AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782810700288
357 pages
Éditeur : Presses universitaires du Midi (26/11/2009)
5/5   2 notes
Résumé :
(Extrait de la quatrième de couverture).
Il y a longtemps que la nécessité d'un ouvrage de vulgarisation consacré à la poésie de Gongora se fait sentir en France. Destinée prioritairement aux lecteurs non hispanistes et aux étudiants de licence, la présente anthologie bilingue, conçue par un spécialiste connu et reconnu, devrait combler, et a-delà, cette lacune.
La présentation et les notes de ce recueil visent à replacer les 114 textes qui le composen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  24 décembre 2017
Luis de Gongora, auteur du Siècle d'Or espagnol, appartient à cette lignée de poètes obscurs, difficiles et savants, qui commence, je crois, avec l'auteur hébreu du Livre de Job, passe à Lycophron au III°s av. J.C. (son Alexandra est magnifiquement traduite par Pascal Quignard, étudiée et expliquée par Gérard Lambin), Sénèque le Tragique, le troubadour Arnaut Daniel qui inventa le "trobar clus", la langue poétique "fermée", puis Mallarmé, Valéry son disciple, et le grand Ezra Pound. On a reproché à ces auteurs de dire de façon pédante et compliquée des choses simples, sans s'aviser que les choses simples, en poésie, se diffractent en mille métaphores possibles - le travail du poète est de les dire, voire de les provoquer, celui du lecteur d'aller au-delà des évidences monochromes pour jouir des couleurs du kaléidoscope poétique.
Lorca signalait déjà en 1927 que Gongora n'était pas un poète à lire, mais à étudier. L'étude, alors, réserve des plaisirs inouïs. C'est pour la rendre accessible au lecteur français non spécialiste que Robert Jammes, auteur de l'édition annotée des Soledades en espagnol, propose ici un parcours de toute son oeuvre poétique, du premier poème choisi, daté de 1580, au dernier, de 1626. On voit que ce poète n'est pas un Mallarmé, réservant son verbe poétique à de rares occasions : il touche à tous les genres possibles, du plus léger au plus grave, du galant au solennel. Robert Jammes propose, à côté du texte espagnol, une traduction française explicitement au service du texte (le livre est destiné aux étudiants et à l'amateur de poésie). Les 114 poèmes présentés ici s'accompagnent d'un bref commentaire, soit en introduction, soit à la suite, ce qui est nécessaire car la poésie de circonstance, les lettres poétiques, les sonnets de cour ou les textes personnels, ont souvent besoin d'un éclairage biographique. Alors même que la poésie de cour (à la même époque, Malherbe en produisait aussi) n'est souvent qu'ennuyeuse flatterie mythologique, même en ce genre difficile les sonnets de Gongora sont splendides. Tout incompréhensible qu'il fût, il était célèbre dans toute l'Espagne.
De larges extraits des Soledades (les Solitudes) sont donnés ici. Mon dernier sujet d'émerveillement vient de la lecture de ce long poème : j'ai trouvé quatre pages de vers somptueux consacrées à la découverte du monde par les navigateurs espagnols et portugais, ruisselantes de métaphores et de lumières, sans aucun nom propre, mais le capitaine, l'inspirateur, l'animateur de tous ces voyages aventureux, n'est autre que Codicia, l'avidité. A ma connaissance, aucun Espagnol jusque-là n'avait publiquement attribué à la soif de l'or la conquête des Amériques, ni osé écrire pareille anti-Odyssée. Les lettres indignées des lecteurs du temps donnent la mesure du scandale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   23 décembre 2017
... cet isthme qui divise l'Océan,
l'empêchant, serpent de cristal, de joindre
sa tête que le Nord couronne à celle
qu'illumine le Sud, queue écaillée
d'antarctiques étoiles.

Première Solitude, vers 425-429, sur la description poétique de la découverte de l'Amérique, 1614.

el istmo que al océano divide,
y, sierpe de cristal, juntar le impide
la cabeza, del Norte coronada,
con la que ilustra el Sur cola escamada
de antàrticas estrellas.

p. 234
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MacabeaMacabea   15 avril 2018
Llorando la ausencia
del galán traidor,
la halla la Luna
y la deja el Sol,
añadiendo siempre
pasión a pasión,
memoria a memoria,
dolor a dolor.
Llorad, corazón
que tenéis razón.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Luis de Góngora y Argote (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luis de Góngora y Argote
Luis de GÓNGORA y ARGOTE – Une Vie, une Œuvre : le triomphe du baroque (France Culture, 1986) Émission "Une Vie, une Œuvre », par Hubert Juin, diffusée le 27 mars 1986 sur France Culture. Invités : Philippe Sollers, Philippe Jacottet, Bernard Sesé, Severo Sarduy, Claude Esteban, Gregorio Manzur.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
943 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre