AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Reine rouge (Juan Gómez-Jurado) tome 1 sur 2

Judith Vernant (Traducteur)
EAN : 9782266329392
560 pages
Pocket (12/01/2023)
4.02/5   399 notes
Résumé :
Antonia Scott est spéciale. Très spéciale. Ni flic ni criminologue, elle n'a jamais porté d'arme ni d'insigne, et pourtant, elle a résolu des dizaines d'affaires criminelles. Avant de tout arrêter. Depuis un tragique accident, Antonia se terre dans un appartement vide et n'aspire qu'à une chose : la tranquillité. C'était compter sans l'inspecteur Jon Gutiérrez. Missionné pour lui faire reprendre du service, il parvient à la convaincre d'étudier un dernier dossier, c... >Voir plus
Que lire après Reine rouge, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (105) Voir plus Ajouter une critique
4,02

sur 399 notes
« Quoi, t'as pas lu Reina Roja »? Bein non, à croire que tout le monde l'avait lu sauf moi… Deux ans et je ne sais combien de rééditions après la bataille, j'ai enfin lu le thriller dont tout le monde parle. Carré, efficace, prêt à être adapté en série, avec cliffhanger pour une suite (Loba Negra) qui annonce elle même une suite.
L'héroïne Antonia Scott est dotée de capacités intellectuelles hors du commun, développées par des scientifiques. On dirait Lisbeth Salander chez le Professeur Xavier. Elle va faire équipe avec un flic basque roux, homosexuel et tricard, qui a plus de casseroles au cul qu'une batterie de cuisine. le tandem improbable va mener l'enquête sur les traces d'un assassin insaisissable féru de rites catholiques. L'écriture est très visuelle, on est pris dans l'action, le roman se lit vite. On achète la suite le lendemain.
Commenter  J’apprécie          8713
Qu'il est bon , aprés la lecture de quatre romans assez éprouvants , de se proposer une "petite pause " avec un polar qui , si j'en crois le nombre de critiques et la note globale de 4,12 a beaucoup plu aux lecteurs et lectrices babeliotes .( ca , on verra les commentaires aprés) .
Pour ma part , c'est avec enthousiasme que j'ai tout d'abord découvert deux personnages " hors - norme " ,même s'il faut bien reconnaître que cette " ficelle " est assez classique .Lui , il est flic mais a usé d'un stratagème quelque peu " limite " pour confondre un délinquant .Pan sur le nez , viré ...à moins que ...La planche de salut , ce sera Antonia Scott une sacrée nana , originale , qui possède une intelligence peu commune et , sans être de " la maison " a déjà permis de résoudre de nombreuses affaires ...Problème , elle ne veut plus s'impliquer .A Jon Gutiérrez ( le flic viré ) d'agir et de la décider , un assassin sévit au grand dam de la police ...
Bref , vous avez compris , je ne vous fait pas un dessin , les deux vont " se mettre en couple " , enfin pas vivre ensemble , hein , ( du reste , Jon est gay ) mais faire équipe pour des aventures dangereuses , à couper le souffle ...
Dés lors , l'histoire prend son envol avec des chapitres courts et nerveux , pour la plupart et notamment au fur et à mesure des avancées de l'enquête , des passages d'un personnage à l'autre , d'un lieu à un autre , avec des "remontées " dans le temps , des rebondissements et autres " coups de thêatre" , des actions dignes d'un film mouvementé où l'on pourrait utiliser à merveille de nombreux effets spéciaux . Je le disais au début , pas de grande originalité dans l'intrigue , mais un trés agréable moment passé en compagnie de ces deux personnages atypiques et , finalement l'u de l'autre assez proches dans leur façon de " voir " les choses . Une belle complémarité.
C'est bien écrit , bien traduit me semble -t-il et mon impression générale est plutôt favorable même si j'aime les romans avec un peu plus de " consistance ".
Je crois que ce roman va bientôt " sortir " en poche , une belle occasion de découvrir des héros qui , si j'en crois les commentaires de l'auteur , n'ont pas fini de " travailler " en duo pour le plus grand plaisir de leurs " aficionados ".
A trés bientôt .
Commenter  J’apprécie          770
J'ai adoré ce polar.

Il se lit vraiment tout seul, même si il a plein de petits défauts.... Des trucs parfois un peu trop gros pour être crédible.
Mais les personnages sont formidables, très bien travaillés et surtout leurs défauts les rendent tellement sympathiques.
Et puis île ne manquent pas d'originalité. le choix de ces personnages atypiques fait que l'on s'attache forcément.

Ravie de savoir qu'il y aura une suite... J'espère juste ne pas devoir attendre trop longtemps.
Commenter  J’apprécie          752
Jon Gutiérrez, est un policier sur la touche depuis qu'il a voulu faire tomber un proxénète, violent, en lui mettant sur le dos un trafic d'héroïne, monté de toutes pièces. Dans son grand élan de générosité et d'empathie, il a expliqué son geste à la compagne de l'homme en question, mais cette dernière a filmé la scène sur son téléphone portable et la vidéo a été virale sur les réseaux sociaux.

Un homme se présente pour son « entretien », Mentor, qui lui propose un étrange marché : rendre chez Antonia Scott, qui est en mode survie depuis trois ans, car son mari est dans le coma après avoir été agressé à leur domicile et Jon réussit à la convaincre de reprendre du service, tout sera effacé.

Après une prise de contact houleuse, Jon parvient à entraîner Antonia sur une scène de crime : dans une villa somptueuse, dans un quartier richissime, un jeune homme a été retrouvé mort sur le canapé, dans une position théâtrale un verre à moitié vide dans une main, qui contient en fait du sang. le jeune a été totalement vidé de son sang. Aucune trace de violence dans la pièce, donc il a été tué ailleurs et mystérieusement sa disparition n'avait pas été signalé par la famille.

Un binôme se forme, avec deux personnalités très différentes : Jon est un policier, plutôt bien noté, un peu en marge des autres car il est homosexuel et ne s'en cache pas, vit avec sa mère alors qu'Antonia appartient à une organisation qui traque les criminels de façon peu orthodoxe, créée sous couvert de Bruxelles, l'Union européenne.

Antonia est surdouée et elle a été sélectionnée puis formée par Mentor pour son « unité d'élite » avec des méthodes dignes du KGB (ou de la CIA comme on veut !) privation de sommeil, tests à répétition à effectuer le plus rapidement possible, sinon décharge électrique… elle a des crises d'angoisse, des phobies et toujours une boite de « pilules » à portée de main pour canaliser l'anxiété et éviter d'être dépassée par ses pensées (comme des singes dans la tête comme elle dit !)

Cette enquête va nous emmener vers d'autres enlèvements dans des familles richissimes avec un mode opératoire curieux : celui qui enlève téléphone aux familles mais au lieu de leur demander une rançon, il leur demande quelque chose qu'ils ne peuvent pas faire car cela ternirait leur réputation : ou ils reconnaissent leurs « méfaits » ou la personne enlevée meurt dans un délai de 5 jours. Que vaut la vie d'une personne face à la réputation ?

L'enquête est rondement menée avec des scènes intenses (une course poursuite à 200 à l'heure, notamment), une rivalité entre les policiers chargés de l'enquête et notre duo Reine rouge (référence à Alice de l'autre côté du miroir, où la Reine rouge est obligée de marcher constamment pour pouvoir rester sur place), des informations qu'on n'échange pas, un journaliste qui veut la peau de Jon…

La reine rouge dit à Alice que dans son pays, il faut courir pour rester au même endroit, poursuit Mentor. Appliqué à l'évolution des espèces, ça signifie qu'il est nécessaire de s'adapter continuellement pour rester au niveau des prédateurs.

Au passage, l'auteur nous fait découvrir la vie personnelle, les traumatismes, de Jon et Antonia ce qui les rend attachants…

C'est la première fois que je croise la route de Juan Gomez-Jurado et ce ne sera sûrement pas la dernière, car l'idée est originale, l'histoire et le rythme d'une telle intensité que la lecture devient très vite addictive. J'adore être harponnée de cette manière par un thriller, et j'attends de pied ferme le second tome de la trilogie Antonia Scott car Reine rouge est le début de l'aventure.

Un grand merci à NetGalley et aux Fleuve-éditions qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteur dont j'ai hâte de retrouver la plume.

#ReineRouge #NetGalleyFrance !
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
Commenter  J’apprécie          460
L'inspecteur Jon Gutiérrez est un tendre mais ça ne se voit pas :
« Non pas que Jon soit gros (mais), il a un torse en forme de tonneau et deux bras à l'avenant. À l'intérieur (…) il y a des muscles de harrijasotzaile – de leveur de pierre. Son record personnel est de 293 kg (…). Pour s'occuper, le samedi matin. Pour que ses collègues lui foutent la paix avec son homosexualité. »
Pour le moment il est mis à pied sans traitement parce qu'il a pris la défense d'une jeune prostituée et utilisé des moyens peu conventionnels pour faire tomber son mac. La patrouille, en l'occurrence les media, l'a rattrapée et ses méthodes ont été mises sur la place publique et vilipendées sur les réseaux sociaux.
« Jon s'est retrouvé dans une merde noire. » Son commissaire s'interroge sur ses facultés mentales et les raisons de son geste :
« — Si au moins tu te la tapais, Gutiérrez. Mais toi, les filles, c'est pas ton truc, pas vrai ? À moins que tu te sois mis à marcher à voile et à vapeur ? »
Il ne reste plus à Guttierrez qu'une solution pour échapper à la prison, accepter la mission que lui confie Mentor, un homme de l'ombre au service des puissants, mais quels puissants, Jon l'ignore.
Pour accomplir sa mission, il devra travailler avec Antonia Scott, une femme aux « incroyables capacités cognitives » qui semble aussi être sous la domination de Mentor.
Allant de surprise en surprise, de Bilbao à Madrid, Jon Guttierez va se trouver confronté à plusieurs défis. Devra-t-il trahir pour échapper à la prison ? Doit-il faire confiance à Mentor ? Antonia Scott est-elle fiable ? Sera-t-il l'idiot utile ou le bouc émissaire de responsables qui veulent fuir leurs responsabilités ? Retrouvera-t-il un jour son poste dans la police lui qui pense :
« — Oui. Oui, je suis un bon flic. Je suis un putain de super flic. »
Héros camusien, Jon, tel le Sysiphe d'Albert d'Oran, gravira le flanc de sa montagne plusieurs fois et assistera impuissant au spectacle du rocher dévalant la pente alors qu'il pensait l'avoir porté au sommet.
Des sommets Jon en a gravi, mais cette fois il semble devoir se conformer à une morale qu'il réprouve et sa connaissance de la Bible ne lui sera d'aucune aide cette fois :
« L'âme qui pèche, c'est celle qui mourra. le fils ne portera pas l'iniquité de son père, et le père ne portera pas l'iniquité par son fils. […] Ce que je désire, est-ce que le méchant meure ? dit le Seigneur, l'Éternel. N'est-ce pas qu'il change de conduite et qu'il vive ? »
Une découverte littéraire bienvenue dans ce monde confiné et morne, qui rend caduque tout ce que le lecteur croyait connaitre sur la littérature policière.
« Un signe de l'univers comme un autre, qui aura le sens qu'(on) voudra bien lui donner. C'est à cela que servent les signes, à ce que nous en fassions ce qui nous arrange. »
Merci Juan Gomez-Jurado.
Commenter  J’apprécie          390

Citations et extraits (82) Voir plus Ajouter une citation
Antonia Scott ne s’autorise à penser au suicide que trois minutes par jour. 
Pour la plupart des gens, trois minutes représenteraient un infime intervalle de temps. 
Mais pas pour Antonia. On pourrait dire que son esprit a beaucoup de chevaux sous le capot, mais le cerveau ­d’Antonia n’est pas une voiture de sport. On pourrait dire qu’il possède une impressionnante capacité de traitement de données, mais la tête ­d’Antonia n’est pas un ordinateur. 
L’esprit ­d’Antonia s’apparenterait plutôt à une jungle, une jungle grouillant de singes, qui bondissent à toute allure de liane en liane en transportant des choses. Énormément de singes portant énormément de choses, qui se croisent dans les airs en montrant les crocs. 
Voilà comment, en trois minutes, – les yeux fermés, assise par terre, pieds nus, jambes croisées – Antonia est capable de calculer : 
— la vitesse à laquelle son corps heurterait le sol si elle sautait par la fenêtre qui se trouve face à elle ; 
— le nombre de milligrammes de Propofol nécessaires pour sombrer dans un sommeil éternel ; 
— combien de temps elle devrait rester immergée dans un lac gelé pour que son cœur cesse de battre. 
 
Elle réfléchit au moyen d’obtenir une substance aussi contrôlée que le Propofol (en soudoyant un infirmier) et à l’emplacement du lac gelé le plus proche à cette période de l’année (Laguna Negra, Soria). Elle préfère en revanche laisser tomber l’option saut du dernier étage : sa fenêtre est étroite et la nourriture dégueulasse servie à la cafétéria de l’hôpital lui a fait prendre des hanches. 
Ces trois minutes durant lesquelles elle pense aux différents moyens de se tuer sont trois minutes rien qu’à elle. 
Elles sont sacrées. 
Elles la maintiennent saine d’esprit. 
C’est pourquoi elle est contrariée, extrêmement contrariée, quand des pas inconnus, trois étages plus bas, interrompent son rituel.
Commenter  J’apprécie          160
.

¿ TORTILLA ? (dar la vuelta a la tortilla, o no dar, that is the question)

" Jon retire sa veste, retrousse ses manches, se lave les mains et se lance.
Peler les pommes de terre et les trancher en fines lamelles, en les cassant légèrement. Mettre l’huile à chauffer en vérifiant qu’elle ne brûle pas et y ajouter les pommes de terre, pour vingt minutes. Pendant ce temps, couper l’oignon et le faire revenir dans une poêle à part, jusqu’à ce qu’il soit translucide. Ôter les pommes de terre du feu, les égoutter et les laisser reposer jusqu’à ce qu’elles refroidissent. Puis faire chauffer l’huile comme les flammes de l’enfer, et y balancer les pommes de terre.
La double friture, c’est le secret. Ensuite, foncer. Battre les œufs en omelette, sans s’arrêter. Sortir les pommes de terre, croustillantes et légèrement grillées. Les égoutter et les sécher doucement à l’aide de papier absorbant. Attendre qu’elles soient à température pour les mélanger aux œufs battus, en les pressant un peu pour les humidifier.
Mettre le mélange dans la poêle. Quand les bords sont cuits, la retourner dans une assiette. Moment critique. Ça se passe bien. Servir.

Antonia coupe un morceau de tortilla, qui coule légèrement comme de l’or liquide. Parfaite.
— Ça a un goût de carton, dit-elle, la bouche pleine.
— Va te faire foutre, Scott. "


.
Commenter  J’apprécie          92
Le chemin qui monte jusqu’à la maison est éclairé par des lampes enchâssées dans d’immenses dalles de pierre calcaire. À mesure qu’ils approchent, Jon prend conscience de la taille considérable de la demeure, qui doit figurer parmi les propriétés à vingt millions d’euros dont parlait Antonia. Toutes les lumières sont allumées, celles qui teintent la façade blanche d’un éclat doré comme celles de l’intérieur. La piscine, partiellement visible depuis l’entrée principale, mesure au moins dix mètres. La partie extérieure, qui la sépare du lac artificiel, est faite d’un verre épais. Jon devine que de jour, vus depuis la maison, piscine et lac doivent donner l’illusion de ne faire qu’un. 
Commenter  J’apprécie          130
.

AUTRE RECETTE ORIGINALE (du gazeux cette fois, pas du baveux).

Le bidon du couloir, astucieusement dissimulé dans la commode, explose le premier. Il contient quarante litres d’un mélange d’hypochlorite de sodium, d’acide chlorhydrique et d’acétone. Javel, déboucheur de canalisations et dissolvant. Dans les proportions requises, ces trois éléments ont juste besoin d’un petit coup de pouce. Le signal, transmis par Internet via une carte SIM, active le détonateur électrique, qui fait exploser une cartouche en plastique remplie de poudre – qu’on peut trouver dans n’importe quel pétard –, mélangée à du magnésium – qu’on peut trouver dans n’importe quel feu de Bengale – pour déclencher l’explosion.
La bombe qu’a concoctée Fajardo n’a rien à voir avec la dynamite ou le plastic. Les gaz générés par l’explosion de ces substances peuvent se propager à plus de 10 000 mètres par seconde. Une bombe au chlore peut être fabriquée à partir d’ingrédients qu’on peut se procurer pour moins de trente euros dans tous les bons Leroy-Merlin, à condition de se contenter d’une vitesse de détonation modeste, de 4 500 mètres par seconde. Ce qui est néanmoins suffisant pour transformer l’air déplacé en feu, lequel suit l’onde de choc, comme la queue d’un chien.




.
Commenter  J’apprécie          51
L’esprit d’Antonia s’apparenterait plutôt à une jungle, une jungle grouillant de singes, qui bondissent à toute allure de liane en liane, en transportant des choses. Enormément de singes, portant énormément de choses, qui se croisent dans les aies en montrant les crocs.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Juan Gómez-Jurado (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Juan Gómez-Jurado
Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • le Géant empêtré de Anne de Tinguy aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/le-geant-empetre.html • L'Histoire du monde se fait en Asie : Une autre vision du XXe siècle de Pierre Grosser aux éditions Odile Jacob https://www.lagriffenoire.com/l-histoire-du-monde-se-fait-en-asie-ne-u-ne-autre-vision-du-xxe-siecle.html • Sambre : Radioscopie d'un fait divers de Alice Géraud aux éditions JC Lattès https://www.lagriffenoire.com/sambre-radioscopie-d-un-fait-divers.html • Last exit to Marseille de Guillaume Chérel aux éditions Gaussen https://www.lagriffenoire.com/last-exit-to-marseille.html • L'invitée de Emma Cline et Jean Esch aux éditions de la Table Ronde https://www.lagriffenoire.com/l-invitee-1.html • Un été à l'Islette de Geraldine Jeffroy et Catherine Guillebaud aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/un-ete-a-l-islette-2.html • On était des loups de Sandrine Collette aux éditions Audiolib • Entre fauves de Colin Niel, Thierry Blanc aux éditions Audiolib • La mariée portait des bottes jaunes de Katherine Pancol, Caroline Victoria aux éditions Audiolib • le Magicien de Colm Tóibín aux éditions Grasset • Les dernières volontés de Heather McFerguson de Sylvie Wojcik aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/les-dernieres-volontes-de-heather-mac-ferguson.html • Les narcisses blancs de Sylvie Wojcik aux éditions Arléa https://lagriffenoire.com/les-narcisses-blancs.html • le Carnet des rancunes de Jacques Expert aux éditions Livre de Poche https://lagriffenoire.com/le-carnet-des-rancunes-1.html • Reine Rouge de Juan Gómez-Jurado et Judith Vernant aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/reine-rouge-1.html • Les Brisants de Vanessa Bamberger aux éditions Liana Levi https://www.lagriffenoire.com/les-brisants-1.html • Alto braco de Vanessa Bamberger aux éditions Liana Levi https://www.lagriffenoire.com/alto-braco-1.html • le Parfum des poires anciennes de Ewald Arenz et Dominique Autrand a
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (947) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2786 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..