AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782841726257
416 pages
Éditeur : L'Atalante (21/02/2013)
3.93/5   137 notes
Résumé :
25 juillet 806

Deuxième jour de traque. Depuis le départ du château, la pluie n'a pas cessé de tomber. Je profite d'une roche en surplomb pour abriter le journal et écrire ce premier compte-rendu. Arrivés sur les alpages, nous avons suivi la crête pour trouver des indices. Rien ne nous avait préparés à ce que nous avons trouvé là. Un autre campement avait été édifié à cinquante pas à vol d'oiseau du premier et tout indique qu'alors que nous pensions n... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 137 notes
5
14 avis
4
20 avis
3
10 avis
2
1 avis
1
0 avis

Eric76
  17 février 2018
A l'égal de Lorn (Haut-Royaume) ou de Fitz Chevalerie (L'assassin royal), Orville fait désormais partie de mes héros de fantasy préférés. Solitaire, arrogant, redoutable, rusé, cabossé, fringant, Orville va défier les puissants de son monde, revenir de plus loin que l'enfer pour épouser une cause perdue d'avance. Et gagner au bout du compte ! Mais une victoire en trompe-l'oeil. Une victoire sans joie et sans panache. Une victoire éreintante dans la poussière et la sueur. Une victoire amère car elle abandonne derrière elle des amis morts, un amour perdu, et des rêves à jamais disparus.
Quand je vous dis qu'il est le petit frère de Lorn et de Fitz !
Orville est un personnage complexe aux multiples facettes. Vous le verrez reitre ricanant ne songeant qu'à la gaudriole, chasseur implacable d'inquiétants kidnappeurs d'enfants, proie affolée, prisonnier dans un cul-de-basse-fosse, roi d'un rocher perdu dans les océans… Une longue quête qui lui permettra de découvrir ses immenses pouvoirs (comme j'aimerais disposer de ce don d'outre vision), et d'approcher ceux dont le destin lui commande de combattre.
Un roman moyenâgeux où les montagnes sont rudes et le froid sec ; où l'on boit une bière à la lueur d'une chandelle ; où les demeures sont humides et inhospitalières ; où les flèches sifflent et les épées s'entrechoquent.
Une histoire agréablement lente ponctuée de coups de sang. Orville y règne en maître, tour à tour paillard, cynique, redoutable et vulnérable. Un monde plein de périls s'offre à lui. Il peut tout perdre ou tout gagner, mais il ne laissera pas passer l'occasion.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          799
Dionysos89
  01 avril 2014
Après l'avoir rencontré à la 25e Heure du Livre du Mans 2013, il était grand temps de découvrir la première saga de Régis Goddyn, le Sang des Rois, avec ce premier tome chez L'Atalante.
Régis Goddyn nous propose un road trip, une sorte de roman en marche, où nous suivons le sergent Orville à la poursuite de ravisseurs d'enfants. Ce dernier, nommé capitaine-ambassadeur-militaire, a vocation à devenir un héros dont les actions prendront de l'ampleur au fil des sept tomes prévus pour ce cycle de fantasy. Dès le premier chapitre, justement nommé « L'Envol », l'auteur nous happe à la gorge pour nous plonger la tête première dans le mystère d'un enlèvement collectif très bien préparé. L'ensemble pourrait paraître très simple, au fond, mais l'intérêt est de se laisser emporter comme est obligé de le faire le personnage principal.
Et de ce point de vue-là, l'auteur sait laisser couler son écriture pour faire aller son histoire comme un fleuve tranquille, malgré les cahots de la route empruntée par Orville. Avec son rythme lent, l'auteur nous fait même croire qu'il va enchaîner les descriptions à rallonger, mais avance en fait par à-coups et finit par faire suffisamment progresser son histoire en évitant de donner à ce premier tome l'aspect d'une simple introduction. Malgré tout, les dernières pages sont uniquement faites pour construire la principale intrigue du tome suivant (avec, en particulier, un personnage supplémentaire d'envergure), ce qui est évidemment compréhensible. Finalement, même si nous posons énormément de bases politiques et historiques, notamment dans les chapitres se déroulant à la capitale du Premier Royaume (les appellations de ce monde de fantasy ne vous perdront pas une minute), c'est surtout un homme que nous suivons, dans sa mission d'information, dans son envie d'aventure, mais aussi dans sa quête d'identité.
Pour parler rapidement du style de Régis Goddyn, ce qui est toujours intéressant quand nous abordons un premier roman, il faut signaler la douceur avec laquelle il tisse son histoire ; il s'agit vraiment de se laisser porter et de faire confiance (en espérant, évidemment, ne pas être déçu par la suite, c'est toujours l'inconvénient de ces sagas en construction). Notons surtout que nous retrouvons dans ce roman une certaine verve professorale à travers quelques passages furtifs comme l'entraînement aux armes ou l'enseignement des lettres. Dans ces passages-là, nous sentons bien l'enseignant passionné, prêt à raconter les moindres détails de son histoire en glissant ça et là quelques bons conseils, tel son délicat « c'est en enseignant qu'on apprend le mieux ». C'est cette impression de sincérité et d'apport de l'expérience qui donne un goût particulier à cette lecture.
Le premier tome du Sang des Rois nous fait découvrir un auteur français plutôt agréable à lire du moment que nous lui laissons le soin de nous emmener sur des chemins aventureux. le deuxième tome devrait déjà réunir certaines intrigues se déroulant relativement loin les unes des autres pour le moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
Alfaric
  08 octobre 2013
Visiblement tout le monde a apprécié ce roman sauf le site de référence qui a pris un malin plaisir à le dévaloriser.
David Weber avec "La Guerre des dieux" avait composé un chouette revival héroïc-fantasy, Régis Goddyn avec "Le Sang des 7 Rois" nous gratifie d'un chouette revival low fantasy : avec leur bonne connaissance du genre, les 2 auteurs aborde leur sujet avec générosité et humilité. On est vite plongé dans une ambiance qui rappelle les bonnes vieilles sagas médiévales littéraires ou télévisées (c'est triste de devoir rappeler à certains que G.R.R Martin n'est pas le seul auteur autorisé à piocher chez Maurice Druon et consorts).
L'histoire commence à la page 1, et c'est ça c'est bien. J'ai un temps soupçonné l'auteur d'appartenir au courant de la Fantasy poétique, mais non en fait. Si le héros narrateur d'alignement loyal neutre ne se laisse pas facilement cerner, il n'y a pas de distanciation qui empêche l'empathie avec celui qui constitue le principal protagoniste du roman.
J'ai pensé à Corwin d'Ambre (Roger Zelazny), le personnage blasé qui devient un super révolutionnaire humaniste. J'ai pensé à Djeeb Scoriolis (Laurent Gideon), un personnage emphatique et empathique qui ne laisse pas indifférent.
Certains rageux ont dénoncé, je cite, un roman « poussiéreux » (sic). Mais les vrais amateurs parleront d'agréable odeur de patine. Orville au Goulet c'est Edmond Dantès sur "L'Île mystérieuse" : on s'inspire de Verne et Dumas, mais parfois j'ai aussi retrouvé le parfum de René Barjavel et de Robert Merle.
Là où le Lorn Askarian du "Haut Royaume" de Pierre Pevel marchait dans les pas du "Comte de Monte-Christo", Orville suit d'autres traces que celle d'Alexandre Dumas : tout ce qui se construit autour de la vengeance du pigeon contient une plaisante dose d'humour qui se termine par un très sympathique clin d'oeil aux héros de Fritz Leiber
L'ensemble reste assez hétérogène :
La 1ère partie est centrée sur la mission d'Orville qui se transforme en survival montagnard de plus en plus intimiste quelque part entre "Randonnée pour un tueur" et "Cliffhanger". Cette presque dommage de ne pas être allé plus loin dans cette voie, car si les scènes d'action sont peu nombreuse elles sont bien troussées et tirent l'ensemble vers le haut. Dans les cols et les crêtes dotés de forts jolies descriptions assez immersives, notre capitaine-ambassadeur commence sa lente transfiguration physique, physiologique et psychologique.
Certains rageux ont trouvé à ce stade du roman l'usage du journal insupportable. Je n'ai pas ressenti cela bien au contraire. L'alternance des techniques narratives permet de donner du rythme et de la fluidité à la quête d'Orville qui sans cela aurait été trop lente et trop longue, bref trop monotone.
Dans la 2e partie cela se diversifie, d'un côté nous suivons Orville et les exilés du Goulet traité avec un 2e degré subtilement assumé, d'un autre côté, nous avons quasiment de l'héroïc-fantasy avec Rosa et les compagnons du Verrou (ces passages ont un côté David Gemmell assez agréable à lire).
La candeur de Rosa, qui pense comme une proie, tranche avec la violence qui l'entoure mais aussi avec un Orville qui pense de plus en plus comme un prédateur. J'ai hâte d'assister à la rencontre de ces 2 représentants d'une humanité nouvelle confrontés à des méchants très méchants à la Gemmell : impossible de ne pas penser aux paladins noirs SS style de "Renégats", c'est-à-dire des blonds aux yeux bleus obsédés par la pureté raciale (mais pas que)…
Mais je me demande si le récit n'aurait pas gagné à développer dès le départ une structure en POV faisant alterner des chapitres consacrés à Orville et des chapitres consacrés à Rosa avec des interludes sur les intrigues des Gardiens et des rebelles. Car en l'Etat des éléments arrivent trop tôt ou trop tard dans l'histoire : tout cela aurait encore pu gagner en fluidité.
Le worldbuilding a été volontairement épuré et c'est tant mieux. Certains rageux ont dénoncé la flemmardise de l'auteur, mais moi je préfère la simplicité à un naming inutilement compliqué à base de trémas et d'accents circonflexes (quand je pense que les mêmes ne trouvent rien à redire sur un méchant millénaire nommé Xhum Y'Zir…). Comme souvent je renvoie à la satire de Boulet : http://www.bouletcorp.com/blog/2010/05/21/fantasy/.
Le magicbuilding a été volontairement épuré et c'est tant mieux. On part de talents liés au sang qui rappellent les univers de Brandon Sanderson (difficile de ne pas songer à celui de "Fils-des-Brumes"), pour développer les Pouvoirs Extra Sensoriels des univers de David Gemmell. Mine de rien c'est assez élégamment fait. Gageons que sang bleu, sang rouge, Gardiens, Clairvoyants et mages nous réserve encore pas mal de surprises.
On nous laisse dans le schwartz pas mal de temps au niveau des intrigues et des mystères. On a un triumvirat monarchie, théocratie, Gardiens optimates en opposition à des rebelles populares. Mais chaque faction a son idéologie et ses objectifs, sauf que dans les rebondissements difficile de savoir qui trahit qui avec ces plans cachés et ces gens infiltrés. Ainsi l'empressement des méchants contrastent avec leur emphase à faire des plans sur plusieurs générations.
Certains éléments arrivent trop tôt, d'autres trop tard. L'un d'événement majeur du roman est traité hors-champ avec une ellipse et il faut attendre l'opposition entre Orville et son alter-ego pour comprendre de quoi il retourne vraiment.
Reste le gros WTF du coup de foudre d'Orville pour Armine… Gageons que l'auteur nous réserve une surprise !
Mais c'est contrebalancé par des thématiques politiques et sociales intéressantes. Cette opposition entre sang bleu et sang rouge, entre noblesse qui est puissante et veut le rester et petit peuple qui demande qu'on lui la paix, rappelle cette bonne vieille lutte des classes (qui pour certains n'existent pas que d'autres déclarent qu'ils sont en train de la gagner).
Dans une veine similaire, dans la construction du 8e royaume on retrouve les utopies sociales du XIXe siècle comme le Phalanstère de Charles Fourier.

Il ne se passe finalement pas tant de choses que cela dans ce tome 1, et pourtant cela se lit et vite et difficile de s'ennuyer tant l'auteur ne ménage pas ses efforts pour amener de la variété sur le fond comme sur la forme. du classique peut-être, mais assurément du solide. Si vous cherchez un cycle familier et différent à la fois, "Le Sang des 7 rois" est fait pour vous n'en déplaisent aux blasés d'en face...
Lien : http://www.chemins-khatovar...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          316
BlackWolf
  10 janvier 2014
En Résumé : J'ai passé un bon moment de lecture avec le premier tome de ce cycle qui nous offre une histoire, certes qui a un peu de mal à démarrer, mais qui au fil des pages happe doucement le lecteur et le plonge dans une intrigue pleine de surprises et de rebondissements. La seconde partie, avec l'arrivée de Rosa, apporte d'ailleurs son lot d'interrogation et de rebondissement efficace. L'univers développé par l'auteur se révèle classique, pour ce genre de fantasy, mais offre des idées intéressantes comme ce sang bleu. Les personnages sont travaillés, complexes et, même s'ils ne révolutionnent pas non plus le genre, on a envie de suivre leurs aventures. Je reprocherai aussi certaine facilités, comme cette histoire d'amour précipité et ne reposant sur quasiment rien ou encore cette idée de relancer la lignée pure alors que la guerre a l'air d'arriver, mais aussi des nom de royaume que j'ai trouvé trop banal. La plume de l'auteur, malgré quelques longueurs parfois, se révèle simple, efficace et entrainante. Un premier tome d'introduction qui se révèle donc solide avec son lot de mystères et qui m'a donner envie de lire la suite.
Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
Goupilpm
  10 mars 2016

Ici pas d'Elfes, de Nains, de Dragons... a l'instar du Trône de Fer l'auteur nous entraîne dans un univers médiéval-fantasy. On est vite plongé dans une ambiance qui rappelle les bonnes vieilles sagas médiévales littéraires ou télévisées.
En effet le principal attrait du roman c'est son univers, l'auteur nous dépeint une ambiance très médiévale presque historique. Il ancre son récit dans une époque réelle, avec sa société féodale et un clergé omnipotent dont la ressemblance avec certaine Inquisition ne saurait être fortuite. L'auteur nous délivre au fur à mesure du livre un univers qui se complexifie en mettant en scène un contexte politique et des intrigues prenantes.
Par petites touches, l'auteur introduit, dans ce roman que l'on aurait pu croire historique, des éléments de fantasy de façon crédible. Des brigands au comportement pour le moins étrange, des hommes à la longévité exceptionnelle et aux aptitudes peu communes, il n'en faut pas plus pour faire basculer le récit, quasi imperceptiblement.
L'auteur a fait le choix, dés le début du roman, de démarrer son intrigue par un acte a priori banal. Un acte qui très vite se révèle important et devient surtout le déclencheur d'une multitude d'intrigues qui changent l'équilibre des pouvoirs. C'est par une vision morcelée qu'il présente, au lecteur les intentions de chaque personnage ou chaque force en présence. Une manière de procéder qui peut déstabiliser le lecteur au départ le lecteur, mais l'information nécessaire apparaîtra plus tard dans le récit. Tout, bien entendu, sera loin d'être expliqué dans ce premier volume, et le lecteur devra faire confiance à l'auteur dans cette construction pleine de complexité et de mystère.
LA NARRATION DU DÉBUT DE ROMAN EST DÉCOUSUE, PROBLÈME DU AU NOMBRE CONSÉQUENT D'ÉLÉMENTS À MÉMORISER ET LE LECTEUR A ÉGALEMENT UN PEU DE MAL A IDENTIFIER LE PERSONNAGE PRINCIPAL, LES PREMIERS CHAPITRES ALTERNANT PLUSIEURS PERSONNAGES. MAIS DÉS QUE LE HÉROS PREND EN MAIN LA DESTINÉE DU LIVRE, L'INTRIGUE ET LES PERSONNAGES ÉVOLUENT, LES SECRETS SE DÉVOILENT, L'ACTION PREND DE NOUVELLES VOIES ET LA RICHESSE DE L'UNIVERS DES SEPT ROYAUMES S'ÉTOFFE AVEC UNE CERTAINE ORIGINALITÉ.
Le rythme est assez lent, surtout au départ. La mission d'Orville est relativement monotone et prend des semaines. Pourtant, les descriptions apportent une grande richesse et contribuent à bien immerger le lecteur dans ce Premier Royaume. Régis Goddyn prend le temps d'installer son univers, ses personnages et son intrigue, sans tout dévoiler d'un coup, en suivant logiquement le quotidien de certains éléments clés. Aucun d'entre eux n'a une vision vraiment globale et à long terme de ce qui se trame.
Orville est un personnage qui ne renie pas ses origines, politiquement correct qui reste fidèle à ses convictions et à sa ligne de conduite. Malgré la rédaction de son carnet de bord, on ne sait jamais réellement ce qu'il pense, très renfermé, on admire ses prouesses techniques, mais pas d'épanchement, ni de peine, il reste trop froid et méthodique . Son attitude sur l'île est parfois difficile à comprendre, il prend les choses en mains, et ça c'est très bien, mais peu à peu, ne prend-il pas aussi la grosse tête en voulant créer un nouveau royaume ?
Bien que certaines descriptions au début du roman soient difficiles à suivre, le style de l'écriture est assez soigné, facile à lire, sans être trop simple. On apprécie l'alternance entre récit et journal intime même si l'on n'éprouve aucune empathie pour le personnage principal. Certes, le récit aurait sans doute pu être un peu plus efficace, notamment pour un démarrage qui peut demander quelques efforts avant que le lecteur accroche.
Si l'univers est assez classique en apparence, la qualité de l'écriture, le rythme très personnel et la richesse descriptive donnent un ton unique à ce Livre Premier, malgré un début difficile et un personnage ne générant pas l'empathie du lecteur, on a tout de même envie de lire la suite en espérant moins de monotonie dans les tomes suivants.


Publié par pierre-marie renard à 23:38
Envoyer par e-mail
BlogThis!
Partager sur Twitter
Partager sur Facebook
Partager sur Pinterest
Libellés : MÉDIÉVAL FANTASTIQUE
1 commentaire:
Althea54 a dit…
Je pense que ce livre pourrait me plaire !
9 mars 2016 à 05:43
Enregistrer un commentaire
Article plus récent Article plus ancien Accueil
Inscription à : Publier les commentaires (Atom)
ACCUEIL
ACCUEIL

QUI ÊTES-VOUS ?
Ma photo
pierre-marie renard
Né quelque part dans un petit village du Nord.
Réside dans un petit village de Normandie.
Passionné par la lecture, avec une préférence pour la Fantasy.
Ancien passionné de Médiéval-Fantasy sur plateau d'où les lectures connexes.
Afficher mon profil complet

POÉSIE DE L'IMAGINAIRE
Mes Poèmes
Poèmes Arthuriens
Poèmes Fantasy
Poèmes Mythologiques
Poèmes Terres du Milieu
POÉSIES FÉERIQUES

MES RENDEZ-VOUS
ACHATS MENSUELS
C'est LUNDI que lisez-vous
TAGS

PILES A LIRE
PILE A LIRE
PILE A LIRE E-BOOKS

WISH-LIST
Wish-List E-Books
Wish-List format Papier

INSCRIVEZ VOUS

Email address...
Submit

MEMBRES


GOOGLE+ FOLLOWERS

GOOGLE+ BADGE

ARCHIVES DU BLOG
► 2016 (21)
► 2015 (103)
▼ 2014 (127)
► décembre (9)
► novembre (9)
► octobre (6)
► septembre (12)
► août (13)
► juillet (7)
▼ juin (14)
DANS LES GRIFFES DU MAL - JAMES SILKE & FRANCK FRA...
C'est lundi, que lisez-vous ? Semaine 27 (19).
JUIN 2014
BILAN LECTURE 2° TRIMESTRE 2014
A PIERRE FENDRE - RICHARD MORGAN
RIEN QUE L'ACIER - RICHARD MORGAN
LE NOM DU VENT - PATRICK ROTHFUSS
J'ai été tagué
LE SANG DES 7 ROIS LIVRE 3 RÉGIS GODDYN
LE SANG DES 7 ROIS LIVRE 2 RÉGIS GODDYN
C'est lundi, que lisez-vous ? Semaines 25 et 26 ...
LE SANG DES 7 ROIS LIVRE 1 – REGIS GODDYN
JUIN 2014
C'est lundi, que lisez-vous ? Semaine 23 (18).
► mai (4)
► avril (6)
► mars (16)
► février (14)
► janvier (17)
► 2013 (45)

NOMBRE TOTAL DE PAGES VUES
25,223

GENRES
ANTHOLOGIE (1)
BD (1)
DARK-FANTASY (7)
DYSTOPIE (1)
FANTASTIQUE (3)
FANTASY ARTHURIENNE (3)
FANTASY HISTORIQUE (5)
FANTASY JEUNESSE (4)
FANTASY MYTHIQUE (1)
GAMERS (7)
HEROÏC-FANTASY (12)
HIGH FANTASY (58)
INCLASSABLES (1)
LIGHT-FANTASY (1)
MANNER'S FANTASY (1)
MÉDIÉVAL FANTASTIQUE (9)
NOUVELLES & NOVELLAS (3)
POLICIERS & THRILLERS (4)
RECUEIL NOUVELLES (4)
ROMAN HISTORIQUE (6)
SCIENCE-FANTASY (2)
SWORD AND SORCERY (7)
THRILLER ÉSOTÉRIQUE & MÉDIÉVAL (7)
YOUNG-ADULT (1)

LECTURE EN COURS
Lecture en cours

MA PROCHAINE LECTURE
Ma prochaine lecture

INDEX DES CHRONIQUES
Index par Auteurs de A à D
Index par Auteurs de E à H
Index par Auteurs de I à L
Index par Auteurs de M à P
Index par Auteurs de Q à T
Index par Auteurs de U à Z

BILANS DES LECTURES
Bilans Trimestriels

CHALLENGES
Bilan Bi-Mensuel Challenges
Imagin
MORT-SÛRE

FORUM MORT-SÛRE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
Elbakin.net   14 août 2014
Il s’agit d’un tome de développement qui ne lève pas le voile sur les points clés du récit mais qui ouvre de nouvelles perspectives et insuffle du rythme à l’intrigue. Les amateurs de la série devraient donc retrouver les ingrédients qui leur ont plus au sein des premiers volumes.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Elbakin.net   08 mars 2013
L’histoire est plutôt bien ficelée et de chapitre en chapitre, le héros qui nous laissait plutôt indifférent gagne en sympathie, si ce n’est en charisme. [...] cette fantasy-là a des chances de s’imposer si le second tome transforme l’essai et si l’aventure ne traîne pas trop en longueur.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   21 février 2014
Gente dame, veuillez considérer que votre mari n’est responsable ni de son corps débile ni de son esprit cruel et limité qui le fait enfermer les vrais hommes, ceux qui pourraient lui faire de l’ombre auprès de vous. Notez qu’ils sont fort nombreux et que pour ce faire, toutes les prisons du royaume n’y suffiraient pas. Il n’est pas faux de prétendre que votre beauté est si grande qu’elle répand la lumière et que nous pourrions nous passer de torche en ces lieux conformes en tout point à l’âme de leur propriétaire. Non point qu’il n’ait de l’esprit, ma dame, mais il l’a si corrompu qu’il enferme dans ce cul-de-basse-fosse l’envoyé du roi. C’est un acte qui lui coûtera la vie, soyez en certaine et gardez espoir, vous serez alors délivrée de ces froides étreintes qui hantent vos nuits quand le désir le saisit. Je vous prendrai alors pour moi en pleine lumière comme il m’exhibe à vous en ces lieux sombres.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Dionysos89Dionysos89   14 février 2014
Ces périodes de peste étaient propices aux affaires. non que les denrées fussent aisées à trouver en ces temps troublés, mais la désorganisation facilitait la mobilité des richesses. Les domestiques profitaient souvent du désarroi de leurs maîtres dont la famille se clairsemait pour délester le logis de quelque objet facilement négociable, afin de financer leur fuite. On retrouvait en général leur dépouille au bord d'un chemin, détroussée par quelque bande que l'on verrait un jour se balancer au bout d'une corde. Ainsi vont les gens et les choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Eric76Eric76   10 février 2018
C'est étrange comme certains bruits ressemblent plus au silence que le silence lui-même. Le sifflement du vent sur le relief lissait si bien la vie qu'il enduisait ce lieu de néant. Un néant de pierre.
Commenter  J’apprécie          540
SioSio   02 juillet 2013
Pétrus prit son luth et plaqua quelques accords dramatiques. Il s'éclaircit la voix.
- Oyez, oyez, bonnes gens. Je vais en ce beau jour de printemps vous conter l'histoire vraie du capitaine des Roches, majesté des mouettes, altesse d'un fort perdu au milieu des flots déchaînés, empereur des tempêtes et des nuages si pressés d'aller pleurer sur les terres fertiles des sept royaumes la désolation de ces lieux reculés. Je vais chanter à la gloire des buissons, des cailloux et des vents, à la gloire des femmes, des plus beaux des enfants, à nos amours perdus, à nos rêves radieux, à nos avenirs radiés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
SioSio   29 juin 2013
Soudain il aperçut... la mer. Il sentit son cerveau s'arrêter de fonctionner pour contempler ce paysage inconnu, tandis que son corps s'emplissait d'une émotion étrange qui ankylosait ses mâchoires et paralysait ses muscles respiratoires. Il se releva et contempla abasourdi l'étendue d'eau qui partait du rivage pour aller jusque... jusque rien du tout, jusqu'au ciel.
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Régis Goddyn (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis Goddyn
A l'occasion du festival "Imaginales" à Epinal, rencontre avec Régis Goddyn autour de son ouvrage "L'ensorceleur des choses menues" aux éditions Atalante.
Retrouvez l'ouvrage : https://www.youtube.com/edit?ar=3&o=U&video_id=L4jPlW2X9WY
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1875 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

.. ..