AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782234006645
310 pages
Stock (22/03/1977)
4.3/5   132 notes
Résumé :
A soixante quinze ans Ana Non ferme la porte derrière elle pour entreprendre un fabuleux voyage : elle va ,en marchant, aller embrasser son fils en prison ; voyage vers le nord de l'Espagne, voyage d'amour et de mort, d'initiation et de connaissance.
Avec Anna Non, Agustin Gomez-Arcos, dont le talent avait déjà été reconnu dans son premier roman : "L'agneau carnivore, nous offre l'un des plus beaux personnages de femme de la littérature contemporaine. "Ana No... >Voir plus
Que lire après Ana nonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
4,3

sur 132 notes
5
11 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Petite. Noire. Pauvre. Vieille. Seule.
Comme un Roi Mage , elle serre sur son coeur une offrande: un pain aux amandes, huilé, anisé, fortement sucré- on dirait un gâteau, dit-elle.

Guerrière casquée de chagrin, mater dolorosa sans prière, coccinelle têtue sur la grand' route du destin, Ana Paücha marche. le baiser furieux du soleil, la morsure sauvage des pierres, les cailloux qu'on lui jette au passage, les mains brutales qui l'immobilisent , parfois, ou qui la chassent, toujours, rien ne l'arrête : elle suit obstinément les traverses du chemin de fer.

Vers le Nord. Vers la Mort. Elles ont rendez-vous, toutes les deux.

Mais d'abord, elle doit voir le petit et lui donner son pain aux amandes, huilé, anisé, fortement sucré- un vrai gâteau, dit-elle. Elle marche vers la prison où est enfermé, depuis 30 ans, le petit, son dernier fils. le petit… Il doit avoir cinquante ans. La guerre le lui a pris vivant celui-là, comme elle a pris, et tué, ses trois autres hommes, son mari et ses deux fils aînés.

Loin des libres routes de la mer, loin des vagues vineuses et des barques de pêche aux filets bariolés. Loin de la barque abandonnée qui porte son nom: Ana- la --joie -du - retour.

Elle n'est plus rien, Ana. Elle n'a plus rien, Ana Paücha. Même son nom s'évapore dans le soleil brûlant, se perd dans la poussière du ballast. Rien d'autre qu'Ana non.

Parfois une chienne galeuse, un aveugle qui chante l'égalité, un cirque pouilleux partagent sa route. Mais partager c'est éprouver encore plus durement la solitude quand, immanquablement, on la retrouve, très vite, très brutalement au détour du chemin.

Parfois elle croise aussi les fêtes barbares de ceux qui ont gagné la guerre- aye, cette terrible guerre civile espagnole . Fête ostentatoire de la charité, où les riches s'offrent le luxe d'honorer un jour, un jour seulement, les misérables qu'ils chassent tous les jours de leurs églises pavoisées. Valle de los Caidos où, sous la croix énorme, se dresse la crypte des Tombés et où pas un nom ne parle de sa souffrance à elle, de ses Tombés à elle. Et enfin, manifestation mercenaire d'un soutien populaire factice au Vieux Vainqueur, gâteux, mais tenant toujours sous sa griffe sa «Patrie » schizophrène..

Fêtes barbares de l'or, du sabre et du goupillon, où on tente de l'enrôler, elle, la fourmi noire, minuscule , misérable, irréductible et si forte. Ana la rouge. Ana non

Ana non qui a toujours contre elle ce pain aux amandes, huilé, anisé, fortement sucré- même s'il ressemble de moins en moins à un gâteau, trouve-t-elle.

Et nous, nous attachons nos pas à ses pas, pleurons quand on lui arrache ceux qui, très rares, lui apportent un peu de bien-être ou de joie.

Ah ! si seulement nous pouvions donner à ses pieds martyrisés les caresses de l'eau, à son coeur affamé la chaleur parfumée d'une grillade sur la braise , le réconfort du café chaud, à sa mémoire blessée l'ivresse oublieuse du vin, à ses vieilles épaules l'enveloppante douceur d'un châle de laine …

Ah ! la prendre dans nos bras, la bercer, la consoler, cette vieille Ana non, qui serre sur son ventre vide un pain aux amandes, huilé, anisé, fortement sucré, qui n'a plus rien d'un gâteau, maintenant, dit-elle.

Je n'ai pas pu faire une critique de ce livre bouleversant, unique et puissant, écrit directement en français par son auteur- et Prix Inter en son temps- Je n'ai pu que dire mon émotion, essayer de rendre un faible écho de la puissance de sa langue et de ses images.

Non, Ana non ne me sortira jamais du coeur, de la tête, de la mémoire.

Elle y marchera encore longtemps, toute droite, et fière, et seule, avec son pain aux amandes…

Huilé, anisé , fortement sucré - un gâteau de l'âme ou de larmes, je dirais…
Commenter  J’apprécie          4713
CIEL ! Qu'est-ce que je vois ? Comment est-ce possible ? Je n'ai pas encore donné un avis sur Ana non, le livre le plus beau, le plus poignant, le plus émouvant, dramatique, inouï, le livre le plus humain, sublime, cruel, le livre que je garde toujours au coeur depuis plus de 35 ans, l'inoubliable Ana non, Ana Paücha !! Miséricorde !

Histoire d'amour, viscéral, animal, amour de Mère. Ana est vieille, son mari et ses deux fils aînés sont morts à la guerre et son petit dernier est emprisonné à l'autre bout de l'Espagne depuis la fin de la guerre. Sentant sa mort prochaine elle décide d'aller l'embrasser une dernière fois. Elle prépare pour lui un « pain aux amandes, huilé, anisé, fortement sucré, un vrai gâteau » (cette appellation revient sans cesse tout au long du livre comme un leitmotiv…toutes les fois qu'elle le vérifie sur son ventre ..), ferme sa maison et s'en va, suivant la voie ferrée et commence un long voyage, une errance plutôt, car peu à peu, le voyage initiatique et libérateur se transforme en dépouillement, du dépouillement en dégénérescence, en indignité, de l'indignité à la survie, de la survie à la place vitale, jusqu'au rien…, au non. Ana Non.

Ce roman parle aussi que dis-je ,est aussi ,l'histoire de la guerre d'Espagne, en toile de fond mais j'avoue qu'à l'époque, il y a plus de 35 ans de cela, mon jeune âge et mon ignorance n'ont pu en comprendre l'importance …. Sans doute Ana en était-elle une sorte de symbole, de déchéance, de broyage…. Mais j'avoue qu'à l'époque bien qu'ayant pressentie cette dimension j'étais bien incapable de la mesurer. Mais quelle force tout de même qui m'a fait ne serait qu'en en percevoir la portée …

Enfin bref, pour tout dire, je me vois, et vous me voyez bien, embarrassée pour parler intelligemment de ce roman lu il y a fort longtemps, à une époque où je ne disposais pas peut être de toutes les clés pour en comprendre tout le sens et la portée, mais qui pour autant reste et restera celui qui, je ne dirais pas m'a le plus apporté, mais m'a le plus ébranlée au sens humain, et qui, en un mot m'a pris aux tripes quoi !

C'est pourquoi aussi je suis chagrine de voir qu'il y a à peine une centaine de babeliotes qui le comptent dans leur bibliothèque… et parmi eux une pincée d'avis, un tel chef d'oeuvre, j'avoue ne pas comprendre…..
Aussi j'aimerais vous faire ce cadeau de Noël : vous faire lire ce livre et vous offrir ce « pain aux amandes, huilé, anisé, fortement sucré, un vrai gâteau » !
dont je sais que la saveur vous restera en bouche et ne vous quittera plus pour de longues années.
Commenter  J’apprécie          396
« Ana Non », l'Andalouse…

« Ana » non, c'est l'histoire d'une vieille femme. Une vieille femme, ana Paücha, qui s'est elle même surnommée Ana Non par négation de sa vie antérieure…Elle est veuve et la vie lui a déjà enlevé deux de ses fils à la guerre ; le troisième croupit en prison pour un bail, dans l'Espagne des années soixante, celle de Franco.
Ana décide de fermer sa porte derrière elle et d'entreprendre son dernier voyage : à plus de soixante dix ans, elle décide de traverser l'Espagne du sud au nord pour aller embrasser son fils incarcéré avant le passage de la faucheuse qu'elle sent imminent.

« Ana Non », un texte puissant, bouleversant, attachant… comme cette vieille femme qui entreprend comme un voyage initiatique alors que « le vent du soir vient de se lever »…Remarquable.

Commenter  J’apprécie          400
Il s'agit là d'une histoire très dure, d'un récit très déprimant. Tout est réuni, l'évocation de la guerre civile espagnole, avec son lot de fosses communes ou de prisons, la vieillesse, une indigence extrême, la solitude, un but aussi : traverser l'Espagne du Sud au Nord, afin de rendre visite à un fils incarcéré parce qu'il est communiste, lui porter un gâteau préparé avec soin à la maison, et en finir avec la vie... c'est ce qu'envisage Ana Non, andalouse de 75 ans, femme de la mer qui part, avec quelques sous en poche, à pieds en suivant une voie de chemin de fer... Voyage qui dure des mois et qui est source de rencontres voire d'amitiés.
Un roman qui ne peut pas laisser le lecteur indifférent... Bien écrit, sujet intéressant, mais descriptions souvent difficiles à lire, j'ai d'ailleurs songé à renoncer.
Ce n'est pas un coup de coeur, car c'est un livre trop rude, mais c'est un roman que je n'oublierai pas.
Commenter  J’apprécie          262
Une guerre, c'est toujours une fin du monde pour quelqu'un. Souvent même c'est une fin du monde qui se prolonge longtemps après, surtout pour une mère.
"Ana Non" est un portrait de femme inoubliable. La littérature n'en manque pas, pourtant de ces femmes dont la personnalité attire l'attention (en bien ou en mal, d'ailleurs) : de la Maheude ("Germinal" d'Emile Zola) à Pilar ("Pour qui sonne le glas" d'Ernest Hemingway), de Madame Lepic ("Poil de carotte" de Jules Renard) à Folcoche ("Vipère au poing" d'Hervé Bazin), de Pélaguée Nilovna Vlassova ("La Mère" de Maxime Gorki) à Augustine Pagnol ("Le château de ma mère" de Marcel Pagnol), en passant par Mina Kacew ("La Promesse de l'aube" de Romain Gary) ou Louise Judith Cohen ("Le Livre de ma mère" d'Albert Cohen)...
Ana Paucha, essentiellement est une mère. Dans une autre vie elle a été à la fois femme, épouse et mère. Mais la guerre d'Espagne est passée par là. Elle lui a pris son mari et deux de ses fils. La guerre est finie, mais les bourreaux sont toujours là. le troisième fils, le dernier, le petit, est en prison quelque part dans le Nord. Il est tout ce qui lui reste. Maintenant elle n'est plus qu'une vieille mère de soixante-quinze ans. Alors quoi ? On laisse tomber ? Non. Non, et encore non, elle ne va pas leur faire ce plaisir, à eux les bourreaux , les assassins, ni à lui, ce Dieu qui tourne le dos aux pauvres gens. Elle dit non, elle s'appelle Non, Ana Non. Et avant de mourir, elle décide d'aller embrasser son petit, là-haut, dans le Nord, et de lui apporter son gâteau préféré, un pain aux amandes. La route est longue, dure, douloureuse, dangereuse... Elle se trouve une compagne de route, une chienne qui est comme elle vieille et rejetée de partout, et des rencontres de chemin qui la laissent à chaque fois un peu plus seule, un peu plus vieille, un peu plus désemparée, mais pas moins motivée ...
"Ana Non" est l'histoire d'une obstination. Comme Antigone, si on veut, mais encore plus viscéral : Antigone n'était pas mère. Ana Paücha l'a été trois fois. Sa volonté naît dans sa tête, mais aussi de ses tripes. Est-ce de l'amour ? Est-ce de la haine ? A ce stade l'un et l'autre se mêlent, son petit incarne tout l'amour de sa vie, présent et passé, celui de sa famille, de son mari, de ses fils perdus... la prison qui le retient prisonnier est l'image de l'abomination représentée par ce petit homme replet et abject qui se fait appeler Caudillo...
Et nous que pouvons-nous faire ? Nous marchons avec elle, nous souffrons avec elle, nous pleurons avec elle, parce que sa douleur nous la comprenons avec beaucoup de compassion, mais nous ne pouvons pas la partager, si grande est sa solitude. "Ana non" est un roman bouleversant, par l'émotion profonde qu'il déclenche chez le lecteur, et aussi par ce sentiment de terrible impuissance qu'on a parfois devant le malheur.
Ana Non, son visage ridé, ses yeux fixés obstinément au-delà de l'horizon, ses mains crispées sur son maigre bagage et son gâteau qui s'effrite un peu plus à chaque kilomètre, Ana Non vous poursuivra encore longtemps, bien après que vous ayez refermé le livre.
Commenter  J’apprécie          112

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
La neige se remet à tomber, sereine, fidèle, enveloppant dans son suaire le cadavre d’une femme nommée Ana Paücha, soixante et quinze ans, qui fut épouse, mère et veuve de quatre hommes Paücha, fauchés par la guerre civile espagnole et ses prisons de la haine. Nulle pierre tombale ne perpétue ces cinq noms :
Ana Paücha
Pedro Paücha
Jose Paücha
Juan Paücha
Jesus Paücha dit le « petit »
Nul œil ne les pleure.
Nul mémoire n’en garde trace.
Ce ne sont que les noms de cinq saints sans église. Des anti-noms.
Des non.
Commenter  J’apprécie          270
La main qu'elle tend vers la charité n'est pas sa main. Caressée par les mains fortes de son mari, elle avait mis au monde trois autres paires de mains, fortes elles aussi, qui auraient su toujours porter à sa bouche le pain du travail, garnir ses poches de l'argent nécessaire pour se procurer le feu et les chaussures, le lit de la nuit et la lumière du jour. Mais la guerre a amputé ces prodigues mains d'hommes. La main qu'elle tend maintenant lui a été greffée par la guerre. La fière Ana non n'a pas une âme de mendiante. Sans cette amputation sa main aurait continué de confectionner les filets pour ses hommes de mer.
Commenter  J’apprécie          230
Ma solitude, c'est quatre lits où s'épanouissaient quatre corps d'hommes, jadis. Vides, les lits. Morts, les hommes. Ma solitude, c'est une barque blessée dans son corps , qui se dessèche au bord de la mer, barque désertée que n'accueille plus le salut des mouettes tous les petits matins de la joie du retour. Ma solitude, c'est ce nom heureux que je ne pourrai pas donner à mes petits-enfants, morts avant d'être nés. Ma solitude, c'est ce nom de grand-mère que je n'entendrai jamais, sauf dans le trou noir de mes rêves.
Commenter  J’apprécie          190
Ana Paücha mange son casse-croûte et ne se mêle pas à la conversation. Elle se sent étrangère aux choses de la terre. Elle est femme de mer. Même à moitié endormie, elle pourrait indiquer les meilleurs moments pour pêcher les écrevisses, récolter les algues grasses pour nourrir les cochons, ramasser des grappes de pouces-pieds qu'on cuit arrosés de vin blanc, chercher des bouts de corail polis par les vagues. Elle connaît tous les secrets de la mer, mais aucun de la terre. Elle peut prévoir l'approche de la tempête par le rire hystérique des mouettes, mais le sifflement moqueur du merle au bec jaune ne lui apprend rien. Le ventre plein, elle se laisse aller au sommeil.
Commenter  J’apprécie          100
Dans une poche pratiquée dans la housse de sa guitare, l'infirme transporte un livre. Compagnon de guerre, de route de vie. Un livre de poèmes qu'il ne peut plus lire. Il le sait par coeur. Ce sont les mots de ce livre qu'il apprend à Ana non. Il l'ouvre à une page que ses doigts reconnaissent avec précision, l'élève comme une hostie du verbe à la hauteur de ses yeux aveugles, chaque geste au ralenti comme s'il s'agissait d'un rite, et lit, pour qu'Anna Paücha apprenne :

Sur le vieil orme
Fendu par la foudre, pourri à moitié
Par les pluies d'avril et le soleil de mai,
Des feuilles nouvelles ont poussé.

"Ecris maintenant, petite. Ecris Sur, S, u, r."
Avec son bâton pointu, il dessine sur la terre la brève silhouette des lettres. Ana suit. Il dessine encore un mot. Puis un autre. Tout le poème. Ana suit.

Sur l'antique terre calcinée du plateau de la Manche, où Don Quichotte et Sancho définirent à jamais l'angoisse du pays, Ana Paücha dessine lettre à lettre, mot à mot, le portrait de sa mort. De sa naissance.
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : espagneVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (313) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3100 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..