AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2040173471
Éditeur : Bordas (11/02/1993)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Faust et le second Faust ; suivis d'un choix de poésies allemandes (Nouv. éd., précédée d'une notice sur Goethe et sur Gérard de Nerval) / W. Goethe ; trad. par Gérard de Nerval
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Nastasia-B
  11 mai 2016
La première fois que j'ai lu Faust, pas le vieux Faust des origines de Marlowe, l'autre, LE Faust, le VRAI Faust, traduit par Nerval, je pensais avoir affaire à la fine fleur de l'écriture et à la crème de la traduction, comme une merveille de caviar servie sur un lit de foie gras.
Mais force est de constater que j'avais le palais peu forgé, faute d'âge ou de fondements, d'épaisseur ou de référents, de saveurs indicibles, peu à peu mon caviar sur foie gras c'était transmuté dans ma bouche en rillettes premier prix de hard discount.
Je mâchai sans grand plaisir ces syllabes au corps gras de vers aux musiques intraductables (non, « intraductansibles » serait plus correct). Je restai donc, des années durant, sur cette relative indigestion.
Tout à coup, un jour, sans motif ni pourquoi, le nez dans la bibliothèque, aux voisinages des Giono des Gogol et autres Golding, mon oeil sans trop savoir, s'est arrêté sur Faust. Ah, non ! Pas celui-là ! … et pourquoi pas au fait ? Effectivement, c'eût été bêtise que de ne point retenter l'expérience de vendre mon âme à Goethe.
Et bien m'en a pris car, même si j'ai retrouvé certaines indigestes bouchées, notamment tout le passage dans la cave de Leipzig ou les fêtes avec les sorcières (Walpurgisnachtstraum), la dimension philosophique et allégorique m'a mieux impressionnée qu'à la première lecture à froid. Que nous dit Goethe dans Faust et Faust sur Goethe ?
J'y vois tout d'abord une allégorie de l'Homme en quête de sens à donner à sa vie. Faust n'a plus guère de foi et du haut de sa science se heurte à des écueils insurmontables. Il voit couler sa vie au fond d'un noir terrier et se dit que bientôt la mort viendra le cueillir sans qu'il ait pu jouir de quoi que ce soit dans l'existence. D'où sa secrète invocation du diable, ou plus exactement, avec l'aval de Dieu, du pourquoi le diable s'essaie à le soudoyer.
Ainsi donc, selon Goethe, c'est le désespoir qui crée l'appel aux forces du mal et non comme on pourrait le penser de prime abord, l'envie, même si c'est bien l'envie de connaître toujours plus qui pousse Henri Faust à pactiser avec Méphistophélès.
Ce faisant, l'auteur insiste beaucoup sur la falsification des mots ou des apparence. Son Faust était dans le faux avec sa science, il le sera également dans ses jouissances. Goethe développe aussi la notion d'utopie de la pureté, au travers de Marguerite notamment. Selon lui, ce que l'on pense être pur chez l'humain provient surtout du fait qu'on a une connaissance imparfaite des différentes facettes de cet humain.
Quel autre message nous délivre l'auteur ? Un pessimisme hors norme pour l'époque, à savoir que, quelle que soit votre quête, elle sera vaine. Lorsque Faust obtient les pleins pouvoirs des mains de Satan, celui-ci s'adonne à la fête, il s'y ennuie très vite, puis il se donne à l'amour, qui bientôt flétrit, entraînant au passage la chute d'une fille honnête.
Le voyage ne semble guère mieux lui réussir, tout comme la jouissance de richesses. Quelle est donc la voie du salut pour Goethe ? Je ne l'ai pas trouvée dans cette lecture ; la vie y semble nécessairement vouée à être subie avec son cortège de souffrances et d'insatisfactions.
Mais au cours du temps, ce Faust a aussi pris une dimension de " récit mythique " un peu d'ailleurs comme l'autre grande trouvaille de Goethe, je veux parler de L'Apprenti Sorcier. Sommes-nous tous des docteurs Faust prêts à vendre notre âme au diable pour jouir de menus privilèges ? Sommes-nous tous des apprentis sorciers qui jouons avec le feu de l'existence ? On comprend que Johann Wolfgang von Goethe ait eu une influence décisive sur la littérature allemande au tournant du XXème siècle, je pense notamment à Thomas Mann, avec la tentation du " diable " dans sa Montagne Magique.
Pour conclure cette seconde lecture du premier Faust, je dirai que je la trouve riche philosophiquement parlant mais pas spécialement roborative sur le plan stylistique ou littéraire. Passons maintenant au second Faust, publié en 1832, soit plus de 20 ans après l'autre.
(Au passage, j'en profite pour signaler l'existence de l'UrFaust de 1775 chez l'éditeur Bartillat datant de 2009. Pour ceux que ça intéresse, je signale que la première version de Faust, dite « UrFaust » est incomparablement plus scénique, plus pêchue, plus accessible que la version canonique, dite Faust I, parue 34 ans plus tard, popularisée en français par la traduction De Nerval, laquelle traduction présente à la fois des qualités et des inconvénients majeurs. Il paraît que Bertold Brecht était un tenant absolu de cet UrFaust comparé au plus célèbre, ce sur quoi je le rejoins sans équivoque car je trouve qu'il présente tout ce qui est indispensable et bon, sans le superflu et le lourd de la version finale, mais ceci n'est que mon avis, fin de la parenthèse).
Aïe ! J'ai plus souffert encore avec le second Faust qu'avec ma première lecture du Faust I. Il me faut m'en expliquer et ce n'est pourtant pas par manque d'intérêt quant au fond. Cette oeuvre tardive, fruit d'une mûre et dense réflexion de Goethe, nous met le doigt, comme le premier Faust, sur beaucoup de travers de la quête humaine d'un absolu.
C'est réellement philosophique et riche, sans être excessivement condensé. Donc j'aurais adoré pouvoir m'y sentir comme chez moi, jouir des réflexions fines de l'auteur. Mais là, non, je vous arrête tout de suite, car la forme de cette pièce en cinq actes est vraiment, VRAIMENT lourde, indigeste, peu accessible, peu motivante, peu captivante.
Je pense notamment aux actes 2 et 3 du transport en Grèce antique et de la séduction d'Hélène qui m'ont été presque aussi pénibles à lire que l'Ulysse de Joyce, ce qui n'est pas peu dire !
Les références innombrables à la mythologie, à des tableaux assez peu connus, à des légendes lointaines ou à des passages de la Bible que je ne connais pas par coeur rendent l'ensemble assez peu affriolant, et dans une forme rimée un tantinet vieillotte, même à l'époque de Goethe, qui alourdit encore le cadre déjà pesant.
Dans le premier acte, l'auteur met aux prises l'empereur avec des soucis financiers, que Faust et son terrible acolyte Méphistophélès vont parvenir à résoudre temporairement, montrant au passage la vacuité du monde de l'argent virtuel. le propos de Goethe m'a semblé être que lorsque les gens dans le dénuement pécuniaire accèdent à la richesse, ils en font bien peu de chose de cette richesse. Ceci prolonge donc le propos du Faust I, montrant que lorsqu'on recherche la fortune, on s'expose au fiasco, même et surtout si l'on y parvient.
Dans le second acte, sans trop que je sache vous préciser pourquoi, Faust décide tout d'un coup que la seule femme pour lui doit être la plus belle des femmes, et la plus belle selon lui et celle dont la beauté fut célébrée dans la culture mère, donc la Grèce antique, et cette femme ne saurait donc être autre qu'Hélène, celle pour les yeux de laquelle la Guerre de Troie fut déclarée et tant de vies sacrifiées.
C'est donc un long, intriqué et cacophonique cheminement dans les arcanes de l'espace et du temps pour la rejoindre… et j'en cherche encore l'intérêt !
Le troisième acte consacre l'union de Faust et d'Hélène et la morale, comme avec la Catherine du premier Faust, pourrait (si j'ai bien tout compris, ce dont je doute fortement) être que la quête d'un idéal féminin est forcément vaine.
Après les quêtes stériles de l'argent et de la femme, il ne pouvait plus rester au bien cher Faust que la quête du pouvoir, ce qui sera chose faite au cours des actes IV et V, et comme vous pouvez vous en douter, Goethe rabat toutes nos espérances de ce côté-là également montrant toute la futilité de l'existence humaine. Je vous laisse découvrir la petite pirouette finale et ce qu'il advient de l'âme du docteur Faust, puisqu'elle était l'objet du pacte de sang signé avec Méphisto…
À tout seigneur tout honneur, donc le mot de la fin revient à Monsieur Goethe lui-même :
« Celui qui, dans son constant effort, n'épargne pas sa peine, celui-là, nous pouvons le sauver. »
Et c'est vrai que vous n'avez pas ménagé votre peine Monsieur Goethe, aussi veux-je vous sauver, même si, reconnaissons-le, vous m'avez parfois barbée lors de cette lecture, mais qui suis-je donc, du haut de mon insignifiance, pour vociférer de la sorte ? Un énième et ultime avatar de Satan ? En tous les cas, sûrement pas grand-chose, dormez en paix Monsieur Goethe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          776
gill
  03 octobre 2013
Un docteur Faust a réellement vécu dans le Wurtemberg à la fin du XV° et au début du XVI° siècle. Obscur, il était, sans doute un peu charlatan. Il semble s'être adonné à la magie et a beaucoup voyagé, dans la vallée du Rhin, entre la France et l'Allemagne.
La légende s'empara de ce bachelier en théologie qui fit illusion aux étudiants de son pays. Et le peuple allemand, en lui forgeant une histoire populaire, le fit entrer dans la légende.
Faust devint alors un héros littéraire qui commença sa carrière en Angleterre, le poète Marlowe en fit le héros d'une des meilleures pièces de Théâtre anglais.
Puis vint Goethe qui s'intéressa au Faust du vieux récit légendaire.
Celui-ci devint, dans son esprit, un homme passionné et exalté, capable de signer le pacte diabolique pour tout connaître de la vie.
Quand Méphistophélès entre en scène, au cours du "prologue dans le ciel", c'est comme la négation dont Dieu lui-même avoue la nécessité.
D'un défi lancé à son Dieu par le démon naîtra le duel entre Faust et Satan....
Goethe écrit, dès 1775, l'esquisse d'un"Faust" qu'il laisse pourtant incomplète. Il y revient, en 1788 seulement, lors d'un voyage en Italie et c'est une oeuvre fragmentée qu'il publie en 1790.
La première partie de "Faust", sous sa forme complète de tragédie en 4612 vers, parut en 1808.
Mais le pacte infernal signé entre Faust et Méphistophélès ne s'est ni accompli ni dénoué entièrement dans cette première partie. le lecteur a pu supposer que l'âme de Faust tombait au pouvoir du démon, pendant que celle de Marguerite s'élevait au ciel, emportée par les anges.
Mais il restait pourtant à l'auteur le droit de continuer la vie fabuleuse de son héros. Ainsi commence "le second Faust" : Faust a rafraîchi son âme et s'introduit à la cour de l'empereur comme un savant illustre, et Méphistophélès prend l'habit d'un fou de cour. L'empereur, toujours plus curieux, demande au docteur s'il peut faire apparaître des ombres.
Cette résolution prise fait reculer le démon lui-même. Faust s'élance, seul, dans l'immensité, hors de la matière, hors du temps.
Va-t-il vers les figures du passé ou vers celles de l'avenir ?....
Paru en 1956, cet ouvrage contient l'intégralité de la traduction de Gérard de Nerval, ce jeune romantique qui buvait de "l'eau des mers" dans un crâne avec les "jeunes-France".
Cette traduction, qui vit le jour en 1828, est dite inégale.
Dans la première partie, le traducteur ne fait guère preuve de son talent. Il a dix-neuf ans. Il a semble-t-il voulu éviter toute obscurité mais souvent aux dépens de la profondeur du texte. Il y fait preuve d'une légère emphase qui n'est pas chez Goethe.
Mais dans "le second Faust" tout change. Gérard de Nerval a trente ans.
La traduction est jugée remarquable d'exactitude et de force.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
gillgill   01 octobre 2013
Une nuit, dans une chambre à voûte élevée, étroite, gothique, Faust, inquiet est assis devant son pupitre
Faust.-
- Philosophie, hélas ! Jurisprudence, médecine, et toi aussi, triste théologie !...
Je vous ai donc étudiées à fond avec ardeur et patience : et maintenant me voici là, pauvre fou, tout aussi sage que devant.
Je m'intitule, il est vrai, Maître Docteur, et, depuis dix ans, je promène çà et là mes élèves par le nez.
Et je vois bien que nous ne pouvons rien connaître !...
Voilà ce qui me brûle le sang ! J'en sais plus, il est vrai, que tout ce qu'il y a de sots, de docteurs, de maîtres, d'écrivains et de moines au monde !
Ni scrupule, ni doute ne me tourmentent plus !
Je ne crains rien du Diable, ni de l'Enfer.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Nastasia-BNastasia-B   04 octobre 2013
La justice !... Ce qu'aiment tous les hommes, ce que tous ils réclament, souhaitent, ce dont ils se passent difficilement [...]. Mais hélas ! [...] À présent les plaignants se pressent au tribunal, le juge parade sur son haut siège, tandis que déferle, en furieuse houle, le tumulte grandissant de la révolte.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Johann Wolfgang von Goethe (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Johann Wolfgang von Goethe
Wim Wenders : "Les cinéastes sont des gentils gangsters" .Les dernières réalisations de Wim Wenders nous ont, dans l?ensemble, déçus. Raison de plus pour se replonger dans la première période du cinéaste allemand - sa meilleure ? grâce la reprise en salles de six films impeccablement restaurés: L?angoisse du gardien de but au moment du pénalty (1971, d?après le roman de Peter Handke), Faux mouvement (1974, une adaptation contemporaine de Goethe), les superbes road-movies Alice dans les villes (1973) et Au fil du temps (1975), le polar L?ami américain (1976, où tous les personnages de gangsters sont interprétés par des cinéastes !) et L?Etat des choses (Lion d?or à Venise en 1981, que le réalisateur présentait comme « l?ultime série B »). On y retrouve sa cinéphilie partageuse (avec de multiples hommages à John Ford et Fritz Lang), sa fascination pour l?Amérique, son goût du voyage et sa passion pour le rock. Wim Wenders était cette année le parrain de Toute la mémoire du monde, le festival international du film restauré organisé à la Cinémathèque française du 7 au 11 mars 2018. C?est là que qu?il s?est livré, avec beaucoup d?humour et d?émotion, à notre ludique interview sur papiers colorés. Entretien Samuel Douhaire Réalisation Pierrick Allain Télérama.fr - Mars 2018
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
243 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre