AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2840497816
Éditeur : Seguier Editions (18/04/2019)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Un tueur fou suit le fil de ses angoisses métaphysiques en semant des cadavres sur son passage. Quatre policiers, deux magistrats, un avocat : tous assassinés de sang froid en l’espace d’une semaine. La terreur s’empare de la France. On suspecte un « gauchiste » s’attaquant aux signes du pouvoir. Le gouvernement convoque une réunion de crise, la police passe le pays au crible, mais l’enquête patine.
Pourtant, le meurtrier se rend de lui-même à un commissariat... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

critiques presse (1)
LeMonde   14 juin 2019
Tel un fantôme issu des années 1970, L’Ordinaire Mésaventure d’Archibald Rapoport, unique et méconnu roman de Pierre ­Goldman, livre à tous égards hérétique signé par une figure tragique du XXe siècle, est réédité, ­quarante-deux ans après, par les éditions Séguier.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   23 juillet 2019
Les passions nourries de vérité sont justes, pensa-t-il, mais rien ne sanctifiera leur subjectivité charnelle des justifications sereines du Savoir : douleur et haine ne sont ni vraies ni fausses, elles sont. Ces rationalités amères ne le satisfirent pas, il en sortit triste, au contraire : la raison, finalement, tranchait mais il était déchirant, pour lui, que ses critères ne fussent pas immédiatement relatifs à l’espace où la douleur (et ses larmes terribles) remplaçait les figures glacées de la conscience théorique, là où naissaient, non pas des verdicts conceptuels, mais des jugements formulés par une passion et une fureur totales. Et s’il advenait que surgît un fasciste qui énonçât : ce que je fais est faux, certes, et alors, qu’y a-t-il de mal à faire le faux s’il n’est point possible de faire le bien ni le mal ?

Je résoudrai un jour ce problème, décida-t-il, ou alors je mourrai. Après je pourrai mourir.

Et il glissa dans une longue et lancinante interrogation métaphysique (elle dura plusieurs mois, il allait avoir seize ans). Il se demanda s’il existait et ne réussit pas vraiment à fournir une réponse à cette question quoiqu’il fût certain d’exister. Il se demanda également si les choses existaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 juillet 2019
La Révolution ? Une fleur déjà fanée qui ne peut refleurir qu’à travers des chansons dans des soirées de copains. Reste le « sociétal » politisé à outrance. Auréolés de toutes les vertus, les taulards, les fous, les communautés, les délinquants, les pédés, les braqueurs, les comités de soldats, les Tupamaros. Vérolées de tous les vices, la psychiatrie, la justice, l’éducation. Beaucoup de discours mal assortis aux épaules humaines : la fin des seventies enterre les grandes causes séculières. On ne reconnaissait jusque là qu’un ennemi à l’humanité, le capitalisme, avec son corollaire, l’esprit bourgeois. Les griefs raciaux, les religions conquérantes, les tribus, les consommations segmentées, les rancœurs sans fin prendront la suite.

Dans ce ressac de la génération 68, les altercations fratricides sont légion, les divergences se règlent violemment, les arrogances se durcissent. Avait-on tant envie que cela de renverser la table ? Tel un gigantesque papier buvard, les années quatre-vingt en France finiront par absorber les attardés qui s’étaient crus un moment à l’avant-garde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 juillet 2019
Ces moments merveilleux lui donnent parfois l’impression d’être un homme neuf, un homme ordinaire. Ils sont si rares. Serge July se souvient de celui qu’il avait connu à l’Union des Étudiants Communistes, « chargé de symboles, d’histoire et de drames écrasants depuis sa naissance, tout à la fois fasciné par eux et les fuyant comme autant de chausse-trappes au plaisir et au bonheur .Il lui faudrait disparaître comme personnage public, mais le souhaite-t-il vraiment ? La réflexion de Régis Debray à l’issue de son premier procès était prémonitoire : « Quand Pierre Goldman sera libre, je sais qu’il lui faudra disparaître pour nous fausser compagnie, esquiver nos traquenards, réinventer pas à pas son à contre-pied pour rejoindre cet anonymat substantiel qui est le prix et l’ivresse de la liberté. » Déplaire donc. À tous. S’exclure du lot, prendre son monde à rebrousse-poil, affirmer sa négation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   23 juillet 2019
L’arrestation du tueur est un impératif absolu qu’exige l’intrinsèque substance de notre société, de notre communauté sociale. J’ai pris, en accord avec le président, les mesures suivantes : comme les policiers sont la cible du tueur, ils seront protégés par l’armée.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   23 juillet 2019
Peu importait que le combat fût gagné ou perdu, il était le plus souvent perdu, mais les défaites avaient toujours un arrière-goût de victoire. Pierre Goldman y croyait, à la Révolution, la génération combattante de ses parents, résistants dans les groupes armés des FTP-MOI durant l’Occupation, l’y avait préparé (impossible d’oublier le son de la voix de Janine, sa mère, à qui la légende attribuait l’attaque d’un commissariat pendant la guerre – ma fille Eve l’appelait mamie Mitraillette –, ses rires homériques, ses jugements expéditifs – « Ce type est un con ! » –, son art de casser l’ambiance devant un beau paysage de montagne – « Il y eut ici un massacre ! » –, ses remarques cinglantes sur les « anciens combattus » de sa génération, les « comme battus », disait-elle).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de Pierre Goldman (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Goldman
Interview d'Emmanuel Moynot pour la sortie de "Pierre Goldman, la vie d'un autre", Futuropolis .A l'occasion de la parution de "Pierre Goldman, la vie d'un autre" (le 9 février 2012, aux éditions Futuropolis), Emmanuel Moynot s'est prêté au jeu des questions, afin de présenter son travail sur ce livre-enquête d'une ampleur exceptionnelle. L'entretien, réalisé par Skype, est mené par Claude Gendrot, son éditeur. A propos de "Pierre Goldman, la vie d'un autre": Qui était Pierre Goldman ? Juif polonais, né en France, fils de résistants, militant d?extrême gauche, guérillero révolutionnaire au Venezuela, braqueur et écrivain, Pierre Goldman, insoumis, violent, écorché vif, a connu un destin hors du commun, sujet à controverses et fascination. de sa vie, Emmanuel Moynot fait un récit sobre, entremêlé d?entretiens inédits avec ceux qui l?ont connu, amis, avocats, intellectuels de l?époque?Un livre-enquête passionnant, à la mesure de la trajectoire tragique de cet homme hors norme.Source: www.futuropolis.frSuivez toute notre actualité sur https://www.facebook.com/pages/Futuropolis/131295997580
+ Lire la suite
autres livres classés : gauchismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15155 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre