AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de PoisonLady


PoisonLady
  21 juin 2016
Au risque de me faire lyncher, n'y allons pas par quatre chemins: si je ne doute pas que Princess Bride ait pu donner naissance à un bon film (que je n'ai pas vu), le livre n'est ni plus ni moins que l'une des pires purges qu'il m'ait été donné de lire!
Non pas dans le fond, bien que ce ne soient pas les défauts qui manquent, mais plutôt dans la forme: William Goldman est certainement un excellent scénariste (après tout, on lui doit le Déshonneur d'Elisabeth Campbell, foutrement bien ficelé du début à la fin), mais sans doute aurait-il mieux fait de se cantonner à ce rôle.

Parce qu'en l'état, Princess Bride n'est qu'un roman très, très mal écrit, et ce en dépit d'une idée de départ absolument géniale. William Goldman a inventé le personnage de Morgenstern, prétend avoir abrégé son oeuvre, et consacre un interminable chapitre d'introduction à... sa petite personne, ou plutôt, à une version fictive de lui-même! Car, dans la vraie vie de Mr Goldman, point de fils nommé Jason. Dommage que ce Goldman fictif, dont les interventions ponctueront ensuite le récit, se révèle être un personnage assez imbuvable, ne manquant jamais une occasion de critiquer sa femme, son fils, placer une anecdote sans rapport avec la choucroute... Bref, cette partie du livre se révèle inintéressante au possible, de part son aspect très décousu et la présence de davantage de détails futiles que d'informations utiles. On espère que les choses vont s'améliorer une fois dans l'histoire proprement dite, sauf que...

... sauf que là, ce sont d'autres problèmes qui pointent le bout de leur nez.

Pour commencer, le délire de Goldman a donc été de résumer certains passages entiers de l'histoire sous la forme de commentaires de son personnage fictif: "là, j'ai coupé ça, ça et ça". Si le procédé permet de passer rapidement d'une action à l'autre, et se trouve justifié dans certains cas, soit par l'histoire, soit par le procédé en lui-même
()
LA, Goldman a vraiment fait bon usage des possibilités offertes par son parti pris narratif. A l'inverse, dans d'autres
() ,
on a juste l'impression que l'auteur, pris par le temps / la flemme / whatever n'avait simplement pas envie d'écrire telle ou telle part du récit. Alors que ces passages-là auraient vraiment apporté un plus. Contrairement à d'autres.
Ce qui ne manque pas de mettre en avant un autre défaut de la plume de Goldman: le manque cruel de détails. Tout son texte, celui censé *ne pas* être abrégé, donne l'impression de n'être qu'un résumé. Il n'y a pas ou peu de descriptions dans Princess Bride, pas de décors pour faire rêver, que deux-trois détails sommaires sur les personnages, même les scènes d'action sont d'une mollesse incroyable, y compris au cours DU duel important de l'histoire
() !
Bilan, sur le plan narratif, Princes Bride est une véritable catastrophe. Sans aller jusqu'à demander l'excès inverse d'un Tolkien avec ses descriptions d'une longueur assommante, quelque chose d'un tout petit peu plus travaillé n'aurait pas été un luxe.

Ce qui est dommage, parce que l'histoire, elle, est tout sauf inintéressante! On a là un récit d'aventures classique, mais efficace. Certains personnages sortent vraiment du lot (Inigo!!! Dont la réplique culte m'a semblé affreusement cliché, jusqu'au moment où... et là, je me suis surprise à sourire, et à me dire "ah ouais, quand même, la classe"), tandis que d'autres... à commencer par Bouton d'Or, ah, Bouton d'Or, plus tête à claques tu meurs, qui ne s'amourache de Westley QUE sur un coup de jalousie (après l'avoir traité comme une m*** pendant des années, tout ceci est très logique...) et dont le comportement ne s'améliore pas avec le temps
() ,
bref, Bouton d'Or est un boulet qui ne mérite définitivement pas son Westley. A ce sujet, leur "romance", de par son côté très "cheveu sur la soupe", m'a semblé vraiment artificielle. Peut-être le caractère de Bouton d'Or n'y est-il pas étranger, mais j'ai trouvé que tout ça manquait cruellement de tendresse et de sincérité. Ils disent qu'ils s'aiment, paf, et c'est tout. Si c'est ça le "grand amour", alors ça ne fait pas rêver!

Bref, pour toutes ces raisons, Princess Bride a été un calvaire à lire.
Et ça aurait pu être encore pire sans le dernier chapitre "bonus", écrit 25 ans après le reste, car, dans le roman d'origine, il n'y avait même pas de fin! Il n'y en a toujours pas cela dit, mais c'est toujours mieux que de couper l'action en plein milieu et de justifier ça par un paragraphe à la "ptet ben que oui, ptet ben que non".

Bref, puisque le principal problème de Princess Bride est la façon dont il a été écrit, je suis convaincue que le film, lui, est peut-être réussi. Et peut-être que ses fans, ayant lu le bouquin après coup, sont capables de fermer les yeux sur ses défauts. Mais moi, je n'y suis pas arrivée.
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (1)voir plus