AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 000255044X
Éditeur : Harper Collins (31/12/1990)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Mikhail Gorbachev's The August Coup is an analysis of the causes and consequences of the coup d'etat that began on 18 August. Why and how did the conspiracy become possible? What was behind this attempt to destroy everything that had been done over six years in an effort to change the nature of the Soviet society - to make it democratic, civilized and free, and to rid the world of the threat of nuclear war?

This book tells how profound social transfor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Apoapo
  21 mai 2018
Ce petit livre, écrit dans l'urgence quelques semaines après le putsch d'Août 1991 – et quelques jours avant, pour le long « Article de Crimée » (appendice C) qui devait être présenté au Congrès des Députés du Peuple pour débattre du nouveau Traité de l'Union – semble sorti d'un passé très reculé. Au-delà de la subdivision des chapitres, plus que de traiter du coup d'état en soi, de son déroulement et de son analyse, le témoignage de Gorbatchev contient surtout une autocritique dans la pure tradition communiste, ainsi qu'un vibrant plaidoyer pour la perestroïka (dont il fallait encore faire oeuvre de pédagogie) et pour le maintien de l'Union supranationale.
Nous savons que sous peu Gorbatchev sortirait perdant sur les deux fronts. La perestroïka n'était pas comprise – notamment pas son volet de « pluralisme des formes de propriété des moyens de production », qui ne signifiait pas propriété privée absolue, « accumulation primitive du capital » (la Russie a de nouveau donné raison à Marx...) et bientôt oligarchique. L'Union, que son président souhaitait voir transformée en Union des États Souverains, afin que ceux-ci aient toute la latitude de lui donner une forme fédérale, confédérale ou associative selon ses domaines de compétence, serait complètement rejetée – à l'époque de la rédaction de ce livre, seuls les trois pays Baltes étaient récalcitrants, sans doute parce que déjà en voie avancée d'intégration dans la CSCE et rêvant des Communautés Européennes – et bientôt dissoute.
Gorbatchev eût pu sortir gagnant des trois jours du putsch : d'ailleurs il doit se défendre de ceux qui le considèrent un coup monté, un complot pour se débarrasser de l'aile réactionnaire du Parti. Mais il n'en fait rien. Il veut éviter toute épuration : que seuls les trois ou cinq responsables directs soient jugés et punis. Il avoue comprendre à ce moment-là que son parti est irréformable, il se console en affirmant que les procrastinations qu'on lui reproche, autant sur le plan des réformes économiques qu'institutionnelles, ont été une manoeuvre tactique de sa part, en vue de pérenniser, dans la conscience et les moeurs du peuple, les valeurs et les procédés démocratiques. Mais il est probable qu'il se rendait compte du contraire : la démocratie n'était pas (encore?) quelque chose pour laquelle la majorité des Russes se seraient battus [je le répète quitte à me faire de nouveau traiter de raciste], alors que lui était et sans doute est encore un véritable démocrate, capable de se mettre en retrait dès lors que ses visions n'étaient pas majoritairement partagées, peut-être le seul véritable dirigeant russe démocrate depuis longtemps et pour longtemps, un dirigeant profondément et intimement persuadé que la démocratie ne peut jamais être imposée par acte d'autorité, que ce dont son pays avait le plus besoin, et n'est-ce pas encore le cas ?, c'était le pluralisme économique, politique, philosophique. Dans d'autres ouvrages sans doute précise-t-il davantage toute l'ampleur de sa critique du soviétisme, qui n'est ici qu'ébauchée, mais dans ce petit livre il révèle quelque chose d'extrêmement révolutionnaire pour un dirigeant communiste : son scepticisme vis-à-vis de toute ingénierie sociale, quels que soient ses hauts idéaux, quelle que soit la manière de la mettre en pratique. Un scepticisme auquel, soit dit en passant, nos presque quarante ans de néo-libéralisme ne sont toujours pas parvenus...
Tout au long de ces pages, dans une prose bien communiste, bien désuète, Gorbatchev se bat encore. S'il avoue ses erreurs, d'une manière devenue si rare en politique de nos jours, il sait que son analyse est correcte, il veut convaincre. Il fait valoir son indiscutable aura internationale, qui ne lui suffira pas, néanmoins, à recevoir ces crédits qu'il sollicite « pour passer l'hiver, physiquement », et qui lui seront cruellement niés, alors que son pays est solvable, alors qu'il seront accordés à pleines mains à son successeur, Eltsine, sans même être regardant sur les manières dont il seront distribués... Gorbatchev était plus démocrate que les démocraties occidentales, car il était prêt à prouver, comme il l'a fait, que les tolérants (les pluralistes) continuent de l'être face aux intolérants (les autoritaires) et de ce fait leur succombent presque toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ApoapoApoapo   20 mai 2018
« In the most general terms the aims of 'perestroika' are : economic freedom, political freedom, escape from isolation, and the inclusion of the country in the mainstream of civilization. And the fundamental principle, if you look at it on a philosophical level, is the unacceptability of any ready-made models which might once again, however good the intentions, be imposed on society, to bring people happiness 'from above'.
The aim is to emancipate the vital forces of the people themselves, to offer them the possibility in free movement to create their own well-being – each one individually and all together – and to pave the path to their future not on the basis of dogmas but guided by simple and universal human values, developed through centuries of worldwide progress. » (p. 104)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          45
ApoapoApoapo   20 mai 2018
« Many people now say : did Gorbachev really not foresee it ? Of course I did foresee the theoretical possibility of a sharp conflict between the forces of renewal and reaction. And I was not alone in that. […] I tried not to allow an explosive resolution of the contradictions to take place. I wanted to gain time by making tactical moves, so as to allow the democratic process to acquire sufficient stability to ease out the old ways and to strengthen people's attachement to the new values. In short, I wanted to bring the country to a stage where any such attempt to seize power would be doomed to failure. » (p. 13)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ApoapoApoapo   20 mai 2018
« This is the specific nature of the process of 'perestroika' as a whole. It is not a question of the President's powers but of the moral and political principle. After all, in our country everything was always decided ultimately by the use of force. Political life was conducted on this basis : if you are my opponent and I am in power, you must at the very least be sent to prison. But now we have recognized the legitimacy of pluralism in the economy, in politics and in the whole of public life. But all that has yet to become a reality and it is going through a very painful birth. » (p. 100)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ApoapoApoapo   20 mai 2018
« As a person who headed the Communist Party of the Soviet Union since 1985 I cannot avoid the question of the attitude to communists. My position is this : I am a resolute opponent of whipping up anti-communist hysteria or allowing the persecution of millions of communists, honest people who have done nothing to stain their reputation. For a long time I really did think that the CPSU could be reformed. But the August coup destroyed thoses hopes. I realized that a short time after my return from the Crimea. » (p. 46)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Mikhaïl Gorbatchev (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mikhaïl Gorbatchev
Entretien exclusif avec le dernier président de l'URSS à Montpellier lors de sa venue pour le New Policy Forum 2011.
autres livres classés : urssVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
109 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre