AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les yeux jaunes tome 1 sur 4
EAN : 9782897332570
370 pages
Ada éditions (18/09/2013)
3.8/5   69 notes
Résumé :
J'étais en train de pisser quand j'ai remarqué l'étrange couleur du ciel par la fenêtre de la salle de bain. Je me suis dit que c'était un caprice de Dame Nature, et j'ai poursuivi mes ablutions matinales. Je ne savais pas encore à ce moment-là que le Diable avait étendu son territoire sur notre si jolie planète. J'ai commencé à comprendre qu'il se passait un truc vraiment pas normal quand j'ai découvert ma fille Susie en train de s'offrir notre gros matou Charlot e... >Voir plus
Que lire après Les yeux jaunes, tome 1 : Premiers joursVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 69 notes
5
5 avis
4
7 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
2 avis
J'ai découvert la saga « Les yeux jaunes » alors que je recherchais des ouvrages sur le thème des zombies. Cette saga était chaudement recommandée par un blogueur. de plus, j'appréciais vraiment le visuel des trois couvertures. En effet, elles annoncent plutôt bien la couleur (récit sombre et oppressant) et donnent envie de feuilleter les romans. Je me suis donc laissée tenter par le tome 1 et, plus récemment, par le tome 2…

Dès le début, le lecteur fait face à une plume vraiment originale, acide, dynamique et franche ! Dany, le narrateur, est un personnage avec beaucoup d'humour, qui est un peu fou et légèrement obscène. Comme tout le monde l'aurait fait s'il s'était trouvé face à une apocalypse zombie, Dany se réfère aux films, aux jeux vidéo ou aux livres qu'il a vus pour survivre. Non sans humour, il décrit comment sa famille s'est transformée en monstres assoiffés de sang et comment il a fait pour s'échapper... Ses remarques décalées et parfois ragoutantes ajoutent un petit plus à la lecture et permettent de s'attacher à lui. Par ailleurs, j'ai apprécié le fait qu'il ne soit pas un surhomme. Il ne sait pas se battre et n'a pas fait de sport depuis des années. Ainsi, lorsqu'il doit affronter un ennemi, la chance n'est pas toujours de son côté et il est très fréquent qu'il se retrouve blessé…
(Il est à noter qu'une griffure, une morsure ou bien un contact avec la salive ou le sang d'un zombie ne transforme pas les victimes. Les zombies sont uniquement des personnes transformées le soir où la lune avait changé de couleur. Il n'y a donc pas de risque de contamination… En revanche, on peut très bien se faire croquer ou tuer… C'est une idée qui change et qui fait l'originalité de cette trilogie.)
Dany est quelqu'un d'assez humain : il fait des erreurs, est parfois grossier, essaye de survivre et d'avancer malgré ses peines, s'attache au peu de survivants qu'il croise par peur de tout perdre à nouveau, … On comprend aisément pourquoi il endosse le rôle de « meneur » dans son étrange équipe de survivants.

Bien que stéréotypés (volontairement ou non), les protagonistes sont assez bien construits : ils ont tous une histoire/un passé qui est décrit au fil du récit. J'ai apprécié le fait qu'ils « évoluent »/changent suite à l'épidémie. C'est par exemple le cas de la petite Sandy, une adolescente trouvée dans un collège alors qu'elle devait faire un séjour à Disneyland avec sa famille. Elle devient autonome et s'affirme peu à peu. Je me suis vraiment attachée à ce personnage et espère le voir s'affirmer dans les autres tomes... Mimi, une rouquine naine, est également un personnage intéressant. C'est un petit brin de femme qui a un sacré caractère et qui sait se battre lorsqu'il le faut. (Heureusement qu'elle a croisé le chemin de notre anti-héros, sinon ce dernier n'aurait jamais survécu…) Évidemment, une romance va s'installer entre elle et Dany. C'était attendu, mais cela ne me dérange pas, car j'ai aimé l'évolution de leur relation.

Le suspense arrive surtout à la fin de l'ouvrage et n'est pas toujours au rendez-vous. Certes, j'ai rapidement dévoré les pages, mais c'était surtout parce que la plume de l'auteur était fluide et parce que je souhaitais savoir qui allait survivre et s'ils allaient trouver un refuge (temporaire, évidemment). Ce premier tome se lit vraiment bien.
En revanche, certains lecteurs peuvent être choqués par certaines scènes sanglantes… Mais, à mes yeux, c'est un élément difficile à éviter lorsque l'on parle de zombies… de plus, tout le monde ne va pas forcément accrocher à la plume de l'auteur. Ce n'est pas de la « grande littérature » comme certains le voudraient, cependant j'ai trouvé qu'Yvan Godbout transmettait assez bien les émotions de ses personnages et savait habilement alterner entre scènes grotesques et passages sanglants/affreux/remplis de tensions. Pour ma part, j'ai apprécié ce premier tome et j'ai récemment acheté le tome 2 que j'ai chroniqué une fois ma lecture finie. Il me manque le tome 3, toutefois je peux d'ores et déjà affirmer que c'est une lecture plaisante dans le genre zombie/post-apocalyptique qui trônera dans ma bibliothèque. E.C.
Commenter  J’apprécie          90
Bof, bof, bof de chez bof.... je me disais ah bien.... une histoire de zombies québécois.... c'est pas que c'est mauvais, mais ce n'est pas excellent non plus... Sur la forme, ça... y'a du sang, des êtres affamés de chair humaine, des péripéties en veux tu, en voilà... mais c'est plutôt le style qui m'a dérangé... je me rends compte que j'aime pas trop les auteurs qui tentent l'humour alors qu'ils ne sont pas tellement drôles... L'histoire est entre-coupée de phrases qui se veulent ironiques, mais ne le sont pas... Mais les personnages (les vivants, j'entends) sont très attachants... leurs histoires est très bien contées et parfois, c'est très à fleur de peau, sans tomber dans le gnagna.... mais bon... j'hésite vraiment à me lancer dans la suite....
Commenter  J’apprécie          130
Dans ma PAL depuis le début de l'année, c'est avec une certaine appréhension que j'ai entamé cette série des Yeux jaunes avec Magali. Je n'ai pas été entièrement emballée, j'en suis la première déçue.

L'histoire : L'auteur nous embarque dans la vie de Dany, 38 ans. Toute cette histoire est racontée de son point de vue. La vie bien paisible de Dany bascule le jour où sa femme et sa fille sont transformées en zombies et tentent de le dévorer. Ce ne sera que le début des ennuis. Tout son village semble contaminé ; partout, les zombies déambulent. Au courant de sa tentative de survie, il fera la rencontre de quelques non contaminés. J'ai nommé Mimi, une personne de petite taille, Georges un vieillard de 80 ans, Sandy une jeune fille de 12 ans. Tous les quatre vont tout tenter pour se défendre et survivre suite à l'Apocalypse.

Les personnages : le point fort de ce livre, c'est assurément les personnages. de prime abord, je n'ai pas beaucoup apprécié Dany. Je lui ai trouvé toute sorte de défauts que je ne supporte pas parmi l'homophobie et la grossophobie entre autres. Je le qualifierais d'assez stoïque au début de son histoire. Mais l'auteur a sans doute réussi à le faire évoluer dans le bon sens. Plus les pages défilaient et plus il devenait attachant, plus humain.

J'ai adoré Mimi dès sa première apparition dans l'histoire et donc dans la vie de Dany. Une personne de petite taille dans un livre, ce n'est vraiment pas courant et j'ai beaucoup aimé ce nouvel aspect. C'est rafraîchissant autant qu'enrichissant, d'autant plus que le personnage que Mr Godbout a créé est tout à fait haut en couleurs, pétillant et bien courageux. Mimi est à la fois intelligente et douce, pleine de ressources, sensible.

Sandy, quant à elle, est le personnage qui m'a le plus touchée. Devenir orpheline si jeune est une tragédie. Elle ne manque cependant ni de jugeotte ni de courage.

Georges m'a beaucoup fait penser à mon propre grand-père et je suis certaine que si ça lui était réellement arrivé, il n'aurait pas réagi autrement que Georges. Parce que c'est un homme bon, qui aime sa famille et qui, malgré son âge, fait encore preuve d'une grande énergie.

Ressenti général : Je continue avec les points positifs en soulignant que j'ai beaucoup aimé le fait que l'auteur ait repris les événements mais des différents points de vue. Ç'a permis de comprendre les motivations de chacun, de comprendre leur passé et ça les a rendu plus humains. Plus crédibles aussi. Attachants, évidemment, touchants. Ils sont tous soudés, loyaux, altruistes. Même si je ne trouve pas ça très réaliste, ç'a le mérite d'être beau.

J'aborde à présent les points négatifs qui ne relèvent que de mon ressenti personnel. Tout d'abord, la forme du récit m'a plutôt dérangée. le fait que ce ne soit pas écrit par chapitres a cassé le rythme selon moi et tout m'a paru très long au point d'entacher ma note et mon appréciation finales. Ensuite, il y a peu de dialogues, ce qui ralentit encore la progression.

L'auteur a souvent pris le malin plaisir de faire croire au lecteur que les personnages allaient mourir et puis en fait... non. Une ou deux, passons. Mais davantage alourdit plutôt le rendu. de même que la répétition d'autres détails.

Enfin, l'histoire en elle-même n'est pas très originale. Ça reste une histoire de zombies. En revanche, j'ai beaucoup aimé les scènes sanglantes dont l'auteur ne manquait pas de décrire avec précision.

En conclusion, un premier tome qui pose les bases et ses personnages ; je me demande bien ce que cachent les deux tomes suivants...
Commenter  J’apprécie          03
En se réveillant un matin, Dany aperçoit un ciel aux couleurs verdâtres, il trouve ça étrange mais n'y prête pas plus d'attention.
Il part donc faire sa toilette et allant prendre son petit déjeuné, ne voyant pas sa femme ni sa fille levées, il part les réveiller !
Bien mal lui en a pris, car quand sa fille ouvre les yeux, il les découvre jaunes et dans la seconde qui suit, son petit ange lui saute dessus dans l'intention de le dévorer.

écrit à la première personne, l'auteur donne un texte non dépourvu d'humour, dont je n'ai pas été sensible, au point de trouver ça lourd et d'abandonner la lecture.
Auteur Québécois, dont j'ai lu 4 livres, que j'ai connu avec la série "les contes interdits" où Hansel et Gretel lui vaut actuellement des ennuis judiciaires, ce qui est fort dommage car selon moi, c'est le seul qui l'ai écrit ayant de l'intérêt.
Commenter  J’apprécie          105
Les Yeux Jaunes, c'est une maladie. Qui vous donne les yeux jaunes (bah oui) les cheveux ternes, et qui vous donne une fabuleuse envie de dévorer de la viande. Vivante de préférence.

Yvan Godbout tente d'injecter dans la thématique du Zombie sa vision personnelle en modifiant quelque peu l'essence (les morsures non-contagieuses) et les personnages (un groupe hétéroclite mais peu convaincant) et en interpellant le Geek grâce à quelques clins d'oeil.

Mais malheureusement, la mayonnaise ne prend pas. Les héros semblent pompés dans un film de série B, voire Z.
Attention, je spoile (un peu)
- le héros, trentenaire, qui perd sa fille si précieuse dans les premières pages, mais bon, c'est pas grave, après tout, c'était qu'une gosse, on y repense de temps en temps pour faire croire qu'on est dans le personnage, et au final, on s'attache plus à une gamine qu'on ne connait pas plutôt qu'à la chair de sa chair.
- Une naine, qui en prend pour son grade, avant de découvrir que finalement, "c'est une personne normale, et p'tet même plus".
- Un vieux attachant mais sacrifiable.
- Une petite fille à protéger parce que c'est noble, et qu'une blonde à forte poitrine, ça faisait cliché.

Beaucoup, beaucoup de clichés dans ce livre, certains voulus, d'autres non, et un pauvre couple de lesbiennes qui en prend aussi plein les dents, sans jamais qu'on sache autre chose d'elles que leurs préférences sexuelles, à la longue, ça lasse.

Bref, un pseudo-film de zombies potache et de mauvais goût, à des années-lumières de la réflexion sociétale de Romero, qui se permet en plus de nous coller un "cliffhanger" qui laisse à penser que l'auteur imagine qu'on va se jeter sur le tome 2.
Tout n'est pas à jeter c'est sûr, mais rien n'arrête le lecteur et non, désolé, le héros se débrouillera sans moi dans le tome 2, j'irai lire autre chose.
Commenter  J’apprécie          31

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
"Il y avait aussi monsieur Babin, mon professeur de sixième année. Je l'avais détesté celui-là, avec ses crises de rage constantes. Il nous engueulait presque tous les matins pour un rien. Et il en perdait parfois son dentier, ce qui provoquait immanquablement un fou rire général parmi les élèves, décuplant sa colère par la même occasion. Il devenait fou de rage et nous assassinait de ses yeux bleus et froids.
Il n'avait pas vraiment changé. Zombie ou non, il avait le même air. Je me suis permis un petit bonheur mesquin. Même s'il était un peu plus loin et ne représentait pour le moment aucun danger, j'ai foncé droit sur lui avec ma voiture. Il a rebondi sur le capot, et j'ai pu voir son dentier tournoyer dans les airs. Eh bien, encore une fois, l'un de ses élèves lui avait fait perdre ses dents artificielles. Mimi s'est tournée vers moi. [...]
- Petite vengeance personnelle ?
- Mon prof de sixième année. Il était méchant, colérique, et avait mauvaise haleine.
- Si jamais on croise mon ex, tu me laisses le volant ?"
(P 80-81)
Commenter  J’apprécie          30
Ma fille est montée sur moi et s'est mise à me griffer tout en essayant de me mordre. Je n'ai pu m'empêcher de penser au film "L'aube des morts". J'étais en train de vivre la suite, "L'aube des morts II : La revanche des enfants mangeurs de gros minets et croqueurs de papas". (P 9)
Commenter  J’apprécie          30
C’était une femme plutôt boulotte, au visage porcin. Elle avait des petits yeux inquisiteurs et la bouche pincée. On se demandait tous comment une femme comme elle avait pu mettre au monde un chef-d’œuvre féminin tel que Vanessa.
Mais il y a de ces choses inexplicables sur lesquelles il vaut mieux ne pas s’attarder. Comme l’apparition des individus contaminés, par exemple.
Commenter  J’apprécie          20
J’aimais bien discuter cinéma avec André, qui avait une culture cinématographique très impressionnante.

Il adorait d’ailleurs énormément les films de zombies. Il devait être heureux d’être devenu l’un de ses personnages préférés…
Commenter  J’apprécie          20
Mimi avait pleuré longtemps en tournant dans son doigt la bague de fiançailles que lui avait offerte son homme la semaine précédente. Allait-elle pouvoir, un jour, remonter l’allée d’une église au bras de son beau grand châtain ? Rien n’était moins certain. Passer sa nuit de noces avec un zombie de deux fois sa taille ne l’enchantait guère.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Yvan Godbout (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yvan Godbout
Vidéo de Yvan Godbout
autres livres classés : zombiesVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (242) Voir plus



Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
982 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..