AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2271081173
Éditeur : Centre national de la recherche scientifique (17/04/2014)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :
La variété des conceptions de l’au-delà comme des rites funéraires révèle combien la question du trépas constitue depuis les origines l’un des fondements des sociétés humaines. Comment celles-ci s’expliquent-elles que l’humanité soit mortelle ? Comment se représentent-elles l’acte même de mourir ou se comportent-elles face à celui qui agonise ? À quelles nécessités sociales ou religieuses répondent l’inhumation, la crémation ou la momification des dépouilles ? Quell... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Luniver
  09 août 2014
Qu'y-a-t-il après la mort ? Cet ouvrage ne prétend pas apporter une réponse définitive à cette question, mais explore au contraire comment la mort a été perçue au fil du temps dans différentes régions du monde. Des historiens et des anthropologues ont été réquisitionnés pour présenter les rites funéraires, les craintes et les espoirs quant à l'au-delà de leur peuple favori. On passe ainsi en revue les cinq religions principales de notre époque : judaïsme, christianisme, islam, bouddhisme et hindouisme ; la Grèce et la Rome antique ; des tribus amazoniennes et des peuples d'Océanie (seul petit regret : l'Afrique est aux abonnés absents).
Ces voyages s'avèrent dépaysant, et remettent en question pas mal de concepts qui paraissent évidents en Occident. Ainsi, dans certaines régions, si on se préoccupe de vénérer des « ancêtres » qui forment une masse indistincte, on se désintéresse totalement de son propre sort une fois passé dans l'autre monde. Certains peuples accordent une grande importance à garder la mémoire de leurs défunts, d'autres tentent d'effacer toute trace de leur passage pour que rien ne les retienne ici-bas.
Malgré toutes ces différences, on note tout de même une série de points communs : le mythe de l'homme qui perd son immortalité en fautant (généralement à cause d'une femme d'ailleurs) ; la mort opposée non pas à la vie, mais à la naissance : un certain nombre d'âmes s'unissent à la matière pour former un individu, et se séparent à nouveau à son décès.
Les rites funéraires remplissent également des rôles similaires. Tout d'abord, faire en sorte que le défunt soit dans les meilleures conditions possibles pour accéder à l'au-delà (d'autant plus si un jugement l'attend à l'entrée), et surtout, faire en sorte qu'il y reste : les histoires de revenants le prouve, la plus grande peur des vivants est de voir un mort venir réclamer des comptes à des descendants indélicats qui n'ont pas accompli les rites correctement. Ensuite, la période de deuil impose aux personnes ayant été en contact avec la mort de rester à l'écart de la société un petit moment, et de se purifier avant de pouvoir réintégrer le monde normal.
Une constatation frappante est de voir à quel point la mort est devenue invisible dans nos sociétés. Les tâches d'accompagnement des mourants, traditionnellement réalisées par les proches, sont désormais aux mains des professionnels de la santé. Les cérémonies sont réduites au strict minimum, et les périodes de deuil, qui pouvaient durer plusieurs mois, ont désormais disparues. Est-ce dû à une diminution des superstitions, qui rend ces rites désormais vides de sens ? Ou une mise au placard forcée qui prive les proches d'un soutien utile ?
J'apprécie particulièrement ce type de livres desquels vous sortez avec plus de questions dans la tête qu'en l'ouvrant ! L'essai est suffisamment court pour s'intéresser au sujet sans se lasser, et propose une solide liste de références pour approfondir certains points. Quant à moi, je garderai un oeil ouvert sur CNRS Éditions à l'avenir, les quelques livres que j'ai pu découvrir de chez eux me semble d'excellente qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          165
Pascalmasi
  04 février 2019
Ouvrage collectif sur la mort et la façon dont elle a été perçue et théorisée au cours des âges et au travers des civilisations du monde. C'est un panorama particulièrement instructif sur la mort elle-même et sur les différents protocoles qui accompagnent le trépas, les funérailles et le deuil. Ce panorama fait très nettement ressortir des "invariants" particulièrement étonnants. L'introduction de Maurice Godelier est particulièrement intéressante et riche. Les interventions des autres auteurs sont plus spécialisées en fonction de leurs domaines de recherche et de connaissance. A lire pour toute personne souhaitant réfléchir à ces sujets.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LuniverLuniver   01 août 2014
Le fait que le bouddhisme ait progressivement mais profondément imprégné la culture chinoise au cours de près de deux millénaires n'a pu que laisser des traces au sein des représentations de l'élite comme dans les pratiques populaires. Il existe théoriquement une contradiction entre l'ancienne conception chinoise où le devenir des esprits des morts est avant tout gouverné par la rectitude rituelle (qui permet une survie en tant qu'ancêtre) et la conception bouddhiste où le salut de l'âme individuelle est gouverné par ses actes ici-bas, selon le principe de la rétribution. Dans la perspective propre au bouddhisme, le mort ne peut espérer une réincarnation favorable que s'il satisfait à l'examen moral de ses actions, de son karma passé.
[...]
À ne considérer que les dogmes, il existe théoriquement une incompatibilité entre une telle religion de salut et une religion largement fondée sur l'interaction continue des vivants et des morts. Pourtant, les rituels peuvent parfaitement les associer[.]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
LuniverLuniver   29 juillet 2014
Pourquoi cet intérêt pour les "ultima verba" ? Parce que pour Suétone, mais cela est valable pratiquement pour tous les auteurs antiques, « la mort est comme le reflet de la vie, ou du moins comme sa sanction, belles morts pour les belles vies, laides morts pour les laides vies ». Les derniers mots et les derniers moments résument celui qui meurt, peuvent racheter une vie mal conduite et la sauver de l'opprobre, ou au contraire l'y enfermer. Ils forgent donc l'image que le mort laissera aux générations futures, une image qui importe au plus haut point pour le Romain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Lire un extrait
Videos de Maurice Godelier (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Godelier
Maurice Godelier évoque Jacques Lacan à la Librairie Millepages.
autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
294 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre