AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266006118
Éditeur : Pocket (09/09/1998)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Judy Cameron s'apprête à passer comme de coutume l'été au bord de la mer avec ses parents et son fiancé Charles quand une peinture représentant un paysage d'Ecosse la captive au point qu'elle décide aussitôt de s'y rendre pour peu qu'elle découvre une maison dans un site semblable à celui du tableau.

Contrairement aux prédictions - et à l'espoir - des siens, l'annonce qu'elle met dans les journaux lui attire une réponse. Voilà pourquoi, malgré un temp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
hannah851
  14 décembre 2014
Dans une vitrine d'une galerie londonienne, un tableau représentant un paysage écossais captive et emmène hors de la réalité Judy Cameron, une jeune aristocrate anglaise. Sa vie déjà toute tracée, par les règles et les codes sociaux de l'Angleterre du milieu du XXème siècle, s'en trouve bouleversée. Dans un premier temps, l'auteur ne cherche pas à émouvoir le lecteur par sa situation mais plus par celle de ses proches qui sont victimes de ses caprices. En effet, les premières pages du roman décrivent une héroïne peu plaisante à très forte personnalité, égoïste et autoritaire, qui mène ses parents et son fiancé, Charles, par le bout du nez. le lieu de leurs vacances est remis en question par ce tableau. Elle opte pour une demeure écossaise Glen Suilag sans aucune commodité moderne qui ressemble au paysage du tableau et en oublie Bournemouth et sa plage.
Ce choix n'est pas anodin car elle est encore bouleversée par les sensations et les sentiments qu'elle a ressentis devant les tableaux. A son arrivée dans la demeure de Glen Suilag, les sensations de déjà-vu qu'éprouve Judy se renforcent. Aidée par Ian Macdonald, le propriétaire de la demeure, et son vieil serviteur, Angus, qu'elle a l'impression de connaître depuis toujours, Judy va peu à peu découvrir le pourquoi de ses sensations et remonter le temps pour se découvrir. C'est à ce moment du récit que le lecteur s'attache au personnage de Judy. Les mystères et les questions sans réponse, son amour naissant pour Ian ou son combat contre l'incompréhension de ses proches la laissent sans répit.
L'isolement de la vallée de Glen Suilag dans les Highlands qu'Elizabeth Goudge s'attache à décrire et la nature protectrice qui la recouvre donnent au roman une atmosphère hors du temps. L'auteur joue avec les caractéristiques du roman gothique et celles du roman romantique pour raconter une histoire d'amour intemporelle dont la nature inviolée par l'homme est le seul témoin. Au fil des jours, Judy rassemble les pièces du puzzle, mûrit et est amenée à faire des choix auxquels son éducation ne l'avait pas préparée. Sans heurter ses parents, elle va être amenée à faire le lien entre elle-même et Judith Macdonald, l'épouse et la veuve de Ranald Macdonald qui fut tué lors de la révolte des Highlands à la suite de la bataille de Culloden en 1745.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marcellina
  26 septembre 2012
C'est le roman de l'amour... qui résiste à la mort, qui traverse les siècles. C'est le roman de la vie... où pour construire et aimer il faut d'abord s'atteler à sa propre individualité. C'est le roman de l'espoir... où l'auteur nous parle du «Combat de l'Utopie contre la Foire aux Vanités». C'est de la belle littérature où tout est riche, les mots, les phrases, les sentiments... Pour amateurs de belles lettres, pour amoureux de belles histoires :-)
Commenter  J’apprécie          72
lapublivore
  24 août 2011
Aïe aïe aïe… QUELLE DÉCEPTION ! Pour une fan de cette romancière, j'ai été franchement dépitée par cet ouvrage. Quel dommage, moi qui étais ravie qu'une amie m'ait trouvé ce roman épuisé sur une brocante, toute gloussante que j'étais, tellement ravie de pouvoir dévorer un autre titre de MON Elizabeth Goudge chérie. Sans doute que ma contrariété est à la hauteur des espoirs que je nourrissais pour cette lecture …
POUR LES CURIEUX, MA CHRONIQUE COMPLÈTE SUR MON BLOG
Lien : http://lapublivore.wordpress..
Commenter  J’apprécie          01

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
emdicannaemdicanna   13 février 2021
Elle se rappela le bal où elle était allée la veille. (...) Elle se revoyait, elle et les autres jeunes filles qui étaient là, exactement semblables les unes aux autres, avec leurs lèvres fardées, leurs sourcils épilés et leurs ondulations permanentes. Identiques. Il en était de même des hommes. Tous portaient le même costume noir, la même chemise blanche ; tous débitaient d'une voix traînante les mêmes histoires stupides ; tous jetaient aux femmes le même regard protecteur et légèrement insolent. Cette scène familière et agréable avait soudain donné la nausée à Judy. Que s'était-il passé au juste ? Ètaient-ce ces gens qui se rassemblaient un instant - interrompant leurs aventures individuelles - pour échanger des politesses ? Ou étaient-ce ces poupées peintes que l'on allait mettre aux enchères pour les adjuger aux plus offrants ? Judy (...) estima que ce devait être la vente des poupées. Pas plus que ces poupées, elle et ses compagnes n'étaient des créatures véritables. Elles n'étaient que des pois - dans le compartiment féminin de la gousse de la société mondaine. Et que leur arriverait -il ? Eh bien, se dit-elle, elles passeraient des années à remplir ce qu'on appelait des obligations mondaines, ce qui consistait (...) à rester debout au milieu d'une foule de mondains, à manger, à boire, à bavarder, et à avoir envie de s'asseoir... Ensuite, elles mourraient... Eh bien, la mort, au moins, leur permettrait de s'asseoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hannah851hannah851   14 décembre 2014
Comme cette vallée était aimable, avec ses petites fermes, ses cottages blancs. On eût dit un pays enchanté, si loin de tout et si caché que seuls ce qui l’aimaient pouvaient le découvrir. Elle comprit ce que Ian avait voulu dire quand il avait parlé de créer la beauté dans la solitude. La beauté, à coup sûr, serait en sécurité dans un lieu aussi secret ; le rempart des montagnes protégerait l’Utopie contre la Foire des Vanités. page 77
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   22 octobre 2013
Elle sentait cette vie tout autour d’elle, courant à travers le monde visible, comme une invisible flamme, ou s’agitant au-dedans d’elle-même comme une source murmurante – différente dans chacune de ses manifestations,
et pourtant la même dans son essence. À travers le silence et la solitude,
elle percevait d’une façon très vive sa propre individualité. Le sentiment de son unité avec toutes les choses créées la fit se considérer non plus comme un pois dans une cosse, mais comme une unité séparée, et elle se demanda pourquoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   21 octobre 2013
Chaque fleur avait son parfum particulier, son individualité, et ces fleurs elles-mêmes étaient aussi différentes les unes des autres que le sont les arbres, les oiseaux, les nuages. Chacune avait atteint la perfection à sa manière. Judy,en les respirant, pensa soudain que la nature, et non point l’homme, savait comment il faut vivre.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   21 octobre 2013
Un monde d’une beauté âpre et terrible, un monde de soucis et d’échecs, sans richesse ni confort, mais illuminé par la joie ; le monde des hauteurs de l’esprit humain. Il sembla à Judy que son petit moi frissonnant était tiraillé de côté et d’autre ; elle ne voulait choisir ni l’univers de droite, nicelui de gauche, mais elle se contractait de crainte devant la terrible fenêtre du ilieu.Et pourtant, c’était elle qu’elle devait choisir. C’était à ce monde-là qu’elle appartenait.La force et le courage qui étaient en elle la poussaient de ce côté-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Elizabeth Goudge (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth Goudge
Le secret de Moonacre bande annonce
autres livres classés : littérature anglaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
806 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre