AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246804352
306 pages
Éditeur : Grasset (02/04/2014)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 122 notes)
Résumé :
Et revoici Pénélope, l’intrépide Pénélope, dans le tourbillon d’une enquête pleine de mensonges, de meurtres et de Monet. Alors que la fameuse conservatrice-détective assiste à un dîner au Musée Marmottan-Monet, deux fines connaisseuses de l’œuvre du grand peintre impressionniste disparaissent. Le lendemain, l’une est retrouvée morte alors que l’autre, une religieuse du nom de sœur Marie-Jo, est aperçue à Monaco par Wandrille, le compagnon de Pénélope - Monaco où do... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
Mahpee
  26 avril 2015
Une critique sur ce roman réduite à un simple "Bof", même si elle me semble un peu courte, le terme convient à un ressenti une fois le livre terminé. Intrigue à Giverny, conseillé par mon libraire, n'a pas été à la hauteur de mes espérances. Amateur de l'oeuvre et de la vie de Claude Monet, c'est avec gourmandise que je me suis plongé dans la lecture de ce roman. Bien qu'extrêmement bien documenté, l'érudition d'Adrien Goetz ne faisant aucun doute, on peut douter de son réel talent d'écrivain romanesque, l'intrigue est un peu terne, voire simpliste. On s'attache beaucoup plus à la relation du Maître de l'impressionnisme et du "Tigre", Georges Clémenceau, et des secrets qui lient les deux hommes, qu'à une enquête qui reste, pour le moins, assez banale. Une version de leur amitié qui donne un autre sens aux nombreux voyages de Claude Monet qui, sous couvert de recherches de nouveaux paysages aurait servi les intérêts de la France.
L'enquête, menée par Pénélope, héroïne récurrente de l'auteur, à plutôt l'air de servir de faire-valoir au côté érudit de l'histoire du vieux peintre et de sa vie. Une affaire de faux tableau, un meurtre et l'enlèvement d'une bonne-soeur vont mener la conservatrice, à ses heures détective, du musée de Marmottan au palais de Monaco, en plein préparatifs du mariage de Charlène et Albert, jusqu'à, pour finir, dans la maison de l'ermite de Giverny. Une histoire rocambolesque et des personnages peu attachants qui ne m'ont pas réellement passionné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
Fortuna
  13 février 2020
Pénélope et son fiancé Wandrille ont pris de la bouteille depuis la tapisserie de Bayeux. Pénélope travaille au Mobilier national et est conviée à un diner au musée Marmottan-Monet par son directeur Antonin Dechaume. Outre sa charmante épouse Paprika, et tout un gratin mondain, elle y croise également une Américaine, Carolyne Square, qui pratique l'expertise scientifique des tableaux et une bonne soeur spécialiste du célèbre peintre…
Deux jours plus tard, Wandrille parti à Monaco faire un reportage sur le mariage princier, apprend dans le journal l'assassinat de l'Américaine et croise soeur Marie-Jo qui semble en mauvaise posture…Pénélope l'ayant rejoint en urgence, ils apprennent qu'une tractation est en cours pour la vente d'un faux Monet à l'occasion du mariage d'Albert et de Charlène. Ce qui ramène le jeune couple à leurs propres projets matrimoniaux…En attendant une visite à Giverny s'impose pour tirer au clair les mystères autour de la vie de l'auteur des Nymphéas et de sa descendance. Un Japonais faussement zen est à la tête de la maison-musée et du fameux jardin.
Une enquête passionnante surtout pour ce qu'on y apprend sur la vie de Claude Monet, son amitié avec George Clemenceau, son rôle politique, menée avec humour par un passionné de la culture qui nous dévoile également les dessous du milieu de l'art parisien, avec ses jalousies, ses mesquineries, ses enthousiasmes. Un ouvrage intelligent et trépidant où l'on prépare des mariages, organise des banquets, démêle le vrai du faux, revisite un pan de notre histoire, voyage à travers la France et Monaco, sourie beaucoup, s'angoisse un peu, tout en approfondissant ses connaissances en histoire de l'art… Et en prime il nous donne l'envie d'aller refaire un tour à Giverny et, en attendant, d'arpenter les musées parisiens !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Krout
  08 septembre 2020
"Je vais vous révéler un secret. L'argent et le travail, pour les gens comme nous, ça n'a rien voir. S'il y a un lien entre votre travail et l'argent que vous gagnez, c'est que vous êtes un tâcheron." p.111 Petite phrase de vernissage, or celles-ci me mettent hors de moi, mon esprit s'évadant alors et s'y dessine un nouveau titre : Pompeuse Enquête Chez Les Parvenus. Impression, flop devant.

A l'heure où Polanski se fait virer des Césars la cote de Monet atteint des sommets. Dis-moi pas, le Claude Monet échangiste ? Celui qui a volé la femme de son mécène Hoschedé et l'a pompé jusqu'à la faillite ? Celui dont s'est entichée sa belle-fille complètement soumise à sa personnalité hum...hum ? Comment qu'elles disent sur #metoo #balancetonporc ? Ah ! Quand il se met à vagabonder et jouer les people mon esprit frondeur, l'Académie prend une déculottée et l'académicien peut aller se rhabiller.

Donc j'étais prêt à laisser cette enquête menée par deux amateurs, Pénélope Breuil (qu'est-ce qu'elle fait encore avec son diplôme de conservatrice du patrimoine ou quelque chose comme ça ? Ah oui ce coup-ci elle s'est ouverte au culot les portes du Mobilier national bien, bien...) et son chéri Wandrille journaliste chez meubles et jardins (bof lui, il a pas trop à dire) enfin il a quand même réussi à faire en sorte de pouvoir couvrir le mariage princier à Monaco. Il paraît qui en a que ça fait rêver.

Mais j'aurais eu tort car j'aime beaucoup cette idée de Monet-Espion pour la France et Clémenceau qui enlève le drap noir pour enterrer en même temps que son ami le code secret. Aussi tout s'emballe à la fin et ce feu d'artifice final ... Éblouissant ! Qui rachètent beaucoup. Sacré Monet.

Néanmoins au global un ressenti en demi-teinte. 😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
willymjg
  17 avril 2014
Etonnant Adrien Goetz. La silhouette est élégante, « so british », le visage poupon est celui d'un éternel étudiant que l'on peut croiser dans les couloirs d'un musée. Pourtant, l'homme est Maître de conférences à la Sorbonne, chercheur et enseignant en histoire de l'art. Si sa passion est discrète pour les boutons de manchettes, son amour et son immense érudition gourmande de l‘art sont tels qu'on le devine se pâmant devant « La dormeuse de Naples » d'Ingres. de ces extases, il en sortira son violon d'Ingres, l'écriture. Tel est Adrien Goetz.
L'écrivain choisit alors de mettre ses connaissances et son talent au service de la fiction. Avec l'adorable complicité de l'intrépide Pénélope Breuil, conservatrice au Mobilier national et détective à ses heures perdues, son nouveau «pol-art», «Intrigue à Giverny» nous fera découvrir un monde plongé dans les effluves de tableaux impressionnistes.
Alors que Pénélope assiste à d'un dîner officiel au musée Marmottan-Monet, ses voisines de table, une religieuse du nom de soeur Marie-Jo, à la répartie bien peu catholique et Carolyne Square, Américaine férue de nymphéas, évoquent l'existence possible d'une série monégasque que Monet aurait peinte à un moment clé de sa carrière. Ces deux férues de l'oeuvre du peintre disparaissent comme par magie. le lendemain, l'une d'elles, Carolyne Square, est retrouvée morte alors que la religieuse est aperçue peu après à Monaco par le fiancé de Pénélope, le journaliste Wandrille. Monaco où doit avoir lieu l'achat d'une toile inédite de Monet pour célébrer le mariage du prince Albert et de Charlène.
Or, quelques temps auparavant, un individu s'est introduit dans l'ancienne demeure de Monet à Giverny et s'est enfui avec sous le bras une forme rectangulaire, selon Kintô, le directeur des lieux. Mais il fait nuit et les formes fantomatiques sont indistinctes. Après un rapide inventaire, rien ne semble avoir disparu parmi les oeuvres exposées. Mais de faux tableaux ne se substituent-ils pas en vrais, dotés d'un pedigree, de pièces d'archives et d'analyses chimiques imparables ? Quand Wandrille dit à Pénélope qu'il est certain d'avoir aperçu l'étrange religieuse dans les rues de Monaco, le doute n'est plus permis pour cette dernière: il se trame quelque chose sous le soleil de la principauté. Et le compte à rebours est enclenché…
Quand les crocodiles nagent au milieu des nymphéas, il plane un parfum de mystère à Giverny. Il nous reste à découvrir ce que fait un sculpteur quand il ne sculpte pas. Et où le journaliste Wandrille médite à propos de l'assassinat de sa voisine pianiste, lui qui imagine devenir, enfin écrivain…
A Villefranche, à l'ombre de la chapelle des marins peinte par Cocteau, Pénélope et Wandrille font le point autour de quelques fruits de mer pour rebondir de Charybde en Scylla et de Giverny à Monaco pour tenter de reconstituer ce puzzle nimbé de mystère dont quelques lettres et documents inédits constitueront peut-être le grand livre sur Monet que quelques intrigants ont tous rêvé d'écrire. Entre les confidences des conservateurs, les enchères autour d'une toile inconnue et la correspondance secrète retrouvée de Monet, Pénélope va découvrir un aspect méconnu de la vie du peintre, tel que l'amitié avec Georges Clémenceau dont les voyages aux quatre coins du monde vont soudain prendre sens.
Quelle a donc été l'étrange vie du paisible Monsieur Monet …?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
motspourmots
  28 septembre 2014
C'est encore une fois un plaisir de retrouver cette chère Pénélope ! Ceux qui la suivent depuis sa première apparition dans Intrigue à l'anglaise connaissent comme moi son aptitude à pointer les mystères autant qu'à résoudre les énigmes. Cette première aventure (par laquelle j'incite tous ceux qui n'ont pas encore entamé la série à commencer, histoire d'avoir les bonnes bases) bâtie autour de la célèbre tapisserie de Bayeux a constitué pour moi un moment de lecture jubilatoire grâce au talent d'Adrien Goetz qui concocte avec une gourmandise visible des histoires palpitantes, mêlant le vrai au faux, les faits historiques et les rumeurs, à partir d'un canevas artistique riche et précis. Quant aux personnages de Pénélope, conservatrice de musée et de son acolyte Wandrille, journaliste et fils de ministre, ils forment un duo d'enquêteurs virevoltants et peu conventionnels avec lesquels on ne s'ennuie jamais.
Donc, après la tapisserie de Bayeux, les arcanes de Versailles et les mystères de Venise, voici Pénélope en poste au Mobilier National et conviée à un dîner de gala au musée Marmottan-Monet tandis que Wandrille, tout récent rédacteur en chef du magazine Jardins, jardins est à Monaco pour suivre les préparatifs du mariage du Prince Albert et de Charlène et tenter d'obtenir un scoop qui pourrait relancer la diffusion de ce titre. A Marmottan, Pénélope assiste à une étrange rencontre entre deux spécialistes de Monet et le lendemain, l'une est assassinée et l'autre a disparu. Y a t-il un rapport avec la toile inconnue du peintre récemment apparue sur le marché de l'art et pressentie pour faire office de somptueux cadeau de noces au couple princier de Monaco ? Ou bien les récentes recherches sur une éventuelle double vie de Monet sont elles à l'origine de ce drame ? Que cachait l'amitié entre Monet et Clemenceau au point que Giverny ait été la première visite du tigre après l'armistice de 1918 ? Que cherchait le mystérieux individu qui s'est introduit récemment dans la maison de Monet à Giverny sans rien dérober ? Et quel rapport avec le meurtre de la rue de la pépinière en 1908 ?
Les questions ne manquent pas et les visiteurs qui se pressent chaque jour dans les jardins de Giverny sont loin de se douter des mystères qui entourent la vie de Monet. Par contre, en lisant Intrigue à Giverny, ils en apprendront beaucoup sur cet endroit, les toiles de Monet, ses voyages et ses amours, pas toujours de tout repos. Entre Paris, Giverny et Monaco, Pénélope et Wandrille ne chôment pas. Et entraînent le lecteur à leur suite, entre expertises douteuses, jalousies et ambitions de spécialistes, commissaires priseurs pas très nets et énormes enjeux financiers. Sans oublier au passage, un petit cours d'histoire de l'art pas déplaisant du tout.
Tout cela est sérieux mais ne se prend pas au sérieux et c'est ce qui fait la réussite de la série. Intrigue à l'anglaise m'avait envoyée à Bayeux, désireuse de découvrir cette tapisserie que je n'avais encore jamais vue. Intrigue à Giverny m'offre une nouvelle vision de Giverny visité il y a quelques mois à peine, une façon originale d'en refaire le tour. Adrien Goetz a promis d'autres "Intrigue à... ", qu'il ne s'en prive surtout pas !
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (1)
LeFigaro   25 avril 2014
Intrigue à Giverny vaut tous les voyages en France. Il nous conduit du casino de Monte-Carlo au Cercle de la librairie, bâti par Charles Garnier boulevard Saint-Germain, et des soirées de Marmottan aux jardins de Giverny.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
FortunaFortuna   13 février 2020
Le vent souffle moins fort. Il imagine les nuages. Son esprit flotte dans le silence enfin revenu.
Ici, c'est plus simple : il n'y a rien, mais c'est le vrai Monet. Un Monet qui est partout dans l'air, dans la terre, dans les mouvements et les ombres, dans l'eau. "Je voudrais être enterré dans une bouée, tellement j'aime l'eau", disait le peintre : c'est cette bulle hors du temps où flotte l'âme du maître que les gens viennent découvrir à Giverny. A la fin, Monet n'aimait plus que son jardin, c'était, à ses yeux, sa plus belle œuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MahpeeMahpee   26 avril 2015
Le tableau a l'évidence des chefs-d'œuvre, il rayonne d'une vie paisible.
C'est un paysage, mais c'est presque une abstraction, un morceau de couleur blanche et bleutée, vibrant entre frondaisons à peine esquissées - aucune anecdote superflue, pas de barque sur la mer, mais une profondeur qui naît de la lumière.
Commenter  J’apprécie          160
KroutKrout   10 septembre 2020
sur la liste des choses à cocher [par les touristes] il y a, pour l'éternité : "Avoir vu Impression, soleil levant", ce tableau vite peint qui est loin d'être le plus intéressant de Monet. De cette période, Les Coquelicots sont mieux. La Pie du musée d'Orsay, avec cette neige éblouissante, date d'avant et Kintô considère que c'est le vrai premier chef-d'œuvre absolu de Monet.

(En souvenir de la découverte de cette Pîe grâce à mon amie Piatka avant de courir aux Nymphéas)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          106
charlottedesudermaniecharlottedesudermanie   13 août 2014
Quand le ministre des Affaires étrangères est arrivé, silhouette mince et sportive, avec son éternelle pochette blanche et son costume anglais, au petit matin, dans la cour déserte du Mobilier national, tout était prêt. (...)
Rares sont les ministres qui viennent eux-mêmes, certains machos envoient leurs femmes, et certaines femmes de tête leurs maris, heureux et un brin gênés de se trouver ce petit rôle au ministère. Ceux qui n'ont "pas de temps à perdre avec la déco" dépêchent leur chef de cabinet, qui en général a un goût de sous-préfecture des années 1950. On leur trouve vite un bureau style Empire fait en 1920 - on leur explique qu'il a été celui de Léon Blum ou d'Henri Queuille -, on ajoute huit fauteuils Louis-Philippe, ils repartent avec une satisfaction de notaire qui a bien marié sa fille.
Le père de Wandrille, lui, aime les fanfreluches, comme il dit, et surtout il a envie de voir où travaille Pénélope, l'éternelle petite fiancée de son fils.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cath36Cath36   18 juin 2014
Ils emploient des tisserands qui travaillent à l'ancienne, mais ils leur donnent des modèles contemporains. Il y en a un qui est devenu fou, dit-on, après avoir tissé un Soulages de quatre mètres de long, la moquette noire la plus coûteuse du monde, mon cher Pierre Soulages, il a fallu quatre ans pour la finir, et le pauvre tisserand depuis se repose.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Adrien Goetz (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adrien Goetz
La nouvelle vie d'Arsène Lupin de Adrien Goetz .Voir l'émission: http://www.web-tv-culture.com/la-nouvelle-vie-d-arsene-lupin-de-adrien-goetz-783.html C?est le plus grand des voleurs, oui mais c?est un gentleman? Cela vous rappelle quelqu?un ? Bien sûr, Arsène Lupin, le héros imaginé par Maurice Leblanc qui, après la littérature fit aussi les belles heures de la télévision avec Georges Descrières ou celles du cinéma avec Romain Duris. Arsène Lupin est de retour, sous la plume d?Adrien Goetz, avec la bénédiction de la famille Leblanc. Adrien Goetz est universitaire, il enseigne l?histoire de l?Art à la Sorbonne, il est aussi journaliste, notamment pour Le Figaro où ses chroniques et critiques d?exposition font parfois grincer les dents. Mais Adrien Goetz est un trublion, il le sait, l?assume et le prouve encore une fois. Car reprendre un mythe comme Arsène Lupin, il fallait oser. Mais rappelons qu?avec sa série de romans « Intrigue à Versailles », « Intrigue à Giverny, « Intrigue à Venise » ou « Intrigue à l?anglaise », l?auteur n?a peur de rien. Dans les romans que je viens de citer, Adrien Goetz fait évoluer le personnage de Pénélope, jeune conservatrice, qui se retrouve toujours mêlée dans des aventures dans lesquelles l?auteur n?hésite pas à jouer et à titiller la grande Histoire. Cette fois-ci, laissant Pénélope en repos, Adrien Goetz a donc choisi le gentleman cambrioleur qu?il place dans notre époque contemporaine et même dans un futur proche. Arsène Lupin est aujourd?hui aux prises avec les nouvelles technologies, la finance internationale, l?art contemporain et certains personnages du roman, savoureux, ressemblent étrangement à des personnalités de notre monde, les intéressés apprécieront. On retrouve aussi les ennemis jurés de Lupin, comme Herlock Sholmès ou la fameuse et immortelle comtesse de Cagliostro. Voilà un roman jubilatoire, qui n?a d?autre prétention que de distraire, d?amuser, un livre ébouriffant qui vous donnera sans doute aussi l?envie de relire Maurice Leblanc à qui Adrien Goetz rend ici un bel hommage. « La nouvelle vie d?Arsène Lupin » est publié chez Grasset et Adrien Goetz est sur WTC.
+ Lire la suite
autres livres classés : givernyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La nouvelle vie d'Arsène Lupin

Qui est Paul Breautrelet pour Isidore Beautrelet ?

Son Neveu
Son fils
Son arrière-petit-fils
Son petit fils

9 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : La nouvelle vie d'Arsène Lupin de Adrien GoetzCréer un quiz sur ce livre

.. ..