AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782260054955
208 pages
Editions Julliard (14/10/2021)
3.88/5   12 notes
Résumé :
En 1970, Madeleine quitte sa famille catholique bourgeoise pour étudier la littérature à la Sorbonne. Sa rencontre avec Catherine, une étudiante maoïste, va faire bifurquer son existence. Bientôt conviée à des réunions composées exclusivement de femmes, Madeleine découvre le combat pour l’égalité des sexes, avant de s’engager corps et âme au sein du tout récent MLF. Militante active du droit à l’avortement, elle réoriente ses études pour devenir sage-femme, mais pei... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Kirzy
  26 novembre 2021
Voilà un roman dans l'air du temps par ses thématiques abordées ( homosexualité féminine, militantisme féministe ) mais qui le fait sans opportunisme tellement il respire la sincérité, porté par une sensibilité remarquable.
Deux personnages croisent leur voix à la première personne : Madeleine, aujourd'hui âgée, raconte ses années 1970, lorsqu'elle était étudiante sage-femme, qu'elle a rejoint le MLF, découvrant son homosexualité sans oser l'explorer pleinement, renonçant à l'amour de Jeanne et à la maternité. Et Mathilde, jeune femme des années 2010, qui elle assume son homosexualité et se confronte au désir d'enfant. Ce procédé classique alternant les chapitres est bien maitrisé, on passe d'une à l'autre avec à chaque fois envie de les retrouver ( plus particulièrement Madeleine ) sans ressentir la lourdeur d'une construction artificielle qui nous mènerait invariablement à comprendre ce qui unit ses deux femmes. Sans créer de faux suspense, Pauline Gonthier fait rejoindre avec subtilité ces deux vies, et c'est terriblement émouvant.
En fait tout est limpide dans ce roman, alors que tout aurait pu être pesant comme cela peut l'être lorsqu'un auteur veut à tout prix caser des informations contextuelles. le personnage de Madeleine rend un vibrant hommage aux premières militantes du MLF. Avec une pédagogie limpide qui ne confine jamais à un didactisme scolairement béat, c'est toute l'histoire de ce pan du féminisme qui est déroulée sous nos yeux, dans toute sa complexité, reconstituant les débats qui l'ont agité, les différents courants de pensée qui se sont affrontés ainsi que la diversité des pratiques militantes : féminisme révolutionnaire vs féminisme réformiste, la revue le Torchon brûle, les Gouines rouges, le droit à l'avortement, le manifeste des 343, l'émission de Ménie Grégoire, Françoise d'Eaubonne etc. La vulgate est réussi et c'est un plaisir de suivre Madeleine se frayer un chemin à travers ce contexte et ses propres contradictions.
Le personnage de Mathilde permet de prendre le pouls du féminisme contemporain, d'évoquer la question de l'homoparentalité et de la PMA, toujours avec beaucoup de pudeur et de douceur, tout en mesurant la longue marches des femmes vers l'égalité. le très beau titre est d'ailleurs emprunté à la féministe révolutionnaire Monique Wittig ( Les Guerillères ) et évoque la "fierté" des oiselles sauvages qui lorsqu'on les emprisonne, refusent de couver leurs oeufs, refusant de se reproduire tant qu'elles ne sont pas libres.
Mais au-delà du militantisme pertinent de ce roman, ce que je retiens ce sont ces beaux personnages, qui, même si leur façon d'aborder la liberté diverge, sont pleine de vie, de désir de vivre et d'aimer. Un très joli roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1052
Kittiwake
  15 novembre 2021
Lorsqu'elle quitte sa province pour s'inscrire à la Sorbonne, Madeleine y rencontre bien autre chose qu'un savoir universitaire formaté. L'amitié qu'elle noue avec Catherine lui ouvre les yeux sur le militantisme politique et le féminisme revendiqué. On est en 1970, il faudra encore cinq ans pour que le droit à l'avortement soit voté, autant dire que les discours sont musclés.
C'est ainsi que Madeleine abandonnera ses projets d'études littéraires pour devenir sage-femme, directement sur le terrain pour un engagement sans concession. Ses aspirations amoureuses sont contraintes par son éducation, et restent au second plan.
Vingt ans plus tard, le désir parle et se libère et malgré sa relation avec Aurélien, la passion la conduit dans les bras d'Alix. Et avec cet amour qui la comble, le désir d'enfant vient semer le trouble dans le couple.

Au coeur du roman, l'évolution du statut de la femme sur quelques décennies et les avancées en terme de droit à disposer de son corps. le combat reste d'actualité car la vigilance s'impose pour éviter la régression comme on peut le constater ici et là.
Premier roman militant qui met en lumière le féminisme à travers le parcours ordinaire d'une femme.
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
soeurcierelitteraire
  31 octobre 2021
J'annonce la couleur : gros coup de coeur en vue. « Les oiselles sauvages » tire son titre d'une citation de Monique Wittig. Ce premier roman né sous la plume de Pauline Gonthier
est en effet parsemé de références littéraires : Colette, Françoise d'Eaubonne, Violette Leduc, Marguerite Duras... Cette toile de sororité imprègne le texte et les deux niveaux de lecture qui se répondent jusqu'à se rejoindre dans le point culminant du récit.
« Les oiselles sauvages » aborde la transmission, le droit de disposer de son corps, l'avortement et la maternité, le militantisme, le lesbianisme. Pauline Gonthier jette un pont entre le féminisme des années 70 avec la création du MLF et le féminisme d'aujourd'hui à l'ère #MeToo, entre les divergences des différentes générations, les différentes conceptions que l'on peut avoir de la liberté des femmes.
L'autrice marche dans les pas des illustres écrivaines qu'elle cite. Son écriture et ses personnages m'ont touchée en plein coeur.
Pour l'anecdote, j'ai été très surprise de découvrir ma ville natale, Namur, entre ces pages !
« Les oiselles sauvages » a été édité par Vanessa Springora.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
IZZYVIVI
  03 novembre 2021
Si le magazine VersionFemina ne m'avait pas envoyé ce roman, je ne sais pas si je serais aller le chercher et le lire. Et je serais passée à côté d'un livre qui m'a émue mais surtout qui a entraîné beaucoup de questions et de réflexions.
Les destins croisés de deux jeunes femmes, l'une qui fera partie des fondatrices du MLF dans les années 70 ; l'autre, plus proche de nous , dans les années 2000, qui se cherche, quant à sa sexualité et son désir (ou non) d'avoir un enfant, d'être mère .
Deux vies de femmes avec leurs doutes, leurs expériences, les rencontres qui vont bouleverser leurs vies.
Deux histoires dans L Histoire.
Mais deux vies finalement pas si éloignées l'une de l'autre.
Pauline Gonthier , à travers ces parcours de vie , pose également une question : " pourquoi fait on des enfants ?"
Après cette lecture , vous serez peut-être amenée à y réfléchir.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
KittiwakeKittiwake   15 novembre 2021
Mettre au monde un nouvel être me semblait absurde alors que certains déjà nés et abandonnés désespéraient de solitude. Un jour, en m'entendant, ma mère s'était amusée de ma déclaration : C'est pourtant magnifique, ma chérie, de porter un bébé ! J'avais dû lui demander pourquoi et son « Il faut le vivre pour le comprendre… » n'avait pas suffi à étancher ma soif d'arguments.
Commenter  J’apprécie          180
soeurcierelitterairesoeurcierelitteraire   31 octobre 2021
Je ne le vis pas comme une tragédie. Mais c'est un saut dans l'inconnu : il faut apprendre à devenir lesbienne, avancer sans exemple, laisser éclore dans son esprit des images nées d'un désir intime, logé dans chaque parcelle du corps mais qui, au contact des désirs sociaux dictés par une partie hypertrophiée du cerveau, provoque de brûlantes étincelles.
Commenter  J’apprécie          10
soeurcierelitterairesoeurcierelitteraire   31 octobre 2021
– Du coup, elle propose quoi, Françoise ? Ne pas avoir d'enfants ?
– Non. Elle dit pourquoi pas, à condition d'examiner les racines de ce désir. Elle reconnaît qu'il y a peut-être un besoin en chacun de nous, femme ou homme, de léguer quelque chose à un jeune être. De l'aider à grandir, à devenir libre, autonome, si possible utile aux autres.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : féminismeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1235 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre