire beaucoup de séries, mais il y en a certaines que je ne suis pas pressée de finir ! Tous les détails et les liens vers les livres ici : http://wp.me/p5BGEC-N5
Séries de livres mentionnées :
- le Journal de Bridget Jones, d'Helen Fielding : http://amzn.to/1UrNCpt * - le Seigneur des anneaux, de JRR Tolkien : http://amzn.to/1THqH8H * - La Communauté du Sud, de Charlaine Harris : http://amzn.to/1XSGL86 * - le Trône de Fer, de George RR Martin : http://amzn.to/1Qn0nwl * - Outlander, de Diana Gabaldon : http://amzn.to/1THqH8H * - God Save la France, de Stephen Clarke : http://amzn.to/1LNgZLC * - Night School, de CJ Daugherty : http://amzn.to/1THqH8H * - Parallon, de Dee Shulman : http://amzn.to/1QEFLi6 * - Rebelles, d'Anna Godbersen : http://amzn.to/1UrPb6I * - Never Sky, de Veronica Rossi : http://amzn.to/1VLqSPI * - Les Variants, de Robison Wells : http://amzn.to/1QEG4JN * - Les Outrepasseurs, de Cindy van Wilder : http://amzn.to/24vaTuP * - Divergente, de Veronica Roth : http://amzn.to/21s7DS5 * - Loin de tout, de JA Redmerski : http://amzn.to/1phputN * - Ten Tiny Breaths, de KA Tucker : http://amzn.to/1QlhSQX * - KGI, de Maya Banks : http://amzn.to/1n7ij5E *
* Ce symbole signifie qu'il s'agit d'un lien d'affiliation. Si vous choisissez de commander un livre via ce lien, vous ne le payerez pas plus cher. Amazon me reversera quelques centimes en commission, qui me permettrons de financer de prochains concours sur la chaîne. Merci d'avance si vous faites le choix de me soutenir ! ___
? Retrouvez l'article complet et les futures chroniques sur le blog : http://unjour-unlivre.fr
Facebook : http://facebook.com/unjourunlivre Twitter :http://twitter.com/missmymoo GoodReads : http://www.goodreads.com/MissMymoo Babelio : http://www.babelio.com/monprofil.php?id_user=39521 Instagram : http://instagram.com/missmymoo Pinterest : http://pinterest.com/missmymoo/books-co/ ___
? CONTACT : Pour toute demande de partenariat/collaboration, merci de remplir le formulaire de contact : http://unjour-unlivre.fr/contact
? COURRIER : Sethom Myriam BP 10 014 92201 Neuilly-sur-Seine Cedex France ___
? MUSIQUE : "Life of Riley" Kevin MacLeod (incompetech.com) Licensed under Creative Commons: By Attribution 3.0 http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/
+ Lire la suite
autres livres classés : historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1030 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre