AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2700701844
Éditeur : Aubier Montaigne (08/01/1992)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :


Faust et le second Faust ; suivis d'un choix de poésies allemandes (Nouv. éd., précédée d'une notice sur Goethe et sur Gérard de Nerval) / W. Goethe ; trad. par Gérard de Nerval http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k69344t
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nastasia-B
  09 décembre 2013
J'ai déjà apporté un commentaire à propos du premier Faust et je ne vais donc m'appesantir ici que sur le second Faust, publié en 1832, soit plus de 20 ans après l'autre.
Vous vous demandez peut-être pourquoi j'ai asséné un très sévère « deux étoiles » à ce Faust II. Il me faut m'en expliquer et ce n'est pourtant pas par manque d'intérêt quant au fond.
Cette oeuvre tardive, fruit d'une mûre et dense réflexion de Goethe, nous met le doigt, comme le premier Faust, sur beaucoup de travers de la quête humaine d'un absolu.
C'est réellement philosophique et riche, sans être excessivement condensé. Donc j'aurais adoré pouvoir m'y sentir comme chez moi, jouir des réflexions fines de l'auteur. Mais là, non, je vous arrête tout de suite, car la forme de cette pièce en cinq actes est vraiment, VRAIMENT lourde, indigeste, peu accessible, peu motivante, peu captivante.
Je pense notamment aux actes 2 et 3 du transport en Grèce antique et de la séduction d'Hélène qui m'ont été presque aussi pénibles à lire que l'Ulysse de Joyce, ce qui n'est pas peu dire ! Les références innombrables à la mythologie, à des tableaux assez peu connus, à des légendes lointaines ou à des passages de la Bible que je ne connais pas par coeur rendent l'ensemble assez peu affriolant, et dans une forme rimée un tantinet vieillotte, même à l'époque de Goethe, qui alourdit encore le cadre déjà pesant.
Dans le premier acte, l'auteur met aux prises l'empereur avec des soucis financiers, que Faust et son terrible acolyte Méphistophélès vont parvenir à résoudre temporairement, montrant au passage la vacuité du monde de l'argent virtuel. le propos de Goethe m'a semblé être que lorsque les gens dans le dénuement pécuniaire accèdent à la richesse, ils en font bien peu de chose de cette richesse. Ceci prolonge donc le propos du Faust I, montrant que lorsqu'on recherche la fortune, on s'expose au fiasco, même et surtout si l'on y parvient.
Dans le second acte, sans trop que je sache vous préciser pourquoi, Faust décide tout d'un coup que la seule femme pour lui doit être la plus belle des femmes, et la plus belle selon lui et celle dont la beauté fut célébrée dans la culture mère, donc la Grèce antique, et cette femme ne saurait donc être autre qu'Hélène, celle pour les yeux de laquelle la Guerre de Troie fut déclarée et tant de vies sacrifiées. C'est donc un long, intriqué et cacophonique cheminement dans les arcanes de l'espace et du temps pour la rejoindre… et j'en cherche encore l'intérêt !
Le troisième acte consacre l'union de Faust et d'Hélène et la morale, comme avec la Catherine du premier Faust, pourrait (si j'ai bien tout compris, ce dont je doute fortement) être que la quête d'un idéal féminin est forcément vaine.
Après les quêtes stériles de l'argent et de la femme, il ne pouvait plus rester au bien cher Faust que la quête du pouvoir, ce qui sera chose faite au cours des actes IV et V, et comme vous pouvez vous en douter, Goethe rabat toutes nos espérances de ce côté-là également montrant toute la futilité de l'existence humaine. Je vous laisse découvrir la petite pirouette finale et ce qu'il advient de l'âme du docteur Faust, puisqu'elle était l'objet du pacte de sang signé avec Méphisto…
À tout seigneur tout honneur, donc le mot de la fin revient à Monsieur Goethe lui-même :
« Celui qui, dans son constant effort, n'épargne pas sa peine, celui-là, nous pouvons le sauver. » Et c'est vrai que vous n'avez pas ménagé votre peine Monsieur Goethe, aussi veux-je vous sauver, même si, reconnaissons-le, vous m'avez parfois barbée lors de cette lecture, mais qui suis-je donc, du haut de mon insignifiance, pour vociférer de la sorte ? Un énième et ultime avatar de Satan ? En tous les cas, sûrement pas grand-chose, dormez en paix Monsieur Goethe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   09 décembre 2013
L'EMPEREUR : Puisqu'à présent je fais des cadeaux à chacun de mes courtisans, qu'ils m'avouent à quoi ils pourront les employer.
[...]
LE CHAMBELLAN : Désormais je boirai une bouteille double et meilleure.
UN AUTRE : Les dés me démangent déjà dans la poche.
[...]
L'EMPEREUR : J'espérais de l'ardeur et du courage pour de nouvelles actions ; mais qui vous connaît, vous devinera sans peine. Je le vois bien, quelle que soit la floraison de trésors, comme vous étiez, vous resterez après comme avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Nastasia-BNastasia-B   12 décembre 2013
L'EMPEREUR : J'espérais de l'ardeur et du courage pour de nouvelles actions ;
Mais qui vous connaît, vous devinera sans peine.
Je le vois bien, quelle que soit la floraison de trésors,
Comme vous étiez, vous resterez après comme avant.

Acte I, Jardin de plaisance.
Commenter  J’apprécie          90
natfrommarsnatfrommars   14 mars 2016
J'aime celui qui rêve l'impossible.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Johann Wolfgang von Goethe (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Johann Wolfgang von Goethe
Wim Wenders : "Les cinéastes sont des gentils gangsters" .Les dernières réalisations de Wim Wenders nous ont, dans l?ensemble, déçus. Raison de plus pour se replonger dans la première période du cinéaste allemand - sa meilleure ? grâce la reprise en salles de six films impeccablement restaurés: L?angoisse du gardien de but au moment du pénalty (1971, d?après le roman de Peter Handke), Faux mouvement (1974, une adaptation contemporaine de Goethe), les superbes road-movies Alice dans les villes (1973) et Au fil du temps (1975), le polar L?ami américain (1976, où tous les personnages de gangsters sont interprétés par des cinéastes !) et L?Etat des choses (Lion d?or à Venise en 1981, que le réalisateur présentait comme « l?ultime série B »). On y retrouve sa cinéphilie partageuse (avec de multiples hommages à John Ford et Fritz Lang), sa fascination pour l?Amérique, son goût du voyage et sa passion pour le rock. Wim Wenders était cette année le parrain de Toute la mémoire du monde, le festival international du film restauré organisé à la Cinémathèque française du 7 au 11 mars 2018. C?est là que qu?il s?est livré, avec beaucoup d?humour et d?émotion, à notre ludique interview sur papiers colorés. Entretien Samuel Douhaire Réalisation Pierrick Allain Télérama.fr - Mars 2018
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
244 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre