AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290339817
119 pages
Éditeur : J'ai Lu (01/12/2003)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 235 notes)
Résumé :
Très court texte (30 pages), cette nouvelle est l'une des plus célèbres de la littérature russe. L'oeuvre de Nicolas Gogol, Le journal d'un fou est un conte absurde dans lequel les personnages étranges laissent peu à peu place à leurs caractères réels, le rire cédant le pas à l'angoisse tout au long de ce journal. Poprichtchine est préposé au taillage des plumes dans un ministère de Saint-Petersbourg. Celui-ci sombre peu à peu dans une douce folie s'imaginant être e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  16 juillet 2012
Si vous ne connaissez pas la plume de Gogol, un petit recueil comme celui-ci ou son jumeau (je préfère le jumeau) "Le nez & le manteau" est l'occasion parfaite pour faire connaissance. Avec une verve rare et alerte, l'auteur décoche ici ou là quelques uppercuts envers qui des fonctionnaires, qui des marchands, qui des militaires, qui des artistes. Bref, ça se lit bien et c'est très agréable, avec des tendances fantastiques ou ironico-caustiques et le plus souvent avec une belle pointe de drôlerie, donc, pourquoi s'en priver ?
"Le journal d'un fou" est une nouvelle où au travers du journal intime d'un fonctionnaire on assiste à son naufrage dans la folie, par touches, par degrés successifs.
"La perspective Nevsky" traite du destin de deux jeunes hommes frappés au même instant par la vue d'une femme (différente) dans cette avenue de 4,5 km qui se nomme la perspective Nevsky (littéralement « avenue de la Neva », artère principale de Saint-Pétersbourg). L'un, peintre, romantique, l'autre, militaire, irrévérencieux.
Enfin, "le portrait" est une nouvelle plus symbolique, très personnelle sur le monde artistique, où l'auteur livre manifestement un certain nombre de ses convictions sur l'art. le destin d'un jeune peintre malheureux va être bouleversé par l'acquisition d'une toile à quatre sous achetée chez un marchand de croûtes.
Du très bon Gogol, pas le tout meilleur qui se situe dans "Le nez" ou "Le manteau", mais fort plaisant, d'ailleurs tout ceci est affaire de jugement et d'individus, or ce n'est qu'un jugement moyen, à moi, individu lambda, donc, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
aouatef79
  21 août 2019
Dans ce qui va suivre ,il ne sera question que d 'une brève chronique sur "Le journal d 'un fou".Il s 'agit d 'une des plus
courtes nouvelles de Nicolas Gogol et l 'une des meilleures .
Poprichtchine est le principal protagoniste du récit .Ce dernier est un modeste fonctionnaire de ministère à Saint-Pétersbourg .Son emploi consiste au taillage des plumes .
l''auteur en fin psychologue va suivre la décadence mentale de Poprichtchine .Ce dernier du fait qu 'il est toujours isolé dans son bureau et ne communiquant que rarement alors il délire et a des hallucinations sonores et visuelles .Il tient un journal dans lequel il note de façon quotidienne son vécu Il pense entendre les chiens parler entre-eux .Il éprouve un amour pour la fille du directeur .Cette dernière ne se rend même pas compte de son existence .Au fur et à mesure que les jours s 'écoulent son trouble psychique empire et il perd de plus en plus le contact avec la réalité . A la fin , il se prend pour le roi d'Espagne .Il est alors interné dans un hôpital psychiatrique
Un récit triste , mélancolique et dramatique .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
Tatooa
  06 avril 2016
Un auteur russe de plus à ajouter à mon palmarès cette année ! Bon j'admets, je me suis pas trop mouillée avec ce petit bouquin, mais avant "Tarass Boulba", il valait mieux que je sache où j'allais mettre "l'oeil" !
J'aime beaucoup le style de Gogol, je le trouve très moderne, vraiment pas difficile à lire !
Après sur le sujet des nouvelles, j'ai bien aimé la première qui est totalement délirante (normal me direz-vous, pour le journal d'un fou, lol), et plutôt marrante.
La seconde est plus dramatique, dans les tons cyniques, je l'ai beaucoup aimée, là aussi l'écriture de Gogol est au top, et le sujet est intéressant : aspirations de jeunesse et désillusions "de vieillesse" d'un artiste pourtant "à succès", voeux pieux et grandes bassesses.
La dernière : alors "la perspective Nevsky", très franchement, j'ai pas compris l'intérêt au départ. D'ailleurs j'ai eu un mal fou à avancer. Ce n'est que quand les deux jeunes hommes (un peintre, encore, décidément, et un militaire) finissent par croiser et suivre les deux femmes que ça devient intéressant, mais le début (6 pages, quand même) et cette description, olala, j'ai eu du mal. Après, bah, c'est une histoire de désillusions, encore. Un bel aspect ne recouvre pas forcément une belle personne, ou une personne intelligente, n'est-il pas ?
Bref c'est quand même un bien joli recueil que nous avons là même si légèrement macho, et un auteur russe classique que je découvre et dont j'apprécie le style, ma foi, un de plus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
ninamarijo
  01 septembre 2015
Journal d'un fou- perspective Nevsky et Portrait
Dans le journal d'un fou, un fonctionnaire minable petit tâcheron insignifiant et souffrant d'humiliation au travail s'éprend de la fille de son directeur, son amour impossible lui fait fuir sa condition et sombrer dans la folie… Il monologue ou parle avec les chiens et se proclame roi d'Espagne ! Dans cette nouvelle Gogol nous rappelle de façon cruelle les règles de la société du XIX et leur respect impitoyable.
Perspective Nevsky :
Ici nous assistons à la déambulation sur la perspective Nevsky lieu où tout le monde vient paraître, se montrer. On y croise le « tout » Pétersbourg et « les autres, le peuple russe, mais, à des heures différentes. « Quelles fantasmagories s'y jouent ! Quels changements s'y déroulent en l'espace d'une seule journée ». Voir et paraître est l'occupation de cette artère, Gogol est sans concession dans sa description d'où il émane malgré tout un certain charme. Son écriture est pétillante drôle, fantaisiste. Mais tout cela n'est pas gratuit il égratigne la société russe du XIX.
La nouvelle le portrait j'ai moins accroché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Mimeko
  09 avril 2016
Le journal d'un fou est un texte court où le narrateur, un obscur fonctionnaire entraîne le lecteur dans la folie dans laquelle il va glisser, entre schizophrénie et paranoïa, un état où il pense que des chiens échangent des billets entre eux puis celui où il se prend pour le roi d'Espagne. Reflet d'un esprit fragile et perdu dans sa vie ou simplement sa solitude et ses sentiments qu'il ne peut exprimer, qu'il transformera peu à peu en délires...Un texte court et assez percutant où on voit le narrateur s'accrocher à ses obsessions et rebondir sur les éléments qui les confortent afin de s'en convaincre et ainsi s'enfermer dans cette folie grandissante.
Dans la deuxième nouvelle le portrait Nikolai Gogol s'attache au peintre Tchartkov, qui jeune, désargenté et peu connu est irrésistiblement attiré par le portrait d'un vieil homme qu'il acquiert en sacrifiant ses dernières économies. Il découvre mille ducats dans le cadre du tableau, une fortune qui va l'accompagner dans sa réussite...Devenu âgé, peintre à succès mais enfermé dans son style figé, un évènement va le ramener au choix qu'il a fait en cédant à la facilité dans son art et le précipiter face au vide de sa vie.
La perspective Nevsky , le dernier texte nous présente cette belle avenue de Saint Petersbourg, où l'on croise selon le tempo de la journée des typologies de personnages et notamment le destin de Piskariov peintre, incapable de vivre sa vie et qui se perdra dans des chimères fatales et Pirogov son ami militaire qui lui, se remettra très facilement d'une expérience désagréable et déstabilisante.
Une première approche qui me permet d'apprécier la prose et surtout le traitement des thèmes abordés par Nikolai Gogol : la folie, le mensonge à soi même, la jalousie, l'amour idéalisé et l'impossibilité de vivre sa vie. Quel talent pour dépeindre les tourments de l'âme humaine et l'enchainement des circonstances qui précipitent ses héros dans des destins tragiques ou des questionnements angoissants. Une belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   04 avril 2016
J'avoue que j'aurais préféré ne pas aller au Ministère, prévoyant la mine renfrognée qu'allait me faire notre chef de bureau. Il y a déjà longtemps qu'il me dit : "Quel gâchis as-tu donc toujours dans la tête, mon ami ? Tu te démènes parfois comme un forcené, et il t'arrive d'embrouiller à tel point les dossiers que le diable lui-même ne pourrait s'y reconnaître. Tu oublies dans le titre les majuscules et n'indiques ni la date, ni le numéro."
Maudit héron ! Il m'envie certainement parce que je suis installé dans le bureau du directeur, où je taille des plumes pour Son Excellence.
(Dans "Le journal d'un fou")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
aouatef79aouatef79   23 août 2019
-Mais ,penses-y ,penses-y bien ;tu as plus de quarante ans . Il est temps de devenir sage .Qu 'est-ce que tu t' imagines ? crois-tu que je ne connaisse pas toutes tes folies ? tu fais la cour à la fille du directeur .Mais regarde-toi ;pense un peu qui tu es .Tu n 'es qu 'un zéro ,tu n 'es rien , tu n 'as pas un sou vaillant Et regarde ta figure dans un miroir . Comment peux-tu seulement penser à cela ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
polarjazzpolarjazz   01 juin 2016
Vous pourrez rencontrer ici d'admirables moustaches que nulle plume, nul pinceau ne sont capables de reproduire, des moustaches auxquelles leur propriétaire consacre la meilleure partie de son existence et qui sont l'objet de tous ses soins au cours de longues séances, des moustaches arrosées de parfum exquis et enduites de rares pommades, des moustaches qu'on enveloppe pour la nuit de papier de soie, des moustaches qui manifestent les tendres soucis de leurs possesseurs et que jalousent les passants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MimekoMimeko   08 avril 2016
Oh, cette canaille de Polignac ! Il a juré de me nuire jusqu'à ma mort. Et il me poursuit, il me poursuit. Mais je sais bien, mon ami, que c'est l'Anglais qui le conduit. L'Anglais est un grand politicien. Il tourne toujours autour du pot. Le monde entier sait bien que lorsque l'Angleterre prise le tabac, c'est la France qui éternue.
Journal d'un fou.
Commenter  J’apprécie          70
TatooaTatooa   06 avril 2016
Tchartkov s'approcha de nouveau du portrait pour examiner ces yeux extraordinaires et s'aperçut, horrifié, qu'ils semblaient en effet le regarder. Ce n'était plus une copie de la nature, c'était la vie étrange qui aurait éclairé le visage d'un mort sorti de sa tombe.
(Dans "Le portrait")
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Nikolai Gogol (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nikolai Gogol
Nicolas GOGOL– Le Portrait
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dans la datcha de Gogol

Que l'on m'apporte mon ..........?............. Les soirées sont fraîches à Saint Petersbourg, et voyez- vous... d’ailleurs... selon moi... je le crois encore bon... sauf un peu de poussière... Eh ! sans doute il a l’air un peu vieux... mais il est encore tout neuf... seulement un peu de frottement... là dans le dos...

Chapeau
Béret
Fusil
Manteau
Imperméable

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Nikolai GogolCréer un quiz sur ce livre