AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782864971702
48 pages
Éditeur : Editions Albert René (14/10/2005)

Note moyenne : 2.81/5 (sur 490 notes)
Résumé :
Dans cet album, Asterix et ses amis gaulois se trouvent confrontés à leur seule véritable peur : que le ciel leur tombe sur la tête. Car c'est bien du ciel que débarquent une galerie de surprenants personnages, plongeant le village au centre d'une guerre spatiale dont l'enjeu n'est autre que la potion magique...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
Eric75
  08 mars 2011
Très critiqué à sa sortie, cet album constitue le seul exemple (à ma connaissance) dans la littérature mondiale où nous assistons impuissants à la destruction d'une oeuvre par l'un de ses propres créateurs devenu fou.
Qu'est-il arrivé à Uderzo ? On pense à un truc de psychanalyste : le créateur voulant détruire sa créature ; le complexe de Frankenstein.
Conan Doyle avait bien tenté d'assassiner Sherlock Holmes, personnage trop encombrant dont il voulait se débarrasser, mais il fit machine arrière sous la pression de ses lecteurs et il décida de le ressusciter par la suite. Uderzo, lui, malgré les demandes répétées depuis plusieurs albums de passer la main à un autre scénariste, n'écoute pas ses lecteurs.
Uderzo fait pire, il décide - du haut de sa légitimité d'unique auteur survivant et compte tenu de son âge avancé - que cet album sera le dernier et qu'Astérix ne lui survivra pas. Pour preuve, souvent signalée, la parfaite symétrie de la couverture de cet album avec celle du premier numéro de la série, la boucle est donc bouclée.
Il décide, non pas de faire mourir son héros (ce n'est pas politiquement correct dans ce type de BD) mais d'anéantir l'esprit même de la série. Il introduit sans nuance des thèmes totalement étrangers à l'univers du petit gaulois : la science fiction, les mangas, les comics, Goldorak, les Télétubbies, Walt Disney et les extraterrestres (il ne manque plus que les gendarmettes et de Funes, on a d'ailleurs une allusion au Corniaud).
Les scénario est insipide, véhicule une sorte de racisme anti-japonais. Les envahisseurs, petits hommes jaunes, sont les Nagmas, de la planète Gmana (deux anagrammes de Manga). On devine le message : la BD franco-belge, la seule, la vraie, est en danger !
L'Amérique, heureusement, est là pour nous venir en aide, comme en 40. Mais ici, c'est l'Amérique va-t-en guerre de Bush qui est évoquée, symbolisée par Toune, comme cartoon, une sorte de Mickey venant de la planète Tadsylwine (anagramme de Walt Disney, qui participa dans la vraie vie au Débarquement), aidé par des clones volants comme superman, sosies de Arnold Schwarzenegger, et ayant pour chef un certain Hubs (anagramme de Bush). Les romains eux, envahisseurs habituels de la série, sont totalement absents.
Oubliées les références traditionnelles de la série au monde antique et à l'époque romaine. Oubliés le village gaulois, l'humour potache, le second degré, c'est aussi Goscinny qu'on assassine ! Un artifice final, façon "Men in Black", permet d'ailleurs aux personnages d'oublier également tout ce qu'ils ont vécu dans cet album. Une sorte d'effacement, comme un repentir. le lecteur hélas, ne peut pas en profiter !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
HORUSFONCK
  02 décembre 2019
Le dernier album d' Astérix dessiné par Uderzo n'est ni la catastrophe, ni la trahison (envers qui?) qu'on a bien voulu lui prêter.
Le ciel lui tombe sur la tête, n'est pas, non plus, un des meilleurs albums d' Astérix, loin s'en faut.
L'idée d'une percussion entre deux mondes, fut-ce entre l' Antiquité européenne et une étoile lointaine n'était pas mauvaise... Au moins permettait-elle à Albert Uderzo de rendre hommage aux héros et créateurs qui l'ont vu naître dessinateur et devenir un immense graphiste.
Au moins, l'album s'éloigne-t-il radicalement de l'éternel schéma astérixien marqué par les querelles du village, les voyages lointains et ponctués des rossées aux romains.
Si le dessin ne souffre aucune critique, les textes marquent quand même le pas, et la fin est trop facilement expédiée par un truc bien usé.
Quand à cette guerre contre les Mangas, chacun apprécie à l'aune de ses passions... même si toutes les critiques émises à l'encontre du vecteur Manga ne sont pas forcément injustifiées.
Quant à en appeler à René Goscinny, pour fustiger Le ciel lui tombe sur la tête, c'est assez injuste: Astérix appartient autant à Albert Uderzo qu'à René Goscinny qui, l'un sans l'autre, n'auraient peut-être jamais emmenés le petit gaulois au sommet de la bande dessinée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Jeanmarc30
  21 décembre 2020
Ce 33e album du célèbre et non moins espiègle et futé Gaulois est de loin l'un des plus contestables. Au regard du thème traité, j'ai cru que le duo d'auteurs historique (Goscinny et Uderzo) avaient décidé de passer la main, or il n'en est rien : "Le ciel lui tombe sur la tête" est bien une de leur réalisation, et franchement ce n'est pas la meilleure car de bataille contre les romains, il n'en est que (trés) peu question, alors que la recette de la potion magique du druide attire toujours les convoitises. A l'inverse, le duo a préféré sortir nos héros du petit village retranché de l'histoire et les faire rencontrer les petits hommes verts (ici rebaptisé "Petit violet" et autres clones de super héros), sans logique pertinente. Un vrai gâchis !
Commenter  J’apprécie          251
maxsantoul
  23 novembre 2010
Bon, Albert Uderzo est décidément têtu. Tant pis pour lui, il va récolter quelques baffes.
En fait, il a toujours cru que les albums d'Astérix, c'étai lui. Eh bien non ! il faudra qu'il arrive à l'admettre. Comme les Beatles n'ont jamais été aussi forts que réunis, l'absence de son scénariste est une catastrophe pour la série. Voilà, c'est dit… et rajoutons-en quand même une louche.
Là, nous somme en plein délire mégalomaniaque d'un cacique qui protège son héritage. Finalement, soyons clairs, l'avis de ses lecteurs importe peu, puisque tous lui ont déjà fait passer le message… mais il s'obstine avec rage. Un caprice de sénilité précoce. Pourtant il pourrait être si délicieux, il suffirait d'un signe de la main vers un authentique écrivain… et nous serions heureux.
Comme je vois que ma critique acerbe a été appréciée, j'éprouve le besoin au 25/11/10 de me justifier.
Après l'album 32 qui sauvait la série de justesse comme par miracle et qui aurait dû la clore en toute conscience, voilà que nom pas le ciel mais la calamité tomba sur la tête du petit visage gaulois. J'ai tellement critiqué l'entêtement d'Uderzo à s'improviser scénariste, que je me limiterai à quelques remarques pour ne pas trop charger la mule. Les 4 années de silence n'ont rien modifié au ridicule de son écriture, car il est vraiment ridicule, indigent, cacochyme, bachi-bouzouk… et j'en passe. Dites 33, dira le docteur pour diagnostiquer un mal de gorge, et il aura raison !
Le niveau fut tellement jugé à la déroute, que les fans conseilleront de boycotter son achat… ou de le déchirer ! Mais comment supporter l'absence d'un volume dans une collection dont il est le pire, quand on a tant chéri ses premiers éléments. Je crois que la magie d'Astérix permet bien des excès, et celui du bon goût y sera sacrifié. C'est une salve ultime de bêtise extra-terrestre. Quel dommage ! Uderzo aurait laissé entendre qu'il serait le dernier opus de la série, et comme la couverture évoque le premier, seule illusion rescapée d'un désastre, la boucle est boulée… à 2k π près.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
tchouk-tchouk-nougat
  19 février 2018
Alors que Astérix et Obélix étaient à la chasse, tout le village gaulois se fige et voilà que descend du ciel un vaisseau spatial. A l'intérieur, c'est un étrange petit homme violet qui leur apprend que la potion magique est désormais l'enjeu d'une guerre entre deux puissances galactiques ennemies.
Ce dernier tome créé par Uderzo est certainement le plus mauvais. Nous n'y retrouvons ni les aventures divertissantes de notre petit gaulois ni l'humour et les jeux de mots qui caractérise cette série. Au lieu de ça nous avons une caricature d'un combat des genre entre BD franco belge, manga et comics/dessins animés. le village gaulois, représentant évidemment la bande dessinée, se retrouve envahie par les Nagmas. Leur chef est un horrible cafard verdâtre dans une fusée Goldorak, nous avons bien sur une caricature des mangas. Et c'est Toun le gentil martien violet qui débarque avec ces superclones (Arnold Schwarzenegger en version superman) pour aider les gaulois, et nous avons là les sauveurs américains avec leurs cartoons et leurs comics...
Bon vous l'aurez compris, elle ne m'a pas emballée cette aventure d'Astérix...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   12 juin 2012
Obélix : Mais qu'est-ce que je vais devenir, moi, sans les sangliers ?
Astérix : Il y a parfois des choses plus importantes que la bonne santé des sangliers, Obélix !
Obélix : Il est drôle, Astérix. C'est de ma bonne santé à moi qu'il s'agit !!!
Ben, ça y est ! Maintenant, j'ai faim !
Commenter  J’apprécie          190
issablagaissablaga   11 août 2014
ABRARACOURCIX : Alors comme ça, vous êtes dans la lune, vous autres ! Ca doit vous changer d'avoir les pieds sur terre, non ?
TOUNE : Nous arrivons tout droit d'une galaxie formée de cinquante étoiles dont chacune vit en paix avec sa voisine !
ABRARACOURCIX : Ah ! Alors c'est chez vous que tout est allumé le soir, au-dessus de nos têtes !
Commenter  J’apprécie          40
issablagaissablaga   11 août 2014
Obélix : Bon ! Maintenant, écartons-nous ! Quand Astérix boit, certains vont trinquer !
Commenter  J’apprécie          60
YunnlithYunnlith   24 avril 2015
Les Nagmas sont envieux et vindicatifs ! Ils nous copient, mais ils sont moins avancés que nous sur les connaissances scientifiques !
Commenter  J’apprécie          10
CrazynathCrazynath   22 février 2015
Astérix : Dis donc, la p'tite chose violette ! Si c'est pour nous dire ça, autant retourner dans ton tadmachinchose !!!
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de René Goscinny (110) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Goscinny
Soixante ans après sa création par René Goscinny et Albert Uderzo, le héros gaulois s'offre une nouvelle jeunesse pour son 38e album signé Jean-Yves Ferri et Didier Conrad avec l'arrivée d'Adrénaline, la fille du vaincu de César. le dessinateur Didier Conrad explique ici à Anne Douhaire comment il s'y est pris pour dessiner le célèbre héros gaulois. Plus d'informations sur la BD "La Fille de Vercingétorix" de Ferri et Conrad : Plus de BD sur France Inter : https://www.franceinter.fr/theme/bande-dessinee Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
+ Lire la suite
autres livres classés : gauloisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

les personnages d'asterix

Qui est le livreur de menhirs ?

Obélix
asterix
Idéfix
Cétautomatix
Panoramix

6 questions
274 lecteurs ont répondu
Thème : René GoscinnyCréer un quiz sur ce livre