AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Georges-Emmanuel Clancier (Autre)Serge Persky (Autre)
EAN : 9782253011286
351 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Je ne sais ce qu’il faut admirer le plus dans cette évocation d’une enfance et d’une adolescence vouée au labeur forcené et en butte à toutes les privations, à toutes les humiliations aussi : de l’acuité de l’observation, de la vivacité du trait, de la peinture poignante des faiblesses comme de la grandeur humaine, ou enfin de la poésie qui éclaire chaque instant de ces aventures même lorsque le héros parait submergé par l’amertume ou le désespoir.
Au-delà de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Gwen21
  16 mars 2018
Quand j'ai dit à Irina, mon amie russe, qu'en ce moment je lisais Gorki, elle s'est exclamée : "Hein ! L'écrivain de la propagande !" et j'ai été assez surprise par son verdict qui semblait sans appel.
Certes, je n'avais pas encore eu l'occasion de m'intéresser à cet auteur bien qu'ayant déjà parcouru quelques belles pages de la littérature classique russe, et je me suis donc intéressée à la biographie de Maxime Gorki avant d'entamer ce récit autobiographique dont le titre semble en effet évoquer tout un programme, "En gagnant mon pain".
Ce que j'ai découvert, c'est que Gorki fut un écrivain engagé très tôt aux côtés des bolcheviques de la première heure. Proche de Lénine (puis de Staline), il connut en effet la lutte politique et l'exil, avant d'être promu archétype vivant de l'auteur soviétique, ce qui ne l'a pas empêché de mourir dans des circonstances qui posèrent question, puis d'être enterré en grande pompe aux frais de l'URSS. Mais un homme qui est né en 1868 a connu bien des expériences avant la chute des tsars...
"En gagnant mon pain" est l'un des volumes qu'il consacre entièrement à l'évocation de ses souvenirs d'enfance. Publié en 1915, on n'y trouve aucune revendication politique mais la peinture sociale du monde dont il était issu : celui des petites gens, fort nombreuses en Russie (et c'est toujours hélas d'actualité). Donc non seulement, on ne risque pas d'y lire quelque propagande que ce soit (en tout cas, moi, je n'en ai pas trouvé et j'ai rassuré Irina sur ce point), mais on y découvre avec intérêt la vie quotidienne d'un panel varié de Russes, de sa grand-mère vivant de la cueillette forestière (ce qui est encore le cas d'une partie de la population russe aujourd'hui, je peux en témoigner), à ses patrons, ses camarades, ses "petites amies", etc. Du roman d'apprentissage plus vrai que nature.
On retrouve ainsi avec sensibilité et réalisme, le tout dans un style plus qu'accessible et plaisant, le rapport particulier des Russes à la nature, à la foi, à l'alcool, au destin et... au système D (là encore je peux témoigner qu'il en est toujours de même de nos jours). Mais ce qui m'a surtout marquée, c'est l'insistance pleine de saveur de l'auteur sur sa découverte de la lecture et de la littérature, et de l'évasion qu'elles procurent. Le jeune Alexei - Gorki s'appelait en réalité Alexis Pechkov - m'a touchée par son obstination à lire malgré les obstacles de son milieu natal. J'y ai vu un appel à s'instruire et à persévérer dans la connaissance pour s'extraire de la misère. Alors, si c'est ça qu'on appelle "propagande", elle n'est certainement pas à craindre, formulée ainsi.

Challenge 1914-1989 - Edition 2018
Challenge MULTI-DÉFIS 2018
Challenge Petit Bac 2017 - 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          483
lecassin
  10 octobre 2012
« En gagnant mon pain », est le deuxième volet de la trilogie « Enfance », « En gagnant mon pain », « Mes universités » dont l'auteur, Alekseï Maksimovitch Pechkov signera son oeuvre littéraire sous le nom de Maxime Gorki, amer en russe...
De famille miséreuse, autodidacte et issu du journalisme, Maxime Gorki nous retrace ici sa vie d'adolescent et nous entraine dans la Russie profonde de la fin du XIX e siècle.
Gorki est considéré comme un des chefs de file du mouvement « réalisme soviétique », proche de Lénine. Ses écrits n'en ont pas moins d'intérêt pour autant ; particulièrement ici où l'on découvre le lent cheminement d'un adolescent livré à lui-même vers l'âge adulte (quinze ans en l'occurrence) au milieu de l'environnement pour le moins difficile de la fin de la Russie tsariste. Un adolescent qui sauvera son intégrité intellectuelle par la découverte de l'art et particulièrement de la littérature qui lui permettra d'assouvir sa soif de connaissances et de s'ouvrir sur le monde extérieur.
Un véritable hymne à la lecture…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Cathy74
  08 septembre 2020
Je connaissais le nom de Maxime Gorki, j'ignorais cependant tout de ses oeuvres. C'est par le hasard d'une rencontre avec une cabane à livres de ma commune, que j'ai trouvé l'édition du Livre de Poche de En gagnant mon pain. J'ignorais encore que c'était le deuxième volume de la trilogie narrant la vie de l'auteur.
Ce témoignage d'une époque si lointaine et si proche, qui a contribué à façonner le monde dans lequel nous vivons désormais m'a fascinée. L'écriture simple et limpide en appelle aux sens. On vit au rythme de ce très jeune adolescent, chassé de la famille par son grand-père qui considère qu'il peut désormais assumer seul sa subsistance. Il va donc faire mille et un métiers, chasseur dans une cordonnerie de luxe, bonne à tout faire, porteur commissionnaire, mais aussi piégeur d'oiseaux. Il passe ainsi des faubourgs malodorants et malfamés à la nature sauvage qui lui inspire des idées de liberté. Il essaie par tous les moyens de s'instruire. Son esprit curieux n'est pas borné par une éducation académique. Il lit au gré de ses rencontres, des livres que l'on veut bien lui prêter. Il s'entiche ainsi De Balzac qu'il découvre avec Eugénie Grandet. Il en explique simplement les circonstances : "un véritable "Grand Livre", un "livre comme il faut" que me prêta la coupeuse". Il deviendra ainsi un authentique et immense autodidacte.
Au gré de ses placements, de ses fugues, il côtoie aussi la misère et la violence ordinaire faite au peuple, aux ouvriers, aux paysans. Il constate le dénuement intellectuel des pauvres gens et celle de la bourgeoisie. Ces strates, voire ces castes, sont incapables à l'époque de dépasser les idées toutes faites, le joug d'une religion pesante, le poids d'un régime tsariste moyenâgeux. Toutes expériences qui façonneront la littérature engagée de l'écrivain et les choix politiques ambigus de l'homme public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
meknes56
  26 juillet 2019
Beaucoup moins bien que" la Mère", ce livre m'a tout de même bien plu.
Commenter  J’apprécie          00
madi6746
  23 mars 2015
Jai beaucoup apprécié
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21Gwen21   12 mars 2018
La forêt faisait naître en moi un sentiment de confort et de paix intérieure. Toutes mes amertumes s'y dissipaient. J'oubliais les choses désagréables et en même temps, une acuité de perception spéciale se développait en moi. L'ouïe et la vue s'aiguisaient, la mémoire devenait plus subtile et le réceptacle de mes impressions plus profond.
Commenter  J’apprécie          180
Cathy74Cathy74   08 septembre 2020
Je ne buvais pas d'alcool, je ne courais pas les filles ; ces deux moyens d'enivrer l'âme étaient pour moi remplacés par les livres, et plus je lisais, plus il me devenait difficile de mener une existence inutile et vide, comme celle de la plupart des gens. Je venais d'avoir quinze ans et demi, mais parfois je me sentais homme mûr. Au moral je m'étais gonflé et alourdi de tout ce que j'avais vu ou lu, et de toutes mes réflexions. En regardant en moi, je trouvais le réceptacle de mes impressions pareil à un sombre réduit où sont entassées en désordre toutes sortes de choses. Je n'avais ni la force ni la science nécessaire pour m'y reconnaître.
Et malgré leur abondance, mes bagages n'étaient pas bien assis, ils vacillaient et me faisaient chanceler, comme l'eau ébranle un bassin posé de travers sur une table.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PiertyMPiertyM   27 octobre 2014
Le travail de l'esprit, pendant l'enfance, creuse dans l'âme des plaies si profondes que, parfois, elles ne peuvent plus se fermer.
Commenter  J’apprécie          200
PiertyMPiertyM   27 octobre 2014
Qui suis-je ? Un être humain. Et l'autre, qui est-il ? Un être humain aussi. Alors quoi ? Dieu exigerait-il de lui ou de moi un impôt différent ? Non, nous sommes tous égaux devant Dieu... Il faut que nous soyons égaux dans la vie.
Commenter  J’apprécie          80
Gwen21Gwen21   16 mars 2018
- [...] Les gens s'usent et meurent, c'est naturel, mais nulle part ils ne s'épuisent avec la même rapidité terrifiante, ni aussi stupidement que chez nous, en Russie.
Commenter  J’apprécie          90

Video de Maxime Gorki (3) Voir plusAjouter une vidéo

"Les estivants" de Gorki à la Comédie Française
Répétition des "Estivants" de Maxime GORKI à la Comédie Française sous la direction de Jacques LASSALLE. Off, Jacques LASSALLE définit le thème de la pièce, parle du choix des acteurs, sur des images des répétitions. La pièce fait jouer 18 acteurs. il s'agit de la dernière création du mandat de Jacques TOJA. Elle permet de faire le lien avec la nouvelle administration (Jean Pierre...
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
338 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre