AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9781670327574
202 pages
Éditeur : Auto édition (01/12/2019)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Tania partage sa vie avec Romain et leur petit garçon. Elle exerce sa profession de conseillère conjugale au Planning 75 et lutte au quotidien contre les violences faites aux femmes. Tous les jours, elle prend le train pour se rendre au travail. Depuis quelque temps, dans son wagon, elle est troublée par un homme qui la regarde avec insistance. Alors qu'elle lutte contre la violence de son désir pour lui, elle ne sait pas encore qu'une violence plus vaste, comme une... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Cath_perrin
  10 juillet 2020
Certes, la vie de Tania, entre son mari, son fils et son travail, ronronne un peu, mais elle est heureuse. Elle est d'ailleurs bien placée pour reconnaître la chance qu'elle a de faire partie de cette famille-là. Son enfance l'a conduite à son métier, conseillère conjugale. Elle tente d'aider des couples désunis, parfois des femmes battues.
D'instinct, Tania comprend que l'homme rencontré dans le train est dangereux. Malgré (ou à cause de) ça, elle est irrésistiblement attirée. Et comme chacun sait, s'il est un cas où les raisonnements logiques ne servent à rien…
Elle succombe pourtant à l'homme du train.
Une histoire contemporaine portée par une belle écriture. J'ai regretté un manque de description, mais les personnages, complexes, et l'intrigue m'ont entraînée.

Lien : https://dequoilire.com/lhomm..
Commenter  J’apprécie          270
bornetevelyne
  11 novembre 2020
Il a suffit d'un regard pour tout envoyer valdinguer..
Fracassées au sol, les années de paisibilité animées de certitudes.
Elle a déraillé...
Elle a dérouillé aussi!
La chute vertigineuse de l'attirance et de l'horreur.
Ejectée dans cet autre "moi" qu'elle ne connait pas, elle ne se reconnait pas.
Ca vous est déjà arrivé?
L'attraction fatale, l'ascension vers l'obsession, la pulsion bestiale , la passion à double fond.
Cette chimie des peaux qui bouillonne un peu trop et qui monte à la tête.
Là où chaque pore réclame à satiété sa dose de plaisir explosé.
Elle oui..
Enchaînée , le jugement altéré , il a su pointer sur la zone intouchée , là où même le fantasme est outré.
Tant d'inassouvis inconscients ont rendu le besoin ..nécessité..
Toute tentative d'y résister était vaine et torturante.
L'orage infernal a tout ravagé et moi dans son onde noire au rythme effréné , je me suis remplie d'une complexité, d'une perplexité presque familière.
Comment vous l'expliquer?
Certaines choses n'ont pas besoin d'être nommées pour exister.
Elles sont et c'est ainsi.
"Son malaise grandit.
C'est violent .
C'est révoltant.
Elle a aimé ce regard.
Ce regard l'a traversée et elle y a pris du plaisir.
Un malaise l'étreint . Des palpitations.
Une pointe au milieu du ventre.
Cette vision , elle y pense comme le festin d'un prédateur"

Il s'en faut parfois de peu pour perdre la raison.
Un message libéré , une compatibilité devinée et tout est aligné pour nous renverser.
Nos attirances sont elles des rappels de nos expériences passées?
Comment sont elles activées?
Sommes nous toujours à même de les libérer?
Sonnent elles comme une dangerosité?
Devons nous les intégrer en possibilités afin de ne pas s'en effrayer?
Céder, n'est ni bien ni mal c'est juste l'inconscient qui parle et parfois le bien passe par cette tangente.
Parfois il faut fréquenter les bas fonds pour se retrouver.
Se dégoûter, se détester , regretter , se racheter et prendre le chemin de la résilience.
Expier ce qui est emprisonné et se libérer, ne pas juger, juste accompagner..

C'est ainsi que je découvre la plume résonnante, intelligente et percutante de l'auteure.
Laure Gombault est coordinatrice culturelle pour des bibliothèques normandes , en 2018 elle publie son premier roman "Un verre avec toi" aux Editions Auzas.
Son second roman "Louise sous emprise" est disponible sur Les Editions du Net et le troisième 
"Les interdites" est autoédité sur Librinova.

L'HISTOIRE
Tania est une femme fragile qui a réussi à installer une tranquille harmonie dans sa vie.
Elle est conseillère conjugale , métier qu'elle n'a pas choisi par hasard mais qui s'est plutôt imposé à elle en intime évidence comme pour exorciser un passé , une enfance secouée que vous découvrirez au fil de la lecture.
Elle est mariée à Romain qui a su l'apaiser , lui donner la confiance qui lui manquait tant;
Ensemble ils ont un fils Hugo , ce petit trio mène une existence ordinaire , un peu ballottée par des conditions de travail qui ne laisse plus guère le temps à la fantaisie , à l'imprévu..
Une rengaine s'étale mais Tania semble s'en être accommodée jusqu'au jour où...
Elle prend le train chaque matin pour aller travailler, des trajets fardeaux , qui lui grignotent un peu trop de son temps...mais enfin...
Un matin , une étrange présence l'exhume de sa routine infernale.
Un homme qui la dévisage un peu trop, un peu trop puissant aussi le regard..
Un fascination malsaine, sans interdit la submerge , la mécanique violente d'une attraction démesurée s'était mise en marche.
Non seulement elle va se perdre mais elle vient aussi de mettre les pieds dans un vaste réseau de prostitution, l'étrange de l'histoire c'est que chaque étape va la ramener petit à petit à elle même , va lui apporter les réflexions et les réponses dont elles avaient désespérément besoin sans le savoir....
Une thérapie sur le chemin de la folie..
LES PERSONNAGES
Laure Gombault nous présente un personnage à la psychologie transparente.
Le personnage de Tania nous est livré sans demi mesures.
Pas de fausse pudeur , aucune retenue , des pensées et un comportement éhonté nous tirent au fin fond de son expérience interdite .
Tania est vraie , sans filtre , elle se raconte avec sincérité et clairvoyance.
L'affrontement de ses deux  "moi" est très justement mis en exergue et c'est à un vrai combat intérieur que l'on assiste , c'est immersif et chacun peut s'y voir .
D'ailleurs secrètement qui n'a pas vécu une attirance inexpliquée , divulguée ou secrète...
C'est sans peine que mes ressentis se sont délicatement calqués aux siens et il en sera de même pour vous.

L'homme du train aussi est superbement représenté, manipulateur, charismatique, beau il affiche à la fois la prestance et l'indifférence , il ne parle pas, nos deux protagonistes ne s'exprimeront que par leurs regards et leurs ébats violents.
Ceux là ont une douleur en commun presque aussi dévastatrice que leur rencontre.

L'INTRIGUE
Deux intrigues se distinguent.
L'intrigue psychologique et celle du parcours de l'histoire.
Toutes deux sont bien ficelées , préservées même si j'ai estimé certaines scènes un peu tronquées dans leur crédibilité.
J'ajouterais également que la gravité et le côté dramatique de la première partie de lecture contraste assez avec la fin , j'ai été un peu décontenancée par cette légèreté.
La dernière réplique de Tania m'a bien fait sourire...

LES THEMES
Trois thèmes principaux sont à retenir
-La violence faite aux femmes
-La résilience
-La complexité des liens entre les êtres

LA PLUME DE L'AUTEUR
Laure Gombault  a une plume libératrice, impactante et percutante .
Les phrases sont courtes et très ponctuées ce qui confère à la lecture une vraie force de frappe.
En revanche j'ai moins aime la construction du livre que j'ai trouvé un peu anarchique par le manque de chapitres marqués et la mise en place d'espaces aléatoires et souvent différent.
Le vocabulaire est franc , tantôt très élaboré tantôt très cru et j'ai apprécié ce contraste qui donne un relief très vivant au récit et qui est par ailleurs tout à fait justifié .
Le sens du détail et les descriptifs sont réussis.
Le style est ciselé d'un aspect brut que j'ai forcément aimé.
Un vrai style littéraire.

PASSAGE
"Et elle , d'abord fuyante , puis de plus en plus active répondant à ses provocations .
Elle ne se reconnaissait pas.
Elle adorait ça et en même temps elle se détestait.
Elle ne savait pas à quoi ça rimait mais elle l'espérait maintenant , dans leur wagon.
L'homme du train avait tout rempli . Ses jours. Ses nuits.
Un voyage sans escales."

Un thriller psychologique addictif , bien construit, aux thèmes d'actualité.
Un e lecture et un style à découvrir mais attention ...
La prochaine fois que vous prendrez le train , tâchez d'oublier cette histoire!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alapagedeslivres
  08 mars 2020
Voici le troisième roman que j'évalue dans le cadre du Jury des lecteurs Libronova.
C'est une agréable découverte. le résumé est attrayant, la couverture comme le titre sont attractifs. Les premiers pas dans le livre sont prometteurs et je ne suis pas déçue par ma lecture. Une seule journée m'a suffi pour en venir à bout. J'étais bien curieuse de lire la destinée de Tania.
L'héroïne est une jeune femme, mariée et aimante, mère d'un petit garçon Hugo. Elle a construit sa vie après une enfance bouleversée par un père violent envers son épouse, sa maman. Afin de protéger la gente féminine, Tania se dévoue au « sexe faible » et aide ses prochaines à s'affranchir de la maltraitance conjugale.
Elle rencontre l'homme du train, un homme mystérieux qui lui glisse des oeillades aguichantes et prometteuses auxquelles Tania succombe aveuglément. A partir de cet instant, sa vie est déséquilibrée. Pire, elle succombe au magnétisme et à l'autorité de cet inconnu, glissant dans la peau de la femme victime.
Laure GOMBAULT a une plume efficace. Aucun chapitre ne cloisonne les évènements. Je passe d'une scène à l'autre grâce à des sauts de ligne. Cela ne m'a pas dérangée.
Le personnage de Tania est assez bien caractérisé. Celui de Romain, personnage secondaire, est aussi esquissé avec efficacité. Quant à l'homme du train, le premier abord est séduisant mais il cache son vrai visage… Au cours de l'aventure, il se dévoile. J'aurais aimé plus de nuances et un parcours moins connu. Ce personnage, nous l'avons tous déjà rencontré avec ses spectres classiques. J'imagine que l'auteure aurait pu le rendre unique avec des actes et des actions au coeur même du roman. J'ai eu l'impression qu'il subissait son passé et que le présent lui était fatal.
Sarah M. est un personnage ambivalent, de part sa situation familiale et sa vie de couple. Elle est victime de son mari violent. Elle évolue et devient forte et conquérante. Par contre, je l'ai trouvé non aboutie dans son désir, en tant que femme, surtout dans la dernière partie de l'histoire. Ses motivations se sont un peu floutées. Son compagnon (et ami) a échappé à ma compréhension : si l'histoire se poursuivait, quel choix aurait-il effectué concernant Sarah ? Qu'attendait Sarah de lui sur le long terme ?
La chute du roman est la continuité attendue, positive pour ces femmes. Un dernier retournement aurait-il été possible pour notre plus grand plaisir de lecture l'histoire de nous surprendre ?
Conclusion : Ce roman est intrigant et intéressant. Il est abouti. L'auteure mène efficacement ses personnages là où elle le souhaite. L'homme du train mérite d'être remarqué pour être amélioré, encore, sur de petits détails, aboutissement qui pourrait le propulser vers un lectorat plus convaincu et plus nombreux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
antalmos
  18 octobre 2020
La force de ce roman est qu'il traite de sujets hélas toujours d'actualité et donnent une authenticité à ce récit où de nombreuses personnes peuvent se reconnaître : la violence faite aux femmes. Mais ne vous fiez pas à la taille du livre, il se passe beaucoup de choses dans ce roman de 104 pages de Laure Gombault que j'ai dévoré.
De son statut de conseillère conjugale où l'héroïne, Tania, vient en aide aux femmes battues, à la rencontre de l'homme du train qui va bouleverser sa vie, jusqu'au dénouement inattendu et surprenant, le lecteur est happé par la plume fluide et précise de l'auteure et n'a qu'une seule envie : tourner les pages pour savoir comment tout cela va se terminer.
On suit d'abord en parallèle le parcours de deux femmes, Sarah et Tania, dont le destin va tisser des liens étroits entre elles. Sarah subit les violences de son mari et prend sur elle pour ne pas le quitter et consulte régulièrement Tania qui comprend mieux que personne ce qu'elle ressent pour avoir elle-même souffert étant petite de la violence faite sur sa mère par son père.
Grâce à elle, Sarah va trouver la force de se libérer de l'emprise de son mari. Mais Tania, au cours de ses déplacements en train dans le cadre de son travail, va faire peu à peu la connaissance d'un homme qui la trouble au point de vouloir lui céder. Elle ne sait pas encore que cet homme, qu'elle baptisera dans un premier temps "l'homme du train" et qui obsède ses pensées, va provoquer un tsunami dans sa vie, embarquant avec elle dans la tourmente son mari, Romain, et son fils, Hugo.
J'ai adoré ce roman qui, construit comme un thriller pour mon plus grand plaisir, retrace avant tout le combat de femmes qui luttent pour se défaire de la domination d'hommes sans scrupules, manipulateurs et violents.
En résumé, "L'homme du train" de Laure Gombault est une belle réussite et j'en recommande vivement la lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CelineFIQUET35
  17 août 2020
Un style très fluide, une très belle écriture, très agréable à lire. L'intrigue est extrêmement bien construite. A l'instar d'un thriller on est embarqués dès les premières pages, l'histoire est intrigante, passionnante, les rebondissements sont riches, on se laisse surprendre. La psychologie des personnages est détaillée, fine, subtile. L'univers est sombre mais les personnages irradient d'une lumière alimentée par une véritable quête intérieure. le personnage de Tania sous influence, tourmenté, se débat admirablement avec ses démons, ses combats intérieurs et en ressort grandi en embarquant les personnages de Sarah et Katia et Sandrine et Romain dans son sillage, dans son désir de justice, dans sa lumière. Ce roman est une grande réussite, je l'ai adoré et dévoré. J'encourage les lecteurs à découvrir l'univers fort et riche de Laure Gombault très axé sur la quête de soi, l'analyse fine et subtile des méandres psychologiques dans lesquels se débattent ses personnages.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
antalmosantalmos   18 octobre 2020
Il est là. Elle le baptise l’homme du train, comme un compagnon de voyage. Depuis peu, elle l’observe davantage. Il a toujours son Smartphone greffé à l’oreille. Elle déteste ces objets connectés qui ont poussé comme des verrues sur toutes les mains et elle étudie ces cous penchés qui s’extraient de la lumière et des êtres, un autisme généralisé.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : violenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1975 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre