AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791035202354
Éditeur : Thierry Magnier (01/03/2019)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 12 notes)
Résumé :
En arrivant à Édimbourg, Madison n’a qu’une idée en tête : s’enfoncer un peu plus dans le brouillard de cette ville et s’y dissoudre en attendant que la douleur de sa dernière déception amoureuse se dissipe. Mais la jeune française fait rapidement la connaissance de Fern, une pétillante étudiante franco-écossaise qui lui propose de s’installer en coloc avec elle et un ami, au sein d’une auberge de jeunesse. Le début d’une nouvelle expérience pour Madison qui, petit ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
sylvaine
  23 juin 2019
Les filles du nordMélody Gornet aux éditions Thierry Magnier mars 2019
Tous mes remerciements aux éditions Thierry Magnier et à babelio pour cette belle rencontre avec Madison, Fern, Arbor et les autres..
Si je voulais vous convaincre que la littérature jeunesse est aussi talentueuse que la littérature générale je ne pourrais pas choisir un meilleur exemple
Quant Madison arrive à Edimbourg en ce début d'année universitaire elle est au plus mal. Noyée dans un marasme noir de noir elle est à deux doigts de perdre pied! Heureusement dans la grisaille écossaise elle croise le sourire et la pétulance de Fern et bientôt la gentillesse d'Arbor. Mélody Gornet trouve les mots justes. Blessée, cabossée par la vie Madison émerge peu à peu et nous découvrons aussi le pourquoi . Une belle plume qui sans tabous ni préjugés aborde les sujets cruciaux de la vie et de la reconnaissance de soi.
Ce bien joli texte s'adresse aux adolescents et aux jeunes adultes mais, de cela je suis persuadée, ne peut que plaire aux moins jeunes voir même aux seniors comme moi!
A découvrir sans hésitations .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
Strega
  09 juillet 2019
Madison est dans un état psychologique préoccupant. Elle essaie tant bien que mal de se maintenir à flot. Pour s'éloigner de sa douleur et tenter de se reconstruire, elle a décidé de changer d'environnement et de partir étudier en Écosse. Là-bas, elle fait la rencontre de Fern, une jeune femme pleine de joie de vivre et d'idées farfelues, ainsi que d'Arbor, son placide meilleur ami.
J'ai adoré ce roman si touchant, poétique à sa manière, et tellement sincère. Il m'a rappelé ce moment difficile où l'on sort de l'adolescence, mais où l'on n'est pas encore pleinement adulte. On se cherche encore, on se construit en permanence dans un champ de possibilités qui semble infini. C'est à la fois grisant et épuisant.
À mesure que s'organise la nouvelle vie de Madison, on parcourt ses failles et ses peurs du bout des doigts. On la sent terriblement réelle. Et brisée. J'ai aimé la découvrir, apprendre à connaître Fern et Arbor avec elle. Ce sont tous de très beaux personnages. C'est leur fragilité mais aussi leurs espoirs qui les rendent si réels.
On voit Madison chanceler, essayer de grandir et de se reconstruire. On comprend petit à petit ce qui lui est arrivé. J'ai beaucoup aimé les interludes réservés à ses rêveries. Madison s'est créé un monde, basé sur le jeu de cartes traditionnel. Il renvoie le reflet de son état d'esprit. C'est quelque chose qui me parle et l'autrice est très subtile dans sa façon d'utiliser l'imaginaire de la jeune fille.
J'ai aimé la sensibilité avec laquelle elle raconte cette histoire, sa façon d'évoquer des sujets graves, comme le suicide, avec honnêteté, sans tenter d'apitoyer son lecteur ou de jouer avec ses sentiments. Ce n'est jamais mièvre ou surfait.
Pour autant, malgré les sujets abordés, ce n'est pas du tout un roman triste. C'est celui d'une reconstruction, de la fin de l'adolescence et de l'entrée dans l'âge adulte, de l'amitié et de la résilience. L'autrice évoque avec pudeur et sensibilité la difficulté de trouver sa place, d'accepter sa sexualité ou encore de gérer les fêlures et les traumatismes de l'adolescence. Mais au final il y a toujours de l'espoir.
J'avais déjà pu remarquer que les récits young adult publiés chez Thierry Magnier sont de qualité et abordent des sujets sérieux sans prendre les jeunes pour des abrutis. Les Filles du Nord ne déroge pas à la règle. Il est intelligent, très bien écrit et agréable à lire. Il m'a donné envie d'en découvrir d'autres.
Lien : http://livropathe.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
yael2000
  05 mai 2019
Je crois que j'ai presque tout aimé, dans ce livre. J'ai aimé l'ambiance brumeuse de l'Écosse, j'ai aimé la plume simple mais élégante de l'auteure, j'ai aimé la poésie et la mélancolie, j'ai aimé l'amour qui se mourait et celui qui naissait, j'ai aimé les passages en italique, reflet de l'imaginaire, du monde intérieur de Madison, l'héroïne.
J'ai dévoré ce livre en seulement quelques heures. Une fois que je l'ai ouvert, je ne l'ai plus lâché...
Le petit + : un roman qui aborde la sexualité de manière décomplexée, et qui fait passer des messages importants.
Le petit - : le seul reproche que je pourrais faire à ce livre, c'est sa taille. J'aurais aimé qu'il soit un peu plus long, pour découvrir un peu plus certains personnages.
Ce livre ne rencontre pas encore le succès qu'il mérite, et je le recommande très, très chaudement à tous les amateurs et amatrices de bon romans réalistes. Celui-ci est profond, et vraiment bien pensé. Alors plongez-vous dedans!
Commenter  J’apprécie          30
karinch07
  30 juin 2019
Merci à Masse critique pour ce livre.
Une plongée assez sombre dans les faubourgs d'Edimbourg l'hiver. On suit Madison dans sa fuite, elle s'enfonce dans une longue dépression, se mure dans le silence et la solitude, jusqu'à la rencontre avec Fern, tornade d'énergie, puis Arbor, et la remontée lente, jusqu'au printemps... On découvre l'Écosse sous un jour sombre, gris, poisseux... En parallèle, les obsessions de Madison matérialisées par ses cartes à jouer qui prennent vie et la harcèlent, lui rappelant sans cesse la raison de son départ, de sa déprime...
Personnellement, j'ai trouvé tout le début du livre "malaisant", la dépression de Madison dégouline dans chaque page, collant comme le smog d'Edimbourg, les interventions régulières des rois et reines des cartes rappelant Jenn sont perturbantes, on se demande ce qu'il s'est passé... Ayant vécu en Écosse, je trouve la description d'Edimbourg et de sa population triste et grise, mais il faut la voir dans le prisme de la névrose de la jeune fille. Heureusement, l'arrivée du printemps apporte lumière et légèreté, et la fin du livre se dévore d'une traite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Stemili51Stemili51   11 avril 2019
"Maintenant, elle meurt, répète Alexandre. Dans toutes les maisons. Les rideaux noués en nœuds coulants, les piluliers dans la salle de bains, les lames de rasoir. Elle n'a pas arrêté. Chaque fois que tu tournais la tête elle mourait. Tu refuses de la voir maintenant, et elle n'arrête plus de mourir."
Il y a plus de fantômes dans ma tête que dans tous les cimetières d'Edimbourg.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : dépressionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Melody Gornet (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Connaissez vous bien Terry Pratchett ?

En quelle année est né Terry Pratchett ?

1943
1948
1950
1955

10 questions
105 lecteurs ont répondu
Thème : Terry PratchettCréer un quiz sur ce livre