AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques sur Les Sept Plumes de l'aigle (24)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
karlitodelacasa
  03 février 2013
Nous avons reçu de la lumière, nous donnons de la lumière.La nuit n'oublie pas le jour. le jour n'oublie pas la nuit.Chaque être porte en lui un jour et une nuit.Aime ta vie, aime ta vie.Respire. Prends ton souffle Expire.Tu es dans la respiration de la Terre.Tiens-toi tranquille, ne t'emballe pas.Il n'y pas que la Terre qui sache se laisser emporter dans une danse de cyclone.Il n'y pas que les planètes qui sachent tourner autour des soleils, nous savons aussi, nous les gens.Nous le savons par parenté, par héritage intime.Nous le savons parce que nous sommes les enfants de la Terre, des planètes, des soleils.Regarde, nous aussi nous sommes des étoiles.Les premiers homme de la Terre ne vivaient que dans le sentir, ils ne connaissaient pas la conscience carrée.Je ne pense pas donc je suis.Cesse de croire que tu es ce que tu penses.Tu n'est pas ce que tu penses.Cesse de réduire ton être à la dimension de ton crâne.Le sentir seul peut approcher l'épice.Sers-toi de tes yeux, de tes oreilles, de ton goût, de ton odorat, de tes mains.Respire, respire et laisse-la entrer.Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles qu'on n'ose pas les faire. C'est parce qu'on n'ose pas les faire qu'elles sont difficiles.Ce n'est pas ce que je dis qui est important, c'est ce que tu sens.Entre dans ta Pachamama, dans la terre de ton corps. Goûte, flaire, écoute, palpe, tiens-toi à l'affût dans le silence de ta terre.Au fond du silence quelqu'un dort. Souffle sur son visage, il ouvrira les yeux, et tu verras tomber une plume du ciel, la septième. La plume de l'Eveillé.Dès qu'elle aura touché ta tête tu sauras marcher vraiment, sans béquilles, les yeux ouverts. Tu ne seras plus prisonnier de tes caprices, de tes humeurs, de tes croyances, de tes rêves, de ton passé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
Lismonde
  31 mars 2014
C'est un livre magnifique qui fait voyager dans toute l'Amérique latine jusqu'en Espagne et à la fin Paris -
En fait, avec tout son talent poétique, Henri Gougaud a retranscrit l'histoire de l'homme qui en est le héros. En dernière étape de sa vie, après avoir vécu mille péripéties devenu artiste, il s'était installé à Paris au faubourg Saint Antoine.
Je n'ai pas eu le temps de le rencontrer car il est aujourd'hui décédé mais il reste cette merveilleuse histoire, où l'on croise notamment un chaman, dès le début, personnage important dans le livre car c'est lui qui va initier le personnage central, lui apprendre à voir, à sentir : on entre dans cette relation si profonde qu'un chaman parvient à établir avec chacun des éléments de la nature - le moindre caillou devient vivant - je repensais souvent en lisant ces passages à cette parole célèbre de Victor Hugo, "tout vit, tout est plein d'âmes".
J'ai lu ce livre sur la chaleureuse recommandation d'un ami en partant tourner un documentaire au Pérou - j'ai découvert Cuzco et le Machu Picchu un peu à travers cette histoire car ces sites magnifiques y sont évoqués mais aussi tant d'autres -

Et puis ce personnage vit tellement de vies différentes, tellement de péripéties, connaissant tour à tour (et souvent sans transition) les plus grands bonheurs ou les pires infortunes ! à sa manière il me faisait penser un Neveu de Rameau qui se serait exporté en Amérique latine, et accordé aux dimensions du continent -
A vrai dire, il serait plus juste d'évoquer la grande tradition hispanique du roman picaresque, avec un personnage vivant des tribulations multiples comme on le voit dans le Lazzarillo de Tormes, du moins dans le souvenir que j'ai gardé de ce livre .

Ce qui importe à la fin, c'est que la vie soit toujours gagnante, quelle que soit l'épreuve traversée, car les secours les plus improbables et les plus inattendus finissent toujours par faire triompher des situations les plus inextricables.
Cette tension positive est forcément gratifiante car on ne peut souhaiter meilleur enseignement !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
brigittelascombe
  05 mars 2012
Saviez-vous que recevoir en cadeau "sept plumes d'aigles dans lesquelles sont les sept couleurs du secret" vous permet de devenir sorcier?
Non?
Alors dépéchez-vous de lire Les sept plumes de l'aigle, un conte initiatique d'Henri Gougaud(romancier,essayiste,conteur,homme de radio,chansonnier et directeur de collection chez Seuil).
Ce long monologue, récit des aventures de Luis (un métis à la "force joyeuse", restaurateur de tableau que l'auteur nous dit avoir enregistré après une rencontre dans un bar de Paris où une conversation poétique a scellé leur amitié) déborde d'imagination comme le rire de l'Ange mais pourrait être un voyage intemporel, une quête de sagesse s'apparentant à L'alchimiste de Paulo Coelho ou au Petit Prince de Saint-Exupéry.
Né en Argentine,Luis,Luisito, "Négrito mio" pour sa mère indienne,après la mort de cette dernière fuit son père mal aimant.
Buenos-Aires. Taraudé par le désir de peindre,vivant de petits boulots,des rencontres successives Joséfa la prostituée qui lui apprend l'amour,"le Polonais" et la philosophie,puis sur Tiahuanaco,"El Chura l'homme au plumage de renard" et le chamanisme", Marguicha la compagne, "l'homme cuivre gardien du temps", Flora la fleuriste etc...lui apprendront à grandir, à ressentir les choses et les êtres et le mèneront vers le Machu-Pichu,pays des aigles et du savoir.
Beaucoup d'action: le lecteur n'a pas le temps de souffler qu'il passe d'une frontière à l'autre. de la poésie mélée à de l'ésotérisme: ce qui crée une ambiance mystérieuse(chaman,sorcier,pouvoirs,réincarnation...).
Un bon livre bien écrit!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
lafilledepassage
  22 septembre 2014
Gougaud nous offre à nouveau une très belle histoire, l'histoire de Luis A, un homme en chemin. L'écriture est très sensuelle, presque physique et donne vraiment à « sentir », tout à l'image de l'injonction d'El Chura, le chaman-sorcier qui guidera Luis A sur son chemin.
C'est un manifeste pour le retour au corps, au vécu et à la réalité (à l'époque de la virtualité envahissante …), une ode aux sensations et à l'intuition, bien au-delà des mots, des raisonnements et de la logique. C'est un roman qui donne envie de courir dans la nature- où que nous soyons – et d'écouter ce que nous chantent le vent et les arbres, d'aller au supermarché et d'écouter le murmure du coeur de nos frères, … Une invitation à s'ouvrir à soi et à écouter notre musique intérieure, symphonie wagnérienne ou faible cri. C'est un roman qui donne envie de lâcher les livres pour rencontrer la vie, notre vie.
La fin m'a malheureusement donnée l'impression d'avoir été bâclée. Mais c'est une excellente excuse pour me précipiter sur les autres écrits de Gougaud/Luis Ansa, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
frandj
  14 août 2020
Je connais mal l'oeuvre d'Henri Gougaud (né en 1936), qui est pourtant un auteur prolifique. Je me souviens seulement de son "Bélibaste", que j'ai bien apprécié autrefois. Maintenant on m'a prêté "Les sept plumes de l'aigle" et je l'ai lu sans préjugé. Il s'agit d'un roman d'initiation qui retrace le chemin de vie de Luis Ansa, depuis son pays natal (l'Argentine) jusqu'en France. Après un début un peu mélodramatique, le récit amène le héros auprès d'El Chura, gardien des ruines précolombiennes de Tiahuanaco, et surtout chaman qui communique avec la nature. Avec patience mais sans paternalisme, il guide Luis dans sa découverte des forces mystérieuses qui l'entourent. Mais ce séjour prendra fin quand Luis partira vers d'autres cieux et d'autres rencontres…
Chez nous, Occidentaux, existe une sorte de fascination pour les pratiques animistes qui nous sont pourtant si étrangères à notre culture. Dans son roman, H. Gougaud nous introduit dans cette mouvance. On parvient ainsi à pressentir l'invisible et la profondeur du monde. le personnage d'El Chura me semble être très réussi – plus encore que celui de Luis. Mais je ne peux pas m'empêcher de repenser aux témoignages (remarquables) de C. Castaneda, qui nous immergeaient aussi dans l'inconnu mais qui ne fermaient pas complètement la porte aux doutes et à l'esprit critique. En outre, j'ai trouvé que, dans le livre de H. Gougaud, la répétition de ces (trop) nombreuses expériences d'apprentissage a quelque chose de lassant... Je suis satisfait de cette lecture, mais honnêtement je ne partage pas tout à fait l'enthousiasme de certains lecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
tolbiac
  23 septembre 2014
C'est beau comme un moment avec un ami.
Gougaud a l'art de raconter l'improbable, le fragile, le tendre, l'éphémère comme l'intemporelle.
De ses contes, on en sort toujours émerveillé. Ben, ce roman, c'est un conte au format roman. Un conte qui aurait existé, si on accepté l'idée que le personnage principal existe bel et bien.
Les premières trente pages sont un peu fastidieuses, j'ai eu du mal à rentrer dans le récit, mais ensuite, c'est agréable, poétique. Ce n'est pas son meilleur livre, mais on s'abandonne largement entre ces lignes. Avec Gougaud on est toujours à la marge, on est entre les lignes, on lit quelque chose qui est entre le réel et l'irréel. A l'heure ou beaucoup de livres sortent sur l'art de réussir sa vie, Gougaud, depuis bien longtemps raconte le récit de ceux qui essayent de suivre leurs « légendes personnelles ». Il le fait sans donner de leçon, sans tambour, ni trompette. Coelho à côté est un petit garçon qui copie.
L'histoire ? Fidèle à l'idée de ne rien dévoiler de la trame, je dirais juste que la quatrième de couverture en dit assez.
Bref, une belle histoire sur l'homme…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Tenzin
  07 avril 2010
Livre initiatique bien écrit et passionnant. Ce qui n'empêche pas qu'il soit parfois intéressant de prendre un peu de distance par rapport au contenu.
Commenter  J’apprécie          60
Lishbks
  07 août 2019
Henri Gougaud nous entraîne dans un roman d'apprentissage durant lequel nous suivons le parcours de Luis et son initiation par les gardiens de la Pachamama. Si j'ai trouvé mon compte dans tout ce qui concerne le rapport à la nature, l'utilisation des sens, la résilience et la maîtrise des blocages psychologiques qui nous enferment, j'ai été moins sensible au côté spirituel/déiste qui l'accompagne. Tout comme j'ai eu beau embrasser l'épanouissement vers la liberté, je l'ai ressenti comme entaché par une trame déterministe qui pour moi va à l'encontre de l'idée même de liberté. Je n'ai pas non plus été éblouie par le style littéraire qui tend vers le style oral sans y aller franchement. Néanmoins je ne peux nier que certaines pages étaient très pertinentes et encourageaient à la réflexion sur la manière dont on choisit de percevoir sa propre vie au sein du monde. Une déception partielle donc pour ma part, mais il devrait trouver son public chez des personnes plus sensibilisées à des considérations religieuses que je ne le suis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Frunny
  02 janvier 2017
A la mort de sa mère, une indienne quechua, le jeune Luis quitte le domicile familial et un père distant.
Il rejoint les montagnes du Tiahuanaco ou l'âme de sa mère adorée aura pu trouver un ultime repos.
Commence alors un long parcours initiatique guidé par le chaman-sorcier El Chura.
Ce dernier va lui ouvrir les yeux sur le Monde extérieur mais surtout sur lui-même.
A la recherche des sept plumes de l'aigle comme autant de paliers à franchir pour s'affranchir de l'adversité et rencontrer
la sérénité.

Philosophie, chamanisme et croyances Incas sont au menu de ce fantastique récit.
Un succès de librairie mérité que je vous invite à découvrir de toute urgence.
Commenter  J’apprécie          50
Carteroutiere
  28 janvier 2019
Le hasard existe-t-il ? Non si on en croit ce livre. En allant me promener, j'ai vu une personne mettre des livres sur le devant de sa maison pour s'en débarrasser en leur offrant à qui les voulait. Je l'ai pris, parce que j'ai déjà lu des livres d'Henri Gougaud et que j'en avais apprécié certains.
Celui-ci m'a déçu. Je me suis traine pendant près de 120 pages avant que l'histoire ne devienne « suivable ». C'est le schéma classique de l'enfant devenu tôt orphelin et qui va courir le monde (ici l'Amérique du Sud) où des chamans vont le reconnaître et l'initier progressivement en lui apprenant les sens des sept plumes de l'aigle. Lorsqu'on lit cela, il lui est arrivé en deux ans ce qui arrive en une vie.
Bof !
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2544 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

.. ..