AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Astérix tome 16 sur 40
EAN : 9782205005165
48 pages
Dargaud (03/01/1997)
4.15/5   1111 notes
Résumé :
Gracchus Garovirus, gouverneur de Condate, un romain friand d'orgies, voit l'arrivée du collecteur des impôts Claudius Malosinus.

Gracchus très radin ne donne que 3 pièces d'or au questeur.
Ce dernier voulant se restaurer, se voit apporter un bouillon de légumes où Gracchus a discrètement versé du poison.

Après avoir vu maintes médecins romains, Claudius désire voir Panoramix. Ce dernier diagnostique un empoisonnement qui ne pe... >Voir plus
Que lire après Astérix, tome 16 : Astérix chez les HelvètesVoir plus
Astérix, tome 1 : Astérix le gaulois par Uderzo

Astérix

Albert Uderzo

3.14★ (186051)

40 tomes

Lucky Luke, tome 1 : La Diligence par Morris

Lucky Luke

Morris

3.40★ (38427)

41 tomes

Gil Jourdan, tome 1 : Libellule s'évade par Tillieux

Gil Jourdan

Maurice Tillieux

4.09★ (989)

16 tomes

Critiques, Analyses et Avis (74) Voir plus Ajouter une critique
4,15

sur 1111 notes
5
39 avis
4
21 avis
3
7 avis
2
1 avis
1
0 avis
Astérix chez les helvètes est à mon humble avis un des meilleurs Astérix ...
Indépendamment du fil narratif que l'on appréciera ou non , c'est un album très agréable à lire à cause d'un traitement de l'histoire qui est détaillé , équilibré , avec beaucoup de dessins savoureux assez riches , sémiotiquement parlant .
En effet il y a un grand sens du détail dans ces planches qui sont méticuleusement savoureuses . Je pense entre autres , aux orgies dont les dessins et les couleurs sont délicieuses . Des dessins éminemment communicatifs pour ce qui est de la mise dans le bain ? et pour ce qui est de la mise dans le lac Léman aussi , tant qu'à faire .
Il y a un ridicule outré dans le traitement du thème de la corruption et de la luxure , qui sont littéralement étalées en couche épaisses et dégoulinantes , comme la confiture sur le pain , un traitement qui est savoureux au possible .
Ces personnages orgiaques , des personnages outrés et vautrés dans leurs travers , qui se donnent en spectacle avec une autocomplaisance qui est ridiculement sidérante , sans sombrer pour autant dans la caricature facile , parce que ces personnages sont énormément étoffés par des dessins éloquents . On sent à quel point ils adhèrent à leurs travers , exactement comme le pied à la chaussure . Cet affichage spectaculairement ancré dans un parfait ridicule , parfaitement assumé , est désopilant au possible .
Il y a une certaine symétrie qui structure le récit dans ce volume , les orgies romaines en Gaules / les orgies romaines en Helvétie , le folklore musical suisse ne sera pas sans vous rappeler celui du village gaulois avec son barde superstar et incompris ...
Il y a un détournement de fait historique assez sympa , les auteurs pausent en effet , pour les besoins du récit , une frontière entre la Gaule et l'Helvétie , alors qu'il savent pertinemment que ces territoires étaient une unité culturelle et politique celtique et fonctionnelle , dans l'antiquité , d'ailleurs les dessins s'amusent de ce détournement , pensez à la borne frontière qui mentionne : Gaule (empire romain ) ? Helvétie (empire romain aussi ).
Le fil conducteur , le thème principal , du récit est la corruption , il est décliné avec humour évidement . Tellement de dessins savoureux , qui viennent décliner ce thème en brossant des personnages savoureux , qui enrichissent les développements autour de cette thématique .
Un détail très dans le ton général et dans l'esprit de cette bande dessinée : Si les romains sont en guerre avec les gaulois , cela n'empêche pas nos chers amis d'êtres humains et ouverts d'esprit , car transcendant les conflits , sans l'ombre d'un doute et sans la moindre hésitation , ils soutiennent gentiment le questeur Claudius qui est en difficulté . Ils le font absolument gratuitement , sans même le faire dans le cadre d'une campagne de principe contre la corruption . Il se mettront en quatre pour notre incorruptible fonctionnaire romain .
Le questeur lui aussi trouvera tout à fait naturel de solliciter l'ennemi gaulois , d'ailleurs au contraire de ce qu'il fait pour Obélix , le druide Panoramix , n'hésitera pas à offrir à ce romain , un peu de potion magique pour régler un petit détail , très personnel.
Astérix et cette BD en général , sont au-delà des préjugés et des Enkystement dans les raideurs idéologiques arthritiques , qui sont tellement rependues dans ce bas monde .
Si vous rencontrez une personne qui ne sait pas penser par elle-même hors cadre de programmation cérébrale idéologique , faites lui une ordonnance d'Astérix .
Si c'est trop grave , passez à la méthode Obélix , la distribution de baffes , ça n'améliore pas vraiment les choses , mais au moins on a la paix ..
Commenter  J’apprécie          625
Ce fut un réel plaisir de redécouvrir les aventures d'Astérix chez les Helvètes. Un album dont le lieu, selon Albert Uderzo, aurait été suggéré aux auteurs par Georges Pompidou à qui ils envoyaient régulièrement leurs livres. Évidemment très drôles dans la façon de pointer les stéréotypes et clichés sur les Suisses : leur ponctualité, leur propreté, leur secret bancaire, leur neutralité, leur lenteur, mais aussi les orgies et la corruption romaines, Goscinny et Uderzo nous régalent par leur inventivité, leur douce raillerie et leurs gags, qui ont comme toujours plusieurs niveaux de lecture.

Challenge MULTI-DEFIS 2022
Commenter  J’apprécie          650
Un petit scénario bien gentil sans plus avec cette quête de l'edelweiss par Astérix et Obélix pour soigner un romain empoisonné par d'autres romains. Il y a quelques bons moments d'humour mais l'ensemble me paraît un peu peiner pour décoller.

Bon, on a la Suisse, ses banques et leurs coffres, le fromage à volonté et les deux compères finiront par trouver la fleur convoitée. Mais, on a aussi du remplissage pour faire des pages et l'action traîne donc un peu.

Cela reste une petite distraction toujours appréciée par les inconditionnels du célèbre duo.
Commenter  J’apprécie          632
Après les remous de mai 68 et les frictions sur fond de lutte des classes au sein de la rédaction du journal Pilote, qui avaient donné le ton explosif du 15e album « La Zizanie » publié au premier semestre 1970, paraît dans la foulée, au second semestre de cette même année, le 16e album « Astérix chez les Helvètes ». L'idée d'un petit voyage en Suisse pourrait faire penser à l'opportunité de mettre à l'abri son patrimoine, après la période insurrectionnelle que fut mai 68. Je ne sais pas si une telle idée a pu germer chez Goscinny et Uderzo, mais Uderzo raconte lui-même que c'est Georges Pompidou, alors premier ministre de de Gaulle qui aurait suggéré cette destination aux deux auteurs. Avant de se lancer dans la politique, rappelle Uderzo, Georges Pompidou avait travaillé plusieurs années dans le monde bancaire. Renseignement pris, il a en effet travaillé pour la Banque Rothschild de 1956 à 1958. L'album sort quelques années plus tard, alors que Pompidou est devenu président de la République. Personnellement, j'en conclus deux choses : 1) Pompidou a eu une excellente idée et 2) la banque Rothschild est assurément un bon tremplin pour devenir président de la République Française.

Les Helvètes ont joué un rôle important au début de la guerre des Gaules. Vers 58 avant J.-C. fuyant les peuples germaniques, ils organisent soigneusement leur migration vers l'ouest en utilisant la technique de la terre brûlée, et souhaitent à cette occasion franchir le Rhône à Genava (actuellement Genève). César les en empêche en détruisant le pont de Genava et les force à rebrousser chemin. Cet épisode historique marque le début de la guerre des Gaules, pour César, la voie est désormais libre pour l'invasion romaine de la Gaule. Dans l'album, il sera fait mention à plusieurs reprises de la « reconstruction du pont » qu'il conviendrait de mieux signaler aux visiteurs de passage qui s'obstinent à traverser le lac à la nage ! (Pages 25, 37 et 38) avec cette conclusion pleine de bon sens : « Faudra tout de même mettre une pancarte au sujet de ce pont. »

L'album démarre classiquement par une vue en plongée de la place centrale du village gaulois. C'est la façade de la maison du chef Abraracourcix qui est cette fois mise à l'honneur, ce dernier traite ses deux porteurs d'incapables. Au même moment, devant la maison d'Astérix, Obélix astique un menhir à l'aide d'un chiffon, point de détail important qui servira au gag qui va suivre, installé sur deux pages. Après quelques répliques d'anthologie, on assiste à cette scène magnifique où, serviette blanche sur le bras et tenant le bouclier d'une seule main, Obélix transporte le (demi)chef Abraracourcix (pages 5 et 6) avec ces dernières répliques : « – Mais que fait Obélix ? – Il est en train de servir un demi. »

L'une des particularités de l'album est la présence d'un Romain présenté comme sympathique : Claudius Malosinus, victime d'un empoisonnement et dont la cause va être défendue par les Gaulois. Malosinus est un questeur romain, trésorier des provinces, envoyé par Jules César pour examiner les comptes de Gracchus Garovirus, le gouverneur de Condate. Garovirus est un être repoussant et malfaisant (c'est évidemment lui qui est à l'origine de l'empoisonnement de Malosinus), un amateur d'orgies qui semble sortir tout droit du film Satyricon de Fellini (1969) et représente le romain corrompu et fourbe traditionnel. Il est assisté de Caius Eucalyptus, le collecteur d'impôts qui l'aide à détourner l'argent des impôts de Rome.

La réputation du druide Panoramix est telle que Claudius Malosinus, malade et cloué au lit dans le palais du gouverneur, fait appel à lui. Arrivé sur place, Panoramix prend en charge le sort de Malosinus et confie à Astérix et Obélix une mission dont la réussite permettrait de lui sauver la vie : ramener d'Helvétie une étoile d'argent (un edelweiss), qui entre dans la composition du remède pouvant guérir Malosinus. Cette quête sera le fil rouge de l'album qui permettra aux auteurs de nous faire découvrir cette nouvelle région en détournant avec humour tous les clichés associés à la Suisse.

Les Suisses sont fidèles à leur réputation : ils habitent un beau pays connu pour ses montagnes et ses lacs, ses instances internationales, la précision de ses horloges, ses banques et ses coffres-forts inviolables, son fromage et sa fondue, son obsession de la propreté, sa neutralité, sa lenteur… Tous ces thèmes sont abordés dans l'album, il ne manque plus que le chocolat (c'est d'ailleurs le reproche qui sera adressé à Goscinny et Uderzo par les Suisses eux-mêmes).

Concernant la découverte de la montagne, de l'altitude et des sports d'hiver (alpinisme, luge), on note qu'Obélix va curieusement tout rater dans cet épisode, depuis son arrivée dans le pays (page 24) jusqu'à son retour (page 47). Il passe à côté de tout : soit il est caché dans un champ de blé qui lui masque le paysage (page 24 : « Dis, Astérix, elles sont où, les montagnes ? »), soit il fait nuit (page 24 et suivantes), soit il est enfermé dans un coffre (page 29 et suivantes), soit il nage dans le lac (page 36 : « Ah non ! Je ne voyais vraiment pas la montagne comme ça ! »), soit il sombre dans un coma éthylique profond (page 40) et devient littéralement un « boulet » qu'Astérix doit traîner au bout d'une corde lors de l'ascension qui le conduira à l'édelweiss (page 41 et suivantes). On peut se demander pourquoi Obélix est soumis à un tel sort, qui lui fera répondre lors du banquet final (page 48) : « – Alors Obélix, l'Helvétie, c'est comment ? – Plat. ». Goscinny trouvait-il qu'Obélix prenait trop de poids dans la série pour le mettre ainsi entre parenthèses ? En tout cas, l'effet comique est indéniable.

Les auteurs ont parsemé l'album d'allusions savoureuses à la Suisse, qui contribuent aux meilleurs gags de la série : l'Helvète nettoyant le bâton puis le fouet servant aux orgies à base de fondue au fromage (pages 19 et 20) ; le panneau indicateur à la frontière maculé du côté gaulois et propre du côté suisse (pages 21 et 22) ; Petisuix salissant malgré lui sa propre auberge pour tromper la vigilance des Romains (page 27) ; les procédures bancaires pour ouvrir un compte chez Zurix (pages 29 et suivantes) ; la rue commerçante de Genava alignant ses boutiques de clepsydres et de sabliers (page 34) ; la Conférence internationale très soporifique des chefs de tribus (C.I.C.T) (pages 34 et 35) ; le « faux gag raté » du jeune Helvète préfigurant le fils de Guillaume Tell dont la pomme reste intacte alors que la flèche atteint le milieu de la cible (page 39).

Un dernier gag concernant cet album mérite d'être commenté, car il est susceptible d'être incompris des lecteurs des jeunes générations, puisqu'il s'appuie sur un personnage emblématique des années 70. Astérix et Obélix croisent sur leur route le petit personnage gaulois d'Antar qui leur répare une roue cassée dans une station-service (page 20). Ce personnage était distribué en tant que goodies, dans les stations Antar, jusqu'à l'absorption de la marque par Elf Aquitaine en 1970. Au moment ou paraît l'album, ce personnage vit donc ses derniers jours, c'est de fait l'un des gags les moins intemporels de la série, mais qui m'avait pourtant semblé assez osé et beaucoup impressionné à l'époque de la parution. Ce gag bénéficie dans la version anglaise d'une transposition surprenante : la mascotte d'Antar est remplacée par Bibendum, la mascotte de Michelin, sans doute mieux connue à l'étranger.

Cette anecdote en appelle une autre. Michelin a créé son personnage Bibendum ou « Bonhomme Michelin », dans le cadre d'une campagne publicitaire lancée en 1898. Dès 1893, le slogan de la marque est : « le pneu Michelin boit l'obstacle ! », précédé de la maxime latine attribuée au poète Horace « Nunc est bibendum » (« C'est maintenant qu'il faut boire ! »). Cette maxime figure sur les premières affiches publicitaires représentant Bibendum, à qui elle donne le nom en 1898. Dans cet album, les citations latines coutumières ne sont pas oubliées, or l'une d'entre elles est justement : « Nunc est bibendum » prononcée par un centurion invitant ses légionnaires à plonger dans le lac Léman (page 36).

Au rayon des caricatures, plusieurs figurants participant aux orgies romaines sont largement inspirés des personnages du film Satyricon de Fellini, y compris les culs-de-jatte. Parmi les Helvètes, un archer typé est l'archétype du personnage de Guillaume Tell, arc et carquois en bandoulière.

Lors du traditionnel banquet final, le questeur romain Claudius Malosinus est convié à la fête, alors qu'aucune femme connue du village ne l'est. D'une manière générale, aucune femme (exceptées les matrones romaines orgiaques), n'apparaît dans cet album, la règle tacite étant sans doute de toujours les rendre invisibles tant qu'elles ne servent pas le scénario, il faudra attendre la Rose et le Glaive sorti en 1991 pour constater un changement à ce niveau.

Quoi qu'il en soit, cet album reste l'un des meilleurs de la série, grâce à l'excellence de ses gags, des mises en situation brillantes et des jeux de mots toujours judicieusement choisis. L'âge d'or de la série commencé maintenant depuis plusieurs albums se poursuit, sans montrer un seul signe d'essoufflement, à l'image des Helvètes qui ont du coffre (et pas seulement des coffres), savent chanter le Yodel, nager et gravir des montagnes, à condition de ne jamais devoir se presser, tant qu'il n'y a pas le feu au lac…
Commenter  J’apprécie          180
Astérix chez les helvètes est un de mes albums préférés ! La première fois que je l'ai lu, c'était en anglais....en classe de troisième....
Cette fois, c'est pour sauver un romain ( mais oui, un romain ), qu' Astérix et son inséparable Obélix va partir en Helvétie. Sa mission ? Trouver une étoile d'argent, ou ce que nous appelons maintenant une edelweiss, élément indispensable pour une potion de Panoramix !
De la Gaule jusque chez les helvètes, la corruption règne chez les romains sur fond d'orgies ...( leurs recettes sont d'ailleurs assez ragoutantes ...)
Nos voisins helvètes et leur coté méticuleux, leurs banques et leurs spécialités fromagères sont mis à l'honneur !
Et pour une fois, il y a un romain au banquet final !!
Commenter  J’apprécie          320

Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
Romaine : Ah, divin Diplodocus, comme tu as des idées amusantes !
Diplodocus : Il le faut bien dans ce pays sévère… J'ai essayé d'organiser des jeux du cirque, mais les bêtes étaient tellement bien nourries qu'elles ne voulaient même pas goûter aux condamnés !

Commenter  J’apprécie          280
Zurix : Mais où vous cacher ?
Petisuix : J'avais pensé à l'un de tes coffres dans la cave...
Zurix : il faudrait ouvrir un compte.
Astérix : Pour nous cacher dans un coffre ?
Zurix : Ce que vous mettez dans le coffre ne me concerne pas . La discrétion est totale ; pour moi, vous ne serez que deux numéros anonymes. Vous prenez un coffre chacun ou un compte à deux signatures ?
Commenter  J’apprécie          150
- Posez-moi les enfants, j'ai comme l'impression qu'on se moque de nous !
- Il vaut mieux qu'Obélix te porte tout seul, ô chef !
- Tout seul ? Mais un chef à part entière doit être porté par deux guerriers… J'aurais l'impression de n'être qu'un demi-chef si…
- Et puis, j'ai des menhirs à frotter, moi.
- PAR TOUTATIS ! TU REFUSES DE ME SERVIR ?!
Peu après…
- Mais que fait Obélix ?
- Il est en train de servir un demi…
Commenter  J’apprécie          90
- Vous êtes des incapables! Tous les deux!
Je ne veux plus vous voir!!!

- ?
Tiens? mais ce sont les porteurs d'Abraracourcix, notre chef!
- Oui, ils nous a congédiés. Ce matin, il était pourtant de bonne humeur; il a même remarqué qu'il faisait beau...
- Alors, nous nous sommes penchés en arrière pour contempler le ciel...

-... et quand nous nous sommes redressés, le chef n'était plus sur son bouclier.
- Il a tort de mécontenter la base et de se priver de son soutien!
Commenter  J’apprécie          60
Décurion : Que fais-tu, ô imbécile ?
Légionnaire : Je fais la planche ! C'est tout ce que je sais faire ! Ma spécialité c'est l'infanterie, ne l'oublions pas !

Commenter  J’apprécie          190

Lire un extrait
Videos de René Goscinny (135) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Goscinny
Astérix 40
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (4366) Voir plus



Quiz Voir plus

Astérix chez les Helvètes

Gracchus Garovirus et son collègue gouverneur Diplodocus sont tout deux amateurs...

des jeux du cirque
des orgies
de beaux charts
de jolies gauloises

10 questions
40 lecteurs ont répondu
Thème : Astérix, tome 16 : Astérix chez les Helvètes de René GoscinnyCréer un quiz sur ce livre

{* *}