AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782760412545
717 pages
Stanké (30/09/2018)
4.56/5   107 notes
Résumé :
Avec la parution de la trilogie de La Bête, David Goudreault a ébranlé le paysage littéraire québécois. Repoussant les limites de l'humour grinçant, il a offert un regard à la fois dur et tendre sur les oubliés de la résilience, grâce à un protagoniste qui, en dépit de sa violence, est touchant de naïveté.
Les lecteurs trouveront dans cet ouvrage les textes intégraux de La Bête à sa mère, La Bête et sa cage et Abattre la bête, accompagnés respectivement de pr... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique

Il y a des livres comme ça que je regrette d'avoir lus car il me faut ensuite accepter que je n'aurai plus jamais la chance de les découvrir. Un pur bijou d'originalité, de l'humour intelligent, la vie d'un personnage comme personne d'autre, un peu ou beaucoup brisé par la vie, fonçant tête baissée dans la société, ses préjugés et ses mal aimés, un livre et un homme vivant coûte que coûte, qu'on ne peut qu'aimer et ensuite jamais oublier.

Commenter  J’apprécie          200

Ce volume est la compilation de la trilogie de David Goudreault : la Bête à sa mère, la Bête et sa cage, Abattre la bête.

C'est l'histoire d'un petit gars qui dès l'âge de 3 ans a dû faire face aux tentatives de suicide à répétition de sa mère ; qui se réfugiait régulièrement chez la voisine chez qui même il avait son paquet de céréale perso ; puis qui s'est retrouvé dans les tuyaux de l'aide sociale entre familles d'accueil, foyers, direction délinquance, prison et hôpital spécialisé.

C'est triste…

Mais c'est raconté par le petit gars lui-même, dans son langage parlé savoureux et avec sa vision perso déconcertante du monde qui l'entoure et du monde en général, en complet décalage avec celle des autres personnages.

C'est un tour de force sur 700 pages de réalisme avec sa cruauté, ses délires ridicules, sa hiérarchie surprenante des valeurs, ses ambitions décalées… Souvent ça fait rire, parfois ça dégoûte, quelquefois ça fait mal, mais c'est la loi de l'humour noir.

La version audio, interprétée par Émile Proux-Cloutier, est pétillante.

Commenter  J’apprécie          102

Okay mes ami(e)s lecteurs(trices), installez-vous bien, on tient quelque chose de gros, ici 😱

Je vous explique !

Quand je vendais ce livre à la boutique tchèque ça, je demandais aux clientes de me redonner des nouvelles. J'en ai reçu deux 😎

1️⃣ La première dame m'a dit ne pas l'avoir terminé, que c'était affreux et qu'elle était incapable de lire des histoires de massacre d'animaux. (avouez, ça donne pas le goût ! Mais comme je suis technicienne vétérinaire, de la violence envers les animaux, j'en ai vu et en bien réel ! Alors je passerais sûrement au travers...)

2️⃣ La deuxième cliente m'a dit que c'était un des meilleurs livres quelle ait lu dans sa vie! Elle m'a dit que les animaux mourraient vite et que c'était pas si mal. ( Tentant, non ? )

Donc, j'avais en tête que c'était un roman consacré à de la violence animale et sans plus. La dame m'avait aussi dit que l'homme était tellement naïf que ça passait dans l'humour et qu'on s'attachait à sa personnalité de psychopathe.

Je n'ai pas eu le choix de le lire, ça avait trop piqué ma curiosité ! Alors....

....

C'était affreux ! Je vous le dis, cet homme est pas bien dans sa tête. Voleur, tueur, violeur, nommez-les. Mais sur 712 pages, il y a juste 4 chats, 1 chiens, 1 cochon-d'inde et des oiseaux qui sont morts. Y'a rien là !

Malgré tout ça, je vous le garanti, on adore lire ses péripéties. C'est intéressant de se mettre dans la tête d'un malade mental et de suivre l'évolution de ses pensées. Il est absolument hilarant et sa façon de voir les choses est tout-à-fait simple. Il veut se rendre du point A au point B. Tout ce qu'il y a entre n'est pas important.

Il ne faut pas oublier que c'est un livre sombre, pas toujours évident à lire. D'ailleurs, la première phrase du bouquin est «ma mère se suicidait souvent». Ça donne le ton au reste du récit. 🖤

Je sais que ça ne donne pas nécessairement le goût de se lancer la dedans vu les circonstances actuels. On s'ennuis, on regarde les mouches voler (pi y'en a même pas !) pi on est pas au top de notre humeur. Ce livre-là ne va probablement pas vous aider dans ce sens, mais je peux vous assurer qu'il va vous divertir. (extrait en commentaire!)

À lire sans modération !

𝐍𝐨𝐭𝐞 : 9.0 / 10

Bravo David, j'ai beaucoup aimé ta bête 😈👏

Pour lire d'autres critiques, visitez ma page Fb ; Izabelle Gignac, auteure et critique de livres


Lien : https://www.facebook.com/I%E..
Commenter  J’apprécie          40

J'ai reçu La Bête intégrale par la poste juste avant Noël l'an passé, d'une amie qui qualifiait d'hérésie le fait que je ne connaisse pas David Goudreault. J'ai vite compris ce qu'elle entendait par là.

D'une manière qui relève du génie, cet auteur compte parmi ceux capables de susciter chez leurs lecteurs un amalgame de sentiments contradictoires. Sa Bête, dont le véritable nom n'est révélé qu'à un seul endroit de l'histoire (ce qui n'est pas anodin, comme plusieurs autres détails du livre, qui en font une oeuvre à lire et à relire, et même à enseigner en littérature, à mon avis), dégoûte souvent et horrifie parfois, tout en éveillant la compassion à l'occasion et l'amusement par moments. Ici, on déteste et condamne le personnage; là, on ne peut s'empêcher d'avoir pitié et de lui souhaiter le succès de sa quête; ailleurs encore, on fait un examen de conscience devant ses critiques pertinentes, ou bien on éclate de rire à l'un de ses traits d'esprit bancals.

Bref, si vous ne connaissez pas encore David Goudreault, je vous encourage fortement à mettre fin à votre hérésie et à découvrir sa plume magistrale ainsi que son anti-héros marquant.

Commenter  J’apprécie          30

Ouf! Terminer « La Bête Intégrale » de David Goudreault, c'est comme s'arrêter au bout d'un chemin cahoteux! de par les familles d'accueil, les drogues, vols, actes de violence, prison, institut psychiatrique, le quartier chaud de Montréal et les retrouvailles en famille, on découvre un être brillant, mais pas outillé pour la vie. Plein de préjugés, de références à la culture, et un caractère éclaté, j'en suis venu à vouloir à vouloir du bien à la Bête! Excellent livre, qui vaut la peine d'être lu par tous!

Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation

La vie, ce n'est pas une boite de chocolat, c'est une poutine. On a rarement un goût pur, distinct. Tout est pogné, mélangé ensemble. Un peu de frites ou de fromage dans ta bouchée, mais ça baigne toujours dans la sauce.

Pareil pour la vie et ses problèmes; l'alcoolo vient avec un peu de dépression, l'anorexique pratique l'automutilation, le schizophrène marine dans la pédophilie entre deux psychoses.

Les obsédés de l'évaluation clinique appellent ça la comorbidité. Moi j'appelle ça la triste réalité.

_ Le dénuement

Commenter  J’apprécie          10

La chambre était petite et humide. Dans tout le sous-sol, il régnait une odeur de vieilles planches mouillées. Pas intolérable, mais ça indiquait quand même un milieu propice à la moisissure. Contrairement aux planches, je ne pourrirais pas longtemps ici. Surtout que j'avais omis de racheter des pompes pour mon asthme. Je crachais déjà mes poumons, avec un peu de sang, au réveil. C'était moins pire quand je me réveillais passé midi. « Le monde appartient à ceux qui se lèvent », a dit Shakespeare, un auteur européen.

Commenter  J’apprécie          10

Les femmes aiment se sentir uniques et avoir l'exclusivité du mâle qu'elles s'asservissent : c'est documenté.

Commenter  J’apprécie          50

L'essentiel dans les milieux hostiles, c'est pas d'être le plus fort, mais le plus fou : c'est documenté.

Commenter  J’apprécie          50

On se pointe pas chez les gens les mains vides , faut des fleurs, ou une arme : c'est documenté.

Commenter  J’apprécie          50

Videos de David Goudreault (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Goudreault
Le Salon dans tes oreilles - S1E38 - La fuite, un remède au mal-être?
Parfois, se retrouver implique de partir, de suspendre la course des jours et de s'offrir un nouvel angle de vue sur ce qui nous pèse. Ce mouvement nécessaire est au coeur du travail des trois auteurrices qui participent à cette table ronde.

Présenté par SALON DU LIVRE DE MONTRÉAL
Et ALTO ÉDITIONS DE LA PLEINE LUNE STANKÉ
Avec Hélène Dorion, Auteurrice David Goudreault, Auteurrice Valérie Garrel, Auteurrice Tristan Malavoy, Animateurrice
Livre(s) Pas même le bruit d'un fleuve Ta mort à moi Rien que le bruit assourdissant du silence
+ Lire la suite
autres livres classés : tueur en sérieVoir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2502 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre