AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070496422
Éditeur : Gallimard (05/06/1996)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 26 notes)
Résumé :
- T'as les flics aux fesses.
- Eh bien, dis-leur que je suis en conférence. - Tu vas m'écouter, oui ? Ce coup-ci, il s'agit pas de vagabondage. C'est plus grave que ça. - Tu charries. J'ai rien fait. Je roupillais. - Depuis quand ? - Et bien depuis. j'en sais foutre rien. " Nous voilà bien ! songeait Cora. Il ne se souvient plus. Il s'est saoule à mort et il sait plus ce qu'il a fait ! ".

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Sociolitte
  16 mai 2018
Rif a « l'allumette facile », il dégaine sa flamme névrotiquement et contemple le feu qui rougeoie.
Il a commencé « alors qu'il n'avait que onze ans ; on l'avait catalogué comme « monomane incendiaire », autrement dit c'est un pyromane.
Mais quand sa « rage » le prend, ce n'est que pour brûler « du vieux papier, des chiffons, des bouts de bois, des trucs comme ça... nan jamais des gens ou des bêtes ! Pas même une punaise. »
Mais lorsqu'un incendie se déclare dans une poubelle de son quartier détruisant un garage et tuant cinq personnes, Rif est le coupable idéal.
S'ensuit alors une véritable poursuite à travers les rues de Philadelphie. Un dédale d'avenues, de ruelles, mais aussi d'impasses que l'on traverse avidement comme un parcours dans les méandres de l'âme de notre héros, jusqu'à la mise à jour de la vérité et de son identité.
Car si l'on rencontre la pègre, la police, de grosses frappes mais aussi une danseuse classique ou une employée d'usine droite et dévouée, c'est surtout la vie d'un quartier qui nous est exposé, avec ses rites, ses codes et ses lois. Un quartier populaire dans l'Amérique des années 50.
David Goodis est un esthète du roman d'atmosphère. L'action est nulle part mais elle est partout à la fois, dans « un vieux pardessus élimé », dans les bouteilles de muscat à 29 cents que Rif consomme allègrement pour museler sa passion de la destruction, ou dans « les journées, à l'usine de tricot, [qui] se succèdent identiques, coupées par des nuits solitaires et toutes pareilles ».
David Goodis, auteur de nombreux romans de multiples fois adaptés au cinéma, et dont on a fêté l'an dernier le centenaire de sa naissance est un maître du roman noir du XXe siècle.
Roman socio-psychologique, « L'allumette facile », dont le titre original « Fire in the flesh », que l'on pourrait traduire par le Feu dans la peau, plus percutant encore, ne pourra que vous enflammer.
Du noir flamboyant, à lire ou à découvrir à travers ce roman, ou encore avec « La blonde au coin de la rue » dont le charme envoûtant ne pourra que vous séduire...
Lu en avril 2018
Mon article sur Fnac.com/Le conseil des libraires :
Lien : https://www.fnac.com/David-G..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11810
Annette55
  15 juin 2018
C'est l'histoire de Rif, âgé de trente et un ans , accoutré d'un vieux par-dessus élimé, d'une veste rapiécée, d'un pantalon effrangé, le teint pâle , les cheveux très longs qui semblaient ignorer l'usage du peigne. Il trainait sa misére dans les rues de Philadelphie.....Son vrai nom était Andrew Landon Rainey .
Il devait son surnom à son casier judiciaire-----en vingt - deux ans-----il avait été arrêté trente- sept fois, toutes pour le même motif, il avait une addiction rare, il allumait des incendies--- les dégâts n'étaient jamais importants: cahutes abandonnées, baraques à outils à moitié pourries ,vieux chiffons, il avait commencé à onze ans . On l'avait catalogué comme monomane incendiaire.Il n'avait jamais récolté plus d'un mois de prison à chaque délit, sauf au début de sa carrière .
Bref, depuis quelques années Il était considéré comme inoffensif ..Les policiers lui faisaient promettre de ne pas recommencer..Il répondait toujours : " Je tâcherai . " Sauf qu'un soir de février , un garage est détruit par un incendie volontaire et cinq personnes sont mortes..... il est poursuivi dans les rues, les ruelles, les impasses, accusé , traqué par la police et des gangsters ,il fuit... je n'en dirai pas plus,,..
J'ajouterai que pour contrer son addiction, il a découvert un reméde fort simple à sa triste passion, peu coûteux : il avale des doses considérables de muscat , vingt - neuf cents , le prix d'une petite bouteille de jus fermenté d'une espèce particulière de raisin .....l'alcool avalé en quantité l'aide à oublier pour un moment sa pyromanie.
Cet ouvrage nous fait découvrir aussi les rites d'un quartier , ses habitudes et ses codes...ses lois ....l'écriture est simple, précise,directe , sans fioritures.....
C'est un roman noir très dynamique pétri de rebondissements qui nous entraîne dans une course effrénée......
La fin de ces poursuites nous montrera que l'échappée de Kif , ce jeune homme----- pyromane et marginal----- dans les rues, ruelles , palissades, barrières , impasses lui permettra de remonter à ses souvenirs d'enfance et de découvrir enfin les motifs et surtout l'origine de son traumatisme.

L'auteur né à Philadelphie en 1917, semble s'identifier avec les ratés de la vie, les victimes de la malchance et les témoins malheureux de la déchéance humaine .
Traduit de l'américain par Alain Glatigny.
Merci à l'ami de Babelio qui m'a fait découvrir cet auteur.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          415
Renod
  04 mai 2017
Rif traîne sa misère dans les rues de Philadelphie miné par une pathologie assez rare : il est pyromane. Si son casier compte trente-sept arrestations, les dégâts de ses incendies ont toujours été limités et il n'a jamais été réellement inquiété par la justice. Seul l'absorption de doses massives d'alcool lui permet de calmer sa fascination pour le feu. A trente-et-un ans, c'est un minable, une éponge à muscat, rongé par un sentiment de culpabilité. Mais tout change un soir de février quand un garage est détruit par un incendie volontaire. le bilan est tragique : cinq personnes n'ont pu quitter l'établissement et ont péri dans les flammes. Dans le quartier, tout le monde connaît le travers de Rif et il apparait d'emblée comme le coupable idéal. de plus, un autre problème survient : une des victimes n'était autre que le frère du caïd local. Aussi Rif se voit-il traqué par la police et par les gangsters. L'étau se resserre autour de notre héros qui va chercher à fuir à tout prix, poussé par sa pugnacité, avec l'aide de ses amis. David Goodis livre un récit dynamique, riche en rebondissements, au cours duquel nous suivons l'échappée de Rif dans les rues de Philadelphie. Mais le roman est également cathartique puisque ces péripéties vont permettre à Rif de mettre à jour des souvenirs refoulés et de découvrir ainsi les origines de son traumatisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
macapuf
  04 mars 2011
Goodis est un des maîtres du roman noir américain, une école que l'on appelle en anglais des "hard-boiled novels", soit des romans de durs à cuire. Son écriture est simple, précise, et l'histoire de ce jeune homme marginal et pyromane est à lire. Un vrai plaisir.
Commenter  J’apprécie          30
stephane68
  08 décembre 2013
Bon Polar
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
SociolitteSociolitte   17 mai 2018
« Bois encore un coup, va ! Tu verras, comme extincteur, y a pas mieux. »
Petite cause, grand effet ! Rif y avait songé plus d’une fois au cours des années suivantes : d’un seul coup, l’incendiaire s’était mué en ivrogne, sans douleur.

Page 79, Gallimard, Carré Noir, 1958.
Commenter  J’apprécie          590
Annette55Annette55   15 juin 2018
" Bois encore un coup , va !
Tu verras, comme extincteur, y a pas mieux."
Petite cause, grand effet! Rif y avait songé plus d'une fois au cours des années suivantes :
D'un seul coup, l'incendiaire s'était mué en ivrogne, sans douleur ."
Commenter  J’apprécie          192
rkhettaouirkhettaoui   14 septembre 2014
Son visage était totalement dépourvu de maquillage, les produits de beauté étant également au-dessus de ses moyens. Elle n’en avait d’ailleurs pas besoin, car, telle qu’elle était, les hommes se retournaient sur son passage avec des sifflements admiratifs et, parfois même, il lui fallait se colleter avec des admirateurs trop entreprenants.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   14 septembre 2014
Le whisky a une odeur dégueulasse, de même que la bière et, en plus, c’est plein de bulles, autant boire du vent ! Mais le vin, et surtout le muscat, ça n’a rien à voir ! C’est une invention formidable qui vous procure à la fois la chaleur et le bien-être, tant au moral qu’au physique. Faut en avoir goûté pour s’en rendre compte.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   14 septembre 2014
Elle a peut-être tout simplement la trouille noire. Comme si le fait de voir ces cendres par terre la faisait penser à celui qui a causé l’incendie. Elle se dit peut-être que le coupable n’est autre que ce propre-à-rien, ce pochard qui flambe des allumettes, dès que le muscat vient à lui manquer.
Commenter  J’apprécie          40
Video de David Goodis (2) Voir plusAjouter une vidéo

La Collection Cinéma Cinémas : épisode 7
Sommaire : - Ferreri tourne "I love you"- Fragments d'un scénario : Eurstache- Cassavetes : "Loves streams"- Trois camarades- Apparitions : le ciel est à eux- Rencontre : Ben Gazzara- Petits papier : Pascale Ogier- Sur les traces de... David Goodis1. Ferreri tourne I love youà 22:30:43:00 - 00:01:57:00Reportage consacré au tournage du film "I love you" de Marco FERRERI dans les studios...
autres livres classés : roman noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1654 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre