AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266296519
192 pages
Éditeur : Pocket (13/06/2019)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.69/5 (sur 1230 notes)
Résumé :
Manifeste exalté de l'impétueuse jeunesse, Les Souffrances du jeune Werther est le roman qui donna ses lettres de noblesse à Goethe. Le succès de cette œuvre parue en 1774 fut étonnant pour l'époque et le personnage de Werther devint le symbole d'une génération entière.
Quête d'absolu, transcendance de l'amour, lyrisme de la douleur... il s'agit bien là d'un des plus célèbres textes fondateurs du Romantisme. Werther, perché sur le pic solitaire de la passion... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (95) Voir plus Ajouter une critique
Fabinou7
  01 mai 2020
« J'ai écrit ce qu'il y a de plus grand, cela ne fait aucun doute, mais c'est aussi de cette façon que j'ai tétanisé la littérature allemande pour quelques siècles. » faisait dire le subversif dramaturge et écrivain autrichien Thomas Bernhard à son Johann Wolfgang von Goethe fictif dans « Goethe se mheurt ».
Quel est donc ce best-seller qui assura à Goethe, avant son Faust, la renommée éternelle ? Les jeunes gens de la fin du XVIIIe siècle commencèrent à s'habiller comme Werther et Charlotte, à se faire la cour comme dans le roman et à endurer les mêmes funestes tourments, une vague de suicides faisant la légende pourpre de ce livre.
Dans ce roman épistolaire, cette confession amoureuse, Goethe s'inscrit à l'exact opposé d'un autre grand roman épistolaire, « Les Liaisons Dangereuses » de Choderlos de Laclos, paru à la même époque. L'un est l'archétype du roman libertin quand l'autre est le parangon du romantisme en littérature.
Bien que précurseur, le romantisme aura tout le XIXe siècle pour étendre son emprise sur les arts et les lettres, je ne peut qualifier le roman de Goethe de prototype. L'amour courtois lui précède, et même plus proche encore, « Les Lettres Portugaises », présente d'importantes similitudes, mais reste succinctes comparé à l'extraordinaire densité des transports du jeune Werther.
« Tout, dans cette vie, aboutit à des niaiseries ; et celui qui, pour plaire aux autres, sans besoin et sans goût, se tue à travailler pour de l'argent, pour des honneurs, ou pour tout ce qu'il vous plaira, est à coup sûr un imbécile ». Comme souvent, avec ce qui devient un « classique » on retrouve l'influence de Werther chez beaucoup de personnages du roman d'apprentissage, je pense à Julien Sorel de Stendhal. le héros de « le Rouge et le Noir » partage l'absolutisme des sentiments de Werther et son refus méprisant, infamant, du compromis, de la nuance, du « faire avec » auquel la société nous soumet si l'on veut compter et évoluer en son sein.
Tel un mustang farouche qui veut « s'ouvrir la veine pour respirer », Werther dédaigne d'être dompté par la morne vacuité de l'existence, du travail, de la couarde sagesse que l'on tente de substituer à son tempérament de feu et au péremptoire de ses jugements.
« Je me briserais le crâne, quand je vois combien peu nous pouvons les uns pour les autres. » C'est cette exaltation, cette pureté et cette absence de cynisme du personnage, malade d'amour, qui emportent et parfois séduisent les lecteurs. Pureté également de la langue, celle du XVIIIème siècle, parfaite et cependant accessible.
Cela me rappelle les mots du poète Henri Michaux pour qui « la continence », la « maladie de l'excès de force lui est spécialement intolérable », Werther, dans toute sa tension, représente cette continence, sa passion dévorante, abyssale pour Charlotte, sa jalousie d'Albert, qu'il trouve si fade, sa continence vis-à-vis des forces supérieures qui se jouent en société et qui courbent l'orgueil et la pureté de la vertu des hommes l'amène d'une façon ou d'une autre à « être vaincu » dans l'acte d'amour ou dans l'acte de mort, quoiqu'il advienne, il faut par injonction qu'il « décharge ».
« Oh ! pourquoi êtes-vous né avec cette fougue, avec cet emportement indomptable et passionné que vous mettez à tout ce qui vous attache une fois ! »
Ainsi Goethe, pour être sauvé, sacrifie son personnage au démon. Je tiens cela de Stefan Zweig qui, dans « le Combat Avec le Démon » montre comme Goethe garde la maîtrise et la tiédeur dans sa vie, contrairement à Hölderlin ou Kleist qui plongent eux-mêmes dans l'abîme, sans alibi romanesque, sans alter ego à torturer pour s'épargner une vie confortable.
« Je rentre en moi-même, et j'y trouve un monde ». Héros romantique, au fil des pages, Werther laisse éructer sa tragique révolte, « fatal and faithed » comme l'eût écrit Lord Byron, dans une mélancolique introspection.
On a pu faire parfois le reproche aux romantiques d'être hors du corps, hors de la chair. Flaubert écrivait sur Lamartine « la couille lui manque », ici Werther donne le ton de ce que sera le romantisme : « Elle est sacrée pour moi ; tout désir se tait en sa présence », c'est en ce sens que je parlais d'amour courtois.
Alors la continence, le désir se taisent-ils vraiment ? Eh bien pas tout à fait : « lorsque nos pieds se rencontrent sous la table ! Je me retire comme du feu ; mais une force secrète m'attire de nouveau ; il me prend un vertige, le trouble est dans tous mes sens ». Cette ambivalence n'est qu'un des nombreux tiraillements qui exaspèrent et tourmentent la jeune expérience de Werther.
(Les esprits les plus alambiqués – dont je ne suis pas - pourraient même détourner les actes en apparence les plus serviables : « J'étais allé aujourd'hui accorder le clavecin de Charlotte » bien que nous soyons pourtant très loin de la correspondance codée de George Sand et Alfred de Musset…)
D'ailleurs à propos de Charlotte, une question surgit au fur et à mesure de l'ouvrage, face à un tel emportement amoureux, puisque nous n'avons que les lettres de Werther, est : que pense Charlotte, ou plutôt que ressent-elle pour Werther ? le saura-t-on ?
Ainsi l'oeuvre de Goethe n'est ni statique ni contemplative, les symptômes empirent, la raison s'obscurcie, et nous avons l'impression que, malgré quelques tentatives, nous perdons peu à peu le Werther du début, un sentiment paradoxal que décrivait bien le dramaturge Heinrich von Kleist : « nous voyons que, dans le monde organique, plus la réflexion paraît faible et obscure, plus la grâce est souveraine et rayonnante. »
Je ne peux lire le soliloque épistolaire du jeune Werther sans convoquer ici (encore) Roland Barthes qui puisera dans les lettres de Werther la matière de ses « Fragments d'un Discours Amoureux », ce sont les mots de Goethe qui inspirent Barthes, un exemple parmi tant d'autres : « je m'abime, je succombe… » de Werther inspire à Barthes un fragment sur l'anéantissement que représente pour l'amoureux le fait de « s'abîmer ».
Qu'en pensez-vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9816
Erveine
  08 juin 2015
Sur son lit de mort, la mère de Charlotte dans un dernier souffle fait promettre à sa fille de se vouer aux enfants, de s'assumer en tant que mère et même de porter soutien à son père, puis, comme s'il n'y suffisait pas, elle la recommande à ce cher Albert, ami de la famille, ainsi instituée sa promise.
Certes ! Une recommandation qui apaise la mère quittant le monde des vivants en emportant l'image sereine du couple se soumettant. Mais Charlotte endosse ce rôle bien au-delà qu'il eut fallu tant elle se leurre sur la nature des élans de connivence et d'affection qui la relient à Werther, lequel découvre pareillement que l'attachement de réciprocité qui les pousse l'un envers l'autre est pernicieux puisque scellé des flammes de la passion... J'aurais pu trouver cette lecture désuète et pourtant non ! Même ! Je dirai plus, j'aurais été peinée de passer à côté et d'en méconnaître le sens, le déroulement et la beauté du récit. du reste, pour le trouver désuet encore faudrait-il que je dénie le sentiment amoureux. Or, fort heureusement, ou bien fort malheureusement par ailleurs, l'amour existe. Oui ! Je suis bien sûr de moi criera-t-on ! Qu'est-ce qu'elle en sait ? Mais alors pourquoi ces livres ? Et quand bien même, sans eux ! Pourquoi faudrait-t-il vivre sans espoir ? Vivre sans amour ? Non ! Je ne le veux pas. Pour sûr ! Tout le monde et moi donc n'est pas aimé en retour de ce qu'il attend. Si, si ! Non, non ! Comme ce serait simple. J'imaginais parfois avec un soupçon d'ironie que se trouve dans ma boîte aux lettres, quelques certitudes. Oui ! Vous avez non pas gagné le gros lot mais choisi la bonne personne. Vous pouvez aller en chemin jusqu'à votre dernière heure et couler des jours paisibles, quel qu'en soit le menu, la longévité... Rire... Peut-être qu'il suffirait de ne pas mettre trop haut la barre !
.
ㄧ Ainsi fait ! Werther aime la nature et jouit en contemplateur de choses offertes et de joies simples :
« Que je suis heureux d'avoir un coeur fait pour sentir la joie innocente et simple de l'homme qui met sur sa table le chou qu'il a lui-même élevé ! Il ne jouit pas seulement du chou, mais il se représente à la fois la belle matinée où il le planta, les délicieuses soirées où il l‘arrosa, et retrouve en ‘un' instant le plaisir qu'il éprouvait chaque jour lorsqu'il en suivait la croissance. » (p. 71)
.
ㄧ Werther se redécouvre à travers la reconnaissance de l'autre :
« Elle m'aime ! combien je me deviens cher à moi-même ! combien ㄧ j'ose te le dire à toi, tu m'entendras ㄧ combien je m'adore depuis qu'elle m'aime ! » (p.81)
.
ㄧ Désinhibé par le ressentiment amoureux, il s'exalte et babille comme un enfant :
« Comme je me retirais hier, elle me tendit la main, et me dit : « Adieu, cher Werther ! » Cher Werther ! C'est la première fois qu'elle m'ait donné le nom de ‘cher ‘, et la joie que j'en ressentis a pénétré jusqu'à la moelle de mes os. Je me le répétai cent fois ; et le soir, lorsque je voulus me mettre au lit, en babillant avec moi-même de toutes sortes de choses, je me dis tout à coup : « Bonne nuit, cher Werther ! » et je ne pus ensuite m'empêcher de rire de moi-même. » (p.144/145)
.
ㄧ Mais la passion le vole en sa tête et il se languit de n'être point cet homme un instant rencontré, qui lui, a perdu la raison :
« Où tu étais heureux ! me suis-je écrié en marchant précipitamment vers la ville, où tu étais content comme un poisson dans l'eau ! ㄧ Dieu du ciel, as-tu donc ordonné la destinée des hommes de telle sorte qu'ils ne soient heureux qu'avant d'arriver à l'âge de la raison, ou après qu'ils l'ont perdue ? » (p.148)
.
C'est riche ! Il n'y a pas d'espace fortuit et la lecture pourtant reste d'un bout à l'autre captivante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6911
Gwen21
  07 février 2019
Difficile d'imaginer que c'est dix ans avant la parution des sulfureuses et machiavéliques "Liaisons dangereuses" De Laclos que paraît en Allemagne ce roman, sans doute le plus connu de Goethe.
Les deux oeuvres épistolaires, toutes deux considérées à juste titre comme des chefs d'oeuvres de la littérature classique, sont pourtant diamétralement opposées dans leur ton. A lire "Les souffrances du jeune Werther" qui amorce le courant romantique, le lecteur doit faire effort pour se rappeler que le récit a pour décor le XVIIIème siècle, et non le XIXème siècle, tant sera développée par la suite à travers toute l'Europe cette thématique de l'amour impossible et du drame qui en découle.
Les dramaturges antiques, les trouvères du Moyen-Age, Shakespeare, Racine et quelques autres à l'époque Moderne ont également déposé leur talent aux pieds de la tragédie amoureuse mais Goethe a résolument bousculé les codes dont les auteurs de son temps étaient les héritiers. Ici, point de seigneurs, de princes, de nobles familles, ni de rois. Ici, un simple jeune homme, Werther, que rien, a priori, ne destinait à une passion aussi vive et à une fin aussi funeste. Ici, une jeune femme, Charlotte, charmante et bienveillante, qui veille sur ses frères et soeurs et épouse l'homme à qui on l'a promise. Ici, point de palais et de villes corruptrices, mais la campagne dans tout l'éclat de sa simplicité. Ici, une frondaison de tilleuls, une haie de noyers, une claire fontaine et un déjeuner sur l'herbe. Cependant, aucune mièvrerie.
Il incombe au lecteur de faire fi de ce qui, dans ce décor, pourrait lui sembler familier, et de se rappeler que c'est l'une des toutes premières fois que ce décor fut planté dans un roman. Il en savoure alors toute la fraîcheur et le lyrisme.
Le roman est très intelligemment construit en deux temps : la correspondance de Werther à un ami qui lui permet de rapporter la genèse de sa rencontre avec Charlotte ainsi que l'évolution de ses sentiments pour la jeune femme ; puis le récit de "l'éditeur", procédé qui permet à Goethe de décrire la fin de son héros dans une incroyable ascension dramatique qui fait, selon moi, la vraie beauté du roman, et toute sa grandeur.
"Les souffrances du jeune Werther" fit grande sensation à sa parution en raison du suicide de son héros qui constitue l'une des clés du courant romantique. Ici, point de malentendu menant à la mort comme dans "Roméo et Juliette" ou de héros tombé sous le coup de l'arme ou de la maladie, mais un héros qui quitte en tout discernement le drame où il s'est enlisé. Un coup de maître, et qui aura peut-être inspiré Laclos pour choisir la mort de son vicomte de Valmont.

Challenge MULTI-DÉFIS 2019
Challenge SOLIDAIRE 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          484
TheWind
  17 mai 2015
« Les Souffrances du jeune Werther » est un de ces livres que j'ai du mal à « étoiler ».
C'est souvent le cas avec les classiques passés depuis longtemps à la postérité. Disons que leur renommée se suffit à elle-même ...et que je ne me sens pas capable de les apprécier à leur juste valeur.
Ceci dit, je vais tout de même vous donner mon ressenti. On est là pour ça, non ?

Petit résumé rapide : Werther, jeune homme ambitieux issu de la bourgeoisie tombe amoureux de Charlotte, au cours d' un bal. Cette dernière est pourtant fiancée à Albert, jeune homme aux nombreuses qualités. Qu'à cela ne tienne, Werther s'entête dans cet amour platonique. S'ensuivent entre les trois personnages des relations d'affection, d'amitié, d'amour et de jalousies. Au fil de l'histoire, Werther confie ses sentiments à Charlotte tout en mettant en avant ses pulsions morbides.
Je ne vous dévoile pas la fin même si cela doit être un secret de Polichinelle !

Le lecteur vit cette histoire à travers les lettres que Werther écrit à un ami de sa province natale, pendant une bonne partie du roman. Cette forme épistolaire renforce naturellement l'identification possible du lecteur au personnage. Tantôt exalté, tantôt mélancolique, Werther étale ses états d'âme, sans ...état d'âme. le roman paru en 1774 se verra d'ailleurs interdit à la vente par les autorités locales de Leipzig en raison de son immoralité et de son apologie du suicide. Ils n'avaient pas tort ! Une véritable vague de suicides déferle chez les jeunes gens peu de temps après sa publication.
Au-delà de cette anecdote, ce roman connaît un succès fulgurant, devient un phénomène de mode et va influencer bien d'autres romans. On le considère comme l'un des précurseurs du romantisme.

Me voilà donc avec un chef d'oeuvre sur les bras...Si ce n'était son poids, je n'aurais aucun mal à le porter -180 pages, c'est une bagatelle- mais il ne s'agit pas de cela, vous vous en doutez bien !
Il s'agit maintenant de savoir si oui ou non j'ai aimé ce livre.
Eh bien, « p'têt ben qu'oui, p'têt ben qu'non » vous répondrai-je, en normande d'adoption que je suis …

J'ai aimé le lyrisme poétique qui se dégage de cette oeuvre, la relation de Werther avec la nature. Toute description du paysage est un véritable miroir de son âme, qui n'est pas sans rappeler les écrits de Rousseau. Jugez plutôt : «  Il règne dans mon âme une étonnante sérénité,semblable à la douce matinée de printemps dont je jouis avec délices. » C'est beau, non ? !
Et un peu plus loin alors que Werther succombe au désespoir « De même que la nature s'incline vers l'automne, l'automne commence en moi et autour de moi. Mes feuilles jaunissent et déjà les feuilles des arbres voisins sont tombées. » C'est vraiment cet aspect du roman qui m'a le plus séduite. Ces envolées lyriques et cette symbiose entre le personnage et la nature.

J'ai beaucoup moins apprécié le côté exalté et pleurnichard de Werther. Autant je trouve craquant les hommes qui écrasent une petite larme en toute discrétion, autant les hommes qui pleurent abondamment pour un oui pour un non m'agacent. Petit extrait à l'appui : « Ah ! Lorsque, encore à demi dans l'ivresse du sommeil, je la cherche, et là-dessus me réveille, un torrent de larmes s'échappe de mon coeur oppressé et je pleure inconsolable devant le sombre avenir qui m'attend. » Je comprends bien qu'on puisse aimer follement, passionnément, qu'on se jette à corps perdu dans un amour impossible et platonique mais je crois bien que j'ai passé l'âge de ce sentimentalisme à outrance...
Certains adolescents pourront s'y retrouver sans doute... (Reste à espérer que ça ne leur donne pas de mauvaises idées.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          438
Pirouette0001
  02 octobre 2016
Quelle belle surprise ! Ce roman qui s'inscrit certainement dans le courant romantique allemand, ce que je ne suis pas allée vérifier, m'a fort plu.
Roman aux pans largement autobiographique dans sa première partie, comme l'expliquent les nombreuses notes de bas de page, mais Goethe n'a pas choisi la fin qu'il réserve à Werther, et s'est plutôt inspiré de ce qu'il advint d'un prénommé Jérusalem qui fréquentait la même société que lui à l'époque de son propre amour pour Lotte.
Malgré la traduction, la lecture reste aisée et je me suis laissée prendre dans cet élan de sentiments qui, sous la plume de Goethe, ne pouvait que se transformer en tragédie.
Un classique à (re)découvrir !
Commenter  J’apprécie          433
Citations et extraits (202) Voir plus Ajouter une citation
BloodyroseBloodyrose   30 novembre 2008
C'est une chose résolue, Charlotte, je veux mourir, et je te l'écris sans aucune exaltation romanesque, de sang froid, le matin du jour où je te verrai pour la dernière fois. Quand tu liras ceci, ma chère, le tombeau couvrira déjà la dépouille glacée du malheureux qui ne sut pas trouver de repos et qui ne connaît pas de plaisir plus doux, pour les derniers moments de sa vie, que de s'entretenir avec toi. J'ai eu une nuit terrible, mais quelle nuit bienfaisante ! Elle a fixé, affermi ma résolution. Je veux mourir ! Quand je m'arrachai hier d'auprès de toi, dans l'atroce révolte de tous mes sens, quel serrement de coeur ! Comme ma vie, se consumant près de toi sans joie, sans espérance, me glaçait et me faisait horreur ! Je pus à peine arriver jusqu'à ma chambre. Je me jetai à genoux, tout hors de moi ; et ô Dieu ! tu m'accordas une dernière fois le soulagement des larmes les plus amères. Mille projets, mille idées se combattirent dans mon âme ; et enfin il n'y resta plus qu'une seule idée, bien arrêtée, bien inébranlable : je veux mourir ! Je me couchai, et ce matin dans tout le calme du réveil, je trouvai encore dans mon coeur cette résolution ferme et inébranlable : je veux mourir ! Ce n'est point désespoir, c'est la certitude que j'ai fini ma carrière, et que je me sacrifie pour toi. Oui Charlotte, pourquoi te le cacher ? Il faut que l'un de nous trois disparaisse et je veux que ce soit moi
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ericlesapiensericlesapiens   20 février 2020
La vie humaine est un songe : d'autres l'ont dit avant moi, mais cette idée me poursuit partout. Quand je considère les bornes étroites dans lesquelles sont circonscrites les facultés de l'homme, son activité et son intelligence ; quand je vois que nous épuisons toutes nos forces à satisfaire des besoins, et que ces besoins ne tendent qu'à prolonger notre misérable existence ; que notre tranquillité sur bien des questions, n'est qu'une résignation fondée sur des chimères, semblable à celle de prisonniers qui auraient couvert de peintures variées et de riantes perspectives les murs de leur cachot ; tout cela, mon ami, me rend muet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
SachenkaSachenka   06 décembre 2014
Comme cette image [de Charlotte] me poursuit! Que je veille ou que je rêve, elle remplit seule mon âme. Ici, quand je ferme à demi mes paupières, ici, dans mon front, à l'endroit où se concentre la vision intérieure demeurent ses yeux noirs. Ici! Non, je ne saurais t'exprimer cela. Si je ferme les yeux, ils sont encore là ; ils sont là comme une mer, comme un abîme ; ils reposent devant moi, en moi ; ils remplissent les sens de mon front.

Qu'est-ce qu'un homme, ce demi-dieu de vanité? Les forces ne lui manquent-elles pas précisément à l'heure où elles seraient les plus nécessaires? Et lorsqu'il prend l'essor dans la joie, ou qu'il s'enfonce dans la tristesse, n'est-il pas alors même retenu, et toujours ramené à la morne et froide conscience de sa petitesse, alors qu'il espérait se perdre dans l'infini?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
aouatef79aouatef79   04 février 2016
" Cher Wilhelm,je ends grâce à ton amitié de m' avoir si bien pris au mot. Ooi, tu as raison, il vaudrait mieux pour moi que je partisse. La proposition que tu me fais de retourner vers vous n' est pas tout
à fait de mon goût : au moins je voudrais faire un détour, surtout au moment où nous pouvons espéret
une gelée soutenue et de beaux chemins. Je suis aussi très content de ton dessein de venir me chetcher;
accorde-moi seulement quinze jours, et attends encore une lettre de moi qui te donne des nouvelles
ultérieures. IL ne faut pas cueillir le fruit avant qu' il soit mûr, et quinze jours de plus ou de moins font
beaucoup. Tu diras à ma mère qu' elle prie pour son fils, et que je lui demande pardon de tous les
chagrins que je lui ai causés . C' était mon destin de faire le toument des personnes dont j' aurais dû
faire la joie. Adieu, mon cher ami. Que le ciel répande sur toi toutes ses bénédictions ! Adieu. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
kristov1kristov1   26 janvier 2012
Pourquoi, m'écriai-je, vous autres hommes, ne pouvez vous parler de quelque chose sans ajouter aussitôt : c'est sage, c'est bien, c'est mal ! Et que veut dire tout cela ? Avez-vous, pour en juger ainsi, pénétré les raisons secrètes d'une action ? Savez-vous démêler avec précision les causes qui l'ont produite , qui devaient nécessairement la produire ? Si vous l'aviez fait, vous seriez moins préssés de juger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Videos de Johann Wolfgang von Goethe (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Johann Wolfgang von Goethe
GOETHE – Erlkönig : du poème à la musique de Schubert (Conférence, 2017) Une conférence de Constance Frei, le 18 mai 2017, au Club 44.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
279 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre
.. ..