AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782756104515
158 pages
Éditeur : Léo Scheer (20/08/2014)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Louise va bien. C’est un principe de base. Une loi fondamentale. Alice est enfermée, Jean est perdu, Marie et Roger ont pris quinze ans dans la figure. Ne vous inquiétez pas, il en faut plus pour entamer Louise ! Elle est forte. C’est un soleil et le soleil ne s’éteint pas. Même la fée Clochette se remet à briller quand on recommence à croire en elle. »

La sœur de Louise, Alice, se noie dans l’alcool. Roger et Marie, leurs parents, les noient dans un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
denisarnoud
  20 septembre 2014
Louise a 18ans elle vit avec ses parents, Roger et Marie. Elle a une grande soeur, Alice, plus âgée qu'elle de quatorze ans. Louise se prépare a passer le bac de philo. Louise a toujours idolâtré sa grande soeur, qui n'a pas été une petite mère pour elle mais plutôt une confidente, un modèle. Et là, juste avant le bac Alice rentre à la maison, Alice ne va pas bien, Alice est alcoolique.

"L'épreuve de philo, c'est demain. Et sa mère donne la becquée à sa grande soeur. Alice boit. Alice est alcoolique. La philo c'est demain. le sujet :"Une passion sans illusion est-elle possible?" Louise n'a pas croisé le regard d'Alice ce soir-là. La philo c'est demain. Et Louise pleure. Qui est cette femme aux yeux creusés, aux cernes noirs et au pauvre sourire? Où est Alice? Rendez-lui Alice!"

Toute la vie de la famille est suspendu à la santé d'Alice entre amélioration et rechute surtout qu'Alice a un enfant, le petit Jean. Louise va devoir se construire dans cette atmosphère pesante. Elle fera ces expériences entre jalousie envers d'une soeur qui attire toute l'attention et culpabilité, elle essaiera de garder la tête hors de l'eau, pour elle mais aussi pour sa soeur, pour sa famille.

"Louise va bien. C'est un principe de base. Une loi fondamentale. Alice est enfermée, Jean est perdu, Marie et Roger ont pris quinze ans dans la figure. Ne vous inquiétez pas , il en faut plus pour entamer Louise! Elle est forte. C'est un soleil et le soleil ne s'éteint pas . Même la fée Clochette se remet à briller quand on recommence à croire en elle."

Louise ne va pas bien elle non plus mais personne ne le voit, tout le monde se focalise sur la maladie de sa soeur. Avec ce premier roman prometteur, Julie Gouazé nous présente le personnage d'une jeune fille qui va se débattre seule avec la vie dans l'ombre de la maladie de sa soeur, qui va devoir gérer seule ses propres problèmes pour ne pas gêner la guérison de sa soeur. Un roman poignant servi par un plume aiguisée, des phrases brèves, des phrases coup de poing, un rythme soutenu. Louise est un personnage très attachant. Un roman très prometteur.

"Un jour, Louise a su. Son bébé dans les bras, elle a compris qu'elle avait déjà accouché une fois. Pour laisser la place à Merlin, elle a dû éjecter cette part d'enfance qui l'empêchait d'enfanter. Elle a dû expulser la petite Louise qui l'empêchait de grandir. Elle était trop grosse, si bien accrochée. L'accouchement a duré plusieurs mois. Il a été long et douloureux. Mais maintenant c'est fait. Ce bébé ne peut plus revenir. Il a grandi d'un coup dès qu'il est sorti de son ventre. Ou il est retourné là où il était avant . Dans la mémoire et le passé."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
chriskorchi
  12 octobre 2014
Un roman émouvant et poignant et qui est surprenant de maîtrise pour un premier roman. J'ai été touchée par le personnage de Louise, sa fragilité, j'ai ressenti beaucoup d'empathie envers sa soeur Alice qui se perd dans l'alcool. Quelle écriture ! le rythme est vif, l'écriture est aguisée, j'ai aimé le choix des phrases courtes qui donnent du rythme , comme dans l'urgence , des chapitres très courts qui apporte de la concision.
Une saga familiale dont le le centre est l'alcoolisme de l'un des membres et qui va éclipser la vie de sa soeur. C'est le récit d'un apprentissage, d'une émancipation. On va suivre cette famille sur 12 ans et j'ai vraiment aimé le fait que l'auteur mette en avant les proche d'Alice, car lorsqu'une personne est malade et faible c'est très dur pour l'entourage et c'est toute une famille qui souffre. Il était très important de voir le ressenti des proches et les conséquences de cette maladie sur eux.
J'ai été très émue par cette histoire qui doit être commune à tant de famille, la honte, la peur, la tristesse, les espoirs...
Un premier roman coup de poing et abouti. Un écrivain à suivre !
VERDICT
Il faut absolument le lire, c'est un très beau roman
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
chachourak
  09 janvier 2015
En à peine 150 pages, Julie Gouazédécortique les relations familiales, nous parle de ce qui unit et désunit une famille, et aborde le sujet difficile de l'alcoolisme, car cette famille est profondément marquée par l'addiction d'Alice, la fille aînée.
Mais l'héroïne de ce livre est Louise. On sent d'ailleurs que le regard qu'elle porte sur sa soeur est très ambigu et incertain : d'un côté, elle la voit comme son modèle. Alice est son aînée de 14 ans, leur relation n'est donc pas commune et en voyant sa soeur, Louise voit celle qu'elle pourrait, voudrait ou ne voudrait pas devenir. D'un autre côté, on se rend compte que l'admiration de Louise pour sa soeur est très limitée, et on voit à quel point l'alcool s'infiltre dans leur relation et la pourrit.
Comment s'inventer quand celle que l'on prend pour modèle ne peut pas tenir ce rôle ? Comme se construire dans une famille dans laquelle il y a tant de non-dits ? Comment trouver sa place dans la cellule familiale, ne pas exploser avec elle ? Dans ce livre, Julie Gouazéaborde des thèmes complexes, riches, et grâce au personnage de Louise, j'ai trouvé qu'elle nous posait vraiment des questions intéressantes et sensibles.
L'auteur met d'ailleurs vraiment bien en évidence à quel point l'amour dans les relations familiales peut être complexe et peut échapper à toute logique. Les parents d'Alice et de Louise étouffent leurs filles de leur amour sans toutefois réussir à l'exprimer : au cours du livre, on n'entend aucun « je t'aime » et ne voit aucun signe de tendresse, la narratrice elle-même n'appelle pas ses parents « papa » et « maman », mais les nomme par leurs prénoms : Roger et Marie ! Comme s'ils devaient réinventer leur propre langage pour se dire qu'ils s'aiment. Leur mère choisit de leur témoigner cet amour grâce à la cuisine, mais peut-on vraiment se passer de mots ?
Malgré le thème intéressant du roman et la pertinence des questions posées, je suis malheureusement restée assez insensible au récit. Pendant une grosse majorité du roman, j'ai eu l'impression d'être sous anesthésie. Je pense que ça vient surtout du fait que la narratrice elle-même nous donne l'impression d'être indifférente à ce qui l'entoure : c'est comme si les épreuves qu'elle traversait ne la concernaient pas, comme si elle était extérieure à elle-même. Comme Eva dans Blanès, Louise m'a donné l'impression d'être spectatrice de sa propre vie.
Ce parti pris en ce qui concerne l'écriture et le choix de ce style ultra chirurgical nous montre bien à quel point l'alcool peut être anesthésiant, et pas seulement pour ceux qui en sont les victimes principales. Il y a aussi tous les proches, les spectateurs silencieux de cette souffrance qui sont comme des « buveurs passifs ». Mais je me suis vite lassée du rythme du récit. Julie Gouazénous propose un roman aux phrases extrêmement simples et concises. Les points sont nombreux, le texte est fait de plein de petites phrases qui saccadent le rythme et qui interrompent sans cesse la lecture. Certes, ça a son effet, mais ça me donne une impression de superficialité, ça m'empêche de m'imprégner d'une émotion ou d'une idée, et je trouve ça assez pénible. Au final, le roman ne m'a pas transmis beaucoup d'émotion et je ne lui ai pas trouvé beaucoup d'intensité. Je veux des phrases longues, complètes et complexes, avec des conjonctions de coordinations, qui sont belles et qui ont du sens ! Voilà, c'est dit.
Julie Gouazéarrive bien à cerner ce qui fait la complexité de la relation entre deux soeurs ayant une grande différence d'âge, et elle adopte un point de vue original en traitant le thème de l'alcoolisme du point de vue de ceux qui en sont des « victimes parallèles ». Mais malgré tous ces bons points, j'ai trouvé que l'écriture ne rendait pas justice à la complexité du propos et j'aurais souhaité aller plus au fond des choses. C'est comme si la forme phagocytait le fond et l'empêchait de vraiment s'épanouir. Vous me suivez ? Bref, je reste sur ma faim.
Pour résumer, j'ai beaucoup aimé les idées de Julie Gouazé, le sujet qu'elle traite est incroyable et passionnant. En revanche j'ai moins aimé la réalisation de ces idées. le style m'a lassée et n'a pas réussi à me transmettre de l'émotion. Après, cela reste un ressenti personnel complètement subjectif, et je comprends complètement que ce style vif et concis ait ses adeptes !
En fin de compte, ce n'est pas un livre que je vous déconseille puisque son sujet est vraiment très intéressant, mais je pense qu'il séduira surtout ceux qui sont personnellement touchés par le thème de l'alcoolisme. D'ailleurs Julie Gouazéaborde ce sujet de manière tellement remarquable qu'elle nous donne vraiment l'impression de l'avoir vécu de l'intérieur.
Lien : http://ulostcontrol.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bazart
  23 août 2014
Avec cette histoire d'une jeune fille prénomée Louise (étonnant, non?) dont la jeunesse et l'histoire familiale est bouleversée par l'alcoolisme d'Alice, sa soeur ainée, Julie Gouazé va sur les rives très usitées de la saga familiale.
Malgré quelques jolies idées (et notamment ce lien très fort entre nourriture et amour, (ce principe de la mère de Louise qu'il faut se servir plusieurs fois à manger pour prouver prouver l'amour), ce récit d'apprentissage d'une jeune fille qui vit tant bien que mal dans l'ombre de la maladie de sa soeur manque un peu d'envergure, de souffle et d'un point de vue un peu singulier pour sortir des sentiers battus.
Cette saga familiale déroule 12 années d'une vie en 120 pages, tout est trop bref et l'écriture est trop plate pour que le livre puisse toucher vraiment : si le personnage de Louise peut émouvoir parfois, les autres personnages manquent d'épaisseur et de densité pour que cette saga familiale retienne durablement l'attention...dommage!!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          132
paraty62
  06 septembre 2014
Bonjour,que dire de ce livre qui pour moi fut un coup de coeur?
Tout d'abord l'histoire, nous suivons Louise qui idolâtre sa soeur Alice mais malheureusement celle-ci est malade : elle est alcoolique. Ce livre suit le parcours de la famille pendant des années ,de la jeunesse facile et heureuse à la maladie et ses conséquences sur les proches.
Car l'originalité de ce roman tient au fait qu'il nous raconte la difficulté d'accompagner une personne vulnérable, les conséquences sur la vie de famille, les douleurs qu'il faut taire pour aider l'autre et ne pas rajouter au calvaire déjà vécu, la honte devant les personnes extérieures ...
Bref, un roman poignant qui a su me toucher et réveiller au plus profond de moi des émotions. Je me suis surprise plusieurs fois à relire des phrases tellement je les trouve belles. le ton est concis, les phrases et chapitres courts. le rythme est rapide, saccadé. C'est un livre vous marque et je pense m'en souvenir longtemps.
En résumé un immense coup de coeur pour moi,une révélation. Il est rare qu'un premier roman soit aussi aboutit et puissant. J'attends avec impatience le prochain roman de cette auteure.
Lien : http://lemondedeparaty62.ekl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
paraty62paraty62   06 septembre 2014
Pour les vingts ans de Louise, Alice est au rendez-vous. Pas pour longtemps car, avant même les bougies, elle veut partir. Alice court vers la porte comme au ralenti, comme dans un film. Roger la rattrape et la ceinture. L'empêche de partir. Qu'elle reste au moins pour le gâteau, après elle pourra s'enfuir. Ce soir-là, Louise reçoit une paire de rollers.Comme si Alice avait compris qu'il fallait aller vite pour partir, se désengluer, s'arracher aux sables mouvants. Cours, vole ,pédale, petite sœur ! Va-t'en.Vite. Pour ne pas te laisser broyer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
paraty62paraty62   06 septembre 2014
Louise a honte. Parce qu'elle a fait une bourde. Parce qu'elle est tombée dans la rue devant un jeune homme aux yeux verts. Alice, c'est quoi la honte? La honte, c'est d'avoir honte de quelqu'un qu'on adore,de vouloir le cacher. La honte, c'est de baisser les yeux de rage et de colère rentrées. Louise a honte d'Alice. Louise aime Alice. Elle attend qu'elle revienne. Alice,c'est loin l'ailleurs?
Commenter  J’apprécie          40
BazartBazart   03 août 2014
Alice est partie finalement. Elle est allée s’enfermer dans son appartement de désespoir. Là où personne ne peut la voir. Seuls les yeux gris d’un tout petit gar çon guettent. Avec tout l’amour du monde dans le cœur. Quoi que fasse une maman, elle est toujours la plus belle, la meilleure des mamans. Et c’est très bien comme ça".
Commenter  J’apprécie          40
paraty62paraty62   06 septembre 2014
Qui est cette femme aux yeux creusés,aux cernes noirs et au pauvre sourire? Où est Alice? Rendez-lui Alice! La philo, c'est demain. Et Louise ne dit rien. La philo ,c'est demain. Et le cauchemar commence.
Commenter  J’apprécie          50
paraty62paraty62   06 septembre 2014
De ces jours sans fin. Toujours recommencés. Pareils aux précédents. Et pareils aux suivants. Louise n'a qu'un seul souvenir précis. Celui de la langue de Nicolas dans son oreille. Mouillé. Dégoûtant. Mais vivant.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Julie Gouazé (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie Gouazé
Julie Gouazé - Les corps de Lola .Julie Gouazé vous présente son ouvrage "Les corps de Lola" aux éditions Belfond. Rentrée littéraire 2016. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/75041/julie-gouaze-les-corps-de-lola Notes de Musique : "Lola" by Podigton Bear - Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : alcoolismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1122 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre