AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226085900
368 pages
Éditeur : Albin Michel (21/03/1996)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Rosemarie Burger ressemble physiquement à son père; mais, plus encore, elle est la fille spirituelle de cet homme remarquable qui a voué sa vie entière à une grande oeuvre de justice : rendre aux Noirs d'Afrique du Sud la place que les Afrikaners blancs leur refusent, par droit de conquête, dans leur propre pays. Lionel Burger, Afrikaner lui-même, chirurgien et leader communiste, aide les opprimés, dénonce la politique d'apartheid, prêche la révolution et, condamné ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Sachenka
  16 février 2020
Milieu du XXe siècle. Afrique du Sud. Apartheid. Je connais les grandes lignes des événements entourant cette époque troublée et troublante. Plusieurs auteurs sud-africains ont écrit sur ce sujet tels Brink et Coetze. Nadine Gordimer aussi, avec son roman, Fille de Burger. Ce que je trouve intéressant de ces auteurs, c'est qu'ils n'ont pas essayé de se mettre seulement à la place des Noirs (du moins, dans les romans que j'ai lus) mais plutôt qu'ils ont tenté de montrer l'impact négatif de la ségrégation et de la répression chez tous, incluant les Blancs. Pas que ceux-ci aient souffert davantage ou autant, mais qu'ils ont lutté également pour cette cause, et d'autres aussi. Aussi, cela démontre comment l'apartheid a eu un impact sur la vie de tous, même indirectement. C'est le cas de Rosemarie Burger, Afrikaner blanche. Elle est la fille de militants et leaders communistes, luttant pour les droits en général, incluant l'intégration sociale des Noirs. Donc, par la bande, ils luttent contre l'apartheid. Ils seront emprisonnés et mourront en prison, laissant derrière eux une jeune orpheline.
Fille de Burger est davantage un roman sur une protagoniste prisonnière de son héritage familial, des attentes que son entourage entretient à son égard à cause, justement, du long combat de ses parents. À vingt ans, Rosemarie aimerait bien trouver sa voie, prendre ses distances avec son lourd héritage mais tout son univers gravite autour de ces luttes. le pire, c'est qu'elle partage ces convictions même si elle ne sait pas encore comment cela va se traduire. Elle ne peut que continuer le travail de son père, ne serait-ce qu'à sa manière. Ce début m'a plu. On découvre cet univers, la famille et les amis, baignant dans cet univers où l'on discute, politique, démocratie, droits, etc. En même temps, on découvre un peu l'Afrique du Sud. Sa géographie, ses villes, la campagne, les différents groupes ethniques qui le composent (les Noirs ne forment pas un bloc homogène), son histoire récente. Même ses relations avec les pays avoisinants, Namibie, Mozambique, etc.
Malheureusement, malgré cette prémisse qui m'a attiré, les centaines de pages qui composent ce roman m'ont ennuyé rapidement. Ça s'étire, s'étire et s'étire. J'avais l'impression que l'histoire tournait en rond. Rosemarie se promène entre la ferme de son oncle et de sa tante et la ville où elle croise les anciennes connaissances de ses parents, qui deviennent les siennes. Et ils discutent toujours des mêmes choses. Éventuellement, Rosa voyage en Europe mais là aussi elle est entraînée rapidement dans la mouvance des mouvements revendicateurs. Comme si son destin était tracé, qu'elle n'avait de vie en dehors de la politique. Son cercle s'élargit mais on y parle des mêmes problématiques. Ou sinon on l'y ramène. le pire, c'est qu'en Europe les gens parlent de ces problématiques en spectateurs, à bonne distance. La conséquence ? On a droit à des commentaires superficiels comme : « - Quelle expérience ! Se trouver là-bas, en Afrique… » (p. 373) Je ne doute pas que de pareils commentaires soient réalistes et aient pu être dits : ils démontrent l'hypocrisie et l'ignorance des gens. Peut-être que, à l'époque de la sortie du roman, ça a éveillé, choqué, la population mais, plus de trente ans plus tard, c'est plutôt lourd.
À cela, il faut ajouter que Rosemarie est plutôt passive, en réaction à ce qui se passe. Quelques souvenirs qui la ramenaient en arrière ajoutaient un complément d'information sur la vie en Afrique du Sud mais ces rares moments n'arrivaient plus à soulever mon intértêt. J'ai terminé le livre parce qu'il constitue un témoignant pertinent d'une situation à une époque donnée, en espérant qu'elle ne revienne jamais et que d'autres situations d'injustices soient réparées. Il soulève de bons questionnements, dommage qu'il soit si long et que son rythme soit si lent. Ainsi, je ne recommande Fille de Burger qu'à quelqu'un intéressé par cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
fdhautfdhaut   05 septembre 2015
Il s'agit d'un texte fort long et parfois confus. Le thème est intéressant: l'itinéraire d'une fille de parents (bourgeois blancs communistes orthodoxes engagés dans la défense des noirs sous le régime de l'apartheit) qi ont voué leur vie à leur idéal, qui jeune adulte orpheline, cherche à trouver la direction à donner à sa propre existence.
On peut y trouver beaucoup de réflexions dans de multiples domaines: l'absurdité de ce régime, la rigidité allant jusqu'à la sclérose du communisme international, la difficulté à trouver sa place face à des parents à personnalité forte etc, etc...
Malheureusement, le livre est trop abondant. L'ateur s'étend dans des descriptions longues (je n'ai pas lu le le livre dans sa langue originale, uniquement dans la traduction française) et des phrases interminables qu'on a envie de sauter...mais alors, on ne retrouve plus le fil... car en plus le style est un peu particulier passant de la première à la troisième personne avec plusieurs narrateurs sans transition dans le même paragraphe. Donc livre intérssant, frôlant le documentaire, mais ardu et difficile à lire. Je n'ai pas trouvé vraiment du plaisir!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SachenkaSachenka   02 février 2020
Être libre, c'est devenir quelque peu étranger à soi-même.
Commenter  J’apprécie          150
SachenkaSachenka   05 février 2020
L'avenir est la répétition du présent.
Commenter  J’apprécie          140
klakmufklakmuf   07 novembre 2013
It's possible to feel very much alive when terrible things - dread and pain and threatening courage - are also in the air. (Penguin, p. 351)
Commenter  J’apprécie          10
klakmufklakmuf   07 novembre 2013
The bourgeois fate: to eat without hunger, to mate without desire (Penguin, p. 117)
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Video de Nadine Gordimer (2) Voir plusAjouter une vidéo
autres livres classés : littérature sud-africaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2017 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre