AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Paul de Roux (Éditeur scientifique)
EAN : 9782715223806
635 pages
Éditeur : Mercure de France (13/03/2003)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :

Carlo Goldoni (1707-1793), le « Molière italien », a écrit: «On ne peut nier que je sois né sous l'influence d'une étoile comique, puisque ma vie même a été une comédie.» Ses Mémoires, rédigés directement en français et publiés à Paris en 1787, relatent cette «comédie». Son existence riche en épisodes picaresques fait entrer de plain-pied dans la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Mimeko
  16 janvier 2019
Né à Venise en 1707, Carlo Goldoni ne persévère pas dans les études de médecine comme son père mais s'oriente dans le droit grâce auquel il exercera différentes charges auprès de procureurs et de consuls dans les villes et républiques qu'il traverse - Modène, Gênes et Venise. Mais sa véritable inclination est le théâtre et les spectacles itinérants. Il y débute en écrivant des intermèdes dans ce qui était à l'époque la comédie et le théâtre de canevas. Ce dernier se caractérise par une trame connue et des personnages stéréotypés - Arlequin, Pantalon qui portent masque, valets, soubrettes, et improvisent les scènes de façon drôlatiques et exagérées dans ce canevas. Au gré des villes qu'il habite et des charges plus ou moins intenses, Goldoni écrit des ariettes, des livrets d'opéra, dépoussière des tragédies ou des comédies, qui, remises au goût du jour, lui assurent une reconnaissance dans le milieu du théâtre. Mais sa volonté de modernisation du théâtre italien se heurte à l'école traditionnelle de la comédie, et il se réfugie en France, plus ouverte où il séjournera jusqu'à sa mort en 1793.
Mémoires de M. Goldoni pour servir à l'histoire de sa vie et à celle de son théâtre sont le témoignage très riche et très vivant que Carlo Goldoni rédige entre 1785 âgé à l'époque 76 ans et 1787. de son théâtre, je ne connaissais que la Locandiera et les Deux jumeaux vénitiens et j'ai découvert la vie riche et intense de cet l'auteur. Goldoni apparaît plein de verve et de ressources pour se sortir de situations quelque fois difficiles au point de vue financier. Son réseau, son optimisme et surtout son esprit très fin lui permettent de côtoyer tous les milieux et toutes les régions d'Italie, enrichissant toujours la palette des caractères qu'il dépeint ou dont il se moque dans ses pièces de caractère écrites (par opposition au théâtre de canevas). J'ai apprécie son caractère bienveillant et humaniste, son regard moqueur pour dépeindre le comportement de ses contemporains. Il a dépoussiéré les archétypes de la commedia dell'arte en se passant des masques ou des intermèdes amusants pour rechercher un jeu plus réaliste et psychologique de ses acteurs. Même si quelquefois j'ai été perdue dans toutes les allées et venues ou les nombreux personnages évoqués, ces mémoires sont très intéressantes et enrichissantes pour mieux appréhender cet auteur brillant et spirituel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          185

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
MimekoMimeko   14 janvier 2019
Les masques, chez les Grecs et les Romains, étaient des espèces de porte-voix qui avaient été imaginés pour faire entendre les personnages dans la vaste étendue des amphithéâtres. Les passions et les sentiments n'étaient pas portés dans ce temps-là au point de délicatesse que l'on exige actuellement; on veut aujourd'hui que l'acteur ait de l'âme, et l'âme sous le masque est comme le feu sous la cendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MimekoMimeko   11 janvier 2019
Mr Grimani était l'homme du monde le plus poli; il n'avait pas cette hauteur incommode qui fait du tort aux grands, pendant qu'elle humilie les petits. Illustre par sa naissance, estimé par ses talents, il n'avait besoin que d'être aimé, et sa douceur captivait tous les cœurs.
Commenter  J’apprécie          70
MimekoMimeko   15 janvier 2019
C'est l'éducation, ce sont les différentes habitudes et les positions différentes, qui font voir les hommes du même caractère sous des aspects diversifiés.
Les femmes, par exemple, contribuent infiniment à radoucir la rudesse de leurs maris, ou à les rendre plus ridicules.
Commenter  J’apprécie          50
MimekoMimeko   12 janvier 2019
Au bout de quatre ans, il fut reçu docteur et son mécène l'envoya à Pérouse faire ses premières expériences.
Le début de mon père fut très heureux : il avait l'adresse d'éviter les maladies qu'il ne connaissait pas; il guérissait ses malades, et le docteur vénitien était fort à la mode dans ce pays-là.
Commenter  J’apprécie          40
MimekoMimeko   30 décembre 2018
Les spectacle en Italie ne sont pas proscrits par l’Église romaine, les comédiens ne sont points excommuniés; mais l'abbé Gennari soutenait que les comédies que l'on donnait alors étaient dangereuses pour les jeunes gens; il n'avait peut-être pas tort, et ma mère me défendit le spectacle.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Carlo Goldoni (18) Voir plusAjouter une vidéo

Le Roi cerf
En réaction contre Goldoni, Carlo Gozzi créa un Théâtre inspiré des conteurs publics et ses pièces sont souvent partiellement improvisées ; tel est le cas du "Roi cerf". - Au 18ème siècle dans un royaume imaginaire d'Italie, le roi Derame détient deux secrets du magicien Durandart : un buste qui rit des mensonges des femmes et une phrase magique qui permet de passer dans le corps...
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Mélanges littéraires (68)
autres livres classés : mémoiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1026 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre