AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782373090482
1095 pages
Éditeur : L'Echappée (21/11/2018)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Née en 1869 dans l’Empire russe, Emma Goldman s’exile aux États-Unis à 16 ans. Pauvreté, exploitation et désillusions l’y attendent. Elle plonge alors à corps perdu dans le chaudron politique et intellectuel. Activiste et conférencière anarchiste aussi célèbre que redoutée, elle sillonne au gré des luttes une Amérique en pleine ébullition. Expulsée en 1919 vers la Russie, accueillie chaleureusement par Lénine, elle découvre une réalité qu’elle ne cessera de dénoncer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Warrenbismuth
  09 février 2020
La vertigineuse autobiographie de l'infatigable militante anarchiste Emma GOLDMAN enfin disponible en intégralité ! Jusque là éditée en France de manière largement et honteusement tronquée, « Vivre ma vie » est sorti en 2018 aux éditions L'échappée en version complète, l'éditeur ayant mis le paquet tant au niveau de la présentation et de la qualité de l'objet que dans son contenu : pas moins de 1100 pages grand format pour une traduction époustouflante de Laure BATIER et Jacqueline REUSS.
Emma GOLDMAN a mis deux ans à écrire ce livre, entre 1928 et 1930. de façon donc très logique n'apparaissent pas les années où elle a lutté contre la dictature en Espagne, ni la mort de son « double » Alexandre BERKMAN, ni sa retraite au Canada où elle mourra en 1940.
Née en 1869, Emma GOLDMAN est russe mais, tyrannisée par son père, quitte le pays en 1885 pour rejoindre les Etats-Unis où vit sa soeur bien aimée. Là-bas, elle va faire plus ample connaissance avec le militantisme et les milieux anarchistes, notamment par le biais du drame de Haymarket Square en 1886 où, après une manifestation violente terminée en bain de sang, huit anarchistes sont arrêtés (quatre seront pendus). Après cette atrocité, Emma GOLDMAN entre définitivement dans le mouvement anarchiste auquel elle restera fidèle jusqu'à sa mort. Mais c'est en 1889 que pour elle tout bascule par sa rencontre avec Alexandre BERKMAN (Sasha), son moteur et son amour de toujours, même s'ils ne formèrent pas un couple en tant que tel.
Soyons brefs, car le livre regorge de détails indispensables pour mieux connaître la société contemporaine à Emma GOLDMAN et plus particulièrement les milieux anarchistes. Dans ce bouquin comme dans la vie, Emma GOLDMAN va croiser des centaines de militants et amis, des centaines d'adversaires politiques, des centaines d'ennemis. Tout est foisonnant : les détails, les biographies pourtant succinctes de personnages qu'elle a bien connus, les meetings, nombreux et parfois violents, les censures de l'État ou des dirigeants locaux, le journal Mother Earth qu'elle avait fondé, les bagarres, les faux papiers, etc. Il serait fastidieux de se focaliser sur un résumé de l'oeuvre.
On voit du beau linge dans ce récit : Errico MALATESTA, Pierre KROPOTKINE, Sébastien FAURE, Louise MICHEL, Nestor MAKHNO et tant d'autres côté anarchiste, des moins célèbres mais tout aussi actifs. Pour les non anarchistes, Jack LONDON, Léon TROTSKI, LÉNINE, l'écrivain russe Vladimir KOROLENKO entre autres. Ce livre bouillonnant est, comme son auteure, toujours en mouvement.
Expulsée des Etats-Unis toute fin 1919, elle débarque en Russie révolutionnaire début 1920, pleine d'espoir et de convictions pour les soviets. C'est ici, sur ses terres natales, qu'elle semble changer. Elle est attirée par le gouvernement bolchevique, ne peut en admettre les erreurs, les massacres, la misère, elle pointe l'aristocratie bourgeoise comme responsable (en cela elle suivra aveuglément, au moins pour un temps, les convictions du pouvoir). Alors que pourtant ses proches lui conseillent de se méfier, elle reste attentiste mais pas « anti », elle concède, elle ramollit. Il faudra le massacre commandité par LÉNINE et TROTSKI des marins anarchistes de Kronstadt en 1921 pour lui faire prendre conscience de l'immense danger représenté par le bolchevisme et sa dictature du prolétariat. Mieux : elle refusera son aide à Nestor MAKHNO, l'anarchiste paysan menant une immense armée libertaire en Ukraine contre le système léniniste. Lorsqu'elle se réveille, le mal est fait, les troupes de MAKHNO ont succombé. Ayant de plus en plus de mal à vivre dans cette tourmente, Emma GODMAN fuit la Russie à la toute fin de 1921, après deux ans de désillusions.
Elle passe par l'Allemagne, l'Angleterre, le Canada, avant de partir s'installer dans le sud de la France, c'est là qu'elle écrit son autobiographie présentée ici. Elle est brute, sans concessions. Emma GOLDMAN fut sur tous les fronts sociétaux de l'anarchisme d'alors : anti-capitalisme, anti-étatique, anti-militariste, se battant contre la censure, pour les camarades emprisonnés, pour la condition de la femme, pour le contrôle des naissances par la légalisation des contraceptifs, pour la liberté sexuelle (je vais y revenir), pour l'égalité, contre l'antisémitisme, le racisme, la liste peut être allongée à l'envi.
Ce qui m'a gêné dans ce récit, et malgré une sorte d'admiration que je pouvais avoir pour la militante Emma GOLDMAN, c'est la femme privée, elle m'a perturbé voire agacé. Toujours soucieuse de son image publique, elle se vexe tout rouge (et noir) lorsqu'elle est critiquée, par exemple dans les médias, elle est très autoritaire (une amie me souffle qu'une femme engagée et de surcroît révolutionnaire à cette époque ne pouvait qu'être autoritaire pour se faire entendre, dont acte) et manie la mauvaise foi avec une certaine dextérité. Elle est pour l'union libre mais paraît jalouse des conquêtes de ses petits amis. Elle n'est pas tendre avec certaines femmes proches de ses amis mâles.
Le plus pénible est peut-être sa vision des hommes : avant même que l'on sache si tel monsieur est militant et si oui dans quel camp et sur quels thèmes, Emma nous apprend qu'il est beau, séduisant, elle semble même rejeter les hommes qui ne lui conviennent pas physiquement, ceci a été un obstacle non négligeable dans ma lecture. Elle pardonne facilement à un garçon entrant dans ses critères de beauté physique (ah, le cas de Ben, son amoureux pendant des années, beau comme un Dieu, des yeux hypnotisants, qu'elle finit par dépeindre comme un imbécile, alors que le lectorat avait rectifié dès l'entrée en scène de ce beau garçon un brin immature et influençable), elle est résolument attirée par l'image physique et ce qu'elle dégage à ses yeux, ce qui par ailleurs n'apporte rien au récit et peut décrédibiliser un brin son action féministe radicale.
Emma GOLDMAN sait être vindicative, se montre nerveuse et impulsive, parfois hors de contrôle, et toujours cette obsession pour les hommes (elle a par ailleurs eu de nombreux amants) et son image publique, cette dernière pouvant sur certains passages la faire passer pour égocentrique et narcissique, elle qui pourtant a combattu sa vie durant l'injustice. Toujours du côté des opprimés, elle a parfois payé de sa personne – plusieurs fois emprisonnée -, de sa santé, se trouvant dans des situations inextricables, aux Etats-Unis comme en Russie soviétique. Il y a comme un paradoxe entre ces deux aspects : altruiste et en même temps autocentrée.
Quoi que je puisse en dire, Emma GOLDMAN reste une référence de premier ordre dans le combat anarchiste et féministe. Ce livre est une véritable bible de l'action anarchiste internationale entre 1885 et 1930 (il ne sera donc pas fait état de la montée du nazisme), il est un condensé d'histoire, de militantisme, de politique, de violence d'État. Bien sûr tout est vu avec les yeux d'Emma GODMAN, on peut, on doit ne pas être d'accord avec certains propos, il n'empêche que c'est un témoignage pointu et détaillé du début du capitalisme comme de celui du communisme autoritaire (même si là, je le répète, elle sera moins véhémente, plus nuancée et parfois contradictoire). Farci de détails en tout genre, il se lit lentement, d'autant que le bébé pèse tout de même son kilo et demi et qu'il peut être très inconfortable de le tenir longtemps en mains.
Il faut se laisser le temps de tout assimiler, de parfois éteindre sa colère (voir plus haut sur certains comportements de la femme privée). Ce livre est une bombe incendiaire, un pamphlet anti-autoritaire de haute volée, alors ne boudez pas votre plaisir, faites abstraction des passages embarrassants et devenez incollables sur la période pendant laquelle s'étendent les histoires du bouquin.
Esthétiquement, ce livre est incomparable, de toute beauté, couverture rigide et épaisse, papier et encre d'une qualité supérieure, on prend plaisir à le choyer, d'autant qu'il est agrémenté d'une préface très éclairante, de photos et portraits d'époque. Il se termine par deux index des publications, organisations et personnages rencontrés au fil des pages, il est incontournable dans le domaine. Et chanceux que je suis, il m'a été offert par une personne qui tient une grande place dans ma vie, « Vivre ma vie » c'est aussi cela.
https://deslivresrances.blogspot.fr/

Lien : https://deslivresrances.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ErnestLONDON
  18 mars 2020
Exilée après avoir fuit la Russie soviétique qui a brisé ses rêves, Emma Goldman (1869-1940) entreprend de rédiger son autobiographie, aussi copieuse que le fut son existence.
(...)
Poignant témoignage et contribution exceptionnelle à l'histoire de l'anarchisme.
Compte-rendu de lecture complet sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          212
FosterWilliam
  26 septembre 2019
Emma Goldman a sacrifié sa vie pour son idéal, son autobiographie est incroyable et ce li très bien malgré les 1104 pages vu les qualités de son écriture.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
Liberation   06 février 2019
Son autobiographie se dévore. Attentive à ne pas noyer le lecteur dans la théorie, Emma Goldman écrit dans une vibration permanente, assumant sentiments et opinions personnelles.
Lire la critique sur le site : Liberation
LeMonde   07 décembre 2018
C’est un événement. Les éditions de L’Echappée offrent pour la première fois, dans un magnifique livre rouge, la traduction intégrale de l’autobiographie d’Emma Goldman (1928), fascinant trajet de vie qui, jusqu’à présent, n’avait eu droit en France qu’à une version considérablement raccourcie.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
ErnestLONDONErnestLONDON   26 avril 2019
Vous aussi vous allez devoir apprendre que vous avez le droit de partager le pain de votre voisin. Non seulement vos voisin vous ont dépouillés de votre pain, mais ils sucent aussi votre sang. Et ils continueront à vous voler, vous, vos enfants et les enfants de vos enfants tant que vous ne vous réveillerez pas, tant que vous n’aurez pas le courage de revendiquer vos droits. Alors, allez manifester devant les palais des riches, exigez du travail. S’ils ne vous en donnent pas, exigez du pain. S’ils vous refusent les deux, prenez le pain. C’est votre droit le plus sacré ! »
Déclaration lors d’un meeting à Philadelphie qui lui vaudra une condamnation à une année de prison pour incitation à l’émeute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
stekasteka   26 novembre 2018
Vous tous, hommes et femmes, ne voyez-vous pas que l’État est votre pire ennemi ? C’est une machine qui vous broie pour préserver la classe dominante, vos maîtres. Comme des enfants naïfs, vous vous fiez à vos dirigeants politiques. Ils abusent de votre confiance pour vous vendre aussitôt au premier venu. Mais même en dehors de ces trahisons directes, vos responsables politiques font cause commune avec vos ennemis pour vous tenir en laisse, pour vous empêcher toute action directe. L’État est le pilier du capitalisme, et il est ridicule de compter sur lui pour un quelconque secours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ErnestLONDONErnestLONDON   17 mars 2020
Il me semble que cet énorme désastre aurait été impossible sans la trahison de leurs idéaux par les socialistes. En Allemagne, le parti comptait douze millions d’adhérents. Une force qui aurait pu empêcher la déclaration des hostilités ! Or, pendant un quart de siècle, les marxistes avaient inculqué aux travailleurs l’obéissance et le patriotisme, les avaient formés à se poser sur l’activité parlementaire et, surtout, à se fier aveuglément à leurs dirigeants socialistes. Depuis, la plupart de ces derniers s’étaient ralliés au kaiser ! Au lieu de faire cause commune avec le prolétariat international, ils avaient appelé les ouvriers allemands à prendre la défense de « leur » patrie, celle des déshérités et des déshonorés. Au lieu d’appeler à une grève générale afin de paralyser les préparatifs de guerre, ils avaient voté le budget de l’État destiné à financer le carnage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
ErnestLONDONErnestLONDON   18 mars 2020
La Russie soviétique est devenue la Lourdes socialiste moderne vers laquelle les aveugles et les boiteux, les sourds et les muets affluaient en quête de remèdes miraculeux. Si ces gens bercés d’illusions me faisaient pitié, je n’éprouvais que du mépris pour les autres qui étaient venus, avaient gardé les yeux ouverts et compris, mais qui néanmoins avaient été conquis.
Commenter  J’apprécie          120
ErnestLONDONErnestLONDON   18 mars 2020
Je n’avais toujours pas réussi à couper les derniers fils qui m’attachaient aux bolcheviks en tant qu’organisation révolutionnaire. Même si intellectuellement je ne les approuvais plus, j’estimais ne pas avoir le droit de les tromper délibérément alors que j’essayais encore de les disculper sentimentalement.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Emma Goldman (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emma Goldman
-Vivre ma vie, une anarchiste au temps des révolutions - Emma Goldman, l'échappée. https://www.librest.com/livres/vivre-ma-vie--une-anarchiste-au-temps-des-revolutions-emma-goldman_0-5447947_9782373090482.html?ctx=405575abf2677ae5d82fc3ef7625b7f0
autres livres classés : anarchieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1047 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre