AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Astérix, tome 9 : Astérix et les Normands (58)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
LydiaB
  27 mai 2018
Abraracourcix, le chef gaulois, reçoit une missive de son frère, Océanonix, afin d'accepter que son neveu, Goudurix, vienne faire un petit séjour afin de devenir un homme. La vie citadine « l'amollit ». Parallèlement, les normands, menés par Olaf Grossebaf, se désespèrent de leur côté car ils connaissent tout, absolument tout, sauf une chose : la peur. Ils décident alors de se mettre en route et d'aller voir des peuplades qui pourront la leur enseigner. Et devinez par où va commencer leur « voyage d'étude » ? Oh, juste par hasard… Chez nos amis les gaulois, bien sûr !

Je n'avais pas relu cette BD depuis des années et c'est comme si je la découvrais. Goscinny et Uderzo n'avaient pas leur pareil pour faire ressortir tous les traits de caractère ! Et ayant moi-même des origines normandes (mais pas que), je peux vous assurer que c'est à peine caricaturé !
Lien : https://promenadesculturelle..
Commenter  J’apprécie          520
garrytopper9
  03 août 2014
Dans cette neuvième aventure, nous retrouvons nos gaulois préférés qui vont accueillir un jeune Lutécien afin d'en faire un homme, un vrai. Mais les choses se corsent rapidement lorsque les normands (ou plutôt les Vikings) un peuple ne connaissant pas la peur, débarque en Gaule dans l'espoir de découvrir cette fameuse peur, qui dans leurs croyances leur permettrait de voler…

Beaucoup d'humour une fois de plus, énormément de caricature, notamment avec le jeune Lutécien qui représente les gens de la ville. Vêtu de Jean's, d'un veste en cuir et exécutant des danses endiablés, il secoue un peu les tranquilles Gaulois.

Une très bonne aventure, une fois de plus !
Commenter  J’apprécie          320
gill
  08 mars 2014
Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les romains...Toute ? Non ! Un village peuplé d'irréductibles gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur.
Et la vie n'est pas facile pour les légionnaires romains, qu'ils soient en Gaule, en Bretagne, ou même en mer !
Après avoir secouru avec succès les cousins de Bretagne, de l'autre côté de la Manche, nos héros, de retour chez eux, ne vont pas se reposer sur leurs lauriers.
Ils vont se lancer dans une nouvelle aventure encore plus extraordinaire et plus émouvante que les précédentes : jugez-vous mêmes !
Nous avons fait connaissance avec les Normands et leur chef Grossebaf, mais hélas, ils ignorent la peur et Grossebaf a décidé de faire un voyage d'étude en Gaule pour savoir ce que c'est.
C'est ainsi que par un matin pluvieux, Astérix, Obélix et Goudurix, neveu de Abraracourcix, voient arriver au loin un énorme drakkar qui rend Goudurix fou de terreur, car il a entendu parler des Normands et sait de quoi ils sont capables.
Alors que Goudurix rentre au village en courant, nos amis décident d'aller prévenir Abraracourcix avant d'entreprendre quoi que ce soit.
Les Normands veulent connaître la peur !
Mais hélas, ils s'aperçoivent bien vite que nos amis Gaulois ignorent cet état de chose. Ils s'apprêtent donc à repartir, furieux, lorsque Batdaf découvre dans la forêt Goudurix s'enfuyant, à toute vitesse, pour regagner Lutèce....
Annoncées, en avril 1966, par la superbe couverture du 340ème numéro de "Pilote", les nouvelles aventures d'Astérix et d'Obélix y seront publiées, en avant-première sous forme d'histoire à suivre, avant de paraître, en 1967, sous la forme du magnifique album qui est devenu, aujourd'hui, un classique incontournable de la bande-dessinée.
Il est incontestablement un des meilleurs de la série.

* réalisé à l'aide des résumés affichés chaque semaine dans le journal "Pilote" lors de la la parution sous forme d'histoire à suivre en double-planche
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
HORUSFONCK
  14 décembre 2016
Cet album d' Asterix m'a intrigué, bien avant que je ne le lise.
Lors de sa parution, en 1967, plusieurs exemplaires étaient présents à l'étal de
la librairie dont je léchait régulièrement la vitrine! Pour une bande dessinée, c'était assez nouveau!
Servie par un scénariste et un dessinateur hors de pair, la série née avec
l' hebdomadaire Pilote prenait un irrésistible essor. Avec la parution d'un album par an, Asterix occultait un certain reporter à la houppe dont les aventures s' étaient fait cruellement attendre...
L' épisode, en lui-même, est un modèle d'humour déjà bien rodé par les auteurs: l'utilisation de ces terribles normands et d'un anti-héros très branché sur l'actualité de ces années 60 (musique jeune et voitures modernes) revisitées dans le prisme antique.
Le génie de Goscinny consistait à dérouler et découper le récit dans les sacro-saintes 44 pages (le retour des héros arrivait, aussi, beaucoup plus vite dans un nouvel épisode!) avec un thème peu ou pas visité en bande dessinée d'humour (la peur, dans Asterix et les normands).
L' utilisation des noms-gags pour les normands (comme pour les goths dans un album précédent) concourt aussi à la qualité de l' épisode et au succès phénoménal de la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
alberthenri
  25 octobre 2015
A l'heure ou parait un nouvel album, j'ai eu envie de dire quelques mots d'un ancien.
Esprit de contradiction, ou défiance à l'égard de la grosse pub, faite à cette occasion, ou simple nostalgie, je ne saurai le dire !
C'est ce qui est formidable avec une série comme Astérix, on peut lire et relire les albums on les redécouvre toujours.
Ainsi, cette aventure où les vikings viennent à la rencontre des gaulois pour découvrir la peur "qui donne des ailes".
Je l'ai lu pour la première fois il y a 40 ans (et oui !), puis je l'ai relu de loin en loin...
Et à chaque fois, j'ai trouvé un jeu de mots ou un gag, que j'avais manqué à la lecture précédente.
C'est que les albums d'Uderzo et de Goscinny ont plusieurs niveaux de lecture, quand on a 8 ou 9 ans, on passe à côté de gags, car on a pas les bonnes références, cela change au fur et à mesure qu'on avance en âge.
C'est sans doute, ce qui explique en partie le succès jamais démenti des aventures d'Astérix.
Quant au nouvel album, bah, si j'attendais un peu ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
BrunoA
  02 mai 2013
Excellente aventure de nos héros gaulois dans laquelle le chef Abraracourcix reçoit pour mission d'éduquer un jeune lutécien craintif pour en faire un vrai Gaulois.
Les références abondent et on s'attache à ces Normands venus du grand Nord et qui ne connaissent pas la peur autant qu'aux Normands de notre Normandie qui répondent de manière évasive et aiment les pommes et la crème fraîche..
Le jeune Goudurix incarne la jeunesse parisienne de l'époque et, aujourd'hui, on le qualifierait volontiers de bobo en devenir.
Comme toujours, les noms des Gaulois, des Romains et des Normands sont excellents et on passe, comme chaque fois, un moment exceptionnel !
Commenter  J’apprécie          231
litolff
  16 octobre 2012
Encore des trouvailles : un peuple, les normands, qui veut apprendre ce que c'est que la peur !!! Et un jeune gaulois, Gourdurix, caricature de la jeunesse parisienne des années yéyé.
Pour une fois la potion magique n'est pas l'élément moteur de l'histoire, d'ailleurs, les normands ont aussi la leur, c'est le calva !
Goscinny prend un malin plaisir, à mélanger les références aux Normands scandinaves et celles aux Normands de la province française : calva, crème fraiche et répondes de Normand, etc.
Et, évidemment, ils débarquent en Gaule en chantant « Je veux revoir ma Normandie »
Enfin, pour une fois, Assurancetourix sera à l'honneur lors du banquet final, une fois n'est pas coutume !
Commenter  J’apprécie          200
rabanne
  25 mai 2016
C'est encore l'un de mes albums favoris !

Rencontre hilarante avec un peuple qui ne craint pas la peur, mais qui cherche à tout prix à la connaître pour pouvoir voler, parce qu'il paraît qu'elle "donne des ailes".
Olaf Grossebaf et son équipage débarquent en Armorique, espérant que les gaulois puissent les aider.
Hélas, ils ne semblent non plus connaître la peur !...
Commenter  J’apprécie          180
Crazynath
  31 janvier 2015
Quand les normands débarquent en Gaule, comme par hasard ils choisissent une plage non loin du village de nos irréductibles gaulois. Les Normands, grands amateurs de cuisine à la crème et de calva dans les cranes, sont à la recherche de quelqu'un qui pourrait leur faire découvrir la peur !! Évidemment, ce n'est pas avec le village d'à coté qu'ils vont pouvoir développer leurs connaissances !! le neveu d'Abraracourcix, Goudurix, leur semble être, la personne qui pourra le mieux les aider dans leur quête.
Dans cet excellent épisode, Assurancetourix va être un des éléments clefs de la réussite des gaulois !!
Commenter  J’apprécie          150
odin062
  16 juillet 2014
J'ai toujours eu du mal avec « Astérix et les normands » mais je ne sais pas l'expliquer… Cette fois ci, un ado de Lutèce se retrouve enfermé dans le village gaulois afin qu'il devienne un homme. Mais manque de bol, les normands (ou vikings) débarquent non loin de là et veulent connaitre la peur…

Bien sur cet album est très drôle avec notamment l'adolescence qui est prise en dérision. le coté branché de la capitale en prend aussi pour son grade sans oublier les vikings, enfin… Normands qui également sont source d'amusement.

Un album tout de même en dessous des autres.
Commenter  J’apprécie          140


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox