AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782352871804
400 pages
Éditeur : Archipoche (27/10/2010)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 12 notes)
Résumé :
1659. Le traité des Pyrénées met fin à la guerre de 30 ans. Philippe IV, qui règne depuis 38 ans sur l'Espagne, donne en mariage à Louis XIV l'infante Marie-Thérèse, sa fille aînée. Les fêtes royales déploient leurs fastes : cortèges, défilés, réjouissances... Mêlée à ces événements, Angélique, 21 ans, vit ses premiers succès à la cour. Joffrey de Peyrac, celui qu'elle aime et qui l'adore, est inquiet de la voir si bien réussir dans cette vie mondaine. Lui-même, par... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Janelle2
  05 avril 2020
Angélique et Joffrey sont à Saint-Jean-de-Luz où le roi rassemble la cour. le traité de paix avec l'Espagne, qui mettra fin à la guerre de 30 ans, est sur le point de se signer. Louis XIV va devoir épouser l'infante d'Espagne en gage de rapprochement des deux pays. En attendant que les dernières tractations politiques se terminent la noblesse française passe le temps d'un côté et de l'autre de la frontière.
Anne Golon nous décrit en détail cette période historique intense. Trop de détails. Au détriment de l'histoire d'Angélique et de son mari. La première n'est que prétexte pour nous parler des grands de la cour de France et des événements politiques. le second est quasiment inexistant.
Cette première partie du livre s'est avérée trop longue et ennuyeuse pour moi. Beaucoup trop de détails nous sont communiqués, dignes d'un manuel d'histoire, au détriment du roman. Il m'a fallu m'accrocher pour ne pas abandonner.
Dans la deuxième partie, où la scène se déplace à Paris, la grande histoire passe au second plan et l'on retrouve les aventures de notre héroïne.
Il transparait un très grand travail, soigné et approfondi de l'auteur dont l'enthousiasme pour nous faire partager ses recherches est visible, mais qui n'est pas assez bien dosé.
Espérons que le tome suivant soit plus équilibré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
FleurCannibale
  25 août 2010
Un bon tome mais j'ai trouvé les descriptions du vaste de la cour un peu trop longues, j'aurais préféré que l'intrigue se concentre plus que Angélique que sur l'étiquette. Cependant j'ai aimé le récit (malheureusement très bref) de l'histoire d'amour de Louis XIV et de Marie Mancini, ça a été pour moi un petit plus.
Note: 17
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   24 janvier 2019
L’air était pur et lumineux comme il en est des hivers de Provence.

Le petit village de Cotignac, depuis plus d’un siècle centre d’un pèlerinage réputé, paraissait s’écouler de la falaise même, avec ses toits de tuiles roses, ses fontaines rassurantes sous le soleil vibrant, ses grottes accueillantes à la prière et la méditation. Au loin, par-delà un moutonnement de collines et de plaines, on avait parfois l’illusion de discerner, mêlé au bleu du ciel, l’azur de la Méditerranée.

Au pied de la falaise aux couleurs changeantes, la reine Anne d’Autriche sa mère, dans l’église agenouillée, revivait les moments d’angoisse et d’espérance qu’elle avait traversés vingt-deux années plus tôt, épouse partagée entre le royaume de son mari le roi Louis XIII et l’Espagne de ses deux frères : Philippe IV et le cardinal-infant Ferdinand, ennemis déclarés de la France.

La malédiction de sa stérilité l’accablait alors, après plus de vingt années d’une union sans charme où le spectre de la répudiation sans cesse brandi par l’intolérant cardinal de Richelieu dont elle dérangeait les plans politiques avait transformé les jours de sa vie en cauchemar, à elle, femme jeune et belle encore, reine de France abandonnée de tous. Elle n’avait eu d’alternative pour survivre que de se laisser porter par la Foi et l’Espérance. C’était l’instant suprême où seule apparaissait pour la sauver l’intervention de Dieu, où seuls les « mystiques » avaient pu relever son courage. Au cours des années, dans sa grande détresse, eux seuls avaient pu soutenir cette femme affligée, la pauvre reine de France Anne d’Autriche, vivant dans l’anxiété perpétuelle de ne point devenir mère.

Seules ces humbles et pieuses voix chuchotant, murmurant avec tendresse et conviction la promesse divine, lui avaient rendu force et confiance en elle-même et en son corps menacé du pire échec à infliger à une femme, et qui la rejetait vivante hors de la vie : la stérilité.

Les mystiques et leur chaleureuse charité, celle même de Dieu sur terre, par leurs voix ferventes qui s’élevaient de couvents discrets, de pèlerinages méconnus sans autre ambition que de transmettre le message divin, l’avaient consolée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FleurCannibaleFleurCannibale   02 juin 2010
_Avez-vous bien compris le tour qu'il nous a joué, quand il nous a quitté sous prétexte de son passage dans la région pour aller inspecter le port de La Rochelle? J'ai été informée. Après la visite rapide de un ou deux navires, il s'est rendu à Brouages.
_Elle n'y était plus pourtant!...
_Marie? En effet elle n'y était plus et il le savait. Et c'est bien pire. Il voulait revoir la maison où elle avait habité, s'étendre dans le lit où elle avait dormi. Et il a pleuré toute la nuit.
Elles soupirèrent encore.
_C'est bien dure loi que celle de l'amour, dit Mademoiselle.
_Mieux vaut n'en rien connaître, dit la reine mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CielvariableCielvariable   24 janvier 2019
Ces secrets, celui du roi et de Marie, et celui du cardinal Mazarin qui commençait avec la plus grande prudence des pourparlers lourds de conséquences, demeurèrent longtemps cachés.

Ils explosèrent ensemble à l’occasion de la visite au Louvre – premières prémices de cette paix tant annoncée – d’un adversaire espagnol qui avait connu la défaite à la dernière bataille des Dunes, et qui se présentait pour saluer sa tante, la reine Anne d’Autriche.

Il s’agissait de don Juan José d’Autriche, fils naturel de Philippe IV que celui-ci avait eu avec une comédienne.

La reine Anne ne put s’empêcher d’accueillir ce « neveu » qui avait beaucoup de prestance, parlait admirablement et qui lui faisait espérer qu’un jour elle allait pouvoir retrouver son frère bien-aimé, le roi Philippe IV

Il fut de toutes les fêtes.

Mais le drame éclata. Par une indiscrétion de la suite de don Juan, le roman d’amour entre le roi et Marie de Mancini fut révélé.

Le Roi alla aussitôt trouver le cardinal qui était son parrain et son protecteur depuis sa petite enfance, et l’avertit, croyant avoir choisi le prétexte qui ferait céder l’obstacle qu’il redoutait, qu’il ne saurait mieux le remercier de ses services qu’en lui demandant l’autorisation d’épouser sa nièce Marie de Mancini.

Si ambitieux qu’il fût pour le bon établissement de sa famille, le projet ne pouvait se présenter plus catastrophique pour Mazarin, alors qu’il ouvrait des négociations destinées à mettre fin à la guerre franco-espagnole, laquelle depuis plus de dix ans, soutenue par Condé le traître, ruinait la France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   24 janvier 2019
Enfin, il y en avait des pages et des pages ! Presque griffées et déchirées par des plumes rageuses et suppliantes que « l’ordinaire » – les cavaliers de la poste quotidienne – mais aussi des courriers réquisitionnés dans l’instant portaient au galop, partant en tous sens à travers le royaume. Cette année-là du Languedoc à la Provence, puis Paris, La Rochelle, Brouage en Vendée, Bordeaux et à nouveau le Languedoc, la Provence, les coursiers lancèrent partout des cris de panique.

Cris d’amour, cris de reproche, protestations d’amour, adieux déchirants, reproches, appels au devoir des rois responsables des peuples.

De sa nièce, Mazarin, ne cessait de rabattre les mérites.

« Sire, elle est fausse et ne cherche qu’à se venger de moi en retenant votre attention... »

Ce qui irritait Louis XIV et le rendait plus virulent encore pour la défense de celle qu’il aimait et qui ravissait tout son être. Marie ! Marie ! Elle avait fait entrer la lumière dans son existence inquiète.

La crainte montait, car Louis et Marie séparés ne cessaient de correspondre, et il était impossible que les échos de leur passion aberrante ne parvinssent pas jusqu’aux rives où dans les brumes marines de la Bidassoa Mazarin se débattait avec le coriace don Luis de Haro.

S’infiltrait le soupçon d’une impardonnable insulte faite au roi d’Espagne dont la fille, l’infante Marie-Thérèse, était mise en balance dans l’acceptation d’un roi, avec une obscure Italienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Anne Golon (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Golon
Anne Golon - La victoire d'Angélique (1985)
autres livres classés : louis xivVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Angélique.........mais vos yeux ?!

L’histoire d’Angélique et de son mari se passe sous le règne de

Louis XIII
Louis XIII et Louis XIV
Louis XIV
Louis XVI

15 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Anne GolonCréer un quiz sur ce livre