AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782743638672
221 pages
Éditeur : Payot et Rivages (01/02/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 94 notes)
Résumé :
Icône du journalisme en Amérique, Vivian Gornick a surtout connu le succès en Amérique avec ses textes autobiographiques. Le plus « culte » , Attachement féroce, publié en 1987, paraît pour la première fois en français. Dans la lignée de L'Année de la pensée magique de Didion ou de Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? de Jeanette Winterson, Gornick s'empare d'un sujet universel : les relations mère-fille. Dès les premières pages, on tombe sous le charme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
michfred
  12 septembre 2017
Comment est-il possible qu'un livre de cette qualité, publié aux USA en 1987, n'ait été traduit en français qu'en 2015?
Comment est-il possible qu'un tel livre ait seulement une dizaine de critiques quand La Tresse -au hasard..- en a plus de 200?
Est-ce que nous ne sommes pas en train de passer à côté d'une Doris Lessing du Bronx, d'une Virginia Woolf new yorkaise ?
J'y allais pourtant à reculons: je redoutais la énième autobiographie romancée sur la relation fatale mère-fille, le ixième bouquin sur la yiddish mamma toxique -une version de la mère juive castratrice à l'usage des petites filles- , ou même la chronique -tellement-haute- en -couleurs des années 40-60, où l'immigration ashkénaze, souvent communiste, faisait les belles heures du Bronx...
Rien, rien, rien de tout cela! J'ai été cueillie par la surprise, de la première à la dernière ligne: rien de convenu, rien d'attendu, rien de stéreotypé -et pourtant tout sonne terriblement juste, tout fait mouche, tout ouvre à la réflexion, tout remue notre sensibilité, notre sensualité.
Tout est créateur de sens, forgeur de mythe. Et cette mère , cette fille touchent à l'universel à force d'être si authentiquement uniques, si puissamment originales- ce qui n'est pas le moindre des paradoxes!
Avec une langue affûtée, exempte de tout cliché, tantôt collant au plus près de la sensation, de l'émotion, tantôt prenant le recul de l'ironie, ou la froideur distanciée de l'analyse, Vivian Gornick traque, isole, retrouve, perd, compare, mêle les moments d'un passé toujours vivace et ceux d'un présent jamais serein, toujours un peu sur le qui-vive, deux temps étroitement mêlés comme le sont, indissolublement, pour le meilleur et pour le pire, la mère et la fille.
Sa mère et elle. Car il s'agit d'un récit autobiographique et non pas d'un roman, tissé au rythme des promenades inlassables que les deux femmes font ensemble dans un New York dont la forme change plus vite que le fond de leur coeur...
Structure proustienne, musicale, et analyse impitoyable, parfois virulente pour ce récit d'une émancipation difficile, douloureuse, mais sans rupture, sans mise à mort, sans reniement.
Naissance d'un écrivain, formation d'une intellectuelle qui reste la fille d'une maîtresse femme. Acquisition d'une liberté qui reste un dialogue. Prise de distance qui reste un face-à-face.
Il faut lire Attachement féroce pour toutes ces raisons, et aussi pour le plaisir de découvrir un Bronx d'après guerre, marqué par l'exil, l'holocauste, mais résolument tourné vers la vie, un Bronx populaire, où chacun se connaît, où tout se sait, se commente, se distille. Pour découvrir Nettie, la shiksa, jeune veuve ukrainienne et goy, à la sensualité envoûtante, qui tente de capter la jeune Vivian dans ses filets de sirène, face à madame Gornick mère, tranchante, autoritaire, incontestée.
Attachement féroce, férocement attachant...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          628
Annette55
  05 novembre 2018
Voici un récit autobiographique vivant qui relate les relations mère - fìlle ...
Vous pensez: un de plus------non pas du tout -----plutôt une sorte de" Je t'aime moi non plus" , engagé, féministe , vibrant et lucide, sans aucune complaisance , vraiment !
Vivian et sa mére vivent dans le quartier juif du Bronx de l'après guerre . Elles occupent un petit appartement oú alternent la haine ou la fusion, c'est selon ....Ces deux êtres se sentent liées par un amour impossible, qui les empêche de se séparer .....
Au sein de ce quartier vivent essentiellement des femmes , un Bronx populaire oú chacun se connait , oú tout se sait bien sûr , oú chacun aime parler de l'autre...
Notamment Nettie, flamboyante ukrainienne, sensuelle et extravagante qui attire l'auteur , la jeune Vivian, face à sa mére autoritaire, hors d'atteinte, impatiente et tranchante , au caractère bien trempé.....atypique, dure et forte....
Bien des années après, mére et fìlle déambuleront longuement, arpenteront les rues de New--York.
Tout au long de leurs promenades, leurs souvenirs affleurent , surtout les anecdotes concernant leurs voisines d'immeuble , elles raniment les tranches de vie au milieu de ces femmes , le travail aussi et l'amour..... des flashs backs nourris ....l'auteur conte le contexte social d'une manière subtile et caustique, sa relation éprouvante avec sa mére, parfois douloureuse ...
Adoration et détestation à la fois !

Cela ressemble à un journal intime: une relation compliquée, riche, unique dont la figure centrale est "La Mère" , ses fulgurances, une forme d'attachement - détaché,---honnête ....féministe , tendre et drôle à la fois qui brosse le portrait d'une époque .
Un roman étonnant publié en 1987aux Etats -Unis .
Pourquoi arrive t- il si tard en France ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          615
ATOS
  29 octobre 2019
Difficile de ne pas entrer dans la folie de ce couple ère-fille. On frémit, on rit, on sourit, on s'irrite. On comprend les manques, les failles, la passion, la violence, l'amour, les haines, les incompréhensions qui les enserrent. La vie de l'une, la vie de l'autre, deux destins qui se répercutent. Une histoire de femmes mais pas seulement. Car tout se rejoint; L'échec de l'une, la solitude de l'autre. Une biographie intéressante dans laquelle chacune et chacun comprendra que la difficulté d'aimer naît toujours de la blessure de ne pas l'avoir été.
Astrid Shriqui Garain
Commenter  J’apprécie          210
nath45
  12 février 2017
Cette autobiographie publiée en 1987 aux États-Unis et éditée pour la première fois en France, nous permet de déambuler avec Viviane et sa mère dans les rues de New York dans les années 50.
Au fur et à mesure qu'elles arpentent les rues, elles raniment leur vie dans le Bronx, la vie au milieu des femmes qui habitent le même immeuble comme Nettie, une femme à découvrir. Elles évoquent également l'amour et ce qu'il représente pour chacune d'elle, le travail, mais il est question surtout du rapport d'une grande lucidité entre la mère et la fille, les tiraillements, les phrases parfois sanglantes et autoritaires de la mère, pas facile tous les jours de vivre ensemble. C'est un bel hommage à sa mère que lui rend Vivian Gornick et pour nous lecteur une belle découverte littéraire. Merci aux Editions Rivages pour cette traduction.
Commenter  J’apprécie          191
musaraneus
  16 décembre 2018
Vivian et sa mère déambulent bras dessus bras dessous dans les rues de Manhattan. Lors de ces promenades, elles parlent, se souviennent du passé, se chamaillent un peu, se racontent beaucoup. Il est question du quartier (Le Bronx des années 40-60), son organisation, ses communautés, les femmes qui le font vivre. Les histoires des unes et les problèmes des autres... Il est question de sexe aussi, de relations amoureuses, de maris volages, de femmes heureuses en ménage et d'autres non.
Certains passages m'ont fait sourire, mais dans l'ensemble je n'ai pas trouvé grand intérêt à ce déballage d'affaires de famille.
Beaucoup de références à la culture juive que je n'ai pas comprises moi qui suit athée et inculte, je l'avoue, sur les questions de religion.
Beaucoup de passages concernent la vie de couple et la narratrice raconte la sexualité de sa mère sans distance, ce qui m'a mise un peu mal à l'aise... Une lecture qui m'a agacé parfois et ennuyé beaucoup. Bref, je suis passé complètement à côté !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180


critiques presse (6)
Actualitte   07 mars 2018
Écrit en 1987, Attachement féroce dissèque la relation de l’auteure, féministe alors déjà réputée aux États-Unis, avec sa mère, mais aussi avec ses amants et globalement avec tous ceux avec qui elle interagit.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeMonde   10 juillet 2017
Attachement féroce est un grand livre gorgé de lucidité sarcastique, paru en 1987 : il était temps de le découvrir !
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaPresse   03 avril 2017
La plume de Vivian Gornick est tendre, mais jamais complaisante. On sent beaucoup d'amour pour ce Bronx et ses habitants qui l'ont définie comme femme et comme écrivaine.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaLibreBelgique   08 mars 2017
Un texte vibrant, qui alterne le fusionnel et la haine pour finalement dépasser le cadre de l’intime et livrer, de l’époque, de la condition des femmes et de New York, une vision unique, tranchante, lucide.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaCroix   28 février 2017
Les mémoires romanesques de Vivian Gornick, âgée de 81 ans aujourd’hui, font revivre sa relation éprouvante avec sa mère dans le Bronx de l’après-guerre.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LeFigaro   23 février 2017
Le portrait d'une New-Yorkaise de caractère par sa fille. Superbe.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
michfredmichfred   12 septembre 2017
Elle se détourne et, avec le tranchant de la main, fend l'air de son geste habituel de démission.
"Laisse-moi tranquille",dit-elle avec un tremblement de dégoût profond.
Je la regarde battre en retraite. Cette manière de faire semblant de se désintéresser : ce sera la dernière chose qui restera d'elle.
En réalité, ça la représentera à jamais. C'est son emblème, son idiome, ce qui la constitue à ses propres yeux. Ce geste, c'est son moyen de se différencier des bêtes, de s'élever au-dessus de la mêlée, de défaire le vrai du faux, de ne jamais prendre les choses à la légère, de toujours marquer un point. Tout à coup, sa vie presse sur mon coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
JIEMDEJIEMDE   20 septembre 2018
"Maman, si ce livre ne te plaît pas, ce n'est pas grave. Tu as le droit de le dire."
Elle me regarde d'un air inquiet, les yeux écarquillés, la tête à demi tournée vers moi. Tout à coup, elle est intéressée. Je reprends :
"Mais ne dis pas qu'il n'a rien à t'apprendre. Qu'il ne contient rien. Tu vaux mieux que ça, moi aussi, et le livre aussi. En disant ça, tu rabaisses tout."
Commenter  J’apprécie          130
Alice_Alice_   21 mai 2017
Dans ces années-là, les femmes comme moi étaient qualifiées de Nouvelles, Libérées, Excentriques (je préférais quant moi le qualificatif d'excentrique, et c'est toujours le cas aujourd'hui). Dans les faits, j'étais nouvelle, libérée et excentrique à mon bureau dans la journée, mais le soir, allongée sur mon canapé à regarder dans le vide, ma mère se matérialisait sous mes yeux comme pour dire : "Pas si vite, ma chérie. Nous n'en avons pas encore fini toutes les deux."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Corboland78Corboland78   29 mars 2017
Je restais jusqu’à dix ou onze heures du soir dans la cafétéria en sous-sol pour discuter avec une demi-douzaine d’étudiants qui, comme moi, n’avaient jamais envie de rentrer à Brooklyn ou dans le Bronx. C’est là, dans la cafétéria, que j’ai commencé mon éducation. Là que j’ai appris que Faulkner, c’était l’Amérique, Dickens de la politique, Marx du sexe, Jane Austen l’idée de la culture, que j’avais grandi dans un ghetto, et que D.H.Lawrence était un visionnaire. Ici que mon amour pour la littérature pris corps, que mon émerveillement au sujet de la vie de l’esprit fleurit. Où je découvris que des idées pouvaient nous métamorphoser, et que la conversation intellectuelle était éminemment érotique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
michfredmichfred   12 septembre 2017
Elle vivait la perte de manière si primaire qu'elle avait pris tout le chagrin pour elle. Le chagrin de nous tous. Elle était à la fois l'épouse, la mère, la fille. Au lieu de la vider, son chagrin l'emplissait. Elle n'était plus que vaisseau, conduit, expression. Elle possédait à présent une fluidité étonnante, sensuelle et exigeante.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Vivian Gornick (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vivian Gornick
Les Grands Débats - N… comme New York : Manhattan Stories dimanche 23 septembre 2018 de 14h00 à 15h00 Vivian Gornick - Kristopher Jansma - Pierre Krause Elle est à elle seule un véritable personnage de roman, un monde en soi, une métropole qui ne s'arrête jamais. Elle nous fascine et habite notre imaginaire, plus que toute autre ville. Que représente cette ville pour nos invités ? Qu'a-t-elle à leurs yeux de si particulier ? Comment écrit-on New York ? Chacune ou chacun possède-t-il sa version personnelle de cette ville ? Itinéraire en compagnie de trois auteurs dont les livres ne pourraient en aucun cas se dérouler ailleurs…
+ Lire la suite
autres livres classés : relations mère-filleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Vivian Gornick (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1134 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..