AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782246723912
335 pages
Grasset (28/03/2007)
3.19/5   252 notes
Résumé :

Trois mètres de toile manquent à la tapisserie de Bayeux, qui décrivent les derniers rebondissements de l'invasion de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant. Que représentaient-ils ? Les historiens se perdent en conjectures. Une jeune conservatrice du patrimoine, Pénélope Breuil, ronge son frein au musée de la Tapisserie, à Bayeux. La directrice du musée, dont elle est l'adjointe, est victime d'un attentat. Des fragments de tapisserie réapparaissent à Drou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
3,19

sur 252 notes

Fortuna
  08 août 2019
Quand on annonce à Pénélope, jeune conservatrice du patrimoine, que pour son premier poste elle va aller à Bayeux, ce n'est pas la joie. La ville qu'elle aime, c'est Paris où habite Wandrille, son amoureux journaliste. Sa passion c'est l'Egypte ancienne et non pas cette tapisserie normande du musée, pardon du Centre Guillaume le Conquérant…Elle doit seconder Solange Fulgence, vieille fille comme il se doit dans un bureau poussiéreux. Sa photo dans le journal local « La Renaissance du Bessin » illustrant un article se réjouissant de son arrivée, signée par un charmant admirateur, Pierre Erard, ne parvient pas à la consoler. Et même les bouquets de fleurs livrés à son domicile, dont celui d'un mystérieux expéditeur…
Mais à peine a-t-elle le temps de s'installer que Solange est victime d'une tentative de meurtre. Pénélope est chargée de préempter à Drouot quelques nouveaux fragments de la tapisserie qui lui sont aussitôt violemment dérobés…Il manque en effet les scènes finales de la tapisserie, qui selon certains changeraient le cours de l'histoire. Et surtout celle de la monarchie anglaise. Une version aurait été brodée en Egypte sous l'ordre de Napoléon, qui avait fait ériger la colonne de Vendôme dans le même esprit… C'est alors que le drame arrive : la princesse Lady di décède de mort violente avec son amant égyptien auquel un ami de Wandrille, Marc, voulait vendre ces morceaux de tapisserie… Mais un certain duc normand Lord de Contevil, règne sur une petite île anglo-normande et une autre version de la tapisserie manquante… Pénélope mène l'enquête, manquant de se faire kidnapper.
Bref, l'intrigue tissée au point de Bayeux est un peu emmêlée mais ça n'enlève rien au charme de ce roman policier érudit et plein d'humour qui nous donne envie d'aller faire un petit tour à Bayeux…sur les traces de Pénélope pour contempler d'un oeil nouveau la Telle du Conquest. Et de découvrir les autres intrigues de la série !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Coeur2livres
  16 juillet 2016
Quel lien peut-il y avoir entre Bayeux et sa Tapisserie, Lady Diana, l'Egypte et Napoléon?
Le roman débute par un joyeux méli-mélo avec l'héroïne Pénélope qui rejoint, désappointée, son premier poste en tant que conservatrice-adjointe au musée de la Tapisserie à Bayeux. Elle arrive en avance de quelques jours mais tombe bien à propos alors que la situation devient critique: sa directrice se fait presque assassiner!
A mon grand regret, cette intrigue n'est que le prétexte pour nous asséner des descriptions et explications Historiques et techniques très érudites, intéressantes au départ puis ennuyantes à force. On finit par en oublier l'enquête, Pénélope et ses compagnons et c'est dommage. Lorsque l'auteur revient sur l'intrigue après de longues pages historiques, ça tombe un peu « comme un cheveu dans la soupe ». Puis au final, on ne peut même pas mener l'enquête aux côtés de Pénélope puisque tout finit par se révéler peu à peu sans avoir à chercher…
Heureusement que les personnages sont assez attachants, ce qui sauve la lecture, avec le plaisir de parcourir la Normandie.
Je suis donc déçue par ce roman dont le titre évoquait bien autre chose!
Pioche dans ma PAL – juillet 2016
Challenge Multi-Défis 2016
Challenge 1 mot- 1 livre
Challenge en choeur
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
Syl
  29 janvier 2013
Pénélope Breuil se trouve un peu vieillotte, un peu bigleuse, un peu grosse, un peu déracinée, un peu seule et beaucoup désespérée. Jeune diplômée de vingt-neuf ans, on lui a offert pour son premier poste de conservatrice du patrimoine, celui d'adjointe au musée de la tapisserie à Bayeux.
Loin de ses amis, de son amoureux Wandrille, journaliste pour un journal et chroniqueur à la télévision, elle déprime. Fascinée depuis son enfance par les mystères de l'Egypte ancienne, elle aurait souhaité se trouver ailleurs…
L'ennui… c'est tout ce que cette broderie de 1066 lui inspire, jusqu'au jour où on lui annonce que sa chef, Solange Fulgonce, se retrouve à l'hôpital pour avoir reçu deux balles. Accident, meurtre, l'étonnement est total…
Rappelée à Paris pour « enquêter discrètement sur des fragments de la tapisserie de Bayeux mis en vente à Drouot », Pénélope notait studieusement les propos du directeur du Louvre ; elle est le commander Bond face à M. « Chère Pénélope, je suis heureux de vous revoir. J'ai gardé un très bon souvenir de vos trois mois de stage ici, je sais que je peux vous faire confiance. » Leur entretien reposait sur la thèse saugrenue que la tapisserie ne serait pas aussi illustre et ancienne et qu'elle pourrait dater de 1803… lorsqu'il fut interrompu par un appel téléphonique annonçant la triste et surprenante nouvelle… Fulgonce est à l'hôpital, presque morte…
Pénélope va s'installer dans le bureau de Mademoiselle Fulgonce, dans SON fauteuil, lire SON agenda, décrypter non pas des hiéroglyphes mais les codes d'un planning chargé, retourner à Paris pour acquérir des « dentelles et broderies » au nom des Musées de France et… se faire agresser à sa sortie ! Un homme lui dérobe son paquet, la laissant assommée sur le trottoir. « Au secours, Wandrille, on s'attaque à moi. »
Wandrille est la première personne à qui elle pense pour venir la secourir, mais son fier chevalier ne le peut point… il est à Bayeux et il a bien des choses à lui raconter… il aime cette ville, il a sympathisé avec Pierre Erard, « grand reporter de la Renaissance du Bassin-La Voix du Bocage », et Fulgonce a encore subi des brutalités.
Pénélope est en phase de se douter que des bouleversements sont à présager. Pensait-elle vraiment se morfondre ?
.
.
Ce roman rentre dans notre ronde des régions. Aymeline l'a adressé à Argali, Argali me l'a envoyé. Si toutes deux l'ont apprécié, je suis navrée de dire que cela n'a pas été mon cas. Pourtant, pour l'avoir plusieurs fois repéré sur des blogs de lectrices, je voulais le lire et j'étais impatiente ! L'intrigue me séduisait, l'histoire de la tapisserie de Bayeux m'intéressait, ainsi que le personnage de Pénélope, jeune conservatrice (un métier qui fait rêver !)… Je ne vais pas m'étendre sur ma déception car le ressenti d'une lecture fluctue suivant l'humeur du lecteur, je ne louerai que la dimension historique assez passionnante à découvrir et ne soulèverai que le fond du scénario écrit avec une belle imagination…
La tapisserie de Bayeux est une fresque qui raconte la conquête normande de Guillaume le Conquérant. Elle n'est pas tissée, elle est brodée. C'est Odon, le demi-frère de Guillaume, qui l'a commandée. L'auteur reprend pour son intrigue, une expertise qui démontrerait que la tapisserie ne serait pas aussi authentique qu'on le croit, que des parties de la fresque, tenues au secret dans une crypte, racontent une autre histoire, et brode une rocambolesque affaire sur l'héritage de la couronne d'Angleterre. Rentrent en scène de nombreuses personnalités du passé… Vivant Denon, Napoléon, Mérimée, les Windsor… jusqu'à Lady Di.
Ce roman a reçu le prix Arsène Lupin et est le premier tome d'une série. Je pense continuer et ne pas m'arrêter à cette déconvenue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
argali
  09 novembre 2012
Pour son premier poste, Pénélope qui pensait s'ennuyer ferme à Bayeux est gâtée. Avant même qu'elle n'entre en fonction, sa directrice est agressée, on lui vole un mystérieux colis et elle est chargée de mener l'enquête en toute discrétion. Elle qui rêvait d'Egypte et de fouilles archéologiques au pays des pyramides aura l'occasion de prouver sa bravoure et ses multiples talents dans le bocage normand.
Un polar de plus me direz-vous. Oui, mais… L'auteur, visiblement amateur d'art, distille des informations artistiques et culturelles très intéressantes au fil de l'histoire. Que ce soit sur le musée du Louvres, la salle de vente Drouot, la tapisserie de Bayeux ou d'autres oeuvres, il nous révèle des anecdotes et des faits sans que cela ne soit rébarbatif. du moins, si on s'intéresse un temps soit peu à l'art. Ainsi cette fameuse tapisserie dont les derniers mètres manquent sans que l'on sache ce qu'ils représentaient. L'occasion rêvée de broder une énigme autour de cette mystérieuse pièce de lin.
Dans un style sec et quelque peu érudit, Adrien Goetz nous entraine sur les pas de son héroïne, de Normandie en Angleterre en passant par Paris. J'ai bien aimé ce côté du récit : l'Histoire et l'art m'ont vraiment accrochée. Par contre l'intrigue m'a semblé un peu légère et la fin précipitée. Dommage.
Ce livre reste cependant une très agréable lecture récréative, légère et instructive à la fois. Ce n'est déjà pas si mal.

Lien : http://argali.eklablog.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
frmwa
  07 novembre 2020
Hastings, avec sa date 1066 – ten sixty six – fait partie de mes batailles favorites, avec Marignan. Et la fameuse tapisserie de Bayeux (une broderie en fait) la relate. La citation des sources et la table des matières aux 44 chapitres doivent bien peser dans les 15% de ce roman policier érudit.
Les personnages principaux, Pénélope, jeune conservatrice fraîche émoulue des exigeants concours nationaux et spécialiste en égyptologie et Wandrille (prénom extrêmement rare, et qui l'est resté même après un léger frémissement dans les années 2000), jeune dandy vaguement journaliste, animateurs d'un club de voyantes, cartomanciennes et autres joyeux agités du bocal, évoluent dans un superbe décor, la ville de Bayeux, la région du Bessin normand, la petite île anglo-normande de Varanville (imaginaire je pense), habitée par un excentrique marquis, sur le modèle sans doute du maître de l'île de Serq. Un spirituel journaliste de la feuille locale « La renaissance du Bessin » (premier journal de la France libérée fondé par des résistants – n'apprend-on pas dans l'histoire), nous rappelle toute l'importance et la saveur de la presse régionale.
L'intrigue mélange hardiment des éléments égyptiens, avec la campagne d'Égypte de Bonaparte, et son « oeil », le flamboyant fondateur du musée du Louvre Dominique-Vivant Denon, l'épisode tragique de la princesse Diana, les relations troubles entre le duc de Windsor éphémère roi d'Angleterre Édouard VIII et Hitler, la reine Mathilde, la comète de Haley, n'en jetez plus !
Avec tout ça, le sexe en est hélas réduit à la portion congrue et se limite à l'évocation de seins dans un bain de mousse faisant référence à Liz Taylor dans Cléopâtre et quelques maigres répliques : « Tu as couché avec lui ? Non, mais j'aurais aimé. » On reste sur sa faim. le dénouement de l'intrigue est également expédié à la vitesse grand V, mais comment faire autrement pour faire tenir toute cette foisonnante matière dans l'étroit carcan de trois cent pages ?
Au bout du compte, une lecture très agréable (qui n'a pas été sans me rappeler certains épisodes du Club des Cinq) pour peu qu'on apprécie l'histoire de l'art, l'histoire et les territoires. On y fera son miel d'un large spectre de connaissances dispensées avec légèreté et humour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
DidiliDidili   29 janvier 2013
Moi je suis fou de cette ville, j'ai eu le coup de foudre. Tu as vu le nombre de petit antiquaires. J'ai trouvé un pot de lait en porcelaine, tu verras en forme de vache qui court, avec des bateaux de la tapisserie sur le ventre, le lait sort par ses naseaux, un pur joyau. Ta ville de Bayeux, c'est une merveille : ces maisons du Bessin, c'est tellement plus beau que tous ces colombages , que cette épouvantable Normandie pour parisiens, tout ce pays d'Auge frelaté avec ces pommes rouges cirées comme des mocassins ! Vive la pomme clochard, mate, cabossée, avec un petit goût un rien acide, qui crisse sous le couteau. A quelques kilomètres c'est Cabourg, les villas, les jardinets, Le Grand Hôtel repeint en blanc trop agressif, pouah !
Ici regarde ces belles pierres, ces portails accueillants, ces sculptures couvertes de lichens, ces arbres et la mer toute proche qui ne se voit pas mais que l'on sent. Partout. Si j'ouvrais grand la fenêtre, on respirerait l'iode, le sel, l'horizon, la nuit
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
shelbyleeshelbylee   22 janvier 2010
Pauvre Wandrille. Comme il lui manque. Avec son beau prénom, aussi réussi que le sien. Pénélope et Wandrille. Quel plaisir d'avoir des parents cultivés. On en souffre toute sa vie.
Commenter  J’apprécie          190
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   12 août 2017
Pourquoi les travaux d’aiguille seraient il réservés aux femmes ? Les marins ont toujours fait du point de croix ; et au début de son roman Kaput, Malaparte évoque le roi de Suède en train de broder. Les souverains du Nord sont des vikings, ils aiment le fil et la toile, les voiles des vaisseaux, les sacs de marchandises.
Le duc de Windsor lui-même au cours d’un de ses lointain voyages de jeunesse avait réalisé au point de croix la garniture d’un tabouret, qui se trouve toujours dans les appartements privés de la souveraine à Balmoral. Une monstruosité, dont il est très difficile de trouver une photographie. Il partageait cette passion sans doute ancestrale avec son frère, le père d’Elisabeth, autre intellectuel, Elisabeth II joue aux courses, parie sur les chevaux, chasse et pêche, s’y connaît bien en mécanique automobile, il ne semble pas que l’on ait beaucoup vue avec une aiguille et un dé. Coudre est une affaire d’homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
parmifilparmifil   18 avril 2010
L'histoire est un mensonge raconté par les vainqueurs
Commenter  J’apprécie          240
FortunaFortuna   06 août 2019
"... Et moi, seul, ici, devant vous, ma chère petite, je le proclame : je suis le roi d'Angleterre ! "
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Adrien Goetz (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adrien Goetz
La nouvelle vie d'Arsène Lupin de Adrien Goetz .Voir l'émission: http://www.web-tv-culture.com/la-nouvelle-vie-d-arsene-lupin-de-adrien-goetz-783.html C?est le plus grand des voleurs, oui mais c?est un gentleman? Cela vous rappelle quelqu?un ? Bien sûr, Arsène Lupin, le héros imaginé par Maurice Leblanc qui, après la littérature fit aussi les belles heures de la télévision avec Georges Descrières ou celles du cinéma avec Romain Duris. Arsène Lupin est de retour, sous la plume d?Adrien Goetz, avec la bénédiction de la famille Leblanc. Adrien Goetz est universitaire, il enseigne l?histoire de l?Art à la Sorbonne, il est aussi journaliste, notamment pour Le Figaro où ses chroniques et critiques d?exposition font parfois grincer les dents. Mais Adrien Goetz est un trublion, il le sait, l?assume et le prouve encore une fois. Car reprendre un mythe comme Arsène Lupin, il fallait oser. Mais rappelons qu?avec sa série de romans « Intrigue à Versailles », « Intrigue à Giverny, « Intrigue à Venise » ou « Intrigue à l?anglaise », l?auteur n?a peur de rien. Dans les romans que je viens de citer, Adrien Goetz fait évoluer le personnage de Pénélope, jeune conservatrice, qui se retrouve toujours mêlée dans des aventures dans lesquelles l?auteur n?hésite pas à jouer et à titiller la grande Histoire. Cette fois-ci, laissant Pénélope en repos, Adrien Goetz a donc choisi le gentleman cambrioleur qu?il place dans notre époque contemporaine et même dans un futur proche. Arsène Lupin est aujourd?hui aux prises avec les nouvelles technologies, la finance internationale, l?art contemporain et certains personnages du roman, savoureux, ressemblent étrangement à des personnalités de notre monde, les intéressés apprécieront. On retrouve aussi les ennemis jurés de Lupin, comme Herlock Sholmès ou la fameuse et immortelle comtesse de Cagliostro. Voilà un roman jubilatoire, qui n?a d?autre prétention que de distraire, d?amuser, un livre ébouriffant qui vous donnera sans doute aussi l?envie de relire Maurice Leblanc à qui Adrien Goetz rend ici un bel hommage. « La nouvelle vie d?Arsène Lupin » est publié chez Grasset et Adrien Goetz est sur WTC.
+ Lire la suite
autres livres classés : bayeuxVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La nouvelle vie d'Arsène Lupin

Qui est Paul Breautrelet pour Isidore Beautrelet ?

Son Neveu
Son fils
Son arrière-petit-fils
Son petit fils

9 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : La nouvelle vie d'Arsène Lupin de Adrien GoetzCréer un quiz sur ce livre